Après a été ajouté à votre Panier
Quantité :1

Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 8,90
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : mariejyd
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 8,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Après
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Après


Prix conseillé : EUR 7,90
Prix : EUR 5,63 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Économisez : EUR 2,27 (29%)
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
23 neufs à partir de EUR 4,88 3 d'occasion à partir de EUR 7,00

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Iggy Pop

Discographie

Image de l'album de Iggy Pop

Photos

Image de Iggy Pop

Biographie

D'origine vaguement suédoise, James Newell Osterberg naît le 21 avril 1947 à Muskegon, dans la banlieue de Detroit (Michigan). Fils d'un professeur d'anglais, il baigne déjà dans l'excentricité puisqu'il passe toute son enfance et son adolescence à Ypsilanti, dans une caravane au confort plutôt ... Plus de détails sur la Page Artiste Iggy Pop

Visitez la Page Artiste Iggy Pop
145 albums, Photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Après + Preliminaires - Digipack
Prix pour les deux : EUR 17,82

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (9 juillet 2012)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Le Rat des Villes
  • ASIN : B0089VIX60
  • Autres éditions : CD  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 10.670 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Et si tu n'existais pas (joe dassin)
2. La javanaise (serge gainsbourg)
3. Everybody's talking (harry nilsson)
4. I'm going away smiling (yoko ono)
5. La vie en rose (edith piaf)
6. Les passantes (georges brassens)
7. Syracuse (henri salvador)
8. What is this thing called love (cole porter)
9. Michelle (the beatles)
10. Only the lonely (frank sinatra)

Descriptions du produit

Description du produit

Iggy POP. L EVENEMENT EN LIBERTE. NOUVEL ALBUM APRES - LES CHANSONS D AMOUR D IGGY POP. Extraits du texte de J.Soligny Déifié de son vivant par la presse qui, depuis quatre décennies, capitule à son évidence, adoré par un public qui ne se déplace plus qu en masse pour le voir, encore une fois, arpenter et faire vibrer des scènes qui n en demandaient pas tant, parrain, presque malgré lui, de courants alternatifs qu il a lui-même décapités, d un coup de dents, à chaque renaissance, Iggy Pop est mieux qu un artiste sur la brèche. Il est la brèche. Depuis Préliminaires , on sait qu Iggy peut s exprimer autrement qu en rugissant sur des guitares en pluie d échardes, qu en faisant hurler la poudre. Il suffit que l envie lui en prenne. Il s assagirait ? Lui ? Ses rares détracteurs n ont même pas le droit d y croire. Uniquement dictée par ses aspirations artistiques, intactes, et mû par un besoin vital d aller à l essentiel, sa ligne de conduite l a mené à enregistrer, sous influence française, artistique et de coeur, la dizaine de chansons de cet Après qui rime avec son présent. Après mérite de résonner, haut et fort, et donc autrement. D une voix aussi belle que grave, et qui remue les tripes, Iggy Pop s accapare ces classiques, les taille à sa dimension et garantit le frisson. Il aurait enterré sa hache de guerre ? Rien n est moins sûr. Il y a dans l élégance de ces arrangements qui ne trahissent pas, et catapultent les chansons vers l essentiel, une conviction plus dangereuse que n importe quelle arme. ---- La carrière d Iggy Pop est une déboulade. En wagonnet incontrôlable sur un roller coaster. Pourtant, avec les Stooges le seul groupe de rock du XXe siècle qu on peut légitimement qualifier de séminal ou en solo, avec ou sans filet, il n a jamais dévié d un souffle de sa course, parfois moins folle qu elle y paraissait, mais toujours haletante. Et surtout, naturelle. Boostée à l instinct de (sur)vie. Iggy Pop n a jamais rien prévu longtemps à l avance, est incapable de se projeter dans l avenir. Il ne s est pas non plus laissé marcher dessus et encore moins marketé par en dessous. Les labels traditionnels qui les ont exploités, lui et son filon orange, en savent quelque chose. Iggy s est laissé porter par son propre courant, écrivant son histoire en balisant la nôtre. Déifié de son vivant par la presse qui, depuis quatre décennies, capitule à son évidence, adoré par un public qui ne se déplace plus qu en masse pour le voir, encore une fois, arpenter et faire vibrer des scènes qui n en demandaient pas tant, parrain, presque malgré lui, de courants alternatifs qu il a lui-même décapités, d un coup de dents, à chaque renaissance, Iggy Pop est mieux qu un artiste sur la brèche. Il est la brèche. Depuis Préliminaires publié en 2009, écho différé du fameux Avenue B enregistré dix ans plus tôt, et encore plus lointain, de Turn Blue sur le mythique Lust for Life on sait qu Iggy peut s exprimer autrement qu en rugissant sur des guitares en pluie d échardes, qu en faisant hurler la poudre. Il suffit que l envie lui en prenne. Il s assagirait ? Lui ? Ses rares détracteurs n ont même pas le droit d y croire. En 2012, s il tempère à ses heures (Iggy sera aussi sur les planches avec les Stooges cet été), c est que son tempérament lui impose. Uniquement dictée par ses aspirations artistiques, intactes, et mû par un besoin vital d aller à l essentiel, sa ligne de conduite l a mené à enregistrer, sous influence française, artistique et de c ur, la dizaine de chansons de cet Après qui rime avec son présent.

Critique

C’est l’histoire d’une téléspectatrice, qui, coutumière de voir son compagnon secouer sa bedaine et des cheveux de plus en plus rares mais toujours trop longs à l’écoute de choses bruyantes (« I Wanna Be Your Dog »), apercevant un iguane défroqué sur sa télévision à péage, s’exclame : et bien, cela va faire du bruit !   Fichtre, du bruit, point, puisque Après, suite standardisée de Préliminaires, voit Iggy Pop – entre deux spots publicitaires rémunérateurs – jouer derechef au crooner.

Que le garçon se décide, après des années d’errements, de passer à la caisse, ne défrisera que les tartuffes qui n’ont le talent ni de chanter des brûlots, ni de susurrer des ballades. Mais que le principal intéressé ait fait preuve d’un aussi incommensurable manque de discernement dans l’entreprise, voilà qui s’avère bien plus fâcheux. Car Après, après tout, ne résiste pas à la radioscopie : épatant à plusieurs reprises (en haut de l’affiche : « Everybody’s Talkin’ », immortel refrain du film Macadam Cowboy, immortalisé en son temps par Nilsson ; en vedette américaine : « Only The Lonely », chipé à Roy Orbison, sur fond d’ambiance de lounge after-hours), Pop fait ailleurs démonstration d’un impérialisme culturel tout à fait confondant : reprendre « Et si tu n’existais pas » valide la notion d’un Joe Dassin évoluant à parité avec Gainsbourg (dont « La Javanaise » est ici proprement massacrée, un chewing-gum fiché au creux de la glotte), qui lui-même conforte l’idée qu’une trompette hilarante et un batteur manifestement néophyte pourraient ne pas nuire à « La Vie en rose ». Sauf que, si.

 Alors, on préfère jeter le gant, plutôt que de s’épuiser à relever quelques bons moments  (un « Syracuse » en apesanteur) et encore davantage de catastrophes (« Les Passantes » ! Georges Brassens !). Car, in fine, le constat reste imparable : la chanson la plus charmeuse du lot est indubitablement « I’M Going Away Smiling » de Yoko Ono…car de loin la moins célébrée de la sélection. Pour le reste, on s’épuisera à dénicher une direction artistique à l’entreprise….Et Après ?

Christian Larrède - Copyright 2015 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par TIZIANO A.SOSSI le 30 mai 2012
Format: Téléchargement MP3
Je l'aimais beacoup ce disque, je suis un fan de Iggy rock et punk mais aussi comme crooner est originale et tres respectable. Je donne 5 stars pour l'emotion et parce que un disque comme ca est plus corageux de qu'il semble. La version de La vie en rose jazzy est surprendant, Michelle est la seule ou il va a chercher de refaire exactement le son de Beatles. La version de la Javanaise il plaira a Gainsbourg qu'il rira de plaisir de la haut. En tout le cas tres bien fait, excuse moi pour mon francais un peu approsimatif mais je pense vous avez moi compris.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par kurt maiden TOP 1000 COMMENTATEURS le 14 septembre 2012
Format: CD
Ce disque"reprises",de notre iguane favoris,est tous simplement sublime!!!L'iguane reprend ici,certaines des plus belles chansons française et anglo-saxonne,de maniére tout à fait émouvante,honnéte et belle...tout simplement belle!!!J'avais adoré"préliminaires",voici la suite,logiquement nommée"aprés"...et une chose est sure,aprés l'écoute de ce disque,vous ne pourrez faire qu'une chose...faire replay!!!iggy nous a souvent démontré,ses talents de crooner,mais ici,ils sonts poussés à leurs paroxysmes,à tel point qu'il est impossible de ne pas étre émus par tant de virtuosités et de poésies musicale...ses reprises de joe dassin,serge gainsbourg(l'un de mes grands chanteur favoris),et george brassens sonts époustouflante,tous comme"michelle",que l'on croirais avoir étais écrite pour lui,tant iggy,se l'approprie de maniére fulgurante.Un track by track,ne sert à rien,tout est beau et émouvant dans ce disque,c'est réellement la suite , des sublimes"avenue b"et"préliminaires",mais en plus profond,car à moins d'étre totalement insensible,comment ne pas étre pris à la gorge par ce petit bijoux,signé par l'un des plus grands de tous les temps???En tous cas,moi j'adhére totalement,ce disque passe en boucle chez moi,et à chaque écoute, je suis sincérement submergé par une immense vague d'émotion pure.Aprés ceux qui pensent,que iggy se résume au formidable stooges,passeronts leurs chemins...et ceux qui comme moi,sonts fans à la fois de"instinct"et de "avenue b",adoreronts la démarche artistique,courageuse et intimiste de ce grand homme,qui décidemment n'a pas finis de nous surprendre!!!Long live iggy pop!!!18sur20!!!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Pokespagne le 24 janvier 2013
Format: CD
On vante la voix de l'Iguane depuis tant d'années qu'il se laisse régulièrement tenter par l'exercice de style consistant à poser celle-ci sur des mélodies plus "classiques" que les brûlots stoogiens ou le rock lourd de sa carrière solo : pour le meilleur (on n'oubliera pas le magnifique "In the Death Car" de Bregovic) et aussi pour le pire (le terriblement ennuyeux "Avenue B"). Il présente en 2012 cet "après" comme une réhabilitation destinée au public rock/rap de musiques basées sur la mélodie et l'émotion, et pas sur le "beat", et nous offre un panachage assez incestueux entre variétés française - de haut niveau certes : Gainsbourg, Salvador, Brassens, Piaf… - et américaine - l'incontournable "Everybody's Talking", Cole Porter, etc. - avec quelques anomalies au milieu (Yoko Ono, les Beatles), le tout chanté avec un mélange paradoxal de respect et de bouffonnerie, sans doute involontaire (les trémolos dans la voix, le français ânonné phonétiquement…). Il est donc facile de classer "après", avec sa pochette hideuse, au rang des accidents industriels, surtout si l'on attache à l'interprétation, parfois limite, limite, livrée par les musiciens autour d'Iggy ("La Vie en Rose", brrrr…)… Pourtant, envers et contre tous les canons du bon goût, "après" est un disque qui fonctionne bien, et qui dépasse au fil des écoutes le statut de bizarrerie pour se loger bien au chaud dans notre vie quotidienne : parce qu'il contient une paire de vraies réussites (le "Si tu n'existais pas" de Joe Dassin en ouverture…) et surtout parce qu'Iggy, se présentant à nous ainsi seul et désolé, maladroit et mal à l'aise, semble baisser la garde pour la première fois, et nous touche directement au coeur. Et après ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par JNB le 2 janvier 2013
Format: CD
j'avais beaucoup aimé Préliminaires, mais je crois que j'aime encore plus celui-ci... ok, c'est court, ce sont des reprises, c'est lent, doux, classique... so what ? Et puis ça ne m'empêche pas d'aimer aussi, dans une autre veine, Search and Destroy. De toutes manières, celui-ci je l'aime pour lui-même, et non pas parce que j'aime aussi le reste de l'oeuvre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par 70's addict TOP 1000 COMMENTATEURS le 14 mai 2012
Format: Téléchargement MP3
Malgré toute la sympathie que j'ai envers l'iguane, là, ce n'est pas possible. Et qu'est-ce que c'est que cette photo ? On dirait Jésus qui aurait braqué le manteau du pape ! Bon, il se fait plaisir, il a déjà joué les crooners, mais l'exercice des reprises est souvent assez vain...et Les Passantes est ma chanson culte de Brassens. Non, décidément, pour moi, ça ne passe pas, mais mon avis ne doit pas dégoûter ceux qui auront l'oreille plus tolérante. Je vais de ce pas réécouter I Wanna Be Your Dog !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?