• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 13 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie : Rock, Hip Hop, Soul, Dance, World Music, Pop, Techno... Broché – 15 janvier 2014


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,90
EUR 19,90 EUR 14,90

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie : Rock, Hip Hop, Soul, Dance, World Music, Pop, Techno... + Les 1001 chansons qu'il faut avoir écoutées dans sa vie
Prix pour les deux : EUR 39,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de la préface de Michka Assayas :

Soyons intolérant. Pour moi, un album n'est pas et ne sera jamais une de ces minables boîtes en plastique extra-plates qui se cassent en deux dès qu'un enfant les fait tomber. Je possède à présent environ mille CD. Eh bien, je n'en tire aucune fierté. Chez moi, d'ailleurs, je me refuse à exposer ces horreurs. J'ai fait construire une commode spéciale pour les dissimuler autant que pour les trier. Inversement, je ne passe jamais devant ma collection de disques en vinyle sans un frisson particulier. Mon frère aîné et moi avons commencé à la constituer dès la fin des années 60. Elle n'a cessé de s'enrichir jusqu'à la fin des années 80. Chacun de ces trois mille albums accumulés en trente ans fait remonter en moi une impression toujours fraîche : un moment d'exaltation ou d'égarement, un élan de joie ou un pincement au coeur, une déception ou une illumination. Toute ma jeunesse est là et il m'est facile, à tout moment, d'en retrouver la vibration particulière.
Un souvenir personnel... Je me revois en 1967 dans le salon familial, un dimanche après-midi à l'heure du goûter. J'ai neuf ans. Mon frère a rapporté à la maison le nouveau disque des Beatles, acheté aux Galeries Lafayette. Fasciné, je tourne et retourne la pochette de Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band qui, - ô émerveillement ! -, s'ouvre comme un livre d'images. Les paroles des chansons sont imprimées au verso sur un fond rouge. Du jamais vu. Je les déchiffre comme un texte hermétique et sacré. Sur la grande photo se dépliant au milieu, les musiciens portent d'étranges costumes d'opérette. Au recto, une composition florale d'oeillets rouges forme le nom des Beatles, comme pour une décoration funéraire. Pourquoi ces mystères ? Je n'y comprends rien, mais j'ai besoin que tout soit signe, chiffre ou énigme à interpréter.
Il ne faut jamais oublier qu'avant de devenir respectable, le rock fut une musique de gamins écervelés. Explosive, éphémère, elle faisait l'objet d'un mépris sans limites chez les gens sérieux amateurs de «vraie musique». Avant Sgt Pepper, les «grands disques», c'étaient Wagner, Duke Ellington ou Georges Brassens. On les appelait des «33 tours», et ils étaient généralement réservés aux adultes. Les jeunes n'achetaient que des «45 tours», ancêtres des «singles». Leur musique ne méritait pas encore qu'on l'élève à la dignité du «grand disque». Il était fréquent de posséder des «maxi-45 tours» des Beatles ou des Rolling Stones, soit quatre titres, mais moins répandu d'avoir leurs «33 tours».À partir de Sgt Pepper, tout change. Autour de 1967, année de la révolution hippie et psychédélique, le rock devient sérieux, voire grave, et l'album se fait le vecteur principal d'un message plus ample et flou que celui d'une simple chanson. Les anglicismes brumeux fleurissent : on parle de «musique progressive» (c'est-à-dire prospective), de «concept albums» (albums à thème) ou d'«opéra rock» comme celui des Who, Tommy, dont, encore aujourd'hui, je pourrais réciter des passages entiers. Bref, la mystique de l'album est née, et elle a survécu jusqu'à aujourd'hui, même si, je n'en démords pas, le CD a ravalé l'objet à l'état de produit.

Présentation de l'éditeur

ROCK, HIP HOP, SOUL, DANCE, WORLD MUSIC, POP, TECHNO... De la naissance du rock'n roll aux innovations technologiques du nouveau millénaire, de 1955 à 2005, voici un choix de 1 001 albums. Plus qu'un simple guide de musique, ce livre est une liste critique, comportant pour chaque album des points expliquant son intérêt, la liste des titres, les circonstances de sa création, l'accueil de la critique à sa parution et les raisons de sa durée. Le texte contient des anecdotes fascinantes qui vont surprendre même les passionnés les plus assidus. Les 900 photos de l'ouvrage ajoutent au plaisir de la découverte. La discothèque idéale indispensable à tous les fous de musique.


1001
Les 1001
Découvrez tous les volumes de la collection Les 1001 en cliquant ici.

Détails sur le produit

  • Broché: 960 pages
  • Editeur : Flammarion (15 janvier 2014)
  • Collection : LES 1001
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2082015394
  • ISBN-13: 978-2082015394
  • Dimensions du produit: 21 x 5,3 x 16 cm
  • Moyenne des commentaires client : 2.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 67.747 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mo'Hats VOIX VINE sur 8 novembre 2007
Format: Broché
A l'occasion du ciquantenaire de la naissance du rock, les discographies idéales ont investit nos librairies.

Cette sélection, avec 1001 disques, se veut exhaustive. Elle est axée autour de la culture anglosaxonne, ce qui paraît légitime, mais aussi sur des critères commerciaux. Ce parti pris, ajouté à une mise en page pauvre, des chroniques de disques parfois anecdotiques et un survol des genres périphériques, génèrent un contenu impersonnel et réducteur, où se côtoient grands classiques indémodables, perles obscures et indigestions auditives multiplatinées.

Seuls intérêts, le classement chronologique qui permet de mieux situer les différents courants dans le temps et les groupes majeurs de leurs époques, ainsi que le choix de 1001 disques donnant accès aux essentiels du rock mais aussi à quelques indispensables du jazz, de la soul, du funk, du hip hop, du reggae... .

Ce livre peut constituer une porte d'entrée pour les néophytes ou un complément à l'excellent dictionnaire du rock de Michka Assayas. Néanmoins, on préférera l'esthétique passionnée d'un Philippe Manoeuvre ou l'itinéraire bis d'un Philippe Robert.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Guilll sur 21 avril 2009
Format: Broché
Bizarrement publié dans une collection qui compte également "les 1001 greens de golf qu'il faut avoir joué dans sa vie", ce livre très ambitieux pèche malheureusement par manque de rigueur, aussi bien dans la forme que sur le fond.

Très mal traduit (contre-sens et anglicismes maladroits sont légions), truffé d'erreurs factuelles (le clavier des Doors qualifié de "joueur de synthétiseur", des années avant l'invention de cet instrument ! Une citation du chanteur d'AC/DC datée de 14 ans après sa mort !), le livre se contredit de plus lui-même abondamment d'un article à l'autre (un disque ou un artiste porté aux nues peut être descendus 10 pages plus loin). Il a enfin tendance à présenter les opinions personnelles de ses auteurs (qui semblent parfois iconoclastes pour le plaisir de l'être) comme autant de vérités objectives.

Mais c'est sur le fond que portent les plus graves erreurs : les 1001 albums sont en grande majorité des disques de Rock anglo-saxon, auxquels se mêlent quelques disques de Rap, Electro, Soul, Blues ou Jazz. Or ces style sont abordés de manière très sporadique, et les disques semblent avoir été sélectionnés plus ou moins au hasard (aucun disque de Jazz après les années 1960 ?? Un seul disque de John Coltrane ??).

Le problème des critères de choix des albums se pose d'ailleurs tout au long du livre, car il ne sont jamais explicités : importance historique, qualité du disque lui-même, représentativité du genre abordé ?
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par john sur 1 janvier 2011
Format: Broché
"1001 disques..." me paraît décevant dans l'ensemble parce que trop calqué sur "1001 films à voir avant de mourir" ; qu'une image prenne toute la page dans un livre me paraît légitime lorsque l'on traite du cinéma, mais pour ce qui est de la musique c'est autre chose ; la critique d'un disque devrait pouvoir donner envie d'écouter ce dernier sans forcément utiliser d'images, à la rigueur la pochette du dit album d'accord. Par contre lorsque la critique ne dit rien du tout sur la musique, les rythmes, les sons, le pouvoir d'évocation de telle ou telle musique, comme c'est le cas dans ce livre pour l'album Buena Vista Social Club, on est en droit de se demander où réside l'intérêt de ce livre. Dans l'exhaustivité de l'ouvrage peut-être? Le dictionnaire du rock épuise le sujet d'une meilleure manière, plus complète, plus subtile, et objective que ce "1001 disques(...)". D'ailleurs, Michka Assayas, par ailleurs frère du cinéaste Olivier Assayas, a écrit la préface du livre et fait une intervention intéressante en faisant remarquer qu'il y a très peu de disques français qui sont référés dans l'ouvrage. Et c'est ainsi qu'il nous donne sa liste personnelle de chefs-d'oeuvres oubliés, insistant aussi sur le fait volontairement ou malgré lui qu'une discothèque idéale n'est ni celle qui est proposé dans ce livre, encore moins celle de Philippe Manoeuvre mais notre propre collection de disques, et que ces ouvrages peuvent contribuer à la composer.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Paul Crimons TOP 1000 COMMENTATEURS sur 2 septembre 2013
Format: Broché
Le programme est chargé avec 1000 disques chroniqués, sacré boulot c'est sur ! Le livre couvrant tous les styles il s'éparpille un peu mais permet aussi à chacun de découvrir des albums auquel il n'aurait pas eu l'idée de s'intéresser.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?