9 d'occasion à partir de EUR 8,83

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Animal Magnetism Import


Voir les offres de ces vendeurs.
9 d'occasion à partir de EUR 8,83
boutique Noël
Offrez de la musique pour Noël !
Retrouvez toutes nos idées cadeaux au sein de notre boutique Noël CD, Vinyles et DVD Musicaux.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Scorpions

Discographie

Image de l'album de Scorpions

Photos

Image de Scorpions

Biographie

Rudolf Schenker (né en 1948) forme une première mouture des Scorpions en 1965 à Hanovre. Guitariste rythmique et chanteur, il est accompagné de Karl Heinz Follmer comme guitariste soliste, Lothar Heimberg comme bassiste et du batteur Wolfgang Dziony. Ils sont bientôt rejoints par Michael Schenker, jeune frère de Rudolf, guitariste soliste incisif et ... Plus de détails sur la Page Artiste Scorpions

Visitez la Page Artiste Scorpions
129 albums, 12 photos, discussions, et plus.

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (21 novembre 1989)
  • Format : Import
  • Label: Uni/Mercury
  • ASIN : B000001F8L
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Vincent TOP 1000 COMMENTATEURS sur 19 juin 2009
Format: CD
Si "Animal magnetism" était sorti (chronologiquement parlant) à la place de "Lovedrive", les fans de l'époque ne se seraient pas offusqués d'avantage et autant qu'ils continuent de le faire.
Seulement voilà, "Animal magnetism" est bel et bien paru après le chef d'oeuvre "Lovedrive". Pire encore, il se retrouvera bientôt coincé entre ce dernier et la bombe "Blackout".

Que doit-on penser d'"Animal magnetism" en définitive ?

Dans ce qu'on qualifiera "D'äge d'or" chez les teutons, sûr qu'il est l'album le moins captivant. Moins enlevé que ses frères, plus sombre dans l'ensemble, moins porteur de "Classics" tout simplement (encore que "The zoo" en soit un), "Animal magnetism" est tout simplement différent de ses frères. Moins fièvreux voilà tout. Avec quelques faussetées par ci par là, il faut bien aussi l'admettre.
Il n'empêche que me concernant, une bonne moitié de l'album me séduit pleinement. "Lady starlight" notamment, est à prendre pour ce quelle est: Une bien jolie ballade. Le machisme (une fois encore) de "Falling in love" et ses râââles de Mâle en rute... m'éclate aussi complêtement. De même "Make it real" et "20th century man", sans atteindre des sommets, n'en demeurent pas moins des morceaux bien sympas, sinon agréables.
Et puis il y a Le Morceau donnant son titre à l'album. "Animal magnetism" est un titre lourd comme une chappe de plomb. Le chant de Klaus Meine y étant vicieux et sadique à souhait. Ce titre à lui seul mérite que l'on pose une oreille attentive sur cette oeuvre à part de Scorpions (la moins commerciale soit dit en passant). De quoi ce plaint-on ? 14/20
11 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client sur 28 mars 2006
Format: CD
Suite au départ d'Uli Roth en 1978, "Lovedrive" avait créé chez moi un mini choc quand aux choix pris par le groupe (son et jeu plus compacte et agressif que par le passé).
Heureusement "Animal Magnetism" remet les pendules à l'heure mélodique. En effet, l'album est plus aéré tout en étant très efficace au niveau des guitares. On retrouve sur ce disque, l'eternelle ballade propre à ce groupe (il s'agit ici du superbe 'Lady Starlight' ou la formation est entourée pour la 1ère fois, d'un mini orchestre comportant cordes et cuivres!).
Tout le reste de l'album agresse gentiment l'auditeur, mais avec des manières civilisées s'il vous plaît! :on est pas chez Motörhead & Co. ici!!! (je n'ai rien contre Lemmy et ses amis celà dit!...bien au contraire!!!!). Pour en revenir à ce 33 tours, on y retrouve le classique 'The Zoo' sur lequel Matthias Jabs fait superbement croasser sa Talk-Box et le génial morceau titre qui traîne la patte pour mieux vous hypnotiser sournoisement. Si l'on voulait faire la comparaison avec les albums de la période Uli Roth, je dirais qu'"Animal Magnetism" se rapprocherait peut-être de "Taken By Force" dans sa construction et par son côté très mélodique. Il est sans doute la suite logique de ce dernier, plus que "Lovedrive" qui aurait mieux trouvé sa place juste avant "Blackout" par exemple!....
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Voodoo. TOP 500 COMMENTATEURS sur 17 mars 2012
Format: CD
Publié en '80 "Animal Magnetism" figure au panthéon de la discographie de ces venimeux Scorpions, et fait assurément partie de l'âge d'or du groupe. Il fut d'ailleurs leur premier disque consacré platine aux U.S.A.
Ce septième album est toujours produit par Dieter Dierks qui influence beaucoup ses protégés (une poule aux œufs d'or), et qui va leur mitonner une recette pour le moins piquante et fructueuse. Il va leur concocter un son à la fois envoûtant et poignant (un travail d'orfèvre). Klaus Meine assure une prestation (absolument) remarquable tout au long de l'album, lui qui l'année suivante va affoler le monde du hard en développant de graves problèmes aux cordes vocales. Pratiquement tous les titres écrits par un Rudolf Schenker (alors roi du riff) sont excellents. L'album avec sa pochette suggestive, débute avec l'incisif "Make It real" et le furieux "Don't make No Promises" (première composition) d'un Matthias Jabs complètement intégré. L'ambiance se veut très hard sur cet album (le second pour cette formation) et plus sombre que jamais, les titres ont une trame hypnotisante et pesante. Les "Hold Me Tight" et "Twentieth century man" (ou même) la ballade "Lady Starlight" (et ses cordes émouvantes), avec un Rudolf en état de grâce (en lead & rhythm guitar). L'original "Falling In Love" du batteur Herman Rarebell (qui assure la rythmique avec Francis Buchholz à la basse), continu dans ce même trip de riffs incisifs tout comme le hard (et super) "Only A Man".
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?