Antarès - tome 1 - Episode 1 et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 11 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Antarès - tome 1 -... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Amazon rachète votre
article EUR 3,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Antarès - tome 1 - Episode 1 Album – 20 avril 2007


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 11,99
EUR 11,99 EUR 8,00

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Antarès - tome 1 - Episode 1 + Les mondes d'Aldébaran, Tome 2 : Antares épisode 2 + Antarès - tome 3 - Episode 3
Prix pour les trois: EUR 35,97

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

De son véritable nom Luis Eduardo de Oliveira, Leo est né à Rio de Janeiro (Brésil) en 1944. Passionné de dessin, il entre cependant à l'université et suit des études d'ingénieur. En 1968, après avoir obtenu son diplôme, il milite activement au sein de la gauche étudiante. En 1971, il quitte le Brésil pour échapper à la répression de la dictature militaire. Il s'installe au Chili, puis en Argentine, avant de revenir clandestinement dans son pays en 1974, à São Paulo. Il renonce alors à l'engagement politique et décide de se consacrer au dessin. Il débute sa carrière d'illustrateur au sein d'une entreprise américaine. Au bout d'un an, lassé de ce travail alimentaire, il propose ses illustrations à différents journaux. Sa première bande dessinée, une histoire de science-fiction, est publiée dans la revue « O Bicho » au milieu des années 70. À la même époque, il découvre la BD européenne dans les pages de « Pilote » et de « Métal hurlant ». Coup de foudre immédiat. Décidé à tenter sa chance en France, il s'installe à Paris en 1981. Mais le succès se fait attendre. Malgré quelques récits publiés dans « l'Écho des Savanes » (1982) et « Pilote » (1985), il se voit contraint de travailler pour la publicité. Le déclic se produira en 1986 : Jean-Claude Forest, le créateur de Barbarella, lui propose de dessiner des histoires réalistes pour le magazine « Okapi ». En 1989, Léo illustre la vie de Gandhi dans un album publié par Les Editions Centurion. L'une de ses histoires attire l'attention du scénariste Rodolphe, qui lui confie le dessin de Trent, sa nouvelle série. Le premier album, L'Homme mort, paraît en 1991. Cette fois, la carrière de Leo est lancée. Deux ans plus tard, en 1993, il réalise un vieux rêve : il publie le premier des cinq tomes d' « Aldébaran », saga de science-fiction dont il est à la fois scénariste et dessinateur, qu'il mènera en alternance avec « Trent ». Elle se poursuivra en 2000 avec un nouveau cycle de cinq tomes, « Bételgeuse », et un troisième cycle démarre en 2007, « Antarès » en six tomes. Cette collection, prolongée par le spin-off "Les Survivants", connaît aujourd'hui un très grand succès en librairie. La série « Trent » se termine en 2000 au 8ème tome. Leo et Rodolphe ne s'arrêtent pas là, et créent « Kenya », un récit mêlant action et fantastique qui se passe dans l'immédiat après-guerre. Après cinq tomes, cette série donne suite à un deuxième cycle, « Namibia », dessiné cette fois par Bertrand Marchal, Leo restant au scénario avec Rodolphe. Infatigable, Leo n'hésite pas à mener de front plusieurs projets en tant que scénariste. Ainsi, en 2002 paraît la série en 3 tomes « Dexter London », dessinée par l'Espagnol Sergio García. Et en Mars 2009 paraît le tome 1 de la série « Terres Lointaines », avec Franck Picard (Icar) au dessin (5 albums). Avec le même Icar, il travaille sur une nouvelle série à paraître en 2014 sous le titre « Ultime frontière ». En 2009 paraît le premier tome d'une série co-écrite avec Corine Jamar, « Mermaid project », dessinée par Fred Simon (tome 3, 2014). Il a également co-signé un scénario avec son ami Rodolphe sous le titre La Porte de Brazenac, dessiné par Patrick Pion, un one shot qui paraît aussi en 2014 chez Dargaud.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 3,00
Vendez Antarès - tome 1 - Episode 1 contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 3,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Album: 56 pages
  • Editeur : Dargaud (20 avril 2007)
  • Collection : Antarès
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2205058894
  • ISBN-13: 978-2205058895
  • Dimensions du produit: 22,5 x 29,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 29.527 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

26 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eileen E. le 5 mai 2007
Format: Album
On avait quitté Kim sur la planète Bételgeuse après sa rencontre avec un être venu d'une autre planète, et on la retrouve ici sur Terre, à Paris (sur-peuplée, sur-urbanisée, sur-polluée)... enceinte ! On ne vous dira pas de qui, mais vous pouvez aisément le deviner...

Les Mondes d'Aldébaran n'est pas une série de science-fiction comme les autres. Ici, il n'est pas question de clones, d'appocalypse, d'extraterrestres, ni de faire un déballage d'inventions dites "futuristes". Le propos est ici humaniste : coloniser des planètes, oui (on en parlait encore récemment avec la prétendue découverte d'eau gelée sur Mars) ; mais comment ? Qui choisit-on et sur quels critères ? Quelle langue, quelle religion, quel système politique ? Peut-on éviter les erreurs qu'on a fait (qu'on est en train de faire) sur Terre ? L'atout principal de cette série est la créativité de LEO (dessins et dialogues) : une inventivité toujours renouvelée en ce qui concerne les animaux et les plantes "extra-terrestres" et des couleurs vraiment magnifiques. Regrettera-t-on peut-être la rigidité et la fixité des personnages, et, quelques fois, les dialogues (un peu grandiloquents). Le premier cycle (Aldébaran, 5 tomes) fut absolument génial parce que très novateur dans le genre, le deuxème cycle (Bételgeuse, 5 tomes) avait démarré sur les chapeaux de roues (malgré qu'il se soit un peu essoufflé dans le dernier tome). Autant dire qu'on attendait ce troisième cycle avec impatience !
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par BMR TOP 500 COMMENTATEURS le 25 mai 2009
Format: Album
On avait déjà arpenté les rives d'Aldébaran puis les canyons de Bételgeuse.

Nous voici avec toujours autant de plaisir dans les plaines d'Antarès (les deux premiers tomes de cette nouvelle "saison" sont parus).

Cette BD qui pourrait passer pour une aimable bluette (la première série, Aldébaran, évoquait les premières amours adolescentes ... depuis les héros ont grandi !) possède un charme indéfinissable ... à quoi cela tient-il donc ?

Peut-être le discours écolo ... sans doute la rêverie de colonisation des exo-planètes ... certainement la faune aux formes douces et aux pelages colorés dont Léo, l'auteur-dessinateur brésilien, peuple ces lointaines contrées.

Aldébaran prenait le temps de planter le décor où allait évoluer l'équipe partie à la conquête de ces planètes inexplorées.

Bételgeuse reprenait le flambeau, le scénario s'étoffait peu à peu, les personnages mûrissaient et de nouvelles bestioles venaient à notre rencontre (ah, les fameux Ium Ium !).

Les deux premiers volumes d'Antarès semblent évoluer plus dans l'air du temps : on y parle de secte, de magouilles financières et mercantiles, et l'esprit un peu rousseauiste des premiers volumes s'estompe ...

À suivre ou à découvrir !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par jcmaison le 29 mai 2007
Format: Album
Aldébaran avait marquée en son temps. Bételgeuse beaucoup moins. La lenteur et la répétition de cette seconde série m'avait déçu. Dans ce premier tome d'Antarès, si on retrouve les personnages, il y a une dimension plus importante: le thriller. Comment vont pouvoir se concilier les intérêts divergents autour de la colonisation de cette planète ? Ce sera un fil conducteur, à n'en pas douter. Le dessin est toujours aussi sobre. La statique des personnages est une force qui permet de détailler les émotions. L'inventivité est au rendez-vous s'exprimant comme toujours dans une faune et une flore délirante au possible. Une excellente entrée en matière pour cette troisième saga.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Invader le 27 juin 2009
Format: Album
Franchement, ce n'est vraiment pas un démarrage en douceur!
On retrouve notre Kim enceinte de la dernière personne à qui on aurait penser, les premières personnes arrivées sur Antares sont témoins de phénomènes bien étranges, la religion et les combines de hommes d'affaires sont également au rendez-vous...Vraiment, il n'y a rien d'autre à dire que "Je veux la suite!".
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mme Martine Maillard le 27 mai 2008
Format: Album
Pourquoi décrier ce volume qui est largement à la hauteur des précédents ? Bien sûr on est déçu de ne pouvoir obtenir tout de suite les réponses désirées, mais c'est là toute la problématique de la série des "mondes d'Aldébaran" : puisqu'il y a 5 volumes, le premier ne doit pas tout raconter ! D'autre part, étant le premier d'un nouveau cycle, il se doit aussi de reprendre les éléments des cycles précédents afin de mettre le lecteur novice au courant de ce qui s'est passé précédemment. Or l'auteur a eu l'idée judicieuse de faire un système de renvois en fin d'ouvrage, où il développe assez longuement les points principaux du début de l'histoire, ce qui m'a beaucoup plu. Il n'avait pas donné ces explications dans les précédents volumes, et moi qui n'avais pas lu le n°1 d'"Aldébaran", et qui ensuite manquai le n°4 de "Bételgeuse", j'étais très handicapée pour comprendre, faute de résumés des précédents volumes.
Cette fois, non seulement Léo réussit ce prodige de présenter et d'expliquer les choses de la manière la moins fastidieuse possible, mais en plus cela ne l'empêche pas de nous jeter en plein feu de l'action, en nous présentant une planète encore nouvelle, pleine de créatures étranges et de phénomènes bizarres comme il en a le secret... Si Paris est montré sous ce jour sinistre, c'est peut-être pour faire passer un message écologique (car Léo ne manque pas, ici et là, de lancer quelques messages), mais surtout me semble-t-il pour nous faire comprendre pourquoi l'humanité a tant besoin de coloniser des nouvelles planètes, et pourquoi finalement l'héroïne, Kim, rêve de repartir !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?