Commencez à lire Alphonse sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.
Alphonse
 
Agrandissez cette image
 

Alphonse [Format Kindle]

Akli Tadjer
4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)

Prix Kindle : EUR 8,49 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 8,49  
Broché EUR 11,70  
Poche EUR 5,30  
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !





Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Rendez-vous au Terminus Nord, la grande brasserie en face de la gare. C'est pas elle que j'ai reconnue en premier. Pour tout dire, je l'ai pas reconnue du tout. Edouard, lui, m'a pas échappé. Une oreille déchirée comme la sienne, ça peut pas s'oublier. Jamais. Elle, c'est Juliette. Il y a une semaine, encore, elle avait plus sa place dans mes souvenirs. Quand je croisais une Juliette, ça me la faisait pas revenir pour autant. Elle existait plus. Même pas une ombre.
Ils sont deux tables derrière. En jouant avec les miroirs, je les ai en point de mire. Juliette a commandé du thé. Edouard est au Picon-bière. Ils regardent à gauche à droite, loin, au plus loin, à l'affût d'une tête qui leur rappellerait quelqu'un. Moi. Je fais le mort, derrière mon verre d'eau à bulles. Elle lève le nez au plafond. Il y a des fresques, des frises, des dorures. Elle les détaille comme si elle y connaissait quelque chose, aux fresques. Elle dit à Edouard qui regarde sa montre que c'est beau toutes ces curiosités au plafond. Edouard soupire que ça fait long deux Picon-bière. Une heure qu'ils m'attendent. C'est rien une heure quand on s'est pas vu depuis quarante ans.
C'est pour le déménagement de maman qu'elle m'est revenue à la mémoire, Juliette. Elle dormait dans une boîte à chaussures avec une photo cloquée d'humidité... Des gens sur la photo que j'avais oubliés, eux aussi. La faute à maman. Elle range, elle range, après, elle est comme moi, elle oublie. Oui, des gens... Derrière la photo, il y avait des noms. C'est pas mes parents qui les ont écrits. Analphabètes à perpétuité qu'on les avait condamnés. Alors, c'est moi. Forcément. Au dos de la photo, j'avais noté en appliqué, à la plume Sergent-Major : Mois d'août 1964. La famille du Nord. Oncle Salah, le père, Tante Jeanne, la mère, Robert, le grand, Charles, le presque grand, Jean, le moyen, Albert, le petit moyen, Juliette, la gniace et Yanka... et puis, il y avait les lettres dans un sachet en papier Félix Potin. Qui les avait mises dans ce sachet ? Ma mère sans doute. Elle a la maladie de tout ranger.

Présentation de l'éditeur

       Ma tante avait arraché la page de l’Almanach des Postes posé sur la cheminée. Chaque jour avait sa feuille. Chaque jour avait sa blague. Déjà le 1er août ! 
       La blague c’est quoi, m’man ?
      Ma tante avait lu en trébuchant sur chaque mot : A la Saint Alphonse, fonce, fonce.
      Alphonse, c’était fait. Je serais Alphonse.
     Ça te plait au moins ? avait dit ma cousine Juliette. 
     J’avais fait non avec l’index. Elle s’en fichait. Elle était déjà dehors à jouer à la baballe avec son chien.


     Été 1964. Mohamed arrive de Paris, seul, dans sa famille du Nord. Une famille dont on ne lui avait jamais parlé. Il découvre alors Tante Jeanne, Oncle Salah, Juliette, la gniace, et une ribambelle de cousins, tous chrétiens.

     Bien des années plus tard, que reste-t-il d’Alphonse ?

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 238 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 178 pages
  • Editeur : JC Lattès (24 août 2005)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00GX63LS8
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°38.064 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.5 étoiles sur 5
4.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 drôle et émouvant 6 avril 2007
Par Dr King TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Broché
Ce livre est une histoire dans laquelle chacun d'entre nous peut se retrouver (même pour des raisons différentes que celles du personnage central).

En effet, ce roman raconte l'histoire d'un jeune garçon de Paris qui se retrouve "catapulté" dans sa famille, qu'il n'a jamais vu, dans le Pas de calais.

En effet, sa maman se retrouvant gravement malade, son papa préfère l'envoyer, chez son frère, passer les grandes vacances scolaires.

Mais, pour plusieurs raisons, le personnage central Mohammed, "Alphonse" pour la famille qui l'accueille, va se sentir perdu dans "ce monde" qu'il ne connaît pas.

Mais malgré cela, ce jeune garçon et les personnages qui l'entourent, vont vivre ces histoires de "jeunes" que l'on a tous plus ou moins vécues, et qui sont particulièrement touchantes et captivantes.

Un roman à lire absolument.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "Le vert paradis des amours enfantines..." 12 décembre 2008
Par cathulu TOP 100 COMMENTATEURS
Format:Poche
Eté 1964, Mohamed, 12 ans bientôt, va pour la première fois dans la famille du frère de son père, dans le Nord de la France. Chez l'oncle, marié à une française "de souche", tous les enfants portent un prénom français et Mohamed deviendra donc provisoirement "Alphonse".
Il ne fait évidemment pas bon porter un prénom arabe en France quelques années après ce qui n'est pas encore appelé officiellement la guerre d'Algérie. Il ne fait pas bon non plus être juif ou étranger en général et le petit garçon joue le rôle d'électron libre qui va chambouler la petite communauté...
Son anniversaire (hilarant !) sera le sommet de cette tragi-comédie.
40 ans plus tard, "Alphonse" jouera un peu au chat et à la souris avec cette cousine , pas si gentille que ça autrefois...
Ce va-et-vient entre l'enfance et l'âge adulte est à la fois drôle et émouvant , on se souvient longtemps de ces personnages tendres et cruels.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Olivier Clerc TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Broché
C'est le hasard qui m'a mis dans les mains ce livre : le soir même, je le commençais et sa lecture m'a tellement plu que je l'ai lu d'une traite, impossible de m'en extraire.

Mohamed, la cinquantaine, se souvient de l’été de ses onze ans, en 1964, lorsqu’il fut envoyé seul dans sa famille du Nord, près de Lens. Momo chez les Chtimis perce les silences de l’après-guerre d’Algérie. Il découvre tante Jeanne, oncle Salah, Juliette, la « jeune gniace suffisante », ainsi qu’une ribambelle de cousins chrétiens. Mais surtout l’amour, la bêtise et la cruauté. « Les Mohamed n’étant pas bien vus, par ici », Juliette le rebaptise “Alphonse”, d'après le saint du jour, sur le calendrier. Mais Parisien de Montorgueil, musulman, il est très vite pourchassé par la bande d’Édouard, des faux blousons noirs.

Akli Tadjer a ce talent que j'apprécie de montrer les choses, plutôt que de les dire. Sa lecture parle d'abord au coeur et aux tripes, avant qu'à son tour l'intellect ne s'en saisisse. On est d'abord pris, touché, ému ; après, on réfléchit, on médite, on repense.

De la belle écriture, dont le style est accessibles à tous. Merci, M. Tadjer !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5.0 étoiles sur 5 bon 14 juillet 2014
Format:Format Kindle|Achat vérifié
c'est un bon livre mais c'est un livre très triste , c'est un livre qui se lit bien par contre
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique