Amour et obstacles et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amour et obstacles a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Amour et obstacles Broché – 20 septembre 2012


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 21,00
EUR 9,04 EUR 5,50

Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Stairway to Heaven

C'était une nuit africaine parfaite, du pur Joseph Conrad : l'air était pâteux et figé d'humidité ; la nuit sentait la chair brûlée et la fécondité ; l'obscurité du dehors était vaste et inentamable. Je me sentais impaludé, même si ce n'était sans doute que la fatigue du voyage. Je me figurais des millions de mille-pattes se concentrant au plafond, au-dessus de mon lit, sans parler d'une flottille de chauves-souris battant des ailes avec férocité, dans les arbres, sous ma fenêtre. Le plus troublant, c'était le roulement incessant de la batterie : ce martèlement sonore et pesant qui me rôdait autour. Signifiait-il la guerre, la paix ou la prière, je l'ignorais.
J'avais seize ans, l'âge où la peur suscite l'inspiration, et j'ai donc allumé la lumière, j'ai extrait un carnet relié en moleskine tout neuf de ma valise - ces drums ne cessaient de battre le rappel des forces immenses de l'obscurité - et j'ai inscrit sur la première page pour aussitôt entendre la porte de la chambre de mes parents s'ouvrir violemment, tata (papa) lâcher un juron et s'éloigner d'un pas lourd. J'ai bondi de mon lit - Sestra a sursauté, s'est mise à gémir - et j'ai couru après tata, qui avait déjà rallumé les lampes du salon. J'ai buté contre maman qui berçait sa poitrine inquiète entre ses bras croisés. À présent, toutes les lumières étaient allumées ; une escouade de papillons de nuit désespérés voletait à l'intérieur d'une suspension ; il y a eu des cris et des hurlements perçants ; et, tout autour de nous, n'était que fracas de cymbales. C'était terrifiant.
- Spinelli ! s'est exclamé tata sur ce fond de vacarme. Quel crétin !
Tata dormait dans son pyjama de coton, bien plus adapté à une station de ski alpin qu'à l'Afrique - la climatisation, c'était nocif pour ses reins, à ce qu'il prétendait. Mais avant de quitter l'appartement, il s'est aussi coiffé d'un casque colonial, de peur d'exposer son crâne dégarni aux courants d'air. Dès qu'il eut disparu dans la noirceur et les roulements de batterie de la cage d'escalier, Sestra, maintenant en larmes, a enfoui son visage contre le ventre de maman ; j'étais debout, en caleçon, les pieds froids sur le sol nu, un stylo encore en main. Le risque de ne pas le voir revenir tremblotait dans l'obscurité ; l'idée de le rattraper ne m'a pas traversé l'esprit ; maman n'a pas essayé de l'arrêter. La lumière s'est allumée dans l'escalier, et nous avons entendu la sonnerie retentissante d'un carillon. Les roulements de batterie n'ont pas cessé ; un deuxième ding-dong plaintif est venu s'intercaler pile dans le rythme. Tata a renoncé à la sonnette et s'est mis à cogner contre la porte, en braillant dans son anglais de cuisine.
- Spinelli, tu es très fou. Arrête bruit. On est dormis. C'est quatre du matin.
Notre appartement se trouvait au sixième étage ; il devait y avoir des dizaines de personnes qui vivaient dans cet immeuble, mais on aurait cru que les lieux avaient été abandonnés en toute hâte. Dès l'instant où la lumière s'est de nouveau éteinte dans l'escalier, la batterie s'est arrêtée, le concert était terminé. La porte s'est ouverte, et une voix américaine et nasillarde a fait :
- je suis désolé, mec. Je m'excuse, vraiment.

Revue de presse

Ils se sentent déplacés là où ils sont mais s'en accommodent. Huit belles nouvelles de l'Américain d'origine bosniaque Aleksandar Hemon. Aleksandar Hemon est un écrivain des accidents, des hasards. Cela n'est sans doute pas tout à fait étranger aux aléas de sa propre biographie : en 1992, journaliste bosniaque de 28 ans, il était en voyage aux Etats-Unis quand a débuté le siège de Sarajevo, sa ville natale. Renonçant à rentrer chez lui, il s'est installé à Chicago et a choisi d'écrire en anglais, avant d'être reconnu comme l'un des jeunes talents les plus prometteurs de la littérature américaine...
Mais si Amour et obstacles contient cette dimension auto-réflexive, si ces textes peuvent aussi se lire comme le récit du trajet d'un aspirant écrivain vers sa vocation, qu'on ne s'y trompe pas : ces très impressionnantes nouvelles sont d'abord des " histoires tristes pour des gens qui ont de l'humour " (selon un mot de Nabokov que cite souvent Aleksandar Hemon). Des nouvelles sur le déracinement, la discordance, et toutes les " brûlures " qui nous constituent. (Raphaëlle Leyris - Le Monde du 27 septembre 2012)


Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?