ARRAY(0xa8f8024c)


ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Plus de choix
sentdirect Ajouter au panier
EUR 9,54
Amazon Ajouter au panier
EUR 9,74
Eligible à (En savoir plus)
Factory Shop Deals Ajouter au panier
EUR 12,35
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 8,49
 
 
 
 

A Rush of Blood to the Head

Coldplay CD
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (26 commentaires client)
Prix : EUR 9,31 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
En stock, mais la livraison peut nécessiter jusqu'à 2 jours supplémentaires.
Vendu par Dvd Overstocks UK et expédié par Amazon. Emballage cadeau disponible.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 8,49.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

Bien que le groupe comptât parmi ses fans quelques pointures de la trempe de Noel Gallagher d'Oasis et Bono de U2, rien n'y faisait du côté de la crédibilité musicale, au point que la formation était souvent prise pour cible par la critique comme par le patron du label Creation, Alan McGee, qui en avait fait jusque-là sa tête de Turc préférée. Tous ceux qui avaient trouvé leur premier et précédent album, Parachutes, un peu fade malgré des chansons excellemment troussées, devraient réviser leur opinion. Sur le second A Rush Of Blood To The Head (titre annonciateur d'une certaine révolte), Coldplay se remet en question et reprend les choses au début. L'anecdote veut que Ian McCulloch, le leader d'Echo & The Bunnymen, présent dans le studio d'enregistrement tout au long des séances, soit en partie à l'origine de cette prise de conscience grâce aux conseils qu'il a su prodiguer. Entre-temps, grâce à quelques relations aux goûts sûrs, le sympathique Chris Martin, tête pensante de Coldplay, a découvert le punk, potassé la new wave et s'est plongé une fois pour toutes dans la cold wave comme dans les expérimentations soniques de My Bloody Valentine. De tout cela, il ressort en septembre 2002 que Coldplay a désormais bonne mine face à Radiohead – le présent opus n'a toutefois rien à voir avec les prises de risques de Kid A – voire, surtout, qu'il peut rivaliser, la tête haute, avec la qualité du songwriting des meilleurs des Britanniques, de The Smiths à The Verve. Et ce n'est pas rien… --Hervé Comte

Critique

Déjà épuisé par les tournées qui ont suivi le succès de Parachutes, les musiciens sont en panne d’inspiration, le chanteur Chris Martin déclarant être à court d’idées. La presse anglaise prophétise même leur séparation. La vérité est plus prosaïque ; le groupe avait signé avec EMI pour cinq albums, pas un seul ou deux. Cette obligation ne lui permettait pas de se séparer, à moins de perdre beaucoup d’argent et de se voir poursuivi en justice…

Mais le premier titre dévoilé, le mélodique « In My Place », rassure et le groupe et son entourage. Et l’album débute en fanfare avec la construction très originale de « Politik » et son ambiance à la fois pesante et éthérée, d’un lyrisme flamboyant. Fort bien placé puisqu’il donne le ton de l’album et donne irrésistiblement envie de découvrir la suite. Les guitares sèches de « God Put A Smile Upon Your Face » introduisent un Chris Martin chanteur intimiste, rapidement soutenu par une guitare saturée et un tempo rapide en décalage sur le couplet et complètement en phase avec l’envolée avec écho du refrain. On évoque U2, sans l’emphase, voire la grandiloquence. Une vraie chanson pop. Codlplay calme le jeu avec « The Scientist », belle chanson intimiste qui aurait pu figurer sur le premier album tant elle rappelle « Yellow ». La voix fragile de falsetto de Chris Martin est un régal tout au long de l’album et il sait d’instinct adapter sa texture aux autres titres, tous différents, dans leur construction, leur atmosphère et leurs harmonies.

Avec « Green Eyes » on se croit revenu au bon vieux temps du folk rock des années 60, l’écho sur la voix en plus. Avec « A Whisper » à celui du British beat boom, les synthés en plus…  Les deux grands moments de ce disque valent à eux seuls son acquisition : « A Rush Of Blood To The Head » - à écouter très fort - est un poème lyrique en vers au texte dramatique dit d’un ton à la fois détaché et convaincant, aux couplets élégiaques et au refrain carrément hanté. Une expérience que la mémoire auditive ne peut oublier. Et enfin le somptueux « Clocks » et son irrésistible intro au piano qui perdure à chaque reprise du refrain, et cette ligne de basse qui suit la mélodie chantée par Chris Martin sur les couplets. Magique… Un remix dance réalisé par Royksopp a été n°1 en Australie.

Les musiciens, qui ont décidé démocratiquement dès leur formation de partager les crédits de toutes leurs chansons, ont promis de verser 10% de leurs gains à des organisations caritatives ; et ils en donnent la liste sur le livret, avec en bonne place le dada de Chris Martin, le commerce équitable (www.maketradefair.com).



Jean-Noël Ogouz - Copyright 2014 Music Story

Description du produit

Est-ce parce Coldplay vise indiscutablement une certaine pérennité artistique que ce second album débute comme du Pink Floyd de la grande époque ? Est-ce pour cela que le groupe dont « Parachutes », le précédent opus, enthousiasma tous ceux qui savent qu'à la différence du rock qui sent le renfermé, la pop perdurera toujours, que le single In My Place (positionné en deuxième plage) est aussi racé qu'efficace ? Est-ce pour toutes ces raisons et d'autres fusionnant dans le même sens que le prometteur quatuor dirigé par Chris Martin a su ici varier les ambiances et les plaisirs au risque de décevoir les amateurs de continuité ? Toutes guitares dehors, les arpèges au vent et les vocaux très en avant, Coldplay se pose désormais en groupe majeur, celui qu'on pressentait et qu'on découvre ici bien plus aventureux qu'escompté. Victimes de ce regain d'audace, les chansons proposées cette fois-ci ne sont pas toutes aussi efficaces que cet In My Place, justement, qui montre de quoi le groupe est véritablement capable lorsqu'il assume jusqu'au bout l'ensemble de ses ambitions. Mais très certainement, The Scientist et sa mélodie très McCartney, ce Clocks délayé dans la réverbération sonore, Daylight plus 60's que de raison ou cet A Whisper cabochard et mal léché trouveront leur public. Aidés par Ken Nelson et Mark Phythain pour le son et les machines, et bigrement bien conseillés par Ian McCulloch, les Coldplay démontrent avec insolence que même s'ils refusent toujours que leurs chansons soient utilisées dans des jingles publicitaires, elles méritent de devenir la flamboyante BOF de la vie de millions d'individus.

Descriptions du produit

COLDPLAY A Rush Of Blood To The Head (2002 Mexican 11-track CD album including the singles In My Place The Scientist Clocks & God Put A Smile Upon Your Face complete with booklet picture sleeve)
‹  Retourner à l'aperçu du produit