undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles5
3,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: Broché|Modifier
Prix:7,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Il y a peu de temps Elisabeth Badinter défendait le droit pour une femme de ne pas être mère. Notre société est très formatée et ne pas respecter son schéma pré-établi, c'est prendre le risque d'être incompris. Être une femme en bonne santé et avec une situation financière stable et ne pas vouloir être mère est inimaginable. Pourtant beaucoup d'entre nous ont fait ce choix. Linda Lê a pris le parti de faire une lettre à cet enfant qu'elle a choisi de ne pas avoir. Il peut être très libérateur de s'adresser à la personne à qui nous désirons nous excuser ou au contraire accuser. C'est un acte de psychologie très efficace, même si la lettre reste dans un tiroir. L'enfant ne lira jamais cette lettre et pour cause mais nous nous le pouvons et s'en ai presque trop intime. Freud a raison, tout est de la faute de la mère et Linda Lê semble le savoir. A-t-elle eu peur qu'il soit trop difficile d'être une mère aimante alors que la tienne l'a fait tellement souffrir ? En tout cas, la confession de Linda Lê est loin d'être celle d'une femme égoïste débordant d'autosuffisance. Nul doute que ce texte aidera les femmes qui vivent la même chose et aussi les autres qui aimeraient comprendre. Car malgré que l'auteur semble parfaitement équilibré à présent elle ressent tout de même le besoin de s'expliquer sur son choix, sur les sacrifices qu'elle a consenti (à savoir perdre un homme qui avait le besoin d'être père) pour avoir le temps et l'espace de se concentrer sur sa passion, l'écriture.

Devenir ou ne pas devenir mère est une décision très importante qui change définitivement la vie. Il faut y réfléchir sérieusement surtout quand l'instinct maternel n'est pas vraiment présent. Il ne suffit pas de copier le modèle social. Linda Lê en racontant son histoire nous permet d'utiliser son expérience et de se construire son propre avis.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2011
Lettre à un enfant pas né, tel pourrait être le titre. L'auteur nous fait partager les doutes d'une femme quant au fait de procréer. Après avoir fait le choix de s'abstenir de cette responsabilité et nous en laisser entrevoir les raisons, on finit par être de tout coeur avec celle qui, par altruisme, a décidé de laisser à l'état de fantasme celui (ou celle) qui aurait pu souffrir de cette continuité. Elle lui a préféré la transmission par l'écriture et on lui en sait gré tant elle nous enchante par ces mots jetés sur le papier qui dansent et chantent la vie au travers d'une langue des plus fertiles.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2011
Ce texte de Linda Lê sur le choix de non-maternité est un témoignage émouvant (à destination de son enfant immatériel) qui en quelques soixante pages nous entraine dans une réflexion détonante. Quel est le point de la bonne société sur ces femmes qui ont décidé de ne pas enfanter? Il va de soi qu'elles sont jugées, pointées du doigt et doivent même se justifier car ne pas vouloir avoir de descendance est une décision lourde de conséquences. Linda Lê en fait l'expérience avec son petit ami, S., qui use de tous les arguments pour tenter de la convaincre d'enfin entrer dans le moule. Mais l'auteur a déjà bien réfléchi à la question et trouverait presque contre nature de donner naissance à un être non désiré. Doit-on abdiquer pour sa compagne ou son compagnon? Peut-on espérer un éveil de l'instinct maternel en voyant la "septième merveille du monde" pointer le bout de son nez?
Les mots de Linda Lê sont puissants, brillants et ont résonné en moi extrêmement fort car ils sont criants d'une autre vision de la vie, non moins belle, mais différente de la majorité. Je me suis plus d'une fois remise en question en me disant que foncièrement la femme a, à notre époque, son propre libre-arbitre et peut donc décréter ne pas vouloir être féconde. Est-ce un mal? Peut-on parler d'égoïsme? C'est un vaste débat auquel je ne suis pas sûre d'avoir une opinion très tranchée. Mais le non-désir de maternité m'interpelle car, au contraire de Linda Lê, j'ai un besoin viscéral de me "perpétuer". Je n'en suis pas encore là mais je ne pourrais concevoir un avenir sans enfant. D'un côté comme de l'autre il doit y avoir un certain égotisme, à vouloir avoir toujours une partie de soi et/ou de son nom sur Terre, pour continuer à exister, par prolongement.

Sitôt tournée la dernière page, j'ai voulu reprendre certains passages et reparcourir le livre, avec un second plaisir, celui de bien m'imprégner de ces mots, touchants de sensibilité et pourtant très justes et mesurés. Car Linda Lê nous fait part de sa vie, avec S., mais aussi avec des parents (qui n'ont peut-être pas été des exemples de parents), mais aussi avec elle-même et ses démons.
A lire d'une traite et à reprendre à l'occasion pour ne pas garder des œillères sur l'inévitable "fatalité" d'assurer la lignée. D'autres points de vue existent... et c'est tant mieux !
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 13 janvier 2013
Cette lettre de Linda Lé à l'enfant qu'elle n'aura jamais se lit d'un trait, C'est dans un élan où alterne poésie et violence qu'elle s'adresse à cet enfant. Quelle que soit notre position sur le sujet, le texte est d'un vérité profonde, elle enfonce des clous dans les images de la maternité et nous pose la question essentielle : pourquoi faisons-nous des enfants ? pourquoi en avons-nous fait ?
Une lecture jubilatoire !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2016
Torturé, bizarre, des phrases extrêmement longues et indigestes... Ce n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais et l'auteur n'est absolument pas, à mon avis, un bon modèle de "non-mère", en paix avec son choix.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)