D'occasion:
EUR 5,60
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par ZOverstocksFR
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Entièrement garanti. Expédié à partir du Royaume-Uni, veuillez noter que les délais de livraison peuvent atteindre 18 jours.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,69

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • 17 Seconds
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

17 Seconds


Voir les offres de ces vendeurs.
4 d'occasion à partir de EUR 5,60

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste The Cure

Discographie

Image de l'album de The Cure

Photos

Image de The Cure

Biographie

Né le 21 avril 1959, le jeune guitariste Robert Smith forme Malice en 1976 à Crawley, dans le Sussex, avec ses copains d'école Lawrence « Lol » Tolhurst (batterie), Michael Dempsey (basse), Paul « Porl » Thompson (guitare), et un certain Peter O'Toole, parti en 1977.

Leader naturel du groupe, il en devient ... Plus de détails sur la Page Artiste The Cure

Visitez la Page Artiste The Cure
136 albums, 28 photos, discussions, et plus.

Détails sur le produit

  • CD
  • Nombre de disques: 1
  • ASIN : B000002H5R
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par deadleaf le 24 janvier 2006
Format: CD
Suite à l'impressionnante compilation "join the dots", c'est au tour des premiers albums du groupe d'être réédités, ici on replonge avec délice dans le premier opus de la fameuse trilogie : "17 seconds - faith - pornography".
En dehors du CD original remasterisé, un petit livret d'une vingtaine de pages nous raconte un peu l'histoire de cet album, on apprend entre autre qu'à cette époque le bassiste originel Michael Dempsey est évincé car il n'aimait pas du tout les titres de seventeen seconds, il partira chez les Lotus Eaters au profit du fabuleux Simon Gallup (une des meilleures choses qui soient arrivées à Cure !), d'autre part Cure va assurer pendant cette période la première partie de Siouxsie et c'est d'ailleurs Smith qui sera pendant la tournée à la fois guitariste de Cure et des Banshees.
Pour ceux qui n'auraient pas encore le CD original, il s'agit d'un disque qui s'écoute avec plaisir sans jamais révéler tous ses mystères (cette magnifique et mystérieuse pochette). Les deux faces assez similaires commencent par deux intros énigmatiques : a reflection, the final sound, se poursuivent avec deux morceaux d'anthologie (play for today, a forest), on fait alors le plein de mélancolie (secrets, at night, in your house, 17 seconds), un classique.
Le second CD proposé ici offre à la manière d'un documentaire, des inédits : deux morceaux composés par Smith et Gallup avant que celui-ci ne rejoigne Cure (I'm a cult hero, Dig you), ces titres plutôt énergiques ressemblent à du Blur première période.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par sebdoolittle le 29 novembre 2007
Format: CD
SEVENTEEN SECONDS : voilà bien pour moi le premier exemple qui me vient à l'esprit pour définir ce qu'on appelle dans le jargon musical un disque culte. Ce qui est exceptionnel, avec ce disque et avec d'ailleurs la plupart des grands disques de Robert Smith et ses divers comparses, c'est que chaque admirateur en a sa propre définition, vision, représentation, et sensations.
Pour certains, c'est le disque le plus honnête de Cure : le moins boursouflé, celui dont le son ouaté est le plus finement évocateur, et celui qui contient le morceau emblématique du groupe (et de bravoure en concert), A Forest.
Pour d'autres, c'est le plus important de leur discographie, définition du fameux son Cure inimitable - mais souvent imité, première étape de la fameuse trilogie glacée, qui éclatera ensuite dans un sommet quasi expressionniste de violence, de colère et d'intensité avec Pornography. En somme, tout est déjà en friche dans Seventeen Seconds.
Pour moi, c'est un peut tout ça réuni. Avec en plus un constat majeur: il s'agit d'un album rare. Rare, et dense. Rare, parce que l'album est épuré au strict minimum musical, ne contenant finalement que très peu d'instruments (une caisse claire assourdie, une basse étouffée, quelques grains parsemés de guitare cristalline, un clavier cotonneux, une voix monotone), très peu de textes, et... très peu de notes. Et dense, parce que le minimalisme de Seventeen Seconds, justement, emmène loin, loin, l'auditeur, avec ... aussi peu de notes.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jidé COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR le 23 janvier 2004
Format: CD
Dire que "17 seconds" est le premier disque d'une fameuse trilogie est quelque peu trompeur : ce disque n'a ni le désespoir profondément gris de "Faith", ni la noirceur gothique et violente de "Pornography". C'est plutôt un disque blanc (à l'image de sa pochette floue), impressionniste, à la mélancolie suave et surtout, aux mélodies pop limpides.Pourtant, rien de compliqué dans cette musique : Robert Smith le confesse lui-même, "mon secret de guitariste, c'est que je ne m'entraîne jamais" : et tant mieux, loin des guitar-heroes fatigants, il tisse des arpèges étonnants de simplicité, parfois maladroits, mais remarquables d'efficacité (notamment sur le long et culte "A Forest"). Les deux autres (Gallup et Tolhurst) ne sont pas en reste : boucles rythmiques au bord de l'apoplexie, basse ronronnante comme un chat asmathique, synthétiseurs vaporeux ... cette musique souvent lente, aime à se perdre dans les brouillards de la mélancolie, dans les brumes du songe, et dans les bruines de l'adolescence. A noter que, outre le cultissime "A Forest", l'album contient également deux perles absolues : "Play for today" et la méconnue "M". Ce qui fait qu'on pourrait presque trouver une seconde trilogie pour ce bijou, qui est aussi la suite du rose post-punk "3 Imaginery Boys" et l'annonciation de l'équilibre pop de "The Head on the door".
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Coin-coin le trekkie le 3 janvier 2011
Format: CD
Avant que la musique commerciale ne devienne un produit pour "sous-cultivés à la limite de la débilité" (Luchini dans "P.R.O.F.S"), et sans doute bien avant que le nain imagine épouser un jour un ancien mannequin reconverti en chanteuse à texte sans voix, il y avait une époque bénie qui en offrait encore une de bonne qualité.

Si aujourd'hui The Cure n'est plus qu'un ersatz du groupe qu'il était il y a plus de vingt ans, proposant désormais l'équivalent sonore du gloubiboulga de Casimir, il ne faut pas oublier qu'avec Depeche Mode, Orchestral Manoeuvre In The Dark, et bien d'autres encore, il était l'un des groupes favoris des radios.

Entre 1981 et 1982, Robert Smith et sa bande vont s'enfermer en studio et produire les deuxième et troisième volets de leur fameuse trilogie "dépressive" ( "Faith" et "Pornography"). Si Faith semble le volet le mieux produit, et Pornography celui qui plonge le plus loin dans les abimes de la cold wave, "Seventeen Seconds" est sans doute celui qui sur la durée, résiste le mieux au temps.

Après une courte intro obsolète, l'encourageant "Play For Today" poursuit la voie ouverte par les précédents essais du groupe. Soit une musique un brin immature, survoltée mais jamais ennuyeuse. Un principe honoré par un "Secrets" un poil plus lent au centre duquel Smith pose une voix en forme de plainte maladive. "In Your House" lui-même ralenti davantage le tempo et ressemble à ce qui sera la marque de fabrique du groupe pour les deux albums suivants.

Il y a quelque chose d'inquiétant dans cette musique.
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?