undrgrnd Cliquez ici Baby NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • 21st Century Breakdown [Cln]
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

21st Century Breakdown [Cln] Version tous publics, Import


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
CD, Version tous publics, Import, 15 mai 2009
"Veuillez réessayer"
Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Green Day

Discographie

Image de l'album de Green Day

Photos

Image de Green Day

Biographie

Billie Joe Amstrong et Mike Dirnt (de son vrai nom Mike Pritchard) sont des amis d'enfance qui se sont rencontrés sur les bancs de l'école. A l'âge de 14 ans ils forment leur premier groupe Sweet Children qui se produit sur les scènes de Rodéo, leur ville d'origine. En 1989, ils intègrent au groupe le batteur Al Sobrante, se rebaptisent ... Plus de détails sur la Page Artiste Green Day

Visitez la Page Artiste Green Day
124 albums, 13 photos, discussions, et plus.

Détails sur le produit


Descriptions du produit

Critique

C’est donc dans une atmosphère de transfert de fonds à la Banque de France qu’est édité le huitième album studio d’un groupe américain, qui, ne tarissant pas d’éloges quant aux Clash (et revendiquant pour les sessions qui nous occupent ici les influences conjointes de Bruce Springsteen et de Queen), est essentiellement salué comme ayant répercuté les acquis de Nirvana au royaume bien plus rémunérateur de la pop : avec vingt-deux millions de copies vendues (et trois Grammy Awards pour la postérité), le trio s’avère naturellement bien davantage qu’un simple acte esthétique.

On mesure en outre la pression pesant sur les épaules des musiciens, si l’on considère que leur précédent album American Idiot (2004) reste comme un triomphe, tant commercial, que critique. Green Day a donc décidé de faire jouer l’artillerie lourde : comme son prédécesseur, cette dépression nerveuse à l’usage du 21ème siècle s’avère, non seulement un concept album, mais l’un de ces opéras rock qui a offert quelques chefs d’œuvre (Tommy), et bien davantage de rogatons à l’histoire du rock.

Nous suivons donc, en trois actes et dix-huit chansons (toutes composées par le pianiste, chanteur, guitariste et leader du groupe, Billie Joe Armstrong), la destinée d’un couple (Gloria et Christian), à travers les joies et vicissitudes de l’existence. Il est aisé d’admettre que ces deux personnages de fiction ne font qu’un dans le cerveau de leur créateur, le premier idéaliste, et le second enclin, dans l’atmosphère troublée que traverse un pays toujours en guerre quelque part dans le monde (les États-Unis), à appuyer sur le déclencheur d’une rampe de missiles. Mais il se trouve que ces anciens jeunes gens de Caroline du Nord ont aujourd’hui grandi : désormais trentenaires, les Green Day sont aujourd’hui bien moins nihilistes qu’auparavant, encourageant leurs fans (ces millions d’auditeurs qui, en cette ère de téléchargement, continuent à acheter leurs disques par containers entiers) à se mobiliser pour un monde meilleur.

Ce qui n’a pas changé, en revanche, c’est la capacité du groupe à trousser des refrains définitifs (car, même si la somme de 21st Century Breakdown est supérieure aux parties, c’est bien de chansons dont il s’agit ici), qui les font pénétrer à grands fracas dans le rock le plus classique. Produit par Butch Vig (qu’on a connu aux côtés des Smashing Pumpkins ou de Nirvana), l’album s’autorise quelques digressions surprenantes (un cabaret expressionniste inspiré de Bertold Brecht ou Kurt Weill dans « Viva La Gloria », des écoutes répétées des œuvres complètes de John Lennon avec « Last Night On Earth » et son piano immaculé). De même, on pourra goûter avec suspicion le caractère empesé de certains thèmes, ou un choix systématique pour une production survitaminée, à base de guitares multiples, cordes synthétisées, et autres claviers ravageurs.

Mais, bien heureusement, le disque se recentre très vite sur une musique à haute énergie (le cœur de métier de Green Day), et un parallèle évident tracé vers les très riches heures des Who, et leur batteur dynamiteur en chef Keith Moon. Jamais le projet ne prend le pas sur les chansons, et jamais le sérieux de l’entreprise ne fait oublier aux musiciens ce qu’ils furent à l’origine : des petits punks désireux de conquérir le monde. Avec 21st Century Breakdown (salué par la plupart des littérateurs de par le monde comme un authentique chef d’œuvre), il semblerait bien qu’ils y soient parvenus.  



Christian Larrède - Copyright 2012 Music Story

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?