Alix - tome 32 - La dernière conquête et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Alix, tome 32 : La derni&... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par 06emeline
État: D'occasion: Très bon
Amazon rachète votre
article EUR 2,39 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Alix, tome 32 : La dernière conquête Album – 19 avril 2013


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 11,50
EUR 10,95 EUR 10,05

Top Nouveautés BD Top Nouveautés BD


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Alix, tome 32 : La dernière conquête + Alix, tome 31 : L'ombre de sarapis + Alix, Tome 33 : Britannia
Prix pour les trois: EUR 34,50

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Marc Jailloux

Marc Jailloux a été l'assistant de Gilles Chaillet sur les séries La Dernière Prophétie et Vinci (éditions Glénat). Après avoir repris pour Casterman, dans Les Oracles., le personnage d'Orion créé par Jacques Martin il y a vingt ans, il prend en charge la nouvelle aventure d'Alix, en assurant seul dessin et scénario. Il vit à Paris.

Présentation de l'éditeur

Le grand renouveau de la série, Jailloux l'héritier de Jacques Martin.

À Rome, la guerre civile est sur le point d'éclater entre Pompée, le général qui administre Rome depuis des années et son rival César, qui vient tout juste de rentrer de Gaule en conquérant victorieux, auréolé de gloire. La balance du pouvoir s'apprête à changer de camp...

Mais l'ambitieux César, à qui l'on prête le projet de transformer la république en Empire, ne veut pas se contenter de ses conquêtes occidentales. Fasciné par l'Orient, il confie une mission secrète à Alix : trouver et rapporter l'anneau réputé magique du plus grand conquérant que l'Histoire ait connu, Alexandre. César y voit à la fois une protection divine et l'instrument de ses desseins : quiconque sera porteur de l'anneau pourra légitimement revendiquer l'union politique de l'Orient et de l'Occident. Pour retrouver l'anneau, Alix ne dispose que d'une piste : de mystérieuses pièces d'or frappées à l'effigie d'Alexandre. Sous la conduite d'un prisonnier, Asham, Alix, Enak et l'homme de confiance de César, le gaulois Luctérius, s'efforcent d'en retracer la provenance, direction le Levant. Affrontant mille dangers, ils ne savent pas encore qu'ils parviendront jusqu'à l'étrange et sauvage Bactriane - l'actuel Afghanistan -, ultime conquête d'Alexandre le Grand.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 2,39
Vendez Alix, tome 32 : La dernière conquête contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 2,39, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Album: 48 pages
  • Editeur : Casterman (19 avril 2013)
  • Collection : MARTIN
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2203017252
  • ISBN-13: 978-2203017252
  • Dimensions du produit: 30,6 x 0,8 x 22,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (21 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 66.913 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Hervé J. COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 25 avril 2013
Format: Album Achat vérifié
Depuis l'arrêt d'Alix par son créateur, je n'achetais plus qu'un album sur deux, et encore! Je m'étais définitivement résigné face à la médiocrité du dessin des personnages quand survint le miracle: enfin un dessinateur capable de redonner vie au héros de Jacques Martin (incroyable, mais vrai!).

Les auteurs ont décidé de se référer à la période "Les Légions Perdues" (1965) et c'est une réussite. Marc Jailloux (qui dessine aussi la série Orion) a le coup de patte qui manquait à ses prédécesseurs, le trait de plume en plein et délié est magnifique. Cet Alix un brin juvénile fait souffler sur la série un doux parfum de nostalgie. Enak est aussi graphiquement très réussi, ainsi que les seconds rôles et les figurants (Jailloux a un peu tendance à allonger les visages, peut-être est-il un admirateur Du Gréco?)

Les couleurs de Corinne Billon sont assez belles, mais demanderaient parfois plus de rythme et de variété à l'intérieur d'une même planche. J'ai trouvé l'emploi des ciels de traine un peu trop systématique, cela nuisant quelquefois à la force du dessin.

Par contre la part architecturale est sous-traitée. Si l'on compare en feuilletant à la volée avec l'album "Les Légions Perdues", c'est assez flagrant, voire frustrant. Pour le prochain épisode, il serait bon de redynamiser les décors avec moult colonnes et autres antiquités.

Le scénario de Géraldine Ranouil est sympa, mais manque un peu de souffle et de rythme.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par Kerbrat TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE le 24 avril 2013
Format: Album
Alix à la demande de César se met à la recherche du trésor d'Alexandre le Grand dont une partie s'est retrouvée dans les mains d'Ashram. Il va guider Alix à la recherche du mystérieux trésor dans le désert, où les surprises et les mystères seront nombreux.

C'est enfin un dessinateur qui arrive à reprendre Alix à la manière de Jacques Martin. Sauf qu'il manque un aspect important qui nous attirait chez Jacques Martin, c'est la qualité du dessin architectural. La scénariste a résolu le problème en nous entrainant dans le désert. Le scénario s'il respecte la chronologie historique, manque un peu d'originalité les personnages sont trop simples. Et c'est aussi le problème des séries qui durent quel qu'en soit le sujet. Le moteur étant la collectionnite, sur ce plan cet album est réussi car il convaincra les fans de jacques Martin, et ceux qui découvrent une BD historique sur la Rome antique.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Marie Pierre Bernet le 15 mai 2013
Format: Album
Voici le 32ème épisode des aventures d’Alix, l’intrépide jeune gaulois – il n’est pas encore sénateur – et, cette fois, l’esprit du créateur, Jacques Martin, est respecté. Une nouvelle scénariste – Géraldine Ranouil – et un nouveau dessinateur – Marc Jailloux redonnent vie avec talent au héros à la crinière d’or. J’adore !

L’histoire démarre précisément le 11 janvier 44 avant Jésus-Christ, entre Rimini et Cesène, sur la côte Adriatique. César s’apprête, avec ses troupes, à franchir le Rubicon et prendre le pouvoir à Rome. Mais auparavant, il charge Alix d’une mission quasi impossible : lui ramener le sceau d’Alexandre le Grand, dont on ignore tout de l’endroit où il a été enterré (aujourd’hui encore …). L’objet est réputé receler un puissant pouvoir.

Avec Asham, un captif étrange qui leur servira de guide jusqu’en Bactriane, et un soldat d’origine gauloise, Alix et Enak se dirigent à travers le désert vers le village de Zhurz, où ils vont affronter le despote local Rajkuthan qui tient en otage la jeune soeur d'Asham.

Cette fois, je marche à fond. Les codes classiques du genre sont respectés, le dessin et les couleurs – dues à Corinne Billon – sont restitués, je retrouve le charme de l’histoire romaine revisitée par la ligne claire belge. C’est une réussite et je lirai avec tout autant de plaisir la suite des albums de cette nouvelle équipe talentueuse, en leur suggérant de corser un peu plus leur scénario – on sussurre que le prochain opus se nommera « Britannia » …
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jerome3001 le 24 avril 2013
Format: Album
Après les expériences piteuses plus anciennes de Moralès et Henniquiau, qui ont saboté le personnage d'Alix, sur les directives d'un J. Martin handicapé, affaibli (il souffrait d'une grave maladie oculaire dégénérative), il fut question de confier les rênes d'Alix à Cédric Hervan. Le dessin était encore pire ce que celui de Moralès. C'était abominable. En milieu d'album, on retrouva Christophe Simon, digne successeur de Martin, mais qui glissait lentement vers un académisme très personnel. Il a réalisé de fort beaux albums.
Vint inexplicablement le temps de curieuses expérimentations : Ferry (une erreur de casting incompréhensible), dont je ne parviens toujours pas à comprendre pourquoi l'éditeur l'a publié dans la série principale, et Venanzi, qui dessine en 4-2-1 ses albums. Simon a entretemps préféré s consacrer à ses oeuvres personnelles, comem d'ailleurs Moralès et Hervan (avec plus de bonheur graphique que ces deux derniers, d'ailleurs, dont les défauts graphiques sont amplifiés dans leur production chez Glénat).
Vient maintenant Marc Jailloux, qui s'est glissé dans les chaussons de Jacques Martin avec la plus grande facilité ! C'est bien simple, on croirait lire du Martin. Enfin, plutôt le digne élève d'un studio virtuel qui, comme jadis pour Tintin, aurait dû être réalisé pour continuer, dans la qualité, cette vaste fresque qu'est Alix.
Un album vraiment digne de la série la plus célèbre de J. Martin.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?