Au-delà du mal et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 23,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

AU-DELÀ DU MAL Broché – 23 avril 2009


Voir les 7 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 13,00
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 23,00
EUR 23,00 EUR 3,27

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

AU-DELÀ DU MAL + Il
Prix pour les deux : EUR 46,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Chaque année au printemps, la brume qui se répand comme une colère sourde sur la baie de San Francisco semble plonger la ville dans le mercure. Elle passe et disparaît sans rien altérer, sans laisser de trace, et pourtant jette un voile sur tout ce qu'elle touche, transformant la nature, même pour un bref instant, en un vrai mystère. Nulle part ce phénomène n'est plus manifeste qu'au nord de la ville, sur la côte, le long des langues de terre qui s'avancent dans la baie de San Francisco. C'est là, en effet, que cette brume immémoriale déploie toute sa magie pour envelopper les champs, les criques et les villes chatoyantes. C'est aussi là que mille légendes populaires plantent leur décor. Et c'est là, enfin, que trône l'inquiétante prison de San Quentin, lugubre, noire, surgissant du brouillard comme un paysage de pierre meurtri. Bien souvent, aux premières heures du soir, on dirait que San Quentin est le phare du bout du monde.
C'est par une journée comme celle-ci, le 2 mai 1960 pour être exact, qu'un condamné à mort fut conduit dans la chambre à gaz de San Quentin. Il était entouré de quatre gardiens, dont deux le sanglèrent rapidement à l'une des deux chaises métalliques - celle de droite -que comportait la petite pièce aux murs d'acier. On plaça un stéthoscope sur son torse. Le gardien-chef lui souhaita bonne chance. L'homme ne montra aucune émotion au moment où ses geôliers quittèrent la pièce puis, par un ultime tour de volant, verrouillèrent la porte en métal. Il ne détacha pas son regard des soixante témoins, rassemblés à l'extérieur de la cellule octogonale, qui l'observaient à travers cinq vitres épaisses. Les dernières prières avaient déjà été prononcées, de même que les derniers mots pour tenter de sauver Caryl Chessman. Pendant douze ans, il s'était battu devant les tribunaux californiens et la Cour suprême des États-Unis pour que ce jour n'arrive jamais. Maintenant, le combat était terminé. À l'âge de 36 ans, Caryl Chessman avait perdu la partie et attendait le châtiment de la mort. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Revue de presse

Après vingt-cinq ans de malédiction éditoriale, le livre qui a forgé l'image du tueur en série est enfin disponible, traduit en français aux éditions Sonatine. Comment le livre fondateur du genre thriller, référence absolue pour King, Ellroy ou Harris, a-t-il pu rester dans l'ombre aussi longtemps ? Voici trois bonnes raisons de lire Stevens...
Au-delà de l'événement d'une parution aux airs de résurrection, l'ouvrage est un bijou. Tout d'abord du point de vue de l'intrigue, finement menée, échafaudée autour du personnage diabolique Thomas Bishop...
Lecteur captif d'une intrigue palpitante, on assiste aux massacres, comme de l'intérieur, présent aux actes et pensées du tueur. Thomas Bishop inflige au corps des femmes ce que mérite, selon lui, le Malin : il éviscère, déchiquette, découpe et grave les initiales de son père, ou de celui qu'il croit être son père, Caryl Chessman, de la pointe de son grand couteau dans la chair de ses victimes. En filigrane, Chessman apporte une dimension sociologique au roman. Ce personnage ayant existé, il ancre la fiction dans le réel. Le cas Caryl Chessman, violeur multirécidiviste condamné à mort, à l'époque la chambre à gaz, défraya la chronique dans les années cinquante et scinda l'Amérique en deux : pour ou contre la peine de mort. (Julie Malaure - Le Point du 4 juin 2009)

Après deux années de recherches, pour obtenir l'autorisation de le publier en français, l'éditeur a fini par retrouver l'agent gérant les droits de cet ouvrage oublié. Miracle, car ce polar est exceptionnel, un de ceux qui vous attachent pieds et poings liés, qui vous poursuivent, vous remuent. On l'a lu d'une traite et on a envie de recommencer...
Le génie de Shane Stevens est d'écrire dans un style dépouillé, sans pathos ni adverbes, sur un mode quasi journalistique, proche du grand Truman Capote reconstituant dans De sang froid l'itinéraire de deux meurtriers aux Etats-Unis à la fin des années 1950. Shane Stevens n'a pas réalisé le même travail d'enquête. Mais lui aussi est parti du réel, s'inspirant de la vie de Caryl Chessman, surnommé "le braqueur à la torche rouge", condamné à mort pour viols, exécuté en 1960 après avoir écrit plusieurs livres et contribué à lancer le débat sur la peine capitale aux Etats-Unis. Caryl Chessman, dont il raconte minutieusement les dernières minutes dans le couloir de la mort. Caryl Chessman, dont l'écrivain imagine qu'il pourrait être le père et l'inspirateur involontaire de Thomas Bishop. Comme si Buffet, Bontems ou Ranucci, parmi les derniers condamnés exécutés en France, devenaient les personnages d'un thriller faussement réaliste... (Luc Bronner - Le Monde du 26 juin 2009)


Détails sur le produit

  • Broché: 767 pages
  • Editeur : SONATINE (23 avril 2009)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2355840156
  • ISBN-13: 978-2355840159
  • Dimensions du produit: 22 x 3,2 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (86 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 121.653 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

On ne connaît pas grand-chose sur Shane Stevens.
Fils de John et Caroline (Royale) Stevens, il naît à New York le 08 octobre 1941.
Ses romans incluent Go down dead (1966), Way uptown in another world (1971), Dead City (1973), Au-delà du mal (By Reason of Insanity, 1979) et L'Heure des loups (The Anvil Chorus, 1985). Stephen King a dit tout le bien qu'il pensait de Shane Stevens dans sa postface à La Part des ténèbres (The Dark Half) et lui a rendu hommage en faisant de son héros, Thad Beaumont, un auteur de romans criminels ultraviolents ayant pour protagoniste "Alexis Machine", référence directe à un personnage de Dead City.
Dans Au-delà du mal, décrit comme un des livres précurseurs du thème du tueur en série, Thomas Bishop se croit le fils de Caryl Chessman, exécuté en 1960 pour toute sortes de crimes, dont plusieurs viols et kidnappings. Le héros de son dernier roman, L'heure des loups, est un policier parisien d'origine juif alsacien qui pourrait avoir un lien de parenté avec Alfred Dreyfus.

Interview d'Arnaud Hofmarcher, directeur éditorial de Sonatine Editions:
- Comment avez vous découvert Shane Stevens ?
J'en avais entendu parler il y a longtemps. On évoquait Au-delà du mal comme "le Citizen Kane du roman de serial killer". Je me suis rendu compte que le roman était quasi introuvable aux États-Unis. J'ai réussi - difficilement - à m'en procurer un, et ça a été le choc ! Il fallait absolument que cet auteur soit publié en France.
- Comment avez vous retrouvé sa trace?
Retrouver qui représentait Shane Stevens n'a pas été une mince affaire. Après avoir fait des demandes auprès des principaux agents anglo-saxons, il s'est révélé que personne ne semblait connaitre cet auteur. Des mois de recherches à frapper de porte en porte nous ont finalement reconduits à notre point de départ, c'était en fait une des premières agences contactées qui, sans le savoir, en détenait les droits. Suite au succès publique et critique du livre en France, on s'intéresse de nouveau à Shane Stevens. De nombreux éditeurs européens nous ont fait part de leur intérêt pour Au-delà du mal qui vient d'ailleurs de paraître en Italie.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par RenZo sur 28 juillet 2011
Format: Broché
Ce livre est l'un des meilleurs (le meilleur?) polars avec serial killer. Non seulement l'auteur détaille avec brio les méandres de la psychologie du tueur, son passé, ses pulsions, mais il analyse aussi "l'impact" d'un tel tueur sur la société: tout le monde y passe, journalistes, politiques, policiers, qui trouvent tous un intérêt dans cette chasse à l'homme. C'est un livre noir et violent, doté d'une mécanique implacable, qui passionne, dérange et ravit. Il est inénarrable: à lire absolument pour les fans du genre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ytsejam sur 30 juin 2009
Format: Broché
A la lecture de la 4ème de couverture de « Au-delà du mal » de Shane Stevens, voir à la simple vue du titre on comprend que l'on se trouve ne présence d'une nième histoire de tueur en série...et puis une date retient l'attention du lecteur attentif : 1979, date de la première parution du roman...ce qui fait de lui, en quelque sorte, un précurseur du genre, avant « Le Silence des Agneaux » évidemment, avant « Red Dragon », avant la vogue même pour ce type d'ouvrages...Une bonne raison de jeter un aeil curieux sur l'aeuvre en question.
L'auteur nous compte donc les pérégrinations sanglantes de Thomas Bishop, tueur psychopathe échappé de l'asile où il était enfermé pour avoir assassiné sa mère à l'âge de 10 ans. Une des premières forces du livre est d'ailleurs bien dans la richesse du personnage de tueur en série, protagoniste central de l'aeuvre, dont toute la première partie s'attache à nous décrire l'enfance traumatisante et les méandres de son cerveau corrompu. L'auteur nous met littéralement dans la tête de son (anti)héro, dans ses fantasmes les plus morbides comme dans ses plans les plus machiavéliques... Le lecteur est donc pris entre le sentiment normal de répulsion face à un tel monstre, une certaine compassion pour l'enfant martyr qu'il fut, voir une « admiration » pour sa capacité à concevoir les moyens de poursuivre son aeuvre destructrice tout en échappant à ses poursuivants.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par bozena TOP 1000 COMMENTATEURS sur 18 mai 2012
Format: Poche Achat vérifié
Le livre est bien long mais la lecture est passionnante et agréable.
Une multitude des personnages ; fictifs et réels comme p.ex.Caryl Chessman,condamné à mort et exécuté après 12 ans passés dans le couloir de la mort.
Le tueur fou est persuadé que Chessman fut son père.Après plusieurs années passées dans un asile / il a tué sa mère quand il avait 10 ans, une vraie " créatrice " de ce psychopathe à sang froid / il s'évade en compagnie d'un autre interné.On retrouve le cadavre défiguré d'un des évadés.Mais qui est - ce ? Bishop ou Mungo, son compagnon d' évasion ? Le tueur voyage beaucoup à travers les USA en laissant derrière lui les cadavres sauvagement mutilés de plusieurs femmes Il sait se débrouiller dans la vie réelle grâce à des émissions ou les films policiers vus à la télé - pas de problèmes pour se procurer les faux vrais papiers,se fondre dans la masse.Les meurtres continuent - la police est impuissante.
Un politicien aux dents longs s'en mêle, les médias se déchaînent;même la pègre est aux trousses de ce tueur implacable et très intelligent.
Un journaliste,Adam Kenton, se lance aussi à la recherche du tueur.
Bon, je ne vous dévoile pas les investigations de divers protagonistes.C'est à vous de les découvrir. Le livre est très dense et brosse un saisissant portrait des Etats Unis des années 60 et 70.
Bonne lecture !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par marie france sur 17 mai 2011
Format: Relié
Un livre tres interessant sur la chasse à l'homme d'un tueur en série.
Enquête superbement menée par un journaliste zélé.On doit assimiler au fil des pages beaucoup d'informations jusqu'au dénouement final.Une réeelle réussite que ce roman
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par maheva TOP 1000 COMMENTATEURS sur 1 septembre 2014
Format: Broché Achat vérifié
Une petite ville de la Côte d'Azur, hors saison. Tous les touristes sont partis. Mais des évènements vont secouer cette torpeur , Une tempête inhabituelle qui ravage la côte et l'agression sauvage d'Antoine, jeune homme instable mais gloire locale de foot, retrouvé échoué sur un banc devant l'hopital. Comment est-il arrivé là; qui l'a transporté ? Et le roman va se dérouler sur ce jeune homme, les personnages qui gravitent autour de lui, alors que dans le même temps des gens disparaissent, meurent, s'évanouissent dans la nature. Chacun porte un nom qui fait le titre d'autant de chapitres où leur vie est exposée. Quelle est la cause de cette agression ? Peu à peu les choses se décantent et donnent à ce récit un intérêt supplémentaire, une sorte de suspense. Mais c'est surtout le plaisir de retrouver l'univers si particulier de l'auteur, son côté lucide et désabusé sur notre société et des dégâts quelle entraine , la destinée d'une couche de la population qui survit comme elle peut dans un monde qui se délitère . Avec des descriptions fulgurantes d'une belle nature, une poésie et une humanité évidente. J'adore !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?