Alice Cooper

Les clients ont également acheté des articles de


Alice Cooper : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 1055
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Alice Cooper
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

RealAliceCooper

Presale Tix on sale now thru 12/18 for Feb 8th show at Memorial Auditorium in Wichita Falls, TX! Password: SICKTHINGS http://t.co/Q3Qp4hyhvp


Biographie

Vincent Furnier est né à Detroit, le 4 février 1948. Son père est assistant du pasteur de l'Eglise de Jésus Christ. En 1964, Vincent forme son premier groupe, The Earwigs, avec ses copains de classe Glen Buxton (guitare) et Dennis Dunaway (basse). Rejoints par Michael Bruce (guitare, claviers), ils deviennent The Spiders.

The Nazz bis

Inspirés par le classique des Yardbirds, « The Nazz are Blue », ils changent leur nom en The Nazz. Ils publient un single, « Wonder Who's Loving Her Now », et commencent à se produire à Los Angeles où ils finissent par s'établir en 1968. Avec l'arrivée de Neal ... Lire la suite

Vincent Furnier est né à Detroit, le 4 février 1948. Son père est assistant du pasteur de l'Eglise de Jésus Christ. En 1964, Vincent forme son premier groupe, The Earwigs, avec ses copains de classe Glen Buxton (guitare) et Dennis Dunaway (basse). Rejoints par Michael Bruce (guitare, claviers), ils deviennent The Spiders.

The Nazz bis

Inspirés par le classique des Yardbirds, « The Nazz are Blue », ils changent leur nom en The Nazz. Ils publient un single, « Wonder Who's Loving Her Now », et commencent à se produire à Los Angeles où ils finissent par s'établir en 1968. Avec l'arrivée de Neal Smith à la batterie, la formation définitive est au complet. Le groupe, apprenant que sur la côte Est un il existe un autre The Nazz (emmené par Todd Rundgren) il change de nom et devient Alice Cooper.

Traitement de choc

Le groupe auditionne chez Frank Zappa, qui vient de fonder deux nouveaux labels, Straight et Bizarre Records. Zappa leur demande de passer « à 7 heures » et, dans le doute, les musiciens se pointent chez lui à 7 heures... du matin. Enthousiasmé par tant d'audace, Frank Zappa signe Alice Cooper sur Straight.

Le groupe produit lui-même son premier album, Pretties For You, qui sort en 1969 dans l'indifférence : il se classe une semaine à la 193ème position du classement puis disparaît. Mais c'est sur scène qu'Alice Cooper va commencer à se faire un nom. Ayant déjà développé l'aspect théâtral de son show, le groupe va aller encore plus loin grâce à un coup de pouce du destin.

C'est au concert Rock'n'roll Revival de Toronto, en septembre 1969, qu'a lieu « l'incident du poulet » : un poulet se retrouve par accident sur scène et Furnier, le jette dans la foule où il est réduit en miettes par les spectateurs déchaînés... La presse s'empare de l'incident et la rumeur enfle jusqu'à vouloir que le chanteur ait tranché la tête du poulet avec ses dents avant de boire son sang. Zappa lui conseille de ne rien démentir pour tirer le plus de bénéfices possibles de cette pub inespérée. Alice Cooper développe alors le « shock rock » : guillotine et chaise électrique pour des simulacres d'exécutions capitales, camisole de force, boa constrictor vivant, etc.

Même s'il commence à faire la une, grâce à ses shows provocateurs, le groupe n'arrive toujours pas à s'imposer sur disque. Son second album, Easy Action (1970) est un nouvel échec.

Detroit (heavy) rock

1970 va être une année de transition primordiale pour Alice Cooper. Lassé de l'indifférence de Los Angeles , le groupe déménage à Detroit, ville qui a vu naître The MC5, The Stooges, The Amboy Dukes ou encore Grand Funk Railroad. Surtout, il rencontre Bob Ezrin, producteur canadien fasciné par cette formation, qui va façonner le son d'Alice Cooper sur disque et produire avec un succès total ses huit prochains albums. Le single « Eighteen » sort en novembre 1970 et se classe à la 21ème place du classement américain, suivi par l'album Love It to Death (N°35 en février 1971).

La tournée qui suit impose définitivement le groupe, notamment en Europe où il remporte un immense succès (la France le découvre en novembre 1971 à l'Espace Cardin lors d'un concert choc). Dans la foulée, Warner, qui distribe Straight, offre un contrat de plusieurs albums à Alice Cooper.

Cette période magique commence avec Killer, qui sort fin 1971 (classé n°21 l'année suivante), et contient les singles « Under My Wheels » (n°59) et « Be My Lover » (n°49). En 1972 le single « School's Out » qui sort, évidemment en été, se classe dans le Top 10 américain avant d'être numéro un en Angleterre. L'album du même nom est également un immense succès (n°2). Les tournées américaine et européenne amplifient cette réussite. Le rock de Alice cooper devient « décadent », c'est peu dire que l'humour et le second degré initiaux sont passés à la trappe.

Cette formation atteint son apogée avec l'album Billion Dollar Babies, sorti début 1973, qui se classe à la première place au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. L'album contient le classique « Elected » (n°26 aux Etats-Unis fin 1972), ainsi que le fameux « No More Mister Nice Guy ».

Ni l'album suivant, Muscle of Love, ni le single qui en est extrait, « Teenage Lament '74 » ne réussissent à reproduire le succès de leurs prédécesseurs. Ce sera le dernier disque enregistré par cette formation mythique.

Alice en solo

La séparation a lieu en 1974. Furnier se lance dans une carrière solo sous le nom... d'Alice Cooper. Il s'entoure pour ce faire de musiciens habitués à travailler avec Bob Ezrin: Dick Wagner (guitare), Steve Hunter (guitare), Johnny Badanjek (batterie), Josef Chirowski (piano, orgue) et Prakash John (basse) avec lesquels il monte l'étonnant spectacle Welcome to My Nightmare. L'album-concept homonyme, qui sort sur en mars 1975, est un succès aux Etats-Unis, ainsi que le single « Only Women Bleed », une ballade qui se classe dans le Top 10.

Le spectacle est filmé en concert à Londres en septembre 1975 et un film, lui aussi titré Welcome to My Nightmare, sort dans les salles l'année suivante.

Les albums solo suivants, Alice Cooper Goes to Hell (1976) et Lace and Whiskey (1977) sont de moins en moins bons. La raison, devenue évidente sur la tournée américaine chaotique de 1977, est simple : Alice Cooper a de sérieux problèmes d'alcool qui l'obligent à effectuer une cure de désintoxication en 1978. Il en tire un album autobiographique, From The Inside, écrit avec Bernie Taupin, le parolier d'Elton John.

Cauchemar dada

Il continue à publier régulièrement des albums sur lesquels il cherche à se « renouveler » au risque de se perdre : Flush the Fashion (1980), Special Forces (1981), Zipper Catches Skin et DaDa (1982) sont des curiosités.

Signé par MCA, il publie l'album Constrictor en 1986, dont est extrait « He's Back (The Man Behind the Mask) », le thème du film d'horreur Jason le Mort Vivant. Raise Your Fist and Yell (1987) est un album encore plus brut.

Alice Cooper renoue enfin avec le succès en 1989 avec l'album Trash, produit par le faiseur de tubes Desmond Child, auquel participent Jon Bon Jovi, Richie Sambora et des membres d'Aerosmith. Le single qui en est extrait, « Poison », se classe n°2 en Angleterre et n°7 aux Etats-Unis.

Dans les années 1990, Alice Cooper continue à enregistrer et à tourner. Hey Stoopid en 1991, avec Zodiac Mindwarp et Slash, The Last Temptation (1994), avec la participation de Chris Cornell (Soundgarden). Après un album live, Fistful of Alice (1997), le XXème siècle se termine en beauté pour Alice avec la parution d'un coffret rétrospectif de quatre CD, The Life and Crimes of Alice Cooper.

Alice Cooper 2000

Pour débuter le nouveau millénaire, il signe sur un petit label, Spitfire, qui publie Brutal Planet en 2000 et Dragontown l'année suivante, deux albums au son brut proche du heavy metal. En 2003, il revient à un son plus classique avec The Eyes of Alice Cooper, suivi d'une tournée puis, dans la même veine, de Dirty Diamonds (2005), son 24ème album studio. Along Came a Spider en 2008 reste de bonne facture. En 2011 il renoue avec Bob Ezrin pour donner une suite au légendaire Welcome to My Nightmare. Intitulé Welcome 2 My Nightmare, l'album réunit les guitaristes Dick Wagner et Steve Hunter présents sur l'opus de 1975, ainsi que pour la première fois depuis 1973 les membres originels de Alice Cooper le groupe, moins le guitariste Glen Buxton décédé en 1997. Ke$ha apporte elle sa caution dance pop à l'affaire. Copyright 2014 Music Story Stan Cuesta

Vincent Furnier est né à Detroit, le 4 février 1948. Son père est assistant du pasteur de l'Eglise de Jésus Christ. En 1964, Vincent forme son premier groupe, The Earwigs, avec ses copains de classe Glen Buxton (guitare) et Dennis Dunaway (basse). Rejoints par Michael Bruce (guitare, claviers), ils deviennent The Spiders.

The Nazz bis

Inspirés par le classique des Yardbirds, « The Nazz are Blue », ils changent leur nom en The Nazz. Ils publient un single, « Wonder Who's Loving Her Now », et commencent à se produire à Los Angeles où ils finissent par s'établir en 1968. Avec l'arrivée de Neal Smith à la batterie, la formation définitive est au complet. Le groupe, apprenant que sur la côte Est un il existe un autre The Nazz (emmené par Todd Rundgren) il change de nom et devient Alice Cooper.

Traitement de choc

Le groupe auditionne chez Frank Zappa, qui vient de fonder deux nouveaux labels, Straight et Bizarre Records. Zappa leur demande de passer « à 7 heures » et, dans le doute, les musiciens se pointent chez lui à 7 heures... du matin. Enthousiasmé par tant d'audace, Frank Zappa signe Alice Cooper sur Straight.

Le groupe produit lui-même son premier album, Pretties For You, qui sort en 1969 dans l'indifférence : il se classe une semaine à la 193ème position du classement puis disparaît. Mais c'est sur scène qu'Alice Cooper va commencer à se faire un nom. Ayant déjà développé l'aspect théâtral de son show, le groupe va aller encore plus loin grâce à un coup de pouce du destin.

C'est au concert Rock'n'roll Revival de Toronto, en septembre 1969, qu'a lieu « l'incident du poulet » : un poulet se retrouve par accident sur scène et Furnier, le jette dans la foule où il est réduit en miettes par les spectateurs déchaînés... La presse s'empare de l'incident et la rumeur enfle jusqu'à vouloir que le chanteur ait tranché la tête du poulet avec ses dents avant de boire son sang. Zappa lui conseille de ne rien démentir pour tirer le plus de bénéfices possibles de cette pub inespérée. Alice Cooper développe alors le « shock rock » : guillotine et chaise électrique pour des simulacres d'exécutions capitales, camisole de force, boa constrictor vivant, etc.

Même s'il commence à faire la une, grâce à ses shows provocateurs, le groupe n'arrive toujours pas à s'imposer sur disque. Son second album, Easy Action (1970) est un nouvel échec.

Detroit (heavy) rock

1970 va être une année de transition primordiale pour Alice Cooper. Lassé de l'indifférence de Los Angeles , le groupe déménage à Detroit, ville qui a vu naître The MC5, The Stooges, The Amboy Dukes ou encore Grand Funk Railroad. Surtout, il rencontre Bob Ezrin, producteur canadien fasciné par cette formation, qui va façonner le son d'Alice Cooper sur disque et produire avec un succès total ses huit prochains albums. Le single « Eighteen » sort en novembre 1970 et se classe à la 21ème place du classement américain, suivi par l'album Love It to Death (N°35 en février 1971).

La tournée qui suit impose définitivement le groupe, notamment en Europe où il remporte un immense succès (la France le découvre en novembre 1971 à l'Espace Cardin lors d'un concert choc). Dans la foulée, Warner, qui distribe Straight, offre un contrat de plusieurs albums à Alice Cooper.

Cette période magique commence avec Killer, qui sort fin 1971 (classé n°21 l'année suivante), et contient les singles « Under My Wheels » (n°59) et « Be My Lover » (n°49). En 1972 le single « School's Out » qui sort, évidemment en été, se classe dans le Top 10 américain avant d'être numéro un en Angleterre. L'album du même nom est également un immense succès (n°2). Les tournées américaine et européenne amplifient cette réussite. Le rock de Alice cooper devient « décadent », c'est peu dire que l'humour et le second degré initiaux sont passés à la trappe.

Cette formation atteint son apogée avec l'album Billion Dollar Babies, sorti début 1973, qui se classe à la première place au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. L'album contient le classique « Elected » (n°26 aux Etats-Unis fin 1972), ainsi que le fameux « No More Mister Nice Guy ».

Ni l'album suivant, Muscle of Love, ni le single qui en est extrait, « Teenage Lament '74 » ne réussissent à reproduire le succès de leurs prédécesseurs. Ce sera le dernier disque enregistré par cette formation mythique.

Alice en solo

La séparation a lieu en 1974. Furnier se lance dans une carrière solo sous le nom... d'Alice Cooper. Il s'entoure pour ce faire de musiciens habitués à travailler avec Bob Ezrin: Dick Wagner (guitare), Steve Hunter (guitare), Johnny Badanjek (batterie), Josef Chirowski (piano, orgue) et Prakash John (basse) avec lesquels il monte l'étonnant spectacle Welcome to My Nightmare. L'album-concept homonyme, qui sort sur en mars 1975, est un succès aux Etats-Unis, ainsi que le single « Only Women Bleed », une ballade qui se classe dans le Top 10.

Le spectacle est filmé en concert à Londres en septembre 1975 et un film, lui aussi titré Welcome to My Nightmare, sort dans les salles l'année suivante.

Les albums solo suivants, Alice Cooper Goes to Hell (1976) et Lace and Whiskey (1977) sont de moins en moins bons. La raison, devenue évidente sur la tournée américaine chaotique de 1977, est simple : Alice Cooper a de sérieux problèmes d'alcool qui l'obligent à effectuer une cure de désintoxication en 1978. Il en tire un album autobiographique, From The Inside, écrit avec Bernie Taupin, le parolier d'Elton John.

Cauchemar dada

Il continue à publier régulièrement des albums sur lesquels il cherche à se « renouveler » au risque de se perdre : Flush the Fashion (1980), Special Forces (1981), Zipper Catches Skin et DaDa (1982) sont des curiosités.

Signé par MCA, il publie l'album Constrictor en 1986, dont est extrait « He's Back (The Man Behind the Mask) », le thème du film d'horreur Jason le Mort Vivant. Raise Your Fist and Yell (1987) est un album encore plus brut.

Alice Cooper renoue enfin avec le succès en 1989 avec l'album Trash, produit par le faiseur de tubes Desmond Child, auquel participent Jon Bon Jovi, Richie Sambora et des membres d'Aerosmith. Le single qui en est extrait, « Poison », se classe n°2 en Angleterre et n°7 aux Etats-Unis.

Dans les années 1990, Alice Cooper continue à enregistrer et à tourner. Hey Stoopid en 1991, avec Zodiac Mindwarp et Slash, The Last Temptation (1994), avec la participation de Chris Cornell (Soundgarden). Après un album live, Fistful of Alice (1997), le XXème siècle se termine en beauté pour Alice avec la parution d'un coffret rétrospectif de quatre CD, The Life and Crimes of Alice Cooper.

Alice Cooper 2000

Pour débuter le nouveau millénaire, il signe sur un petit label, Spitfire, qui publie Brutal Planet en 2000 et Dragontown l'année suivante, deux albums au son brut proche du heavy metal. En 2003, il revient à un son plus classique avec The Eyes of Alice Cooper, suivi d'une tournée puis, dans la même veine, de Dirty Diamonds (2005), son 24ème album studio. Along Came a Spider en 2008 reste de bonne facture. En 2011 il renoue avec Bob Ezrin pour donner une suite au légendaire Welcome to My Nightmare. Intitulé Welcome 2 My Nightmare, l'album réunit les guitaristes Dick Wagner et Steve Hunter présents sur l'opus de 1975, ainsi que pour la première fois depuis 1973 les membres originels de Alice Cooper le groupe, moins le guitariste Glen Buxton décédé en 1997. Ke$ha apporte elle sa caution dance pop à l'affaire. Copyright 2014 Music Story Stan Cuesta

Vincent Furnier est né à Detroit, le 4 février 1948. Son père est assistant du pasteur de l'Eglise de Jésus Christ. En 1964, Vincent forme son premier groupe, The Earwigs, avec ses copains de classe Glen Buxton (guitare) et Dennis Dunaway (basse). Rejoints par Michael Bruce (guitare, claviers), ils deviennent The Spiders.

The Nazz bis

Inspirés par le classique des Yardbirds, « The Nazz are Blue », ils changent leur nom en The Nazz. Ils publient un single, « Wonder Who's Loving Her Now », et commencent à se produire à Los Angeles où ils finissent par s'établir en 1968. Avec l'arrivée de Neal Smith à la batterie, la formation définitive est au complet. Le groupe, apprenant que sur la côte Est un il existe un autre The Nazz (emmené par Todd Rundgren) il change de nom et devient Alice Cooper.

Traitement de choc

Le groupe auditionne chez Frank Zappa, qui vient de fonder deux nouveaux labels, Straight et Bizarre Records. Zappa leur demande de passer « à 7 heures » et, dans le doute, les musiciens se pointent chez lui à 7 heures... du matin. Enthousiasmé par tant d'audace, Frank Zappa signe Alice Cooper sur Straight.

Le groupe produit lui-même son premier album, Pretties For You, qui sort en 1969 dans l'indifférence : il se classe une semaine à la 193ème position du classement puis disparaît. Mais c'est sur scène qu'Alice Cooper va commencer à se faire un nom. Ayant déjà développé l'aspect théâtral de son show, le groupe va aller encore plus loin grâce à un coup de pouce du destin.

C'est au concert Rock'n'roll Revival de Toronto, en septembre 1969, qu'a lieu « l'incident du poulet » : un poulet se retrouve par accident sur scène et Furnier, le jette dans la foule où il est réduit en miettes par les spectateurs déchaînés... La presse s'empare de l'incident et la rumeur enfle jusqu'à vouloir que le chanteur ait tranché la tête du poulet avec ses dents avant de boire son sang. Zappa lui conseille de ne rien démentir pour tirer le plus de bénéfices possibles de cette pub inespérée. Alice Cooper développe alors le « shock rock » : guillotine et chaise électrique pour des simulacres d'exécutions capitales, camisole de force, boa constrictor vivant, etc.

Même s'il commence à faire la une, grâce à ses shows provocateurs, le groupe n'arrive toujours pas à s'imposer sur disque. Son second album, Easy Action (1970) est un nouvel échec.

Detroit (heavy) rock

1970 va être une année de transition primordiale pour Alice Cooper. Lassé de l'indifférence de Los Angeles , le groupe déménage à Detroit, ville qui a vu naître The MC5, The Stooges, The Amboy Dukes ou encore Grand Funk Railroad. Surtout, il rencontre Bob Ezrin, producteur canadien fasciné par cette formation, qui va façonner le son d'Alice Cooper sur disque et produire avec un succès total ses huit prochains albums. Le single « Eighteen » sort en novembre 1970 et se classe à la 21ème place du classement américain, suivi par l'album Love It to Death (N°35 en février 1971).

La tournée qui suit impose définitivement le groupe, notamment en Europe où il remporte un immense succès (la France le découvre en novembre 1971 à l'Espace Cardin lors d'un concert choc). Dans la foulée, Warner, qui distribe Straight, offre un contrat de plusieurs albums à Alice Cooper.

Cette période magique commence avec Killer, qui sort fin 1971 (classé n°21 l'année suivante), et contient les singles « Under My Wheels » (n°59) et « Be My Lover » (n°49). En 1972 le single « School's Out » qui sort, évidemment en été, se classe dans le Top 10 américain avant d'être numéro un en Angleterre. L'album du même nom est également un immense succès (n°2). Les tournées américaine et européenne amplifient cette réussite. Le rock de Alice cooper devient « décadent », c'est peu dire que l'humour et le second degré initiaux sont passés à la trappe.

Cette formation atteint son apogée avec l'album Billion Dollar Babies, sorti début 1973, qui se classe à la première place au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. L'album contient le classique « Elected » (n°26 aux Etats-Unis fin 1972), ainsi que le fameux « No More Mister Nice Guy ».

Ni l'album suivant, Muscle of Love, ni le single qui en est extrait, « Teenage Lament '74 » ne réussissent à reproduire le succès de leurs prédécesseurs. Ce sera le dernier disque enregistré par cette formation mythique.

Alice en solo

La séparation a lieu en 1974. Furnier se lance dans une carrière solo sous le nom... d'Alice Cooper. Il s'entoure pour ce faire de musiciens habitués à travailler avec Bob Ezrin: Dick Wagner (guitare), Steve Hunter (guitare), Johnny Badanjek (batterie), Josef Chirowski (piano, orgue) et Prakash John (basse) avec lesquels il monte l'étonnant spectacle Welcome to My Nightmare. L'album-concept homonyme, qui sort sur en mars 1975, est un succès aux Etats-Unis, ainsi que le single « Only Women Bleed », une ballade qui se classe dans le Top 10.

Le spectacle est filmé en concert à Londres en septembre 1975 et un film, lui aussi titré Welcome to My Nightmare, sort dans les salles l'année suivante.

Les albums solo suivants, Alice Cooper Goes to Hell (1976) et Lace and Whiskey (1977) sont de moins en moins bons. La raison, devenue évidente sur la tournée américaine chaotique de 1977, est simple : Alice Cooper a de sérieux problèmes d'alcool qui l'obligent à effectuer une cure de désintoxication en 1978. Il en tire un album autobiographique, From The Inside, écrit avec Bernie Taupin, le parolier d'Elton John.

Cauchemar dada

Il continue à publier régulièrement des albums sur lesquels il cherche à se « renouveler » au risque de se perdre : Flush the Fashion (1980), Special Forces (1981), Zipper Catches Skin et DaDa (1982) sont des curiosités.

Signé par MCA, il publie l'album Constrictor en 1986, dont est extrait « He's Back (The Man Behind the Mask) », le thème du film d'horreur Jason le Mort Vivant. Raise Your Fist and Yell (1987) est un album encore plus brut.

Alice Cooper renoue enfin avec le succès en 1989 avec l'album Trash, produit par le faiseur de tubes Desmond Child, auquel participent Jon Bon Jovi, Richie Sambora et des membres d'Aerosmith. Le single qui en est extrait, « Poison », se classe n°2 en Angleterre et n°7 aux Etats-Unis.

Dans les années 1990, Alice Cooper continue à enregistrer et à tourner. Hey Stoopid en 1991, avec Zodiac Mindwarp et Slash, The Last Temptation (1994), avec la participation de Chris Cornell (Soundgarden). Après un album live, Fistful of Alice (1997), le XXème siècle se termine en beauté pour Alice avec la parution d'un coffret rétrospectif de quatre CD, The Life and Crimes of Alice Cooper.

Alice Cooper 2000

Pour débuter le nouveau millénaire, il signe sur un petit label, Spitfire, qui publie Brutal Planet en 2000 et Dragontown l'année suivante, deux albums au son brut proche du heavy metal. En 2003, il revient à un son plus classique avec The Eyes of Alice Cooper, suivi d'une tournée puis, dans la même veine, de Dirty Diamonds (2005), son 24ème album studio. Along Came a Spider en 2008 reste de bonne facture. En 2011 il renoue avec Bob Ezrin pour donner une suite au légendaire Welcome to My Nightmare. Intitulé Welcome 2 My Nightmare, l'album réunit les guitaristes Dick Wagner et Steve Hunter présents sur l'opus de 1975, ainsi que pour la première fois depuis 1973 les membres originels de Alice Cooper le groupe, moins le guitariste Glen Buxton décédé en 1997. Ke$ha apporte elle sa caution dance pop à l'affaire. Copyright 2014 Music Story Stan Cuesta


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page