Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 6,99
 
 
 
 

52nd Street [CD, Enregistrement original remasterisé, Bonus]

Billy Joel CD
4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
Prix : EUR 9,63 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
 Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux ou aux produits vendus par des vendeurs tiers sur la plate-forme Marketplace. Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 5 août ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 6,99.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

La tâche était difficile pour Billy Joel au moment de donner une suite à son énorme succès de 1977 The Stranger. 52nd Street ne parvient pas tout à fait à atteindre le niveau de ce précédent album, mais les ventes furent à peu près équivalentes, et Billy Joel pouvait continuer à construire une carrière de succès qui devait le mener à l'impressionnant Glass Houses en 1980. 52nd Street contient tout de même de bons moments : "My Life" reste un des succès mémorables du pianiste new-yorkais, "Half a Mile Away" est un magnifique morceau entraînant de pop contagieuse et "Rosalinda's Eyes" offre une séduisante ambiance latino. Mais Billy Joel en fait un peu trop sur des titres macho comme "Big Shot" et "Stiletto", alors que "Zanzibar", qui se veut artistique, s'avère plus prétentieux qu'audacieux. Et sur le dernier titre de l'album, notre homme a même du mal à convaincre dans un registre blues. --Peter Blackstock

Critique

Deuxième volet de sa trilogie « jackpot » The Stranger/52nd Street/Glass Houses, Billy Joel se devait de confirmer son extraordinaire succès commercial précédent. L’époque est décidément en sa faveur, puisque cet album se vend presque aussi bien que son prédécesseur et obtient les Grammy de l’album de l’année 1979 et de meilleure performance vocale pop. Moins d’un mois après sa parution il parvient n°1 aux USA le 18 novembre 1978, le demeure deux mois et en reste quatorze dans la liste des cent meilleures ventes d’albums. Il tient une trompette sur la pochette, dont il ne joue pas dans le disque. Le symbole est clair : il célèbre la fameuse 52ème rue longitudinale à Manhattan, longue de trois kilomètres dans le West End, repaire des clubs de Jazz depuis les années 20. L’album séduit en effet par son ambiance jazzy pour touristes, mais débute par un rock à tempo élevé où Billy Joel semble encore forcer son chant tellement il est désireux que nous croyions à ce qu’il nous raconte, l’histoire d’un parvenu (« Big Shot ») qui conduit sa limousine dans les beaux quartiers, une bouteille de champagne à la main et la cuiller de coke près du nez. Il se calme ensuite, beaucoup plus à l’aise dans les tempos moyens et les changements de tons, et les ballades. Il nous transporte à Los Angeles avec l’autobiographique « My Life » (n°3 et thème du générique de la série TV Bosom Buddies de 1980 avec Tom Hanks, inédite en France) et c’est la ballade un peu quelconque « Honesty » qui est plébiscité dans le reste du monde, notamment en France où il est n°1 en août 1979. La deuxième partie de 52n Street est nettement plus intéressante, avec ses rythmes variés, un piano virtuose (« Stiletto »), et l’exotique et évocateur « Rosalinda’s Eyes ». « Half A Mile Away » a dû être le morceau le plus cher à enregistrer, avec son orchestration de cuivres et ses chœurs enlevés, et rappelle les meilleurs titres des groupes Chicago ou Steely Dan. Tandis que le flamboyant « Until The Night » est sans doute la composition la plus lyrique de cet auteur prolifique.

Premier album de l’histoire à être sorti au format cd en 1982 (au Japon seulement), 52nd Street a été réédité le 23 novembre 1999 en SACD, mais pour les mélomanes rien ne vaut la réédition de 1981 à quelques exemplaires du 33t gravé à moitié de vitesse. Ah… la trompette. Elle est quand même utilisée dans « Zanzibar », par le célèbre trompettiste (de Jazz !) Freddie Hubbard.                                                                                                                                            



Jean-Noël Ogouz - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

52ND STREET
‹  Retourner à l'aperçu du produit