undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

17
3,8 sur 5 étoiles
Les Ages sombres
Format: PocheModifier
Prix:8,80 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Un livre qui nous raconte l'implantation d'une communauté de béguines dans un village de l'Angleterre profonde au moyen-âge. Cette communauté de femmes qui veulent accueillir les femmes quel que soit leur statut va avoir du mal à s'implanter puisqu'elles vont à l'encontre des idées reçues en prônant l'autonomie des femmes. Elles vont être soumises à la vindicte du curé du village, des hommes qui veulent faire vivre les traditions païennes, et à l'autorité de l'Eglise.

Un point commun avec le livre précédent c'est la pluie ! et ce n'est pas forcément un, livre que l'on peut lire par temps de pluie parce que l'on s'y ennuie un peu ,l'intrigue n'est guère rythmée et est téléphonée. L'intérêt de ce livre c'est la recherche historique qui nous fait découvrir une communauté peu connue et qui a revendiqué l'autonomie des femmes bien avant les féministes. Les rapports entre les différents groupes et les individus sont bien retracés, les personnages bien décrits et attachants.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 septembre 2013
J'ai trouvé que les personnages étaient profonds, complexes, et bien sûr, attachants. L'histoire est intrigante, et bien qu'on ne puisse pas qualifier l'histoire de thriller, il y a un suspense sur l'avenir de ces villageois et de cette communauté de femmes, avec un soupçon de fantastique avec l'apparition d'un "démon". L'aspect historique n'est pas pesante, il s'agit plus de quelques lignes au début de chaque chapitre, et des notes à la fin de l'histoire.
Malgré tout, pour moi, la fin est trop rapide, pas forcément à la hauteur du reste, ou du moins, pas ce que l'on aurait espérer vu l'intrigue. Plus quelques secrets qui ne sont pas dévoilés aux autres personnages de l'histoire qui me laissent un goût de trop peu...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 10 juin 2015
Encore une fois, Karen Maitland conte avec talent les mœurs moyenâgeuses, à l’heure où le christianisme croise, au cœur des villages d’Angleterre, les rites païens. La vie des gens était alors rythmée par les superstitions les plus folles qui les poussaient aux actes les plus cruels. Le bonheur était une notion complètement étrangère à cette époque difficile où l’objectif premier était de survivre, souvent au détriment des plus faibles.
L’un des aspects les plus intéressants du roman réside dans le choix de l’auteur d’évoquer les premières heures du féminisme à travers l’histoire d’une communauté de femmes, les béguines, qui - bien que dévotes - ont choisi de vivre entre elles et de se débrouiller seules. Mais parce que les singularités sont mal vues en tout temps, le béguinage dérange les villageois et l’Eglise.
Dans ce roman choral aussi bien construit qu’écrit, le lecteur suit l’évolution sur une année d’une poignée de personnages attachants et crédibles, quoiqu’un brin stéréotypés. Les quelques anachronismes lexicaux et le dénouement un peu décevant ne gâchent pas le plaisir global procuré par cette lecture instructive et assurément dépaysante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juin 2013
une longue histoire sombre qui s'enlise dés le départ du groupe des religieuses dans le village anglais. superstition, malviellance, peur, pouvoir, et horreur se mêle dans un théatre de boue, de pluie et de famine.

trés intéressant et suspens
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 7 mai 2015
Ne vous laissez pas décourager par le nombre de pages de cet ouvrage, ce roman est passionnant de bout en bout et se lit comme un thriller historique. Remarquablement bien écrit, intelligent, il nous plonge dans dans un lointain moyen-âge et nous fait découvrir la vie d'un petit village dans le Norfolk où la frontière entre religion, croyances et rites païens est ténue.
Dès le prologue, on est "happé" par la plume de Karen Maitland qui nous embarque dans une aventure qu'on ne lâche plus. Un roman polyphonique qui fait la part belle au suspense !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
interminable,sinistre:autant j'avais aimé "la compagnie des menteurs" autant celui çi m'a déplu dès le début :"martha"par çi "martha "par çaces ,personnages sont sans émotion ,leurs problèmes trop poussés au noir,et surtout pas de narration à la première personne comme dans l'autre ,du coup le récit perd en authenticité!d'autre part on navigue entre fantastique et religieux sans vraiment accrocher ni à l'un ni à l'autre bref j'ai abandonné (et trop épais à manipuler quand on souffre d'arthrose en plus!!!)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Deux choses m'ont profondément perturbé à la lecture de ce roman.

Le premier est le recours à la narration à la première personne. Non pas que je sois réfractaire à ce genre de narration, mais ici il est employé pour tous les personnages. Le titre du chapitre permet de savoir quel est le personnage incarné. Sans cela, il vous faut plusieurs lignes ou même pages avant de le deviner.

Le second point est la lenteur du récit tout au long de la première moitié du livre (300 pages environ). Certes, on découvre les personnages, mais il n'y a pas fil conducteur, on se demande si au fil ce n'est pas une chronique de la vie moyen-nageuse. C'est très dommage, car une fois passée cela, le roman prend une toute autre tournure : intrigue, rythme, suspense.....

Sinon, le style littéraire (et donc la traduction) est très agréable, fluide; la mise en situation historique est distillée avec soin. Je pense même avoir appris quelques petites choses sur le XIVème siècle.

Donc, au final, nous pourrions dire que ce livre aurait pu être amputé d'un bon tiers; et qu'il faut être motivé.pour franchir le cap des 300 pages pour trouver un roman historique à intrigue très intéressant.
(quoilire.wordpress.com/2012/09/21/karen-maitland-les-ages-sombres/)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 octobre 2014
Moyen-Age /1321 / en Angleterre.Une communauté des femmes - soeurs béguines - s'installe à Ulewic,un village déchiré entre les anciennes croyances paiennes et chrétiennes.La vie est dure, l'inondation, troupeaux malades,récoltes perdues.Et oui, la vie était dure en ces temps-là.
La lecture est agréable et instructive.Les personnages sont attachants et représentatifs de toutes les couches sociales - manants,nobles, clergé etc.
Les catastrophes se succèdent et la mort est omniprésente.
Vous passerez quelques soirées agréables, bien contents de vivre maintenant, profitant du confort moderne.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 29 août 2015
J'ai beaucoup aimé ce livre plus facile a lire que la conjuration des menteurs
On apprend des parties de l'histoire que l'on ne connaît pas forcément
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 août 2012
La parution de l'honorable La compagnie des menteurs laissait augurer quelque ardent désir de parcourir la nouvelle oeuvre de Karen Maitland. Force est d'admettre que mon adhésion à cet ample roman est somme toute restreinte,altérée par un ennui jamais consumé...

Karen Maitland a une maîtrise de la narration et un style choyé qui l'érigent au rang de conteuse hors pair. S'il n'est point question ici de récuser la louable impression laissée à l'achèvement de la lecture de son précédent opus sur ces qualités, je reste toutefois peu convaincu par le choix choral (centré sur cinq personnages) qui, à mon sens, alanguit considérablement la lecture (l'absence de voix accordée à un Maître-Huant est également regrettable, sous-exploitant cette menace).

Présenté comme un thriller historique, Les âges sombres ne me paraît pas appartenir à ce registre tant le suspense insufflé est limité (quelques séquences anxiogènes demeurent toutefois), et son caractère haletant étranger à la présente narration.

Un conte fantasmagorique, quelque peu atypique et assurément original, notamment par sa focalisation sur une communauté de béguines isolée en Angleterre, semble plus idoine. Le traitement historique de la narration semble méticuleusement rendu, tant les addenda et la postface sont éclairants sur le contexte moyen-âgeux décrit (béguinage, rites, croyances/famines, mauvaises récoltes et maladie du charbon sévissant notamment au début du XIVème siècle).

Condamné à l'excommunication, à la mise au ban, qualifié d'hérésie (par la défiance exprimée à l'endroit des autorités cléricales), le béguinage, tel qu'il aurait pu exister dans cette contrée, est exposé avec force détails: leur organisation autarcique, leur charité, leur intense spiritualité, leur rejet par d'autres communautés, religieuse, suzeraine, païenne,...

Un huis-clos contemplatif, spirituel, introspectif qui se découvre progressivement. Les intéractions avec les nombreux personnages ceignant les béguines restent nombreuses (plutôt bien campés, particulièrement les figures féminines même si le prêtre est un tantinet caricatural et les Maîtres-Huants trop peu abordés). Les mythes (Anu la Noire) et légendes (notamment celle du spectral homme-chouette "'Owlman") imprègnent cette histoire d'une teneur mystérieuse, restituée en particulier dans les passages consacrés à la forêt dont l'atmosphère, lugubre, accorde au roman quelques rares moments intenses.

Les Ages sombres est un roman d'ambiance mâtiné d'épisodes sybillins, fantastiques nourris de croyances plurielles, certes intéressant au regard des notes historiques fournies par l'auteure, mais qui souffre d'un manque de rythme et de rebondissements (en considérant qu'il s'agisse d'un thriller, la quatrième de couverture laissant poindre cette orientation du roman). Sans réelle intrigue, ce roman aurait gagné à être allégé substantiellement afin d'être captivant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
La Compagnie des menteurs
La Compagnie des menteurs de Karen MAITLAND (Poche - 1 septembre 2011)
EUR 8,40

La confidente des morts
La confidente des morts de Ariana FRANKLIN (Poche - 19 mars 2015)
EUR 8,80

La Quête
La Quête de Robert LYNDON (Poche - 21 août 2014)
EUR 10,90