EUR 9,95
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Astérix - Le domai... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 2,56 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Astérix - Le domaine des Dieux - n°17 Relié – 10 janvier 2005


Voir les 7 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 9,95
EUR 9,90 EUR 3,99

Top Nouveautés BD Top Nouveautés BD


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Astérix - Le domaine des Dieux - n°17 + Astérix - Les lauriers de César - n°18 + Astérix - Le devin - n°19
Prix pour les trois: EUR 29,85

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Nous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société.
Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée. --Gilbert Jacques --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur

Nous sommes en 1959, en plein mois d'août. Dans une cité HLM de Bobigny, aux portes de Paris, deux auteurs de bande dessinée s'épongent le front. Pas seulement à cause de la chaleur estivale : les deux compères suent sang et eau pour trouver une idée de personnage. Il leur faut être prêts pour le premier numéro de Pilote, un nouveau magazine pour les jeunes dont la parution doit intervenir trois mois plus tard. Le scénariste s'appelle René Goscinny. Son copain dessinateur, c'est Albert Uderzo. Ils avaient bien pensé à adapter Le Roman de Renart, mais un autre y a songé avant eux. Alors, ils cherchent. Mais ne trouvent rien… Jusqu'à ce que Goscinny ait l'idée d'un petit Gaulois teigneux et moustachu. Banco : Astérix est né. Et, avec lui, un formidable succès d'édition doublé d'un phénomène de société. Il fait sa première apparition le 29 octobre 1959 dans les pages de Pilote. Puis l'album Astérix le Gaulois sort en librairie en 1961. Tirage modeste : 6 000 exemplaires. Mais la courbe des ventes ne va cesser de grimper. En 1966, 600 000 exemplaires d'Astérix chez les Bretons s'envolent en quinze jours. Le petit Gaulois est en couverture de l'hebdomadaire L'Express. Du jamais vu. L'année précédente, il a même donné son nom au premier satellite français. Les intellectuels mêlent leur grain de sel, certains trouvant à Astérix une ressemblance avec le Général de Gaulle… Goscinny et Uderzo n'en ont cure. Eux continuent à s'amuser, à faire vivre une galerie de personnages pittoresques, à réécrire l'Histoire et à régaler leurs lecteurs de gags subtils et de trouvailles visuelles. La disparition de Goscinny, en 1977, ne mettra pas fin à l'aventure. Uderzo continue seul et fonde les Éditions Albert-René. Désormais, c'est lui qui écrira les scénarios, sans toutefois faire preuve du même talent que son prédécesseur. Au total, les aventures d'Astérix et de son copain Obélix se sont vendues à plus de 280 millions d'exemplaires. Une réussite exceptionnelle dans la bande dessinée.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 2,56
Vendez Astérix - Le domaine des Dieux - n°17 contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 2,56, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Relié: 47 pages
  • Editeur : HACHETTE ASTERIX (10 janvier 2005)
  • Collection : Astérix
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2012101496
  • ISBN-13: 978-2012101494
  • Dimensions du produit: 22,5 x 0,9 x 29,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 11.267 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
14
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 14 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Finity's end TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 27 juin 2014
Format: Relié
Le Domaine Des dieux est un des meilleurs de la collection . Mes critères pour décerner cette palme , tient au fait que c'est un des volumes où l'histoire est vraiment riche car traitée de façons approfondies . Cette histoire se termine sans être bâclée où simplement sans être clôturée par une fin trop abrupte . Parce que aussi , les dessins nous interpellent souvent , car ils sont denses et recherchés , surtout ceux qui viennent densifier le contexte , le cadre , disons l'univers . Je pense par exemple , à la pub et au prospectus qui sont fait à Rome pour promouvoir ce programme immobilier , directement téléguidé par César en personne . C'est un exemple , entre autres exemples , de ces planches de qualité qui sont offertes à la sagacité du lecteur et qui sont riches d'humour et de détails .
Le village résiste , les camps romains poursuivent leur surveillance qui consiste principalement à essayer de ne pas avoir trop d'ennuis . Nos amis gaulois ont la belle vie . Ils sont en bord de mer , il y a de belles forets , des sangliers et des romains à qui distribuer des baffes . César en a assez , ce village qu'il connaît bien est une ombre qui ridiculise Rome et qui pourrait finir par nuire à sa carrière politique , lui qui affirme avoir conquis la Gaule .
L'idée est de cerner le village , en plaçant dans son voisinage immédiat , une vitrine attractive de la civilisation romaine .
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Biggy TOP 1000 COMMENTATEURS le 16 avril 2015
Format: Relié
Le Domaine des Dieux : Le Domaine des Dieux est le dix-septième album des aventures d’Astérix. Publié en 1971, il nous propose une histoire dite « village » où Jules César va tenter une nouvelle approche pour se débarrasser des Gaulois qui résistent encore et toujours à l’envahisseur.
Jules César décide d'encercler le village gaulois en construisant un domaine résidentiel destiné à des propriétaires romains, et appelé le « domaine des dieux ». Cette construction a pour but de civiliser les irréductibles et de les affaiblir en les privant de leur principale ressource, la forêt, et de faire ainsi tomber le dernier bastion qui lui résiste et le nargue. Malgré les interventions des Gaulois qui perturbent les travaux, le premier bâtiment est finalement construit et les nouveaux propriétaires commencent à emménager. Comme cela avait été prévu par César et Anglaigus, son architecte, les nouveaux habitants romains prennent l'habitude de se rendre au village pour faire leurs emplettes, commençant ainsi à influencer ces derniers. Parmi eux, seuls Abraracourcix, Panoramix, Astérix et Obélix ont conscience du danger. Astérix et Obélix sont chargés de trouver une solution.
Jules César charge donc Anglaigus, architecte de son état, de construire un domaine résidentiel au cœur de la forêt bordant le village d’Astérix. Et dès les premières scènes, nous avons le droit à une dose d’humour qui donne le ton de l’album, avec le pauvre Idéfix qui frôle la syncope en voyant un arbre déraciné !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par marcel bigron TOP 500 COMMENTATEURS le 3 novembre 2014
Format: Relié
Cette 17 ème aventure de nos héros gaulois est très aboutie. L'histoire est très drôle,les dessins parfaits et on ne s'ennuie jamais d'un bout à l'autre de l'album contrairement à d'autres Astérix où il peut y avoir des temps morts. César pour faire plier les irréductibles gaulois décide de détruire la forêt qui entoure le village et d'y construire un complexe immobilier pour noyer les gaulois dans la modernité et les sociabiliser. Anglaigus l'architecte chargé des travaux en compagnie d 'esclaves et des légionnaires romains va suer bec et ongle pour faire prendre corps à ce projet. La condition des esclaves, les bases du syndicalisme, le marché immobilier et le comportement bourgeois de certains locataires du domaine des dieux sont autant de thèmes abordés dans cet album qui reste l'un de mes préférés. à lire sans retenue par Toutatis !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par 2nimm TOP 500 COMMENTATEURS le 22 septembre 2014
Format: Relié Achat vérifié
album de BD rigide grand format de 2000/1971; cette dix-septième aventure des célèbres héros de Goscinny et Uderzo fait partie des oeuvres de la maturité et, étant une des plus connues, et elle a marqué néanmoins nombre de lecteurs dans leur jeunesse; le dessin des différents personnages est parfait (contrairement au tous premiers épisodes où il se cherche encore); dans cet opus, ils profitent de cette histoire pour se moquer avec humour des promoteurs immobiliers et leurs plaquettes alléchantes en intégrant cela dans une fiction historique mettant en scène un César hilarant de suffisance; cet épisode particulièrement réussi dans le cadre d'une série d'aventures toutes plus drôles les unes que les autres qui ont fait leur succès international;l es dialogues et l'intrigue sont truculents (qui ne se souvient pas des romains désespếrés par la repousse incessante des chênes?); cette version classique cartonnée Hachette est parfaite pour renouveler sa collection qui, il faut bien l'avouer, a du mal à survivre, avec cicatrices et marques d'usure, aux années et multiples mains entre lesquelles elle est passée (et c'est bien normal après tout!)
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?