A moi seul bien des personnages et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus


ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire A moi seul bien des personnages sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

A moi seul bien des personnages [Broché]

John Irving
3.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (23 commentaires client)
Prix : EUR 21,80 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le lundi 28 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 16,99  
Broché EUR 8,50  
Broché EUR 21,80  

Lire en version originale

Livre_Version_Originale
Découvrez tous les livres de John Irving en anglais en cliquant ici.

Description de l'ouvrage

18 avril 2013 Cadre vert
John Irving traite ici du désir, du secret, de l'identité sexuelle. A moi seul bien des personnages est une histoire d'amour inassouvi - une histoire tourmentée, drôle et touchante - et une approche passionnée des sexualités différentes. Billy, le narrateur bisexuel, personnage principal du roman, raconte les aventures tragi-comiques qui marquent durant près d'un demi-siècle sa vie de "suspect sexuel", expression déjà employée par Irving en 1978, Le Monde Selon Garp, un roman qui fit date.
Livre le plus politique de John Irving depuis L'oeuvre de Dieu, la part du Diable et Une Prière pour Owen,A moi seul bien des personnages est un hommage poignant aux ami(e)s et amant(e)s de Billy - personnages de théâtre défiant les catégories et les conventions. Enfin et surtout, A moi seul bien des personnages est la représentation intime et inoubliable de la solitude d'un homme bisexuel qui s'efforce de devenir "quelqu'un de bien".
Irving nous enchante avec cette formidable chronique de la seconde moitié du vingtième siècle américain, du grand renfermement puritain face à la libération sexuelle et à la guerre du Viet Nam, sans oublier l'évocation de l'épidémie de sida et ses ravages ainsi que l'effarant silence des gouvernants (Reagan). Mais toujours de l'humour, beaucoup d'humour, arraché à la tristesse et la mélancolie.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

A moi seul bien des personnages + Chronique d'hiver
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Chronique d'hiver EUR 22,50


Descriptions du produit

Extrait

Une distribution bien compliquée

Je commencerais bien par vous parler de Miss Frost. Certes, je raconte à tout le monde que je suis devenu écrivain pour avoir lu un roman de Charles Dickens à quinze ans, âge de toutes les formations, mais, à la vérité, j'étais plus jeune encore lorsque j'ai fait la connaissance de Miss Frost et me suis imaginé coucher avec elle. Car cet éveil soudain de ma sexualité a également marqué la naissance tumultueuse de ma vocation littéraire. Nos désirs nous façonnent : il ne m'a pas fallu plus d'une minute de tension libidinale secrète pour désirer à la fois devenir écrivain et coucher avec Miss Frost - pas forcément dans cet ordre, d'ailleurs.
La première fois que j'ai vu Miss Frost, c'était dans une bibliothèque. J'aime bien les bibliothèques, même si j'éprouve quelques difficultés à prononcer le vocable. J'ai comme ça du mal à articuler certains mots : des noms, en général - de personnes, de lieux, de choses qui me plongent dans une excitation anormale, un conflit insoluble ou une panique absolue. Enfin, c'est ce que disent les orthophonistes, logopédistes et autres psychanalystes qui se sont penchés sur mon cas - hélas sans succès. En primaire, on m'a fait redoubler une année en raison de mes «troubles sévères du langage», diagnostic très excessif. J'ai aujourd'hui largement passé la soixantaine, je vais sur mes soixante-dix ans, et comprendre la cause de mon défaut de prononciation est le cadet de mes soucis. Pour faire court, Pédologie, je m'en contrefous.
Étiologie : un mot que je ne me risquerais pas à prononcer, mais en revanche, si je m'applique, j'arrive à produire quelque chose qui s'approche de bibliothèque ; le mot estropié éclot alors, fleur exotique, et ça donne «bibliothèque» ou «billothèque» - comme dans la bouche des enfants.
Comble d'ironie, ma première bibliothèque était bien modeste. C'était la Bibliothèque municipale de la petite ville de First Sister, dans le Vermont - un bâtiment trapu, en brique rouge, situé dans la même rue que la maison de mes grands-parents. J'ai vécu chez eux, à River Street, jusqu'à l'âge de quinze ans, c'est-à-dire jusqu'au second mariage de ma mère. Ma mère a rencontré mon beau-père sur les planches.
La troupe de théâtre amateur de la ville s'appelait The First Sister Players ; et d'aussi loin que je me souvienne, j'ai vu toutes les pièces qu'elle montait. Ma mère était souffleuse - quand on oubliait ses répliques, elle les rappelait, et les vers oubliés en route n'étaient pas rares dans une troupe amateur. Pendant des années, j'ai cru que le souffleur était un acteur comme les autres - à ceci près que, pour des raisons qui m'échappaient, il ne montait pas sur scène et restait en tenue de ville pour dire sa part du texte. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Biographie de l'auteur

John Irving, né en 1942, a grandi dans le New Hampshire. Depuis la parution du Monde selon Garp, il accumule les succès tant auprès du public que de la critique. À moi seul bien des personnages est son treizième roman.

Détails sur le produit

  • Broché: 450 pages
  • Editeur : SEUIL (18 avril 2013)
  • Collection : Cadre vert
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2021084396
  • ISBN-13: 978-2021084399
  • Dimensions du produit: 22 x 14,6 x 3,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (23 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 36.328 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

Commentaires client les plus utiles
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un appel à la tolérance??? 18 août 2013
Par Blodeuwedd COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR TOP 50 COMMENTATEURS
Format:Format Kindle
L'auteur a cette manie d'aborder des thèmes qui lui sont chers dans chacun de ses romans, comme s'il signait son oeuvre, imposait son cachet et celui-ci n'y fait pas exception! On retrouve la vie d'un homme qui devient écrivain, un père absent, la chronique d'une vie entière à la fin du XX siècle aux Etats Unis, un passage en Europe à Vienne, une étape universitaire basée surtout sur le sport, la lutte plus précisément, un peu de politique autour du Sida et la mort due à ce fléau.

Le personnage principal, William Marshall Abbot de First Sister du Vermont nous raconte sa vie dans toute sa splendeur, familiale, professionnelle et sexuelle, avec tout ce qu'elle comporte d'intérêt, de passions, d'interrogations, de doutes, d'émois, d'écoeurement et de révolte. Car Billy évolue au sein d'une Amérique puritaine qui pratique la politique de l'autruche dès que l'on parle ou vit sexe différemment, jusqu'au jour où le Sida pointe le bout de son nez...ce qui nous donne deux parties distinctes dans le ton de l'auteur, la première décrite avec humour et légèreté, la seconde plus sombre en corrélation avec le sujet évoqué.

Billy ne connait de son père que les mensonges que sa mère veut bien lui servir ainsi que les allusions à Flaubert aussi la prend il pour une folle jusqu'au jour où il comprendra qu'elle l'aimait à sa manière mais ne voulait pas qu'il suive les traces de son père. Son grand père aime se travestir, et lui aime le theatre puisque son beau-père aimant dirige la troupe de First Sister.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Quelle déception 29 juin 2013
Par np1er
Format:Format Kindle|Achat vérifié
Ou est passé le John Irving que je connaissais et que j'appréciais tellement? J'ai lu la majorité de ces livres et je ne retrouve rien dans celui-ci, ni son humour, ni ce côté décalé et attachant des personnages, ni ces histoires complétement dingues. Rien que du sexe et une étude de pièces de théatre, entre homosexualité, bisexualité et transexualité cela ne mène à rien, j'abandonne avant la moitié du bouquin.... Quelle déception.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une odyssée sexuelle 6 mai 2013
Par traversay TOP 50 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Broché|Achat vérifié
Passé 70 ans, les écrivains américains deviennent-ils tous des obsédés textuels, euh, sexuels ? La question ne se pose pas pour un Philip Roth ou un Tom Wolfe qui n'ont pas attendu un âge canonique pour s'intéresser à la chose. Le cas de John Irving est différent. Dans A moi seul bien des personnages, l'auteur se lâche totalement et balance un pavé très cru à la face de l'Amérique puritaine. Billy, narrateur et personnage principal, est à la recherche de son identité sexuelle, assumant difficilement son désir pour les femmes, les hommes et les transsexuels. Irving dépeint sa quête, certains diraient son errance, pendant près d'un demi-siècle, au sein d'un roman foisonnant au souffle certain qui ne tire que rarement à la ligne, mais ça lui arrive quand même. Une multitude de personnages, tous ambigus, objets le plus souvent de son désir, croisent la route d'un Billy qui se débat avec les affres de sa conscience dans l'environnement d'une petite ville du Vermont guère habituée aux frasques en tous genres, surtout dans les années 70. Si le livre est teinté d'humour dans sa plus grande partie, il change de ton lorsqu'il s'agit d'évoquer la décennie suivante pendant laquelle le sida fauche les vies en une moisson sanglante. Toutefois, il ne faut pas prendre le dernier livre d'Irving comme un roman d'aventures liées uniquement au sexe. Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Méfions nous des critiques 18 octobre 2013
Par Pierre
Format:Broché
Fan d'Irving depuis ces 1ers livres, j'ai commencé celui ci avec joie, les critiques dans la presse étant plutôt élogieuses. J'avais par ailleurs plutôt aimé le précédent (Dernière nuit à Twisted River).
Mais qu'elle déception !!
On voit défiler une galerie de personnages auxquels on ne s'attache pas vraiment, Irving a perdu ce talent que jamais tant à raconter une histoire, à construire un monde dans lequel on se sentait bien.
Hormis d'interminables répétitions de pièces d'Ibsen ou de Shakespeare, Irving ne raconte pas grand chose, et j'ai trouvé la bisexualité du personnage principal très cliché. Et que dire de la fin du livre, si ce n'est qu'il n'y en a pas vraiment. Tout ça se finit en queue de poisson...
Bref, c'est mauvais. Si vous ne connaissez pas cet auteur, ne commencez surtout pas par ce livre.

Ça m'a un peu rappelé le dernier Murakami (1Q84), encensé par la critique et pourtant bien moyen (lisez plutôt les chroniques de l'oiseau à ressort).
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
5.0 étoiles sur 5 a moi seul bien des personnages
Très beau texte sur la différence, qui fait réfléchir à la complexité du genre humain, à l'évolution d'une personne, au fait... Lire la suite
Publié il y a 2 mois par Carrier fabienne
5.0 étoiles sur 5 A moi seul....
Je suis un fan d irving et j ai a nouveau adore cette derniere oeuvre tres particuliere qui balaye quelques 40 annees dans la vie des personnage au cours desquels ils vont... Lire la suite
Publié il y a 10 mois par GDKWI
4.0 étoiles sur 5 Fan d'Irving
Voilà + de 30 ans que je lis les romans - aucun de méchappe - de John Irving avec bonheur et délectation. Lire la suite
Publié il y a 10 mois par danielle durant
1.0 étoiles sur 5 Déception
La première fois que je me décide à acheter un livre d'Irving suite à une critique télévisuelle qui m'avait fait miroiter un roman... Lire la suite
Publié il y a 10 mois par Ddl Médias
5.0 étoiles sur 5 Superbe...
Belle histoire d'actualité...à vous de juger !!! Ode à la différence , à la tolérance, bref un très bon livre .
Publié il y a 11 mois par TOMASINA JACQUI
5.0 étoiles sur 5 John Irving le retour
J'avais un peu abandonné J. Irving, j'ai lu quelques romans, mais le meilleur pour moi est sans conteste "Le Monde selon Garp". Lire la suite
Publié il y a 11 mois par LIONEL LAFAYE
2.0 étoiles sur 5 Où est passé J Irving ?
Tout J IRVING est dans ce roman , ses angoisses ,ses questionnements,notre société de fin de 20 éme siècle et du 21ème siècle mais... Lire la suite
Publié il y a 12 mois par dubois patricia
3.0 étoiles sur 5 LE DERNIER IRVING
DE TOUS SES LIVRES, C'EST CELUI QUE J'AI LE MOINS AIME.
J'ATTEDS LE PROCHAIN AVEC IMPATIENCE.

Pour les nouveaux lecteurs d'Irving, ne pas commencer par celui-ci.
Publié il y a 12 mois par Colette Dubois
3.0 étoiles sur 5 doit-on tous se mettre à genoux devant le sexe si...
J'ai bien peur de rentrer dans la catégorie des "hommes des cavernes" si honnie; bah je m'en remettrai sans doute, tout en pensant que les hommes des cavernes sont trop... Lire la suite
Publié il y a 12 mois par D. bruno
4.0 étoiles sur 5 Sous titre: Du sexe, celui que l'on a ou celui que l'on aime.
Un livre qui ne traite que du sexe celui que l'on a ou celui que l'on aime. crûment mais jamais vulgairement. Lire la suite
Publié il y a 12 mois par Daloz Franck
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?