Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  
13 - Edition Deluxe a été ajouté à votre Panier
Quantité :1

Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 23,61
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Amazon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 14,19

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • 13 - Edition Deluxe
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

13 - Edition Deluxe


Prix : EUR 23,61 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock.
Vendu par Expédition Express et expédié par Amazon. Emballage cadeau disponible.
15 neufs à partir de EUR 14,16 1 d'occasion à partir de EUR 16,38

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Black Sabbath

Discographie

Image de l'album de Black Sabbath

Photos

Image de Black Sabbath

Biographie

C'est une histoire d'immédiate post-adolescence et d'amitié : le guitariste Frank Anthony « Tony » Iommi, le bassiste Terence « Geezer » Butler, le chanteur John « Ozzy » Osbourne et le batteur William « Bill » Ward ont vingt ans et aiment tous les surnoms et le rock. Ce qui, on en conviendra, vaut mieux ... Plus de détails sur la Page Artiste Black Sabbath

Visitez la Page Artiste Black Sabbath
182 albums, 8 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

13 - Edition Deluxe + Black Sabbath + Paranoid
Prix pour les trois: EUR 36,04

Ces articles sont vendus et expédiés par des vendeurs différents.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (10 juin 2013)
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Mercury Records
  • ASIN : B00BTHWFBK
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (55 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 19.525 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?



Descriptions du produit

Descriptions du produit

2CD Incl. Bonus Cd

Critique

L'annonce de la réunion de Black Sabbath dans sa formation originale en 2011 était déjà un évènement en soi. Malgré la défection entre temps de Bill Ward qui s'estimait lésé contractuellement par ses acolytes, le diagnostic du cancer de Tommy Iommi et la voix hésitante d'Ozzy Osbourne lors des concerts de 2012, la sortie de 13 vient concrétiser le grand retour des créateurs de la face sombre du heavy metal. Black Sabbath vient tout simplement de réussir ce sur quoi la plupart des re-formations plus ou moins éphémères des grands groupes du rock ont échoué, produire un album digne de leur âge d'or.

Premier disque du Black Sabbath historique depuis 1978 et Never Say Die!, 13 renoue sans conteste avec l'esprit des chefs d'oeuvre du groupe qui vont de Black Sabbath (1970) à Sabotage (1975). Bill Ward est finalement remplacé pour ce disque par Brad Wilk déjà croisé chez Rage Against the Machine et Audioslave. L'expérimenté Rick Rubin choisi pour produire le dix-neuvième album de Black Sabbath, a lui la bonne idée de se faire discret et de s'effacer derrière un sujet mené de main de maître par les trois membres émérites du groupe.

Pour ce retour en fanfare, Black Sabbath privilégie la concision avec seulement huit titres sur la version standard de 13. Quatre autres pistes viennent s'ajouter à l'album original par le biais des différentes éditions spéciales. L'esprit est là et bien là, à tel point qu'on se demande si les huit chansons de 13 ne sont pas des compositions qui dormaient dans un grimoire oublié depuis 1975. Tout y passe, les ambiances lourdes, les rires déments, les chorus ravageurs d'un Tommy Iommi grandiose, l'odeur du souffre qui imprègne les cinquante-trois minutes et trente-six secondes que dure le disque.

Dépourvu de temps faible, 13 accumule au contraire les morceaux épiques. Dévoilé en avant-première en avril, « God Is Dead? » n'était donc pas un leurre. « Zitgeist », « End of the Beginning », et « Live Forever » l'accompagnent sur la route pavée de mauvaises intentions des classiques de Black Sabbath. La différence entre 13 et la majorité des albums de re-formations semble être d'avoir un but artistique au-delà du simple fait de raviver la flamme des fans. En terminant le disque par les même bruits d'orage et de cloches lointaines qui ouvraient Black Sabbath il y a quarante-trois ans, le groupe semble signifier que l'histoire se referme définitivement avec « Dear Father ».

Réussir son retour était déjà inespéré, soigner ainsi sa sortie est tout simplement exceptionnel et fait pour toujours de Black Sabbath un groupe définitivement à part. 13 ranime des frissons que l'on croyait à jamais oubliés, devenant l'ultime ensorcellement du heavy metal le plus occulte.

François Alvarez - Copyright 2015 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

65 internautes sur 69 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean Bal TOP 50 COMMENTATEURS le 10 juin 2013
Format: CD Achat vérifié
Alléché par une hype délirante à la limite de la manipulation de masse, j’ai été plutôt déçu quand j’ai entendu pour la première fois ce nouvel album du groupe (presque) original.
35 ans d’attente pour ça ???
Certains disaient qu’il ne fallait pas trop espérer de « 13 ». Moi, je voulais pourtant y croire, parce que « The Devil You Know » sorti en 2009 regorgeait de riffs de première qualité et parce que j’avais vu un Ozzy surprenant d’énergie sur scène en 2010.
Il m’aura fallu trois écoutes pour admettre finalement que ce disque était un vrai retour aux fondamentaux, un flashback sur le commencement de la saga, l’expression de musiciens qui n’ont pas oublié qu’ils étaient TRES bons dès leur premier album.
Non, 13 n’est pas une caricature, les gars de BS n’avaient plus rien à prouver et tout à perdre dans cette aventure. Cet enregistrement n’avait, en fait, de sens que s’il leur permettait de retrouver le plaisir de jouer ensemble. Malgré les problèmes (cancer de Iommi, défection de Ward), les vieux complices se sont manifestement éclatés à démontrer que si des milliers de groupes les ont imités, aucun n’a jamais vraiment réussi à égaler leur énergie primale.
A la production, Rick Rubin, un expert en résurrection. L’homme qui a donné à Johnny Cash son ultime coup de fouet, qui venait juste de s’occuper de ZZ Top. Son crédo fut simple : utiliser du matériel vintage (amplis à lampes, guitares d’époque, etc .
Lire la suite ›
12 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
28 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile  Par elvisisalive TOP 1000 COMMENTATEURS le 10 juin 2013
Format: CD
En 2013, la formation historique du Black Sabbath de la grande époque est de retour, ou presque... puisque manque à l'appel le cogneur Bill Ward remplacé par un autre cogneur de renom, Brad Wilk, artilleur chez feu les Rage Against The Machine.

La grande époque du Sabbath, pour moi, c'était de 1970 à 1975, soit une bonne partie des années Ozzy. Non pas que les années Dio me laissent indifférent, Heaven & Hell est même un très bon album, mais l'âme du Sabbath, c'est définitivement l'alchimie que créent Tony, Geezer et Bill autour d'Ozzy, le groupe qui a tant donné au rock, créé son propre courant musical, influencé tant de groupes... Black Sabbath incarne le heavy métal mieux que n'importe quel autre groupe. J'aime par dessus tout Led Zep et le Deep Purple des 70's, mais force est de reconnaître que la palme du son le plus lourd du rock, reviens à Black Sabbath, sans discussion possible.

Et en 2013, le son de Black Sabbath est toujours aussi lourd, puissant, pesant... mon casque Marshall me dit même merci. 8 titres comparables à des enclumes en fusion. Contre toute attente, la voix d'Ozzy est au top. Tantôt stridente, tantôt inquiétante, souvent démoniaque, le bougre est en forme.

Ca commence par « La Fin du Commencement »... « End Of The Beginning". Une intro puissante, assez lente avant un furieux break à 2mn40... un riff énorme de Tony Iommie qui fait décoller le titre vers les ténèbres si familières au groupe. Le solo final est tout aussi démoniaque, d'une pureté étonnante.
Lire la suite ›
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Voodoo TOP 500 COMMENTATEURS le 17 juin 2013
Format: CD
Publié sur l'historique label Vertigo (qui vît surgir ce monstre du heavy metal en '70) et produit par Rick Rubin, ce "13" (brûlant et inespéré) qui débarque en 2013 semble symboliser le son de Black Sabbath depuis les origines du groupe.
Que ce soit de manière discrète, dès l'intro d’un lourd "End Of The Beginning" qui évoque le titre éponyme du tout premier album. La guitare de Tony Iommi est immédiatement très présente, avec des riffs bien puissants et des solos destructeurs. Ozzy Osbourne s'avère convaincant au chant (la voix a tout de même évoluée), et ce sacré Geezer Butler possède toujours ce jeu de basse aussi génial que dément, comme le prouve "God Is Dead?". Deux très bons titres heavy et doom, proches du feeling originel du groupe. Tout comme le slow "Zeitgeist" qui avec ses percussions évoque un "Planet Caravan" (même si c'est Brad Wilk qui officie à la batterie), en lieu et place de Bill Ward (qui gonfle bien sur ce coup là, en ne prenant part au projet). "Loner" déboule avec ses riffs très hard sur un rythme pachydermique, appuyé par d'excellentes guitares et des solos toujours judicieux, tout comme un "Age Of Reason" soutenu de malins keyboards. Le plombant "Live Forever" est ponctué d'ambiances sombres et lourdes. Sur "Damaged Soul" (où Ozzy ressort l'harmonica), l'ambiance d'un (sombre) blues évoque le son stoner ou doom qu'ont assimilé tous les fils spirituels de Black Sabbath (la liste serait sans fin).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
13, de Black Sabbath 0 4 juin 13
Voir toutes les discussions...  
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?