Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

American psycho Poche – 6 mars 1997


Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
Poche, 6 mars 1997
EUR 0,48
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,58

bonnes résolutions 2015 bonnes résolutions 2015

--Ce texte fait référence à l'édition CD.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Amazon.fr

Patrick Bateman est un jeune homme riche, beau et intelligent. Un golden boy de Wall Street à qui tout réussit. Il est par ailleurs parfaitement au fait des techniques de nettoyage et désincrustage de la peau les plus efficaces, il s'applique les meilleures crèmes pour le visage, ne porte que des vêtements de grands couturiers, utilise les derniers gadgets technologiques et passe ses soirées au Tunnel, la boîte branchée du moment. Bien sûr, tous ses amis sont comme lui.

La seule différence, c'est qu'en plus Patrick Bateman viole, torture et tue. Mais il ne ressent jamais rien. Juste une légère contrariété lorsque ses scénarii ne se déroulent pas exactement comme prévu. À sa sortie en 1991, le roman d'Ellis suscita une vive émotion, aussi bien à cause de ses scènes d'horreur décrites quasi cliniquement que de son principal personnage, Bateman, symbole de la réussite économique, enfant prodige travesti en tueur sadique et immoral. Il faut dire qu'Ellis s'attaque de front à tous les excès de superficialité de l'Occident contemporain : sexe, culte du corps, de la richesse et de la jeunesse. Une entreprise de destruction commencée très tôt avec son premier roman Moins que zéro écrit alors qu'il avait 22 ans et que l'on retrouve dans Glamorama. Bret Easton Ellis ou l'art de mettre de l'acide sur les plaies béantes de la société. --Stellio Paris

Présentation de l'éditeur

AMERICAN PSYCHO
Bret Easton ELLIS lu par Pierre TISSOT
2 CD MP3 - 25,00 euros

La jeunesse dorée des golden-boys new-yorkais des années 1980 : l'argent et les filles abondent, tout est facile et superficiel. Patrick Bateman a 27 ans, et rien ne lui est impossible.
A travers une écriture révolutionnaire, Bret Easton Ellis livre le récit désillusionné d'un homme pour qui le dernier after-shave acheté compte plus que le dernier clochard qu'il aura tué la veille. Un roman sombre et dérangeant où la violence et l'absence de morale forment la trame principale. --Ce texte fait référence à l'édition CD .


Détails sur le produit

  • Poche: 520 pages
  • Editeur : Seuil (6 mars 1997)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020253801
  • ISBN-13: 978-2020253802
  • Dimensions du produit: 17,9 x 10,8 x 2,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (92 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 181.563 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Bret Easton Ellis est né à Los Angeles en 1964. Dès la publication de son premier livre Moins que zéro, en 1985, il a connu un succès foudroyant et s'est imposé comme l'un des écrivains majeurs de sa génération.
Suivront Les Lois de l'attraction, American Psycho, Zombies, Glamorama, Lunar Park et Suite(s) Impériale(s), la suite de Moins que zéro. Traduite dans le monde entier, adaptée au cinéma, son œuvre est l'une des plus significatives de la littérature contemporaine.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

40 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile  Par bluesbeauty le 2 février 2006
Format: Poche
Que dire qui ne l’ai déjà été au sujet de ce roman qui aura marqué de par son pouvoir hautement subversif son époque et bien plus encore ?Tout a été dit ou presque et pourtant, oui pourtant, il y a toujours quelque chose à dire quand on vient de lire "American psycho". On a beau être prévenu, avoir vu le film au préalable, l’histoire, les agissements, la narration dépassent tout ce à quoi on s’attendait en termes d’horreur, de cruauté, de froideur.
Que dire du roman ? "American psycho" est le journal d’un golden boy qui vit au cœur de l’Amérique Reaganienne, une Amérique où cynisme, individualisme, matérialisme atteignent des sommet et Bret Easton Ellis nous le fait ressentir à plein. Une Amérique où la solidarité n’est pas ou plus du tout d’actualité. "American psycho" est une critique, par la satire, de cette époque, de cette Amérique. Patrick Bateman donc, le narrateur, se trouve être également un pervers psychopathe tueur en série. Mais est-il qualifiable d’une quelconque manière ? Les mots suffisent-ils pour le définir ?
Que dire de l’écriture de Bret Easton Ellis ? Tout d’abord qu’elle est sévèrement ancrée dans l’époque à laquelle vit Patrick Bateman. Au début du roman, l’écriture est froide, exagérément (et ce n’est pas une critique négative car parfaitement adapté au récit) descriptive et matérialiste.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par mrlgaunt le 2 septembre 2004
Format: Poche
Cette satyre, avec son style brillant, incisif, exhaustif, dresse un portrait de tueur à la fois original et pertinent. Patrick Bateman est l'incarnation d'un nihilisme et d'un matérialisme forcenés qui, incapables de lui apporter satisfaction, le conduisent à une série de meurtres atroces et déjantés.
Et s'il n'est pas cru lorsqu'il avoue ses crimes à son avocat, c'est peut-être parce qu'il est un symbole vivant de la réussite matérielle, à la fois transgresseur et victime d'une société qui refuse de voir en face l'insanité de ses enfants les plus doués. Comment peut-on imaginer qu'un type aussi brillant et conforme que Bateman puisse risquer sa vie pour des actes aussi sordides ?
Ceux qui ont été choqué par American psycho ( même si je peux comprendre, vu les scènes de sexe et de torture extrêmes qui émaillent le roman)n'ont manifestement pas l'humour noir de Bret Easton Ellis. Personnellement, j'ai trouvé certains passages hilarants- notamment la façon dont l'auteur traduit les pensées de Bateman d'après son système de valeur, à la fois sophistiqué et primitif.
Bref, si vous voulez lire un livre à la fois dérangeant et provocateur qui transgresse intelligemment les tabous, ou simplement vous familiariser avec l'écriture d'un des écrivains les plus doués de sa génération, foncez acheter American Psycho.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par molodoi le 8 avril 2007
Format: Poche
Livre violent, sanglant et effrayant. Certains ne vont pas aimer le style cru et direct, l'ambiance sex, drug & serial killer.

C'est en même temps ce qui fait de ce Bret Easton Ellis une incontournable critique des années Trump.

A ne pas mettre entre toutes les mains !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par Veilleur TOP 100 COMMENTATEURS le 25 septembre 2009
Format: Poche
Le lecteur boulimique qu'est Alberto Manguel avouait dans son recueil "Dans la forêt du miroir" avoir été mis mal à l'aise par ce roman. L'ayant lu attentivement sur toute sa longueur, je partage ce sentiment qui oscille entre l'horreur, la fascination morbide, le dégoût et la volonté réfrénée à chaque page de laisser tomber l'histoire.

De quoi s'agit-il ? D'une sorte de journal de bord ou de guerre d'un jeune yuppie New-yorkais du début des années 90 qui offre un déséquilibre patent de la personnalité et qui s'ennuie. Quand je dis ennui, ce n'est pas un mot vain mais un constat cruel qu'il fait lui même et qui s'apparente à la fameuse acédie des anciens, celle que l'on peut retrouver chez Baudelaire et qui engendre un trouble comportemental. Le spleen profond de Patrick Bateman appartient à la créature sombre qui remue des dents au fond de sa personnalité schizophrène, alors que la partie "visible" de l'iceberg offre un caractère enjoué, dynamique, entreprenant, riche comme Crésus. Bateman est le Mister Hyde de Manhattan et c'est peu dire que ce roman offre des similitudes avec l'oeuvre de Stevenson, et provoque ce sentiment confus de malaise.

Les monstres sont parmi nous serait-on tenté de dire, et ils sont "normaux". Car comment rendre au lecteur cet ennui profond, répétitif, duquel on ne se tire que par éclats sanglants. L'écrivain a trouvé la technique.
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?