Commencez à lire Amin's blues sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.
Amin's blues
 
Agrandissez cette image
 

Amin's blues [Format Kindle]

Max Obione
5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)

Prix éditeur - format imprimé : EUR 8,20
Prix Kindle : EUR 4,99 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Économisez : EUR 3,21 (39%)
Le prix a été fixé par l'éditeur.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 4,99  
Broché EUR 8,20  

Auteurs, publiez directement sur Kindle !

KDP
Via notre service de Publication Directe sur Kindle, publiez vous-même vos livres dans la boutique Kindle d'Amazon. C'est rapide, simple et totalement gratuit.
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !




Le Pack de la Rentrée : 24 applis offertes, plus de 50 euros d'économies, jusqu'au 4 septembre sur l'App-Shop pour Android. Profitez-en et partagez la nouvelle. En savoir plus.


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Le destin tragique d’Amin qui aurait tant voulu tuer son idole du blues pour conjurer son sort.






D'ordinaire, le vieux Lodge ne tenait pas trois rounds d'affilée depuis cinq ans, au moins ; normalement, c'était du tout cuit, presque du un contre un, virgule quelque chose, un rapport de misère, quelques cents à gagner qui donneraient à tous ces gagne-petit le sentiment qu'ils n'avaient pas gâché leur soirée. Mais perdre leur misérable mise, à cause de ce sale fils de pute de négro...

— Tu les entends, dis ? Tu les entends, ces bâtards ! T'es mort, t'es déjà mort !

Chow avait les foies. L'atmosphère devenait émeutière, les canettes volaient et ricochaient sur la toile du chapiteau.






Voici le premier roman « américain » de Max Obione. Le fatum tragique est à l’œuvre comme dans tout bon roman noir. Ça sent la sueur, la pourriture des marais, on entend le lourd blues du Delta. Un roman qui cogne, plus que noir, « blark » : black and dark.






Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 794 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 98 pages
  • Editeur : SKA; Édition : 1 (11 avril 2014)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00JM33E7M
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°178.545 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


En savoir plus sur l'auteur

Max vit encore.

Débarqué en Normandie en 1944, Max Obione apprend à lire dans les illustrés de son enfance.
Rat de bibliothèque, dévoreur de bouquins de toutes sortes, cette passion précoce de la lecture le conduit vers les rayons d'une librairie caennaise où il fait son apprentissage.
Puis il s'oriente vers un service de l'État mieux rétribué.
Bien qu'il écrivit moult premiers chapitres de romans sans lendemain, la passion écrivante ne l'abandonne jamais durant sa carrière administrative qu'il achève dans la magistrature des comptes.
Il assouvit au passage son penchant cultureux en exerçant quelques années les fonctions de directeur régional des affaires culturelles.
Puis, la soixantaine en vue, il met enfin un point final à son premier roman, qui fait dire de lui qu'il est un jeune auteur tardif. Les titres s'enchaînent ensuite.
Max Obione opte pour le genre policier ou noir qui lui donne une grande liberté narrative pour raconter des histoires à cent lieues du moijisme infinitésimal qu'il exècre. Il revisite à cette occasion les archétypes de cette littérature ancrée dans le réel.
Il a créé la coopérative d'édition Krakoen qui promeut la bibliodiversité.

Max Obione est administrateur de l'association "813" Les amis des littératures policières.
Il est spécialement chargé de leur site Internet www.site813.com et du blog blog813.over-blog.com
Il figure dans le Dictionnaire des littératures policières, 2ème édition-2007, page 443

Son dernier roman Scarelife a été sélectionné parmi les 5 meilleurs polars de l'année par Les Amis des littératures policières pour l'attribution du Trophée 813 (2010)

Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
5.0 étoiles sur 5 très bon 16 octobre 2013
Par Bruce
Format:Format Kindle|Achat vérifié
Obione nous entraîne dans un noir de chez noir, l'Amérique profonde qu'il connait dans toute ses nuances, le milieu de la boxe et de la dope, avec en arrière plan le tempo du blues. On se doute que ça finira mal, on le sait, mais il nous attache tellement à ses personnages qu'à la fin c'est quand même la déchirure. J'ai passé un trés bon moment à lire cet Amin Blues.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un travail d'orfèvre 19 août 2012
Par Silouane TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Format Kindle
S’immerger dans un roman au point d’oublier ma réalité est mon rêve de lecteur, ou encore « Que l’histoire de l’auteur devienne la réalité et nous happe dans les secousses du récit ». Quand je rencontre des lignes qui parviennent à ce but, je suis comblé. Les premières pages d’Amin’s Blues de Max Obione (Editions Krakoen, 2007) m’ont vite absorbé. Le maestro montre un véritable talent pour nous insérer dans le décor et dans le récit, le texte début ainsi : « [… Il regardait fixement les crachats sanguinolents qui frappaient au fond du seau. Il aurait voulu dire rire – sinon sourire – du mauvais tour qu’il venait de jouer, mais la coupure de sa lèvre inférieure l’en dissuada. » Une première phrase qui nous guide vite vert le destin de ce looser première catégorie, le boxeur noir Amin Lodge, qui va jouer un dernier tour avant d’emprunter le chemin de la descente infernale entre drogue et meurtre avec un sort résistant à tout bonheur. Divers effets habilement utilisés sans excès collent la trame à l’actualité ; des reproductions d’articles de journaux, de mails et d’extraits de rapports rendent encore le roman davantage « vrai ». L’avertissement nous avait prévenu : « L’histoire est vraie. Au cours de son enquête, l’auteur a recueilli… »
Par ailleurs, Max Obione a à l’évidence travaillé de près les mots et les phrases qui servent, par le rythme donné et les images infligées, admirablement l’histoire en fouettant le récit aux tours et détours des péripéties.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un grand roman noir 29 août 2010
Par Silouane TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Broché
S'immerger dans un roman au point d'oublier ma réalité est mon rêve de lecteur, ou encore « Que l'histoire de l'auteur devienne la réalité et nous happe dans les secousses du récit ! » Quand je rencontre des lignes qui parviennent à ce but, je suis comblé.
Les premières pages d'Amin's Blues m'ont vite absorbé. Le maestro montre un véritable talent pour nous insérer dans le décor et dans le récit, le texte débute ainsi : « ['] Il regardait fixement les crachats sanguinolents qui frappaient au fond du seau. Il aurait voulu rire ' sinon sourire ' du mauvais tour qu'il venait de jouer, mais la coupure de sa lèvre inférieure l'en dissuada. » Une première phrase qui nous guide vite vert le destin de ce looser première catégorie, le boxeur noir Amin Lodge, qui va jouer un dernier tour avant d'emprunter le chemin de la descente infernale entre drogues et meurtres avec un sort résistant à tout bonheur. Divers effets habilement utilisés sans excès collent la trame à l'actualité ; des reproductions d'articles de journaux, de mails et d'extraits de rapports rendent encore le roman davantage « vrai ». L'avertissement nous avait avec malice prévenu : « L'histoire est vraie. Au cours de son enquête, l'auteur a recueilli' »
Par ailleurs, Max Obione a travaillé de près les mots et les phrases qui servent, par le rythme donné et les images infligées, admirablement l'histoire en fouettant le récit aux tours et détours des péripéties.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique