Amazon rachète votre
article EUR 4,84 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Aristote au mont Saint-Michel : Les racines grecques de l'Europe chrétienne Broché – 6 mars 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 80,00

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Professeur d'histoire médiévale à l'ENS de Lyon, Sylvain Gouguenheim travaille actuellement sur l'histoire des croisades. Il a récemment publié Les Chevaliers teutoniques (Tallandier, 2008).


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 4,84
Vendez Aristote au mont Saint-Michel : Les racines grecques de l'Europe chrétienne contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 4,84, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 277 pages
  • Editeur : Seuil (6 mars 2008)
  • Collection : L'Univers historique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020965410
  • ISBN-13: 978-2020965415
  • Dimensions du produit: 24 x 2 x 15 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (38 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 85.796 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

48 internautes sur 56 ont trouvé ce commentaire utile  Par Veilleur TOP 100 COMMENTATEURS le 25 avril 2010
Format: Broché
Il me tardait de lire ce livre qui avait fait parler de lui sur un ton polémique, sans doute à la grande surprise de l'auteur. Il me tardait mais en me disant que c'était sans doute un de ces livres universitaires touffus, bourrés de notes de bas de page illisibles et truffés jusqu'à la glotte de références bibliographiques. Je n'ai pas été déçu sur les références bibliographiques (Pas moins de 16 pages), ni sur les notes qui ont l'avantage d'être refoulées en fin de volume et donc de libérer l'espace de lecture (46 pages de notes tout de même). Surtout, j'ai été surpris de la très grande lisibilité du texte. Sylvain Gougenheim s'exprime clairement sur une thématique qui peut vite devenir absconse.

J'ai particulièrement apprécié ce livre. En premier lieu parce qu'il parle de livres et du savoir contenu dans ces livres. Il parle de cette volonté farouche de transmettre le savoir, d'aller le chercher, de l'insérer dans une culture donnée, de le conserver, le commenter et l'améliorer. En parlant de livres transmis, l'auteur parle bien entendu de la manière dont se construisent les civilisations. En second lieu, j'ai apprécié que l'auteur parle de ce savoir européen issu du monde grec, transmis par les byzantins, puis les arabes chrétiens qui ont traduit en syriaque puis en arabe un certain nombre de livres.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
85 internautes sur 100 ont trouvé ce commentaire utile  Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 4 septembre 2008
Format: Broché
Sylvain Gouguenheim, professeur d'histoire médiévale à l'ENS de Lyon, est un historien travaillant avec des données brutes qui sait les placer dans le contexte de leur création, apparition, diffusion.

Il exploite avec diligence et esprit scientifique chacune des données qu'il expose avec rigueur. Son travail est impressionnant de qualité. Il ouvre en outre de nouvelles perspectives de travaux notamment sur l'importance des communautés chrétiennes d'Asie Mineure sous l'autorité de l'Islam.

Cet ouvrage jette manifestement un pavé dans la mare. Il en va de même à chaque fois qu'il s'agit de démontrer que le Moyen-Age n'était pas une période "obscurantiste", qu'il fut fécond dans la production de livres, la traduction, la copie de livres, la dispute, le rayonnement spirituel (je salue notamment l'excellent passage sur la renaîssance carolingienne). Il en va de même à chaque fois que l'Histoire révèle que l'Eglise catholique a permis, favorisé, encouragé le développement de la Science contrairement aux idées reçues qui mettent en exergue des comportements minoritaires, blessants certes, de l'Eglise pour les faussement généraliser (cf. La vérité sur l'affaire Galilée). il en va de même à chaque fois que l'Occident est défendu de manière juste (
...Lire la suite ›
13 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
105 internautes sur 124 ont trouvé ce commentaire utile  Par JAW le 4 mai 2008
Format: Broché Achat vérifié
L'auteur montre avec une rigueur très universitaire que les textes scientifiques de l'Antiquité étaient déjà traduits du grec en latin au Mont St Michel, 50 avant que la grande entreprise des traductions de l'arabe en latin ne soit faite à Tolède par Gérard de Crémone et d'autres.
Il rappelle que la traduction du grec en arabe a été réalisée par les Nestoriens en passant souvent par l'araméen (qu'il continue à appeler le syriaque). Cette mise au point a eu pour effet de produire une levée de boucliers par les tenants de la doxa : petitions, répliques vengeresses etc. Non, le grec n'était pas inconnu des clercs occidentaux et plusieurs papes furent grecs. Pour autant l'auteur, en bon hélleniste se perd un peu dans le monde sémite et continue à appeler "arabe" tout ce qui est écrit en arabe selon la pensée unique...Les Nestoriens n'étaient pas des Arabes mais des habitants de la Mésopotamie descendants des peuples qui ont parlé l'akkadien puis l'araméen. Les Juifs sont oubliés : Avicenne qui avait une mère juive était certes un théologien musulman et a répandu le médecine galénique dans le monde musulaman mais il n'a jamais mis le pied dans un pays arabe. Averoès, descendant de conversos juifs professe des idées inacceptables pour le islamistes. Quand il tombe en disgràce, ses ennemis rappellent ses origines et il est envoyé en exil dans une ville considérée comme juive.
L'Europe ne doit guère aux musulmans, fussent-ils d'Espagne. S. Gouguenheim le confirme dans un livre bien documenté et agréable à lire.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?