undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

29
4,6 sur 5 étoiles
Ainsi parlait Zarathoustra
Format: PocheModifier
Prix:4,60 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

115 sur 121 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Une confrontation des quatre traductions actuellement disponibles sur une phrase difficile du Prologue 3: en allemand: "Wo ist der Wahnsinn, mit dem ihr geimpft werden müsstet?"
C'est traduit excellemment par Goldschmidt (Livre de Poche): "Où est la folie qu'il faudrait vous inoculer?"
Aussi excellent dans la traduction de Gandillac (Folio): "Où est le délire qu'il faudrait vous inoculer?"
La traduction de Bianquis chez GF (comme celle de Renouard chez Rivages) est un contresens car la folie est une valeur positive pour Nietzsche: "Où est la folie contre laquelle il faudra vous faire inoculer?"

Resserrant la comparaision entre de Gandillac et Goldschmidt: celle de Gandillac est difficile à lire car elle tente de rendre l'allemand archaïsant du Zarathoustra par un français encore plus archaïsant à mon avis. La traduction de Goldschmidt est agréable à lire (le français contemporain est plus beau que celui de Bianquis) mais contient deux erreurs manifestes:
Dans le Livre 1, "De l'arbre sur la montagne":
Goldschmidt traduit : "Mais sur mon amour et mon espoir je t'en conjure, ne regrette pas le héros qui est dans ton âme." Mais en allemand c'est "wirf den Helden in deiner Seele nicht weg!" rendu correctement par de Gandillac: "hors de ton âme point ne rejette le héros."
Dans le Livre 4: "De l'homme supérieur, 4":
Goldschmidt traduit: "A du coeur celui qui connaît la crainte, mais la crainte contraint. » En allemand c'est : « Herz hat, wert Furcht kennt, aber Furcht zwingt», rendu correctement par de Gandillac : « A du coeur celui qui connaît la crainte et cependant force la crainte. »

En conclusion, je pense que la traduction la plus élégante et lisible est celle de Goldschmidt, mais celle de Gandillac avec sa précision et ses notes de variantes textuelles représente un complément quasi indispensable.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
31 sur 34 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 juin 2009
Quand je dis "belle", je parle bien sûr du style de l'auteur. Quelle claque! Un tel travail sur la forme en philosophie, ce n'est pas chose courante! L'imagerie poétique et le travail stylistique frôlent la perfection. Une œuvre magistrale sous tout rapport. On peut ne pas être d'accord avec les idées de Nietzsche, mais on sera obligé d'admettre que l'on a à faire à un très grand moment de philo et de poésie. Rarement un essai s'est avéré aussi prenant. Nietzsche réussit le supposé très difficile : parler à votre esprit et à votre cœur. Je reste sans voix de cette lecture que j'ai littéralement dévorée. Pour tout public!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
34 sur 38 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 août 2008
Pour reprendre un autre commentaire, ce livre est très "biblique" dans sa forme. Et c'est pour cela que je l'ai trouvé jubilatoire : une Bible de la non-croyance, c'est énorme... Je me suis surpris à avoir envie d'éclater de rire plusieurs fois, par pur bonheur. Je ne prétends pas comprendre le message dans sa globalité (s'il est possible de comprendre Nietzsche dans sa globalité). Ce livre se lit avec le bonheur que l'on a à prendre une poignée de sable chaud et à la laisser s'écouler entre les doigts. Pas besoin de cerner chaque grain pour en jouir. On ne peut pas se permettre d'ignorer "ça".
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
36 sur 41 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 février 2009
Le missible nucléaire balistique version Nietzsche, tiré portant sur une humanité qui n'en a toujours rien retiré.
Ainsi s'en retourna dans sa tombe zarathoustra.

Ne surtout pas commencer Nietzsche par ce livre, quand bien même il est présenté comme un monolithe noir et une curiosité. La philologie (pour éviter d'employer "philosophie") ne répond pas aux logiques consumériste des temps qui courent "je vois j'achète, je consomme, je jette". Zarathoustra nécessite une préparation aux idées du moustachu. (Humain, trop humain, le Gai savoir, biographies et commentaires)

Sinon vous ne serez que des "mouches du marché" pour Zarathoustra.
I-Jah !

Sur la forme : traduction très lisible, ma foi, mais est-elle parfaitement fidèle à l'original ? On sait bien que c'est impossible. Les notes (assez nombreuses mais pas autant que dans une GF) éclairent sur les partis pris lexicographiques et jeux de mots non-retranscriptibles.
L'idéal étant d'avoir le texte original sous le coude pendant la lecture...

Le conseil de lecture : (Humain, trop humain) -> Le Gai savoir -> Zarathoustra -> Par delà Bien et Mal -> ...

En espérant que cela vous oriente...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 3 juin 2014
Il s'agit d'un long poème dans lequel Nietzsche nous livre sa philosophie et non d'un traité "à la logique mathématique". Son auteur a travaillé son style toute sa vie pour créer cette oeuvre qu'il considérait comme la plus aboutie.
On retrouve dans le choix de la forme poétique l'une de ses intuitions, le fait que la forme se confond avec le fond et que la sensibilité (le corps) prime sur la raison (l'esprit).
Nietzsche se fait donc philosophe-artiste pour son Zarathoustra, il sera ici "profond par superficialité", comme il le dit lui même des grecs qu'il admirait tant.
En ce qui me concerne, j'ai été profondément touché par le jeu sur les images, la musicalité du texte, l'ironie de l'auteur et... par sa finesse d'esprit (quand je comprenais le fond de sa pensée, ce qui était assez rare !).
Le problème est là, l'oeuvre est facile d'accès, très belle, mais en réalité très difficile à comprendre.
Et pourtant Nietzsche séduit, cherche à nous amener à lui, mais le lecteur devra faire un effort.
Il ne faudra pas hésiter à s'aider d'une lecture commentée de l'oeuvre pour en percer ses nombreux mystères ou sinon se tourner vers les ouvrages plus accessibles de Nietzsche.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 décembre 2012
Zarathoustra est un sage qui est resté solitaire durant très longtemps; empli de cette sagesse toute théorique, il décide alors de redescendre parmi les hommes pour la mettre un peu en pratique. j'aime beaucoup ce livre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dans un style délirant, Friedrich Nietzsche exprime, tantôt par des cris rauques tantôt de manière poétique, sa vision sur la vie, l'homme et la femme, le bien et le mal, la liberté, les lois naturelles et les institutions (l'Etat et l'Eglise).

La vie, le bien et le mal, l'égalité
Vivre vraiment est vivre égoïstement, est profiter de la jouissance de régner, de la volonté de puissance et du sexe. L'homme ne doit rien faire `pour', `afin de' 'ou `parce que'. Des guerres et du courage ont accompli beaucoup plus de choses que l'amour du prochain.
L'homme doit créer ses propres lois de bien et de mal. Il doit détruire toutes les valeurs existantes et devenir son propre juge et son propre vengeur en vertu de ses propres lois.
Il doit étrangler l'étrangleur appelé `péché'. L'homme ne devrait avoir aucune pitié.
Les êtres humains ne sont pas égaux et ils ne devraient pas avoir le droit de (vouloir) être égaux. Les plus faibles doivent servir les plus forts de leur propre volonté.

Institutions
L'Etat est le plus froid des monstres froids, un chien hypocrite. L'Eglise est une forme d'État, la forme la plus mensongère.

Méprise de la masse, des femmes et des riches
Quand le troupeau, la populace, les lâches, les épouvantails boivent, tous les puits sont empoisonnés. Les femmes sont toujours des chats ou des oiseaux, ou, au mieux, des vaches. Elles doivent être éduquées pour récréer les guerriers.
Les forçats de la richesse sont une fausse guilde dont les pères ont été pickpockets ou charognards ou chiffonniers.

Grande déception dans l'homme
Quand il se promène parmi les hommes, Nietzsche ne voit que des fragments d'hommes, pas des êtres humains entiers. C'est pourquoi l'homme est quelque chose qui doit être surmonté. Il faut préparer l'émergence d'un surhomme.

Avec une voix impitoyable, arrogante, hautaine, vociférante et agressive et en utilisant des métaphores brillantes (soleil, lune), des pastiches (le sermon sur la montagne) et des poèmes, Nietzsche crie sa colère et sa déception immense dans l'humanité à cause du manque de courage de ses membres.
Certains de ses points de vue (l'extermination des faibles, sa misogynie, son culte de la guerre) sont tout de même totalement inacceptables.
Néanmoins, `Ainsi parlait Zarathoustra' est un grand texte, un cri pour la liberté, une attaque frontale contre les chaînes imposées par la religion et l'Etat. Il a eu (et a encore) une énorme influence sur la philosophie occidentale, sur des mouvements politiques et aussi dans la littérature.
A lire absolument.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 mars 2014
Que dire si ce n'est que il faut être prêt psychologiquement quand on prend ce livre entre les mains, sinon je doute que l'on puisse apprécier ou même comprendre. Pour ma part ce fut une expérience incroyable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 14 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à l'édition Max Milo.

Quelle splendide édition !
La très lisible traduction de Goldschmidt (la meilleure à mon avis), dans une belle édition édition brochée, un beau papier légèrement ambré (qui fait penser à la couleur du papier de la Pléiade), et disséminée au fil des pages, une quarantaine de reproductions d'œuvres d'art brut de la collection de Lausanne.
Un vrai bel ouvrage, un vrai bonheur de lecture !

Et Nietzsche dans tout ça ?...
Pour ma part j'aime...
C'est un peu court ? Soit, mais je ne peux tout de même pas commenter au fond une œuvre de cette portée !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 décembre 2007
Tout d'abord je tiens à dire que j'ai eu "la chance" de lire Zarathoustra sous la traduction de Georges-Arthur Goldschmidt, j'espère que la traduction a été comme le disent si bien les autres clients meilleur que la première.
Ensuite qu'avons nous là? Une histoire, car il ne faut pas l'oublier dans ce livre il y a une logique romanesque ... , qui est une erection, une explosion d'idées ...
En effet par l'histoire d'un pseudo prophète Zarathoustra, Nietzsche remet en cause son traditionnel combat contre "le bien et le mal" mais il met aussi en avant beaucoup de sa pensée personnelle.
J'ai aimé comment il a présenté son oeuvre, recueil d'aphorismes, car on ne s'ennuye pas, par des petites textes teintés de beauté lyrique (même si il attaque les poète ^^ ), il nous bouleverse par sa pensée.

Un livre à lire et toujours à méditer ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le gai savoir
Le gai savoir de Friedrich Nietzsche (Poche - 27 mars 2007)
EUR 6,40

Ainsi parlait Zarathoustra
Ainsi parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche (Broché - 18 août 2006)
EUR 4,80

Humain, trop humain
Humain, trop humain de Friedrich Nietzsche (Poche - 1 avril 1995)
EUR 8,10