Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 16,83

ou
 
   
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 5,12
Amazon Rachète cet article
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique [Broché]

Gavin Menzies , Julie Sauvage
4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,12
Vendez 1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,12, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.
Il y a une édition plus récente de cet article:
1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique 1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique 2.5 étoiles sur 5 (2)
EUR 14,90
En stock.

Description de l'ouvrage

22 août 2007
GAVIN MENZIES
1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique

Le 8 mars 1421, la plus grande flotte que le monde avait jamais vu quitta les côtes chinoises. Ces immenses vaisseaux étaient commandés par les fidèles amiraux eunuques de l'empereur Zhu Di. Ils avaient ordre de naviguer jusqu'aux confins de la terre. Ces voyages allaient durer deux ans.
Avant le retour de la flotte, la Chine allait entrer dans un grand isolement appelé à durer plusieurs siècles. De ce fait, personne ne célébra ces exploits. On laissa dépérir les vaisseaux et détruire les archives de ces extraordinaires expéditions. On oublia ainsi que les Chinois avaient fait le tour du monde un siècle avant Magellan, découvert l'Amérique 70 ans avant Colomb et l'Australie 350 ans avant Cook.

Les révélations de Gavin Menzies tout au long de 1421 sont à couper le souffle. Pas à pas, il reconstitue l'histoire des cartes maritimes, des planisphères et de la navigation dans une enquête au long cours qui l'amène à des conclusions absolument édifiantes : contrairement à des idées reçues vieilles de plus d'un demi-millénaire, les grands «découvreurs» n'ont sans doute rien découvert du tout !

Gavin Menzies, commandant de sous-marin dans la Royal Navy, a passé son existence à parcourir le monde et les océans dans le sillage des grands navigateurs. Les recherches qu'il a entreprises pour écrire 1421 l'ont conduit à visiter environ 120 pays, plus de 900 musées ou bibliothèques, et la quasi-totalité des sites portuaires à travers le monde, changeant ainsi pour toujours l'histoire des grandes découvertes.

Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Julie Sauvage.

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Il y a de cela plus de dix ans, je fis par hasard une découverte des plus -incroyables, celle d'un indice dissimulé dans une vieille carte. S'il ne menait à aucun trésor caché, il suggérait néanmoins que l'histoire du monde telle que nous la connaissons et telle qu'elle s'est transmise depuis des siècles devait être radicalement révisée.
Je tentais alors d'approfondir une question qui était devenue pour moi une passion dévorante : l'histoire médiévale et, en particulier, les cartes marines et les portulans des premiers explorateurs. J'aimais examiner ces anciennes cartes, suivre les contours des terres, les côtes, les lignes changeantes des bancs de sable et des bas-fonds, repérer la menace des écueils et des récifs. Je suivais le flux et le reflux des marées, la force des courants invisibles, le cours des principaux vents, décortiquant les couches successives de sens accumulées dans ces cartes anciennes.
C'est dans les plaines venteuses du Minnesota que commencèrent mes recherches. Ce n'est sans doute pas le premier endroit où l'on penserait découvrir un document susceptible de révolutionner l'histoire. Mais la bibliothèque James Ford Bell, à l'université du Minnesota, possède une remarquable collection de portulans et de cartes anciennes, et l'une d'entre elles, en particulier, retint mon attention. Elle faisait partie du fonds Sir Thomas Philips, riche collectionneur britannique né vers la fin du XVIIIe siècle, mais elle était restée dans l'oubli le plus total jusqu'à la redécouverte de cette collection il y a une cinquantaine d'années.
La carte portait l'indication de l'année 1424, et la signature du cartographe vénitien Zuane Pizzigano. L'Europe et certaines parties de l'Afrique y figuraient et, en la comparant avec une carte moderne, je me rendis compte que ce cartographe avait dessiné les côtes européennes avec une grande précision. Pour l'époque, c'était même une réussite exceptionnelle, mais elle n'avait rien de prodigieux pour autant. Cependant, mon oeil fut alors attiré par un détail des plus curieux : le cartographe avait aussi représenté un groupe d'îles dans l'océan Atlantique, loin vers l'ouest. Les noms qu'il leur avait donnés, Satanazes, Antilia, Saya et Ymana, ne correspondaient à aucun nom moderne et, dans le secteur où il les avait placées, il n'existait aucune grande île. Il pouvait s'agir d'une simple erreur dans le calcul d'une longitude, car les Européens ne maîtrisèrent pas cette technique ardue avant le XVIIIe siècle. Mais ma première idée fut qu'il s'agissait là d'îles imaginaires, qui n'existaient que dans l'esprit de celui qui les avait représentées.
J'y regardai à deux fois. Les deux îles principales étaient colorées de teintes vives, Antilia de bleu foncé, et Satanazes d'un rouge éclatant. Le reste de la carte n'était pas colorié et il semblait certain que Pizzigano voulait mettre en évidence l'importance de ces îles, récemment découvertes. Tous les noms figurant sur la carte étaient portugais. Antilia, soit anti, «de l'autre côté de», et ilha, «île», pouvait signifier «l'île face au Portugal, de l'autre côté de l'Atlantique». Je ne voyais pas d'autre explication ni, dans ce nom, aucun autre indice pouvant m'aider à identifier cette île. Satanazes, soit «l'île de Satan», était un nom assez frappant. Sur la plus grande île, Antilia, figuraient un grand nombre de villes, indiquant qu'elle était mieux connue. Satanazes ne comportait que cinq noms de localités, ainsi que les inscriptions énigmatiques con et imana.

Revue de presse

Selon l'historien britannique Gavin Menzies, le Chinois Zhenq He aurait devancé Christophe Colomb...
L'ouvrage fit grand bruit lors de sa parution en Angleterre et aux Etats-Unis l'année dernière. Plus d'un million d'exemplaires et une bonne vingtaine de traductions. Curieusement les Chinois restèrent stoïques. Pour une fois qu'on ne les accusait pas d'avoir copié quelque chose. Quelques voix émirent des doutes sur le débarquement de l'amiral Zheng He en Amérique du Nord. Pourquoi n'y a-t-il pas laissé de traces et pourquoi n'a-t-il pas profité de l'aubaine comme le firent les Européens ? Gavin Menzies a la réponse. «En arrivant au Mexique, les conquistadors trouvèrent, comme en Californie, des volailles asiatiques fort différentes de celles qu'on élevait en Europe.» (Laurent Lemire - Le Nouvel Observateur du 30 aout 2007 )

Détails sur le produit

  • Broché: 414 pages
  • Editeur : Editions Intervalles (22 août 2007)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2916355170
  • ISBN-13: 978-2916355177
  • Dimensions du produit: 23,6 x 15,2 x 3,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 152.568 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
4.1 étoiles sur 5
4.1 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
5.0 étoiles sur 5 Génial ! 16 janvier 2014
Par Belatx
Achat vérifié
c'est un document, pourtant si bien écrit qu'on le lis comme un roman !!...tous simplement génial, et quel travail de recherche.
Amoureux d'histoire du monde !.. ce livre est pour vous.
Quel talent .
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
12 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 surprenant et passionnant 22 janvier 2008
Par L. Sylvie
Ce n'est pas un roman et pourtant ça se lit comme si c'en était un.
A la lumière de son expérience de marin, Menzies nous offre un voyage fabuleux autour du monde et reécrit l'histoire des grandes découvertes.
Comment ne pas être fasciné par la puissance et la richesse tant scientifique que culturelle de la Chine à une époque où l'Europe balbutiait.Si la Chine ne s'était pas repliée sur elle-mëme à la suite de la mort du génial empereur à l'origine de cette expédition, aurait-elle colonisé le monde?
A cet égard le titre original en anglais est plus proche de la réalité: 1421, l'année où la Chine a découvert le monde.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Du vent ! 25 mars 2012
Par qoolius
Ce livre est un roman de science-fiction: rien que des spéculations, pas l'once d'une preuve. Les marins de Zheng He font tout, découvre tout: l'imagination de G. Menzies est sans limite !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Livre passionnant et étonnant 2 septembre 2009
Par Sleepy
Ce livre est tout simplement passionnant en plus d'etre surprenant. Si le titre peut dérouter, étant tellement habitué à ce que le nom de Colomb soit associé à la découverte de l'Amérique, on est vite captivé par les révélations de ce livre qui sont en plus bien documentées et argumentées.

Le livre se lit d'une traite et on se met à vouloir en savoir plus sur ces incroyables expéditions maritimes chinoises.
En y réfléchissant, de nombreux faits révélés dans le livre tombent sous le sens et on en ressort avec un seul souhait: que les historiens officiels s'intéressent plus à cette partie de l'histoire pour que les vrais explorateurs soient mis à l'honneur.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Gavin Menzies 11 août 2013
Achat vérifié
pourquoi ce Silence sur la découverte de L'Amérique?à qui profite le Crime ?ce livre est plein de précisions qui font froid dans le dos!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?