Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 21,65

ou
 
   
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 9,08
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

American Desperado : Une vie dans la mafia, le trafic de cocaïne et les services secrets [Broché]

Jon Roberts , Evan Wright , Patricia Carrera
4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (11 commentaires client)
Prix : EUR 25,95 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le lundi 1 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 9,08
Vendez American Desperado : Une vie dans la mafia, le trafic de cocaïne et les services secrets contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 9,08, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

23 octobre 2013 Mémoires
Wright est un grand journaliste, Roberts un génie du trime. Ensemble, ils retracent la jeunesse mafieuse de Jon Roberts a New-York, ses dérapages de commando au Vietnam, son ascension de cocaïne cowboy... Ce sera la matière d American Desperado, effrayante épopée de la réussite criminelle.

«Huns les années 1980, on arrêtait tics petits consommateurs de drogue colombiens qui nous parlaient d'un gringo barbu. [...]
- Il a un nom ?
- John.
Pendant des années, on a recherche un «gringo barbu» nomme John. Je n'ai jamais pense que son nom pouvait s'écrire sans «h». On a récolté quelques informations. C'était un vétéran du Vietnam, un cinglé hyper-violent qui voyageait en compagnie d'un géant.
- Un géant ? Tu te fous de nous '
- Je vous jure, le gringo travaille avec un géant.
Pendant des années, on n'a eu que ça pour enquêter : John. Gringo bai bu. Se balade ava un géant.»

«Dangereux, bourré d'humour noir, terrifiant et superbement écrit, American Desperado est le premier grand livre du XXIème siècle sur le crime.»
Jerry Stahl, New York Times

«Robert est un narrateur bourré de charme, en grande partie grâce au coauteur du livre Evan Wright, qui réussit brillamment à pénétrer son univers terrifiant pour lui permettre de livrer son histoire. Bien que je prie pour ne jamais me retrouver dans la même pièce que Jon Roberts, il m'a été impossible de lâcher son livre.»
Steven Gaines, New York Times

«Un tour de force. Le meilleur récit sur le crime depuis Les Affranchis de Nicholas Pileggi. La découverte d'un monde où il est merveilleux de se balader, épouvantable de vivre. Je n'éprouve que jalousie et admiration à l'égard d'Evan Wright.»
Rich Cohen (coauteur du bestseller When I Stop Talking, You'll Know I'm Dead).

Jon Roberts né Riccobono, a vu le jour en 1948 à New York dans une famille liée au clan Gambino, et est mort d'un cancer en 2011, deux mois après la publication de ses Mémoires. Caïd des cocaïne cowboy, il fut le correspondant US numéro 1 du cartel de Medellín à Miami de 1975 à 1985. Dans American Desperado, Roberts raconte sa vie dans la mafia, le trafic de cocaïne et les services secrets. Arrêté en 1991, après des années en cavale, il a écourté sa peine de prison en devenant indic pour le gouvernement fédéral.

Evan Wright est un journaliste récompensé par de multiples prix (Los Angeles Times Book Award, PEN/Faulkner Award...). Ses reportages en immersion sur des anarchistes, skinheads et autres marginaux ont été publiés par Rolling Stone et Vanity Fair. Ayant accompagné les marines pour couvrir le conflit irakien, il a tiré de cette expérience un roman, Generation Kill, porté à l'écran par la chaîne HBO sous forme de mini-série. En 2008, il débute trois années d'entretiens avec Jon Roberts. Ce sera la matière d'American Desperado, effrayante épopée de la réussite criminelle.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

American Desperado : Une vie dans la mafia, le trafic de cocaïne et les services secrets + No Angel : Mon voyage épuisant d'agent infiltré au sein des Hells Angels
Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Extrait

MIAMI (FLORIDE), AVRIL 2008

EVAN WRIGHT (E.W.) : Pendant une pause du match de basket Heat vs Pistons, le commentateur signale au public la présence d'une célébrité dans les gradins du stade American Airlines :
- Mesdames et messieurs, Jon Roberts de Miami, l'authentique cocaïne cowboy, est parmi nous ce soir !
Les écrans géants sont envahis par des images de l'intéressé, la soixantaine sportive, les cheveux argentés peignés en arrière, le visage inexpressif. Ne se sachant pas filmé, il regarde droit devant lui; ses yeux enfoncés lui donnent un air de prédateur. Ses voisins se lèvent pour le prendre en photo avec leurs téléphones portables. En se voyant sur les écrans, Roberts esquisse un sourire affligé, genre «OK, vous m'avez piégé», et enlace son fils de huit ans assis à ses côtés. Julian incline la tête contre 1 épaule de son père, la relevant de temps en temps pour sourire tandis que les flashs crépitent. Son père est la plus grande star du stade !
Il y a une quinzaine d'années, Jon Roberts était un fugitif désigné par les autorités comme le principal contact du cartel de Medellin aux États-Unis ; inculpé pour l'importation de milliards de dollars de cocaïne, on voyait sa tronche sur les affiches WANTED de tous les bureaux de poste. Avec un petit groupe d'associés américains, il avait créé à partir de Miami un véritable «réseau FedEx» du trafic de drogue. Ils utilisaient des aérodromes secrets, des bornes d'écoute pour espionner les communications des garde-côtes, des radiophares sophistiqués pour suivre la cocaïne transportée par bateau : toute une organisation qui avait déjoué la surveillance des autorités américaines pendant près de dix ans. Cet épisode du parcours scandaleux de Roberts, raconté en 2006 dans le documentaire choc Cocaïne Cowboys, illustre la folie du style de vie associé au trafic de coke à Miami dans les années 1980.
Certains éléments clés de l'extraordinaire vie criminelle de Roberts restaient inconnus : son ascension dans un puissant clan de la Mafia new-yorkaise, les meurtres ayant précipité son exil à Miami, son accord secret avec les autorités par l'intermédiaire d'un agent de la CIA... Roberts possédait un atout peu commun chez les tueurs présumés : le charme. Un homme ayant fait affaire avec lui à New York quand il appartenait à la Mafia, et devenu prêtre à la suite de cette expérience, m'a confié :
- Jon était adorable, de très bonne compagnie. Derrière cette apparence, il y avait un type capable du pire. Dr Jekyll et Mr Hyde !
Roberts ne cache pas ce qu'il est ; son honnêteté est mâtinée d'un humour sardonique assez déstabilisant. Avant qu'on se rencontre pour évoquer l'histoire de sa vie, il m'a dit au téléphone :
- Peut-être que je suis un psychopathe. La majeure partie du temps que j'ai passée sur cette terre, je n'ai eu aucun respect pour la vie humaine. C'a été la clé de ma réussite.

Revue de presse

Le journaliste Evan Wright a eu le privilège d'écouter Jon Roberts, criminel endurci, raconter sa vie. Résultat : l'incroyable mais vrai " American Desperado ". Jon Roberts est mort en 2011, à peine trois mois après la parution, aux Etats-Unis, de ses Mémoires, American Desperado, coécrits avec le reporter et romancier Evan Wright. Son CV criminel a de quoi impressionner les amateurs les plus endurcis des films de gangsters : braquages, rackets, tortures, assassinats, arnaques en tout genre, trafic de drogue à grande échelle pour le cartel de Medellín... En parcourant son autobiographie, on croit revivre des scènes du Parrain et de Scarface...
Dans American Desperado, Jon Roberts s'est livré avec une rare franchise : son ascension au sein de la pègre new-yorkaise dès la fin des années 1960, les meurtres ayant précipité son exil à Miami, la sophistication des moyens mis en oeuvre avec ses associés pour berner les autorités pendant plus de dix ans (aérodromes secrets, bornes d'écoute pour espionner les communications des gardes-côtes, balises à longue distance équipant les bateaux, avions capables de voler très bas, sous les radars), lorsqu'il assurait la logistique du transport de drogue pour les Colombiens. Il raconte aussi son accord secret avec la CIA pour convoyer des armes aux Contras qui combattaient le gouvernement sandiniste au Nicaragua... Wright s'est interdit de glorifier comme de " moraliser " le personnage ou la trajectoire de Jon Roberts...
Courant des années 1960 aux années 1990, lorsque la drogue coulait à flots et que les Etats-Unis menaient en sous-main ses guerres sales en Amérique du Sud, cette fresque est en voie d'adaptation au cinéma. (Macha Séry - Le Monde du 31 octobre 2013)

Ames sensibles, passez votre chemin, ce livre est plus gore qu'un film de Tarantino, mais aussi plus palpitant que tout autre roman de gangsters...
Ecrit avec Evan Wright, un journaliste américain qui a pu longuement rencontrer Jon Roberts avant sa mort en 2011, le récit de la vie absolument décadente de Roberts en apprend plus sur le fonctionnement de la mafia américaine que n'importe quel documentaire sur Lucky Luciano : une mine d'informations racontées sur le ton du badinage, les confessions d'un malfrat pas du tout repenti mais surtout le récit désopilant d'une vie menée à l'encontre de tout politiquement correct. Jon Roberts, né Riccobono, voit le jour en 1948 dans le Bronx et grandit dans le crime comme d'autres dans la soie...
Psychopathe autoproclamé, Jon Roberts est un personnage profondément iconoclaste, mais surtout hilarant. «Bryan était excessif. Un jour, il a forcé un type à manger son arme», confie-t-il ainsi au sujet de son associé. C'est ce mélange d'horreur et de détachement qui fait tout le sel d'un livre qui aurait pu tourner à l'énumération de faits d'armes pour rappeurs apprentis- gangsters. Au lieu de quoi, American Desperado fait se rencontrer Woody Allen et Tarantino, Oliver Stone et Michel Audiard. (Clémentine Goldszal - Les Inrocks, décembre 2013)

Détails sur le produit

  • Broché: 704 pages
  • Editeur : 13e Note Editions (23 octobre 2013)
  • Collection : Mémoires
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2363740432
  • ISBN-13: 978-2363740434
  • Dimensions du produit: 18 x 14 x 5,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (11 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 10.554 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.6 étoiles sur 5
4.6 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Passionant 7 décembre 2013
Par Arkange08
Format:Broché
Livre qui se lit très bien, comme un roman quasiment. Très instructif sur les méthodes employées par les cartels colombiens pour passer de la cocaine aux USA. Un bonne lecture que je recommande!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sensible s'abstenir 23 mars 2014
Par atypic
Format:Broché|Achat vérifié
En passant par la mafia de NY, la guerre du Vietnam.... l'histoire d'une vie de psychopathe. Prenant. Attention vous aurez du mal à lâcher cet énorme livre. La réalité dépasse la fiction.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une descente aux enfers si bien racontée 13 mai 2014
Par CL
Format:Broché|Achat vérifié
Ce livre est passionnant à plus d’un titre. Merveilleusement écrit comme un polar par le grand reporter Evan Wright, on y découvre la biographie peu reluisante de Jon Roberts, un trafiquant de drogue cruel, violent, sans foi ni loi. Les 704 pages du livre pourraient rebuter certains lecteurs, mais l’écriture efficace de l’auteur nous tient en haleine. C’est une plongée dans l’enfer de l’Amérique des années 70-80. Si certains passages sont pénibles à lire, ça n’est pas par ennui, mais bien parce que la folie et la violence brutale de Jon Roberts et de ses acolytes nous paraissent incroyables. C’est heureusement bourré d’humour noir, ce qui permet de faire passer certains détails pénibles de cette vie trépidante. L’intérêt de ce livre est surtout une réflexion plus philosophique sur le principe que le père de Jon Roberts lui a inculqué :

"Si tu dois choisir entre le Bien et le Mal, choisit toujours le Mal."

Jon Roberts a appliqué ces fondements à la lettre, tout au long de sa vie.

Qui est Jon Roberts ?
Jon Roberts, de son vrai nom John Riccobono, est né en 1948 dans la famille Gambino, affiliée à la mafia de New York. Il assiste à son premier meurtre à l’âge de 7 ans alors qu’il est en voiture avec son père. Il s’engagera dans les Marines pendant la guerre du Vietnam pour éviter la prison. Là, il commettra des crimes et des tortures horribles sur des soldats ennemis.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5.0 étoiles sur 5 Mon livre de l'année 24 août 2014
Format:Broché
On y croise, Jimi Hendrix , james Caan , Bruce Lee , le vice président Bush , la famille D'Herbie Hancock des starlettes oubliées et d'autres figures des années 80...
Jon au milieu de tout ça est le type le plus veinard et venimeux du monde.
Le livre biographique parfait.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5.0 étoiles sur 5 Digne d'un film de Coppola 3 juillet 2014
Par cactus1
Format:Broché
A pratiquement toutes les pages, on se pince en se disant, ce n'est pas possible, le type invente tout !.
Les crimes, le trafique de cocaine, les millions de dollars qui circulent, les relations avec les politiciens, juges, musiciens complètement camés et corrompus .
Passionnant.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5.0 étoiles sur 5 Excellent 22 juin 2014
Format:Broché|Achat vérifié
Je le recomande vivement, le journaliste a toujours essayer de prouver la véracité des dires de Jon Roberts et le cas échéant l'a notifié.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?