EUR 19,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 6,16 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Éloge du carburateur Broché – 25 mars 2010


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 25 mars 2010
"Veuillez réessayer"
EUR 19,90
EUR 18,23 EUR 28,92

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Éloge du carburateur + Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes + Ce que sait la main : La culture de l'artisanat
Prix pour les trois: EUR 51,10

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

" La génération actuelle de révolutionnaires du management s'emploie à inculquer de force la flexibilité aux salariés et considère l'éthos artisanal comme un obstacle à éliminer. On lui préfère de loin l'exemple du consultant en gestion, vibrionnant d'une tâche à l'autre et fier de ne posséder aucune expertise spécifique. Tout comme le consommateur idéal, le consultant en gestion projette une image de liberté triomphante au regard de laquelle les métiers manuels passent volontiers pour misérables et étriqués. Imaginez à côté le plombier accroupi sous l'évier, la raie des fesses à l'air. "Matthew B. Crawford était un brillant universitaire, bien payé pour travailler dans un think-tank à Washington. Au bout de quelques mois, déprimé, il démissionne pour ouvrir... un atelier de réparation de motos. À partir du récit de son étonnante reconversion professionnelle, il livre dans cet ouvrage intelligent et drôle l'une des réflexions les plus fines sur le sens et la valeur du travail dans les sociétés occidentales. Mêlant anecdotes, récit, et réflexions philosophiques et sociologiques, il montre que ce " travail intellectuel ", dont on nous rebat les oreilles depuis que nous sommes entrés dans l'" économie du savoir ", se révèle pauvre et déresponsabilisant. De manière très fine, à l'inverse, il restitue l'expérience de ceux qui, comme lui, s'emploient à fabriquer ou à réparer des objets - ce qu'on ne fait plus guère dans un monde où l'on ne sait plus rien faire d'autre qu'acheter, jeter et remplacer. Il montre que le travail manuel peut même se révéler beaucoup plus captivant d'un point de vue intellectuel que tous les nouveaux emplois de l'" économie du savoir "." Retour aux fondamentaux, donc. La caisse du moteur est fêlée, on voit le carburateur. Il est temps de tout démonter et de mettre les mains dans le cambouis... "

Biographie de l'auteur

Matthew B. Crawford est philosophe et réparateur de motos (ou réparateur de motos et philosophe). Il vit à Richmond, en Virginie.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 6,16
Vendez Éloge du carburateur contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 6,16, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 249 pages
  • Editeur : LA DECOUVERTE; Édition : La Découverte (25 mars 2010)
  • Collection : La Découverte
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2707160067
  • ISBN-13: 978-2707160065
  • Dimensions du produit: 22 x 1,8 x 13,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (19 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 23.942 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par D. Arrighi sur 5 juillet 2010
Achat vérifié
Voici une livre rare, bien écrit, bien traduit et qui, avec un humour qui affleure à l'occasion, donne matière à réfléchir et à comprendre certaines composantes du malaise ressenti dans le monde du travail aujourd'hui.
L'auteur philosophe de formation, découvre après quelques mois d'activité l'inanité de sa fonction de directeur d'un think tank à Washington et s'en va s'épanouir dans un atelier de réparation de motos.
Cet ouvrage relate son expérience et décortique les vertus de travail manuel. Car son analyse ne se limite pas à une apologie des compétences requises pour ce type d'activité, il met en évidence la complexité des processus cognitifs ainsi sollicités, mais aussi les dimensions morale et politique qui leur sont associées.
La matière résiste. La défaillance d'une vis, nous conduit à 3 possibilités : jeter l'objet, ce à quoi nous incite la société de consommation, le confier à un réparateur ou entrer dans la logique de la conception de cet objet, en comprendre la structure pour pouvoir poser un diagnostic et réaliser la réparation. Dans cette troisième manière de faire, le rapport à l'objet s'en trouve changé, il n'est plus extérieur à soi, mais apprivoisé et intériorisé. Il y a un bonheur à trouver les causes de la panne et la bonne manière d'y remédier proche de ce Mihaly Csikszentmihalyi appelle le flow.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pik sur 6 août 2010
Avec une 4e de couverture attirante (sujet riche par un abordage non pompeux), je me suis laissé tenté par ce livre qui est pourtant une traduction des éditions Penguin, dont je me méfie par la disparité de qualité des ouvrages : souvent des essais originaux, pas trop mal étayés, mais qui dans un souci de vulgarisation ne se jettent pas assez à l'eau, ou du moins pas assez profondément.

Je pourrai dire que celui-ci ne déroge pas à la règle, et pourtant ce livre m'a laissé de très bonnes impressions. Et d'autres moins bonnes.
- La thèse (la plus importante) selon laquelle le travail d'artisanat pris dans un sens général est déprécié à tort est convaincante.
-Il est vrai que les passages sur la mécanique trahissent la passion de l'auteur, et peuvent attirer les mécaniciens (je pense à certains de mes proches réticents à la lecture mais passionnés des moteurs) dans un souci "pédagogique" de philosophie du métier, mais ce serait prendre les choses avec beaucoup de condescendance. Les prendre comme illustration d'une pensée me parait cependant un peu poussé. Ils sont de fait dispensables.
- La réflexion sur le travail est contemporaine, actualisée, mais n'est pas fondamentalement différente des analyses marxistes et plus récemment des travaux de socio-psychologie du travail. Le style de ces passages est étrangement clair au début, puis plus technique vers la fin (j'ai cru par moments lire du JC Michéa : un condensé d'idée qu'il faut travailler et méditer).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
31 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile  Par Foksadure sur 29 juillet 2010
Bien écrit, peut-être, bien traduit permettez moi d'en douter. On imagine plutôt là - ô ironie - l'œuvre d'un traducteur automatique, tellement peu sûr que des termes originaux sont rappelés à de nombreuses reprise en italique et entre parenthèse ! Et avec surtout cette propension systématique à remplacer le terme récurrent "self-esteem" par "auto-estime" (sic), là ou "estime de soi" ou "amour propre" auraient suffit. Passons sur la traduction littérale des termes de mécanique : on peut être traducteur et ne pas savoir ce qu'est une culasse ou un cache-culbuteurs, mais voilà exactement l'illustration de ce que dénonce l'auteur lorsqu'il parle de la rédaction des manuels d'atelier. Bref, si le fond de l'ouvrage est intéressant, sur sa dénonciation du "tout jetable" de la société de consommation ou de l'inanité de toute tentative d'évaluation objective des performances individuelles et collectives dans les organisations non productives (pourtant vantées par les managers de tout poil - publics et privés), reste que le contraste entre les chapitres philosophico-économiques bourrés de références, et les parties de vulgarisation qui ne parleront vraiment qu'aux férus de culture automobile américaine, amateurs de hot-rod et de customisation, ce constraste donc fait qu'on reste un peu sur sa faim. Gentil travailleur manuel intuitif et débrouillard contre travailleur intellectuel hyper-spécialisé déconnecté des réalités et incapable de déboucher son évier. Bof. L'ironie serait de trouver cet ouvrage au rayon "développement personnel" aux côté des manuels de management...
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?