ARRAY(0xa4ab4de0)
 

Alan Curtis

 

Alan Curtis : top des titres MP3

 
Tous les titres
1 - 10 titres sur 425 titres
Trier par
Titre Album Durée Prix
Écouter1. Berenice : Col versar, barbaro, il sangueRejoyce [+digital booklet] 3:33EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter2. English Suite No.2 in A minor BWV807 : I PréludeBach, JS : English & French Suites Nos 1 & 2 - Apex 5:16EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter3. Act III: SinfoniaHändel: Lotario0:41EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter4. Bach, JS : French Suite No.1 in D minor BWV812 : III Sara...Bach, JS : English & French Suites Nos 1 & 2 - Apex 1:39EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter5. Bach, JS : French Suite No.1 in D minor BWV812 : IV Menuet 1Bach, JS : English & French Suites Nos 1 & 2 - Apex0:45EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter6. Bach, JS : French Suite No.5 in G major BWV816 : I AllemandeBach, JS : English & French Suites Nos 5 & 6 - Apex 1:40EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter7. Act III: Vieni, o bella AdelaideHändel: Lotario 2:44EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter8. Sonata N.39 In Re Maggiore Hob.XVI / 24: AllegroHaydn: Le Sonate Per Tastiera Vol.1 5:30EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter9. Act III: Omai non v'è più sempre, alta reinaHändel: Lotario0:42EUR 0,99  Acheter le titre 
Écouter10. Pièces de clavecin - Troisième Livre, 1722 (excerpts), Di...Couperin Harpsichord Music 1:23EUR 1,29  Acheter le titre 
1 - 10 titres sur 425 titres
« Précédent| Page: 12345...|Suivant »
Vendu par Amazon Media EU S.à r.l. En passant une commande, vous acceptez nos conditions d'utilisation.



Image de Alan Curtis
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Originaire du Michigan, Alan Curtis voit le jour le 17 novembre 1934 à Mason, dans l'état où il effectue ses études jusqu'à l'université. Inscrit à l'Université de l'Illinois, il interrompt son cursus pour suivre pendant deux ans l'enseignement du claveciniste et pédagogue Gustav Leonhardt à Amsterdam. Il revient ensuite dans son pays pour acquérir un doctorat en 1963.

Claveciniste et musicologue, il soutient une thèse sur l'organiste et compositeur néerlandais Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621) qu'il complète et publie en 1969. Alan Curtis est un soliste reconnu quand il accepte un poste ... Lire la suite

Originaire du Michigan, Alan Curtis voit le jour le 17 novembre 1934 à Mason, dans l'état où il effectue ses études jusqu'à l'université. Inscrit à l'Université de l'Illinois, il interrompt son cursus pour suivre pendant deux ans l'enseignement du claveciniste et pédagogue Gustav Leonhardt à Amsterdam. Il revient ensuite dans son pays pour acquérir un doctorat en 1963.

Claveciniste et musicologue, il soutient une thèse sur l'organiste et compositeur néerlandais Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621) qu'il complète et publie en 1969. Alan Curtis est un soliste reconnu quand il accepte un poste à l'Université de Berkeley en Californie, en 1960, avant d'être titularisé dix ans plus tard. Partageant son temps entre l'enseignement et une carrière de soliste et chef d'orchestre, il se spécialie dans la recréation d'opéras peu connus ou tombés dans l'oubli depuis les XVIIème et XVIIIème siècles. Sa production du Couronnement de Poppée de Monteverdi va à l'encontre des canons des années soixante.

Respect de la chorégraphie, du chant et de l'instrumentation d'époque sont au programme de ses productions. Pour satisfaire son goût de l'authenticité, Alan Curtis n'hésite pas à commander la fabrication d'un chitaronne, d'un clavecin à feintes brisées ou d'un archiluth comme c'est le cas pour l'opéra Admeto qu'il dirige en 1978 avec un orchestre fidèle à celui prévu par Haendel. En 1981, il monte le rare Sant' Alessio de Stefano Landi dont le succès l'encourage à exhumer trois oeuvres méconnues de Niccolo Jommelli, Il Tito d'Antonio Cesti, La Finfa pazza de Francesco Sacrati (Venise, 1987), Gli Orazi ed i Curiazi de Cimarosa et David de Francesco Bartolomeo Conti.

Tout en continuant ses recherches, Alan Curtis multiplie les productions d'opéras avec une prédilection pour Georg Friedrich Haendel dont il recrée une quinzaine d'oeuvres : Radamisto en 2000, Arminio au Concertgebouw d'Amsterdam en 2001, Giulio Cesare en 2002 puis Deidamia et Lotario (2004), Rodelinda (2005), Fernando et Floridante (2007), Tolomeo (2008), Ezio, Berenice (2010), Alcina et Ariodante (2011), Giove in Argo (2013). Après avoir dirigé son ensemble Il Complesso Barocco dans Il Giustino en 2002 et Motezuma en 2006, Alan Curtis revient à Vivaldi avec l'enregistrement de Catone in Utica (2013) avec Topi Lehtipuu et Ann Hallenberg. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Originaire du Michigan, Alan Curtis voit le jour le 17 novembre 1934 à Mason, dans l'état où il effectue ses études jusqu'à l'université. Inscrit à l'Université de l'Illinois, il interrompt son cursus pour suivre pendant deux ans l'enseignement du claveciniste et pédagogue Gustav Leonhardt à Amsterdam. Il revient ensuite dans son pays pour acquérir un doctorat en 1963.

Claveciniste et musicologue, il soutient une thèse sur l'organiste et compositeur néerlandais Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621) qu'il complète et publie en 1969. Alan Curtis est un soliste reconnu quand il accepte un poste à l'Université de Berkeley en Californie, en 1960, avant d'être titularisé dix ans plus tard. Partageant son temps entre l'enseignement et une carrière de soliste et chef d'orchestre, il se spécialie dans la recréation d'opéras peu connus ou tombés dans l'oubli depuis les XVIIème et XVIIIème siècles. Sa production du Couronnement de Poppée de Monteverdi va à l'encontre des canons des années soixante.

Respect de la chorégraphie, du chant et de l'instrumentation d'époque sont au programme de ses productions. Pour satisfaire son goût de l'authenticité, Alan Curtis n'hésite pas à commander la fabrication d'un chitaronne, d'un clavecin à feintes brisées ou d'un archiluth comme c'est le cas pour l'opéra Admeto qu'il dirige en 1978 avec un orchestre fidèle à celui prévu par Haendel. En 1981, il monte le rare Sant' Alessio de Stefano Landi dont le succès l'encourage à exhumer trois oeuvres méconnues de Niccolo Jommelli, Il Tito d'Antonio Cesti, La Finfa pazza de Francesco Sacrati (Venise, 1987), Gli Orazi ed i Curiazi de Cimarosa et David de Francesco Bartolomeo Conti.

Tout en continuant ses recherches, Alan Curtis multiplie les productions d'opéras avec une prédilection pour Georg Friedrich Haendel dont il recrée une quinzaine d'oeuvres : Radamisto en 2000, Arminio au Concertgebouw d'Amsterdam en 2001, Giulio Cesare en 2002 puis Deidamia et Lotario (2004), Rodelinda (2005), Fernando et Floridante (2007), Tolomeo (2008), Ezio, Berenice (2010), Alcina et Ariodante (2011), Giove in Argo (2013). Après avoir dirigé son ensemble Il Complesso Barocco dans Il Giustino en 2002 et Motezuma en 2006, Alan Curtis revient à Vivaldi avec l'enregistrement de Catone in Utica (2013) avec Topi Lehtipuu et Ann Hallenberg. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Originaire du Michigan, Alan Curtis voit le jour le 17 novembre 1934 à Mason, dans l'état où il effectue ses études jusqu'à l'université. Inscrit à l'Université de l'Illinois, il interrompt son cursus pour suivre pendant deux ans l'enseignement du claveciniste et pédagogue Gustav Leonhardt à Amsterdam. Il revient ensuite dans son pays pour acquérir un doctorat en 1963.

Claveciniste et musicologue, il soutient une thèse sur l'organiste et compositeur néerlandais Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621) qu'il complète et publie en 1969. Alan Curtis est un soliste reconnu quand il accepte un poste à l'Université de Berkeley en Californie, en 1960, avant d'être titularisé dix ans plus tard. Partageant son temps entre l'enseignement et une carrière de soliste et chef d'orchestre, il se spécialie dans la recréation d'opéras peu connus ou tombés dans l'oubli depuis les XVIIème et XVIIIème siècles. Sa production du Couronnement de Poppée de Monteverdi va à l'encontre des canons des années soixante.

Respect de la chorégraphie, du chant et de l'instrumentation d'époque sont au programme de ses productions. Pour satisfaire son goût de l'authenticité, Alan Curtis n'hésite pas à commander la fabrication d'un chitaronne, d'un clavecin à feintes brisées ou d'un archiluth comme c'est le cas pour l'opéra Admeto qu'il dirige en 1978 avec un orchestre fidèle à celui prévu par Haendel. En 1981, il monte le rare Sant' Alessio de Stefano Landi dont le succès l'encourage à exhumer trois oeuvres méconnues de Niccolo Jommelli, Il Tito d'Antonio Cesti, La Finfa pazza de Francesco Sacrati (Venise, 1987), Gli Orazi ed i Curiazi de Cimarosa et David de Francesco Bartolomeo Conti.

Tout en continuant ses recherches, Alan Curtis multiplie les productions d'opéras avec une prédilection pour Georg Friedrich Haendel dont il recrée une quinzaine d'oeuvres : Radamisto en 2000, Arminio au Concertgebouw d'Amsterdam en 2001, Giulio Cesare en 2002 puis Deidamia et Lotario (2004), Rodelinda (2005), Fernando et Floridante (2007), Tolomeo (2008), Ezio, Berenice (2010), Alcina et Ariodante (2011), Giove in Argo (2013). Après avoir dirigé son ensemble Il Complesso Barocco dans Il Giustino en 2002 et Motezuma en 2006, Alan Curtis revient à Vivaldi avec l'enregistrement de Catone in Utica (2013) avec Topi Lehtipuu et Ann Hallenberg. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page