Alain Souchon

Top albums (Voir les 43)


Voir les 43 albums de Alain Souchon

Alain Souchon : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 527
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Alain Souchon

Biographie

Alain Souchon naît le 27 mai 1944 à Casablanca. Le « frenchy bébé blues » débarque à l'âge de six mois dans le XVIe arrondissement de Paris. Son père est professeur d'anglais, sa mère, auteur de livres pour la collection Harlequin. Adolescent, Alain Souchon subit un grave traumatisme : le décès de son père dans un accident de voiture. Une blessure qu'il évoque dans « Dix-huit ans que je t'ai à l'oeil ». Souchon se retrouve seul avec son frère et sa mère. Celle-ci, espérant améliorer les résultats scolaires de son fils l'envoie en 1961 dans le lycée français de Londres. Seulement, ... Lire la suite

Alain Souchon naît le 27 mai 1944 à Casablanca. Le « frenchy bébé blues » débarque à l'âge de six mois dans le XVIe arrondissement de Paris. Son père est professeur d'anglais, sa mère, auteur de livres pour la collection Harlequin. Adolescent, Alain Souchon subit un grave traumatisme : le décès de son père dans un accident de voiture. Une blessure qu'il évoque dans « Dix-huit ans que je t'ai à l'oeil ». Souchon se retrouve seul avec son frère et sa mère. Celle-ci, espérant améliorer les résultats scolaires de son fils l'envoie en 1961 dans le lycée français de Londres. Seulement, l'inscription d'Alain Souchon n'a pas été prise en charge. Il se retrouve barman plutôt que de rentrer à Paris. De retour, gonflé à bloc de pop anglaise, il se met à écrire ses premières chansons.

Fêtes nuits folles maintenant que je fais du music-hall

D'auditions en concerts dans les bars de la Rive Gauche, Alain Souchon décroche un premier contrat chez Pathé Marconi où il sort trois 45 tours dont « Je suis un voyageur ». Sa prochaine destination ? La Côte d'Azur ! En effet, Alain Souchon a écrit « L'amour 1830 », une chanson pour Frédéric François qu'il décide de défendre lui-même au concours de la Rose d'Antibes. Il obtient le prix de la presse et signe alors un nouvel engagement chez RCA. Souchon a déjà un ton singulier teinté d'auto dérision et de nostalgie, néanmoins, il ne parvient pas à trouver un style musical seyant. Il fait la connaissance grâce à sa maison de disques d'un arrangeur inconnu : Laurent Voulzy. Le jeune musicien devient son alter ego, son ami intime son... Laurent Voulzy. En 1974, le duo s'attelle à la construction d'un premier album : J'ai dix ans. Succès à la radio. Alain Souchon, silhouette frêle, voix timide et textes surannés, semble être un ovni dans ces années 70. Pourtant, le chanteur touche le public à sa manière de parler de l'enfance, de ses moments précieux envolés. Les quilles à la vanille sont ravies. Les gars en chocolat en redemandent chez le marchand. Le tandem Souchon-Voulzy se transforme en machine à tubes. Il aligne un album par an : Bidon (1976), Jamais Content (1977), et Toto, 30 ans, rien que du malheur (1978). Il en reste des chansons émouvantes (« Allô maman bobo »), drôles (« Bidon ») ou engagées (« Poulailler's song »).

Manivelle tourne

Malgré le titre de son nouvel album, Rame, Alain Souchon surmonte brillamment le cap des années 80. Le public reste fidèle à son style intemporel et élégant. Quelquefois Souchon fait l'acteur, après avoir été le partenaire de Catherine Deneuve, il donne la réplique à Isabelle Adjani dans L'Eté meurtrier. Inoubliable « Pin-Pon »... Il n'en oublie pas pour autant sa carrière de chanteur populaire. 1983 : On avance. Il co-écrit ce sixième album avec plusieurs artistes : David Mc Neil, Michel Jonasz et Louis Chédid. Alain Souchon fait également l'Olympia où il enregistre son premier live. Pépère, Souchon continue de mener sa barque. Souvent sur les mers de Bretagne où il s'isole avec Voulzy afin de composer des chansons. « La vie intime est maritime » dit-il dans son nouvel album C'est comme vous voulez. Nous sommes en 1985. Il chante désormais : « J'veux du cuir... J'veux des gros seins, des gros culs ». Le chanteur s'amuse à casser son image comme il dit... Il rompt également son contrat pour chanter sous la bannière de Virgin. Et il brise la routine des tournées avec sa copine Véronique Sanson dans le spectacle Chacun son tour. Deux artistes pour le prix d'un. Cette formation rencontre un énorme succès notamment au Palais des Sports de Paris.

La chanson parfaite

Alain Souchon en a écrit des chansons. Et il en fait encore. De mieux en mieux. Ultra Moderne Solitude, sorti en 1988 est l'un de ses meilleurs albums. Alain Souchon a toujours aimé les personnages de looser magnifiques. « Quand, je serais K.O. » en est une belle illustration. « Est-ce que tu m'aimeras encore ? Dans cette petite mort » dit-il. On l'aime le Souchon. Victoires de la Musique, Théâtre des Champs-Elysées. Le parcours reste sans faute. Dans les années 90, il acquiert une sorte de popularité exponentielle. Certes, il a déjà la reconnaissance de ses pairs et du public. Mais ce qu'il nommait avec ironie dans son précédent album « La chanson parfaite », il l'a écrite : «Foule sentimentale » devient une sorte de classique de la chanson française. Chose plutôt rare pour un artiste qui a déjà vingt ans de carrière. Souchon cerne la société en un tour de piste : « désirs qui nous affligent  », « avoir plein nos armoires », « On nous Claudia Schiffer ». Une superbe pré bande-annonce de l'ère télé-réalité ! D'ailleurs en 2005, à l'occasion des 20 ans des Victoires de la Musique, Alain Souchon reçoit une Victoire d'honneur pour « Foule sentimentale ». L'album C'est déjà ça dépasse lui le million d'exemplaires. Souchon enfile les succès comme des perles : « L'amour à la machine », « Sous les jupes des filles » ou « Le Fil » composé par le fils Souchon. Il participe aussi à plusieurs opérations caritatives, les Enfoirés ou Sol en Si (1993).

Tailler la zone

Un Souchon, ça s'essouffle pas des fois ? Au Ras des Pâquerettes semble moins percutant. Singles fades : « Le baiser » ou « Caterpillar ». Souchon emballe quand même son public au Zénith où il fait salle comble. Il organise également un tour de chant acoustique. Et puis, Alain Souchon est un garçon dans le vent. A l'occasion de cet album, il entre dans l'ordinateur sous la houlette de son fils Charles. Un site à lui tout seul. On y voit Souchon déjeuner dans le web avec une vache. A force de surfer comme un as sur le net, on l'avait un peu perdu de vu. Cinq ans sans nouvel album. 2005 : Souchon réapparaît pensif, comme le montre la pochette sombre de La Vie Théodore. L'album rend hommage à Théodore Monod, savant naturaliste, et Françoise Sagan. Souchon fait dans la critique désillusionnée, « Et si en plus, il n'y a personne » s'élève contre les fanatismes religieux et les dictatures. « Et si le ciel était vide ? » s'interroge-t-il. Il donne l'impression de s'engager davantage que dans le passé. Or, il a toujours su glisser quelques mots acerbes sur le monde et ses folies.

Plus grave, engagé et ironique est le ton du nouvel album Ecoutez D'où Ma Peine Vient en 2008, assorti des singles « Parachute doré » et du morceau-titre. Alain Souchon repart ensuite faire le tour des Zénith de France d'où il ramène un double album Alain Souchon Est Chanteur en avril 2010. De retour à la maison, Souchon l'enchanteur se penche sur un nouveau projet. Baptisé À Cause D'Elles, ce nouvel album produit par Renaud Letang reprend des airs d'autrefois et l'inédit « Le Jour et la nuit ». L'intégralité des royautés de ce cadeau de fin d'année est destiné à la lutte contre le cancer.

Poussé en bas par des plus beaux, des plus forts que moi

Aujourd'hui, une kyrielle de jeunes gens biens élevés se réclame de Souchon : Vincent Delerm, Bénabar ou Albin de la Simone. Ils auraient bien aimé écrire une petite « souchonnerie ». Et comment il a fait Souchon pour écrire autant de phrases justes ? Ben il a bossé. Mais pas trop quand même. Parce que c'est ça la touche Souchon, l'art d'écrire des choses que tout le monde, aurait pu dire, en apparence. Parce que si proche de nous. De la fausse banal song. Copyright 2014 Music Story Paula Haddad

Alain Souchon naît le 27 mai 1944 à Casablanca. Le « frenchy bébé blues » débarque à l'âge de six mois dans le XVIe arrondissement de Paris. Son père est professeur d'anglais, sa mère, auteur de livres pour la collection Harlequin. Adolescent, Alain Souchon subit un grave traumatisme : le décès de son père dans un accident de voiture. Une blessure qu'il évoque dans « Dix-huit ans que je t'ai à l'oeil ». Souchon se retrouve seul avec son frère et sa mère. Celle-ci, espérant améliorer les résultats scolaires de son fils l'envoie en 1961 dans le lycée français de Londres. Seulement, l'inscription d'Alain Souchon n'a pas été prise en charge. Il se retrouve barman plutôt que de rentrer à Paris. De retour, gonflé à bloc de pop anglaise, il se met à écrire ses premières chansons.

Fêtes nuits folles maintenant que je fais du music-hall

D'auditions en concerts dans les bars de la Rive Gauche, Alain Souchon décroche un premier contrat chez Pathé Marconi où il sort trois 45 tours dont « Je suis un voyageur ». Sa prochaine destination ? La Côte d'Azur ! En effet, Alain Souchon a écrit « L'amour 1830 », une chanson pour Frédéric François qu'il décide de défendre lui-même au concours de la Rose d'Antibes. Il obtient le prix de la presse et signe alors un nouvel engagement chez RCA. Souchon a déjà un ton singulier teinté d'auto dérision et de nostalgie, néanmoins, il ne parvient pas à trouver un style musical seyant. Il fait la connaissance grâce à sa maison de disques d'un arrangeur inconnu : Laurent Voulzy. Le jeune musicien devient son alter ego, son ami intime son... Laurent Voulzy. En 1974, le duo s'attelle à la construction d'un premier album : J'ai dix ans. Succès à la radio. Alain Souchon, silhouette frêle, voix timide et textes surannés, semble être un ovni dans ces années 70. Pourtant, le chanteur touche le public à sa manière de parler de l'enfance, de ses moments précieux envolés. Les quilles à la vanille sont ravies. Les gars en chocolat en redemandent chez le marchand. Le tandem Souchon-Voulzy se transforme en machine à tubes. Il aligne un album par an : Bidon (1976), Jamais Content (1977), et Toto, 30 ans, rien que du malheur (1978). Il en reste des chansons émouvantes (« Allô maman bobo »), drôles (« Bidon ») ou engagées (« Poulailler's song »).

Manivelle tourne

Malgré le titre de son nouvel album, Rame, Alain Souchon surmonte brillamment le cap des années 80. Le public reste fidèle à son style intemporel et élégant. Quelquefois Souchon fait l'acteur, après avoir été le partenaire de Catherine Deneuve, il donne la réplique à Isabelle Adjani dans L'Eté meurtrier. Inoubliable « Pin-Pon »... Il n'en oublie pas pour autant sa carrière de chanteur populaire. 1983 : On avance. Il co-écrit ce sixième album avec plusieurs artistes : David Mc Neil, Michel Jonasz et Louis Chédid. Alain Souchon fait également l'Olympia où il enregistre son premier live. Pépère, Souchon continue de mener sa barque. Souvent sur les mers de Bretagne où il s'isole avec Voulzy afin de composer des chansons. « La vie intime est maritime » dit-il dans son nouvel album C'est comme vous voulez. Nous sommes en 1985. Il chante désormais : « J'veux du cuir... J'veux des gros seins, des gros culs ». Le chanteur s'amuse à casser son image comme il dit... Il rompt également son contrat pour chanter sous la bannière de Virgin. Et il brise la routine des tournées avec sa copine Véronique Sanson dans le spectacle Chacun son tour. Deux artistes pour le prix d'un. Cette formation rencontre un énorme succès notamment au Palais des Sports de Paris.

La chanson parfaite

Alain Souchon en a écrit des chansons. Et il en fait encore. De mieux en mieux. Ultra Moderne Solitude, sorti en 1988 est l'un de ses meilleurs albums. Alain Souchon a toujours aimé les personnages de looser magnifiques. « Quand, je serais K.O. » en est une belle illustration. « Est-ce que tu m'aimeras encore ? Dans cette petite mort » dit-il. On l'aime le Souchon. Victoires de la Musique, Théâtre des Champs-Elysées. Le parcours reste sans faute. Dans les années 90, il acquiert une sorte de popularité exponentielle. Certes, il a déjà la reconnaissance de ses pairs et du public. Mais ce qu'il nommait avec ironie dans son précédent album « La chanson parfaite », il l'a écrite : «Foule sentimentale » devient une sorte de classique de la chanson française. Chose plutôt rare pour un artiste qui a déjà vingt ans de carrière. Souchon cerne la société en un tour de piste : « désirs qui nous affligent  », « avoir plein nos armoires », « On nous Claudia Schiffer ». Une superbe pré bande-annonce de l'ère télé-réalité ! D'ailleurs en 2005, à l'occasion des 20 ans des Victoires de la Musique, Alain Souchon reçoit une Victoire d'honneur pour « Foule sentimentale ». L'album C'est déjà ça dépasse lui le million d'exemplaires. Souchon enfile les succès comme des perles : « L'amour à la machine », « Sous les jupes des filles » ou « Le Fil » composé par le fils Souchon. Il participe aussi à plusieurs opérations caritatives, les Enfoirés ou Sol en Si (1993).

Tailler la zone

Un Souchon, ça s'essouffle pas des fois ? Au Ras des Pâquerettes semble moins percutant. Singles fades : « Le baiser » ou « Caterpillar ». Souchon emballe quand même son public au Zénith où il fait salle comble. Il organise également un tour de chant acoustique. Et puis, Alain Souchon est un garçon dans le vent. A l'occasion de cet album, il entre dans l'ordinateur sous la houlette de son fils Charles. Un site à lui tout seul. On y voit Souchon déjeuner dans le web avec une vache. A force de surfer comme un as sur le net, on l'avait un peu perdu de vu. Cinq ans sans nouvel album. 2005 : Souchon réapparaît pensif, comme le montre la pochette sombre de La Vie Théodore. L'album rend hommage à Théodore Monod, savant naturaliste, et Françoise Sagan. Souchon fait dans la critique désillusionnée, « Et si en plus, il n'y a personne » s'élève contre les fanatismes religieux et les dictatures. « Et si le ciel était vide ? » s'interroge-t-il. Il donne l'impression de s'engager davantage que dans le passé. Or, il a toujours su glisser quelques mots acerbes sur le monde et ses folies.

Plus grave, engagé et ironique est le ton du nouvel album Ecoutez D'où Ma Peine Vient en 2008, assorti des singles « Parachute doré » et du morceau-titre. Alain Souchon repart ensuite faire le tour des Zénith de France d'où il ramène un double album Alain Souchon Est Chanteur en avril 2010. De retour à la maison, Souchon l'enchanteur se penche sur un nouveau projet. Baptisé À Cause D'Elles, ce nouvel album produit par Renaud Letang reprend des airs d'autrefois et l'inédit « Le Jour et la nuit ». L'intégralité des royautés de ce cadeau de fin d'année est destiné à la lutte contre le cancer.

Poussé en bas par des plus beaux, des plus forts que moi

Aujourd'hui, une kyrielle de jeunes gens biens élevés se réclame de Souchon : Vincent Delerm, Bénabar ou Albin de la Simone. Ils auraient bien aimé écrire une petite « souchonnerie ». Et comment il a fait Souchon pour écrire autant de phrases justes ? Ben il a bossé. Mais pas trop quand même. Parce que c'est ça la touche Souchon, l'art d'écrire des choses que tout le monde, aurait pu dire, en apparence. Parce que si proche de nous. De la fausse banal song. Copyright 2014 Music Story Paula Haddad

Alain Souchon naît le 27 mai 1944 à Casablanca. Le « frenchy bébé blues » débarque à l'âge de six mois dans le XVIe arrondissement de Paris. Son père est professeur d'anglais, sa mère, auteur de livres pour la collection Harlequin. Adolescent, Alain Souchon subit un grave traumatisme : le décès de son père dans un accident de voiture. Une blessure qu'il évoque dans « Dix-huit ans que je t'ai à l'oeil ». Souchon se retrouve seul avec son frère et sa mère. Celle-ci, espérant améliorer les résultats scolaires de son fils l'envoie en 1961 dans le lycée français de Londres. Seulement, l'inscription d'Alain Souchon n'a pas été prise en charge. Il se retrouve barman plutôt que de rentrer à Paris. De retour, gonflé à bloc de pop anglaise, il se met à écrire ses premières chansons.

Fêtes nuits folles maintenant que je fais du music-hall

D'auditions en concerts dans les bars de la Rive Gauche, Alain Souchon décroche un premier contrat chez Pathé Marconi où il sort trois 45 tours dont « Je suis un voyageur ». Sa prochaine destination ? La Côte d'Azur ! En effet, Alain Souchon a écrit « L'amour 1830 », une chanson pour Frédéric François qu'il décide de défendre lui-même au concours de la Rose d'Antibes. Il obtient le prix de la presse et signe alors un nouvel engagement chez RCA. Souchon a déjà un ton singulier teinté d'auto dérision et de nostalgie, néanmoins, il ne parvient pas à trouver un style musical seyant. Il fait la connaissance grâce à sa maison de disques d'un arrangeur inconnu : Laurent Voulzy. Le jeune musicien devient son alter ego, son ami intime son... Laurent Voulzy. En 1974, le duo s'attelle à la construction d'un premier album : J'ai dix ans. Succès à la radio. Alain Souchon, silhouette frêle, voix timide et textes surannés, semble être un ovni dans ces années 70. Pourtant, le chanteur touche le public à sa manière de parler de l'enfance, de ses moments précieux envolés. Les quilles à la vanille sont ravies. Les gars en chocolat en redemandent chez le marchand. Le tandem Souchon-Voulzy se transforme en machine à tubes. Il aligne un album par an : Bidon (1976), Jamais Content (1977), et Toto, 30 ans, rien que du malheur (1978). Il en reste des chansons émouvantes (« Allô maman bobo »), drôles (« Bidon ») ou engagées (« Poulailler's song »).

Manivelle tourne

Malgré le titre de son nouvel album, Rame, Alain Souchon surmonte brillamment le cap des années 80. Le public reste fidèle à son style intemporel et élégant. Quelquefois Souchon fait l'acteur, après avoir été le partenaire de Catherine Deneuve, il donne la réplique à Isabelle Adjani dans L'Eté meurtrier. Inoubliable « Pin-Pon »... Il n'en oublie pas pour autant sa carrière de chanteur populaire. 1983 : On avance. Il co-écrit ce sixième album avec plusieurs artistes : David Mc Neil, Michel Jonasz et Louis Chédid. Alain Souchon fait également l'Olympia où il enregistre son premier live. Pépère, Souchon continue de mener sa barque. Souvent sur les mers de Bretagne où il s'isole avec Voulzy afin de composer des chansons. « La vie intime est maritime » dit-il dans son nouvel album C'est comme vous voulez. Nous sommes en 1985. Il chante désormais : « J'veux du cuir... J'veux des gros seins, des gros culs ». Le chanteur s'amuse à casser son image comme il dit... Il rompt également son contrat pour chanter sous la bannière de Virgin. Et il brise la routine des tournées avec sa copine Véronique Sanson dans le spectacle Chacun son tour. Deux artistes pour le prix d'un. Cette formation rencontre un énorme succès notamment au Palais des Sports de Paris.

La chanson parfaite

Alain Souchon en a écrit des chansons. Et il en fait encore. De mieux en mieux. Ultra Moderne Solitude, sorti en 1988 est l'un de ses meilleurs albums. Alain Souchon a toujours aimé les personnages de looser magnifiques. « Quand, je serais K.O. » en est une belle illustration. « Est-ce que tu m'aimeras encore ? Dans cette petite mort » dit-il. On l'aime le Souchon. Victoires de la Musique, Théâtre des Champs-Elysées. Le parcours reste sans faute. Dans les années 90, il acquiert une sorte de popularité exponentielle. Certes, il a déjà la reconnaissance de ses pairs et du public. Mais ce qu'il nommait avec ironie dans son précédent album « La chanson parfaite », il l'a écrite : «Foule sentimentale » devient une sorte de classique de la chanson française. Chose plutôt rare pour un artiste qui a déjà vingt ans de carrière. Souchon cerne la société en un tour de piste : « désirs qui nous affligent  », « avoir plein nos armoires », « On nous Claudia Schiffer ». Une superbe pré bande-annonce de l'ère télé-réalité ! D'ailleurs en 2005, à l'occasion des 20 ans des Victoires de la Musique, Alain Souchon reçoit une Victoire d'honneur pour « Foule sentimentale ». L'album C'est déjà ça dépasse lui le million d'exemplaires. Souchon enfile les succès comme des perles : « L'amour à la machine », « Sous les jupes des filles » ou « Le Fil » composé par le fils Souchon. Il participe aussi à plusieurs opérations caritatives, les Enfoirés ou Sol en Si (1993).

Tailler la zone

Un Souchon, ça s'essouffle pas des fois ? Au Ras des Pâquerettes semble moins percutant. Singles fades : « Le baiser » ou « Caterpillar ». Souchon emballe quand même son public au Zénith où il fait salle comble. Il organise également un tour de chant acoustique. Et puis, Alain Souchon est un garçon dans le vent. A l'occasion de cet album, il entre dans l'ordinateur sous la houlette de son fils Charles. Un site à lui tout seul. On y voit Souchon déjeuner dans le web avec une vache. A force de surfer comme un as sur le net, on l'avait un peu perdu de vu. Cinq ans sans nouvel album. 2005 : Souchon réapparaît pensif, comme le montre la pochette sombre de La Vie Théodore. L'album rend hommage à Théodore Monod, savant naturaliste, et Françoise Sagan. Souchon fait dans la critique désillusionnée, « Et si en plus, il n'y a personne » s'élève contre les fanatismes religieux et les dictatures. « Et si le ciel était vide ? » s'interroge-t-il. Il donne l'impression de s'engager davantage que dans le passé. Or, il a toujours su glisser quelques mots acerbes sur le monde et ses folies.

Plus grave, engagé et ironique est le ton du nouvel album Ecoutez D'où Ma Peine Vient en 2008, assorti des singles « Parachute doré » et du morceau-titre. Alain Souchon repart ensuite faire le tour des Zénith de France d'où il ramène un double album Alain Souchon Est Chanteur en avril 2010. De retour à la maison, Souchon l'enchanteur se penche sur un nouveau projet. Baptisé À Cause D'Elles, ce nouvel album produit par Renaud Letang reprend des airs d'autrefois et l'inédit « Le Jour et la nuit ». L'intégralité des royautés de ce cadeau de fin d'année est destiné à la lutte contre le cancer.

Poussé en bas par des plus beaux, des plus forts que moi

Aujourd'hui, une kyrielle de jeunes gens biens élevés se réclame de Souchon : Vincent Delerm, Bénabar ou Albin de la Simone. Ils auraient bien aimé écrire une petite « souchonnerie ». Et comment il a fait Souchon pour écrire autant de phrases justes ? Ben il a bossé. Mais pas trop quand même. Parce que c'est ça la touche Souchon, l'art d'écrire des choses que tout le monde, aurait pu dire, en apparence. Parce que si proche de nous. De la fausse banal song. Copyright 2014 Music Story Paula Haddad


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page