Auguste, Maître du monde. Actium, 2 septembre 31 av. J.-C. et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par legrandfleuve
État: D'occasion: Comme neuf
Amazon rachète votre
article EUR 3,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Auguste, maître du monde. Actium, 2 septembre 31 av. J.-C Broché – 13 mars 2014


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 16,90
EUR 16,90 EUR 8,00

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Auguste, maître du monde. Actium, 2 septembre 31 av. J.-C + Auguste
Prix pour les deux : EUR 25,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

Le 29 août 31 avant J.-C, les pilotes de la flotte de Marc Antoine, au mouillage dans le golfe d'Ambracie, reçoivent un ordre surprenant : alors que l'affrontement avec la flotte d'Octavien est imminent, ils doivent transporter de nuit sur leurs bateaux des voiles, ainsi que le trésor de guerre, apporté par la reine Cléopâtre. Or, dans l'Antiquité, point n'est besoin d'être expert en tactique navale pour savoir qu'une bataille sur mer oppose des navires propulsés par des rameurs, car compter sur la force des vents est bien trop aléatoire. Leur commandant en chef pense-t-il donc déjà la partie perdue et songe-t-il désormais avant tout à prendre la fuite ?
Cinq jours ont passé. Le 2 septembre, la bataille d'Actium, longtemps différée par la tempête, a bien eu lieu, Marc Antoine et Cléopâtre, vaincus, ont néanmoins forcé le blocus de leur adversaire et pris la fuite. La nuit est tombée sur le golfe d'Ambracie. Mais un homme, seul, est resté à bord de son navire. Cet homme, on lui a souvent reproché d'être absent des champs de bataille. Mais, ce soir-là, il est demeuré sur place, comme s'il ne croyait pas encore tout à fait à sa victoire. Cet homme, Octavien, sait-il déjà qu'il est devenu le seul maître de l'Empire romain ?

Des vaincus qui semblent anticiper leur défaite, un vainqueur qui ne paraît pas encore croire à son succès définitif : deux moments de la lutte qui invitent à s'interroger sur le concept de bataille décisive et la perception que pouvaient en avoir ses acteurs. Depuis l'Antiquité, historiens, philosophes, dramaturges et romanciers se demandent ce qui aurait pu changer la face du monde dans ces dernières décennies du Ier siècle avant notre ère. Et si Antoine et Cléopâtre avaient gagné la bataille d'Actium ? À cette question, les historiens anciens ont déjà apparemment apporté une réponse. Ne suffit-il pas en effet de lire Dion Cassius, qui note - certes près de deux cent cinquante ans plus tard - à propos des Romains : «... si Antoine l'emportait, il ferait présent de leur cité à Cléopâtre et déplacerait en Égypte le centre du pouvoir.»
Mais en poursuivant cette lecture, on s'aperçoit rapidement que les choses ne sont probablement pas aussi simples, puisque le même Dion Cassius écrit, quelques lignes plus loin, à propos de Cléopâtre : «... chaque fois qu'elle prononçait un serment, son plus grand voeu était de rendre la justice sur le Capitole.»
C'est une banalité de dire que l'histoire est écrite par les vainqueurs. Mais ici, l'histoire a reproduit la propagande d'Octavien jusque dans ses propres contradictions, puisqu'il est difficile d'accuser la reine d'Égypte et son amant d'avoir voulu à la fois transférer la capitale de l'Empire à Alexandrie et régner ensemble à Rome. Cette propagande trouve son expression la plus aboutie dans l'Enéide de Virgile, laissée inachevée par la mort de son auteur, mais qu'Auguste fait terminer par une commission de poètes - d'ailleurs contre la volonté du défunt, qui souhaitait détruire son manuscrit. L'épopée, apprise par des générations d'écoliers de Rome et de l'Empire, a transmis jusqu'à nos jours l'image d'un affrontement inéluctable de l'Orient et de l'Occident, qui aurait trouvé son issue en mer Ionienne.

Biographie de l'auteur

Pierre Cosme est professeur d'histoire ancienne à l'université de Rouen. Il a publié, entre autres, Auguste (2005), Les Empereurs romains (2011), L'Armée romaine (2012) et L'Année des quatre empereurs (2012).


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 3,00
Vendez Auguste, maître du monde. Actium, 2 septembre 31 av. J.-C contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 3,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 144 pages
  • Editeur : TALLANDIER; Édition : Tallandier (13 mars 2014)
  • Collection : L'histoire en batailles
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1021003323
  • ASIN: B00G68N6UG
  • Dimensions du produit: 21,5 x 1,5 x 14,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 168.187 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par bir-hacheim TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 7 mai 2014
Format: Broché
Cet ouvrage est publié dans la collection « L’histoire en batailles » des éditions Tallandier.

J’avais déjà apprécié Pierre Cosme au travers de la biographie qu’il avait consacrée à l’un des deux protagonistes de la bataille d’Actium, à savoir: Octave, Octavien, le futur Auguste !

Il nous livre ici un texte surprenant où la bataille d’Actium n’occupe qu’une dizaine de pages d’un format réduit (144 pages). De fait, l’auteur, spécialiste de la période, ne nous cache pas le peu de sources sur cet événement majeur, acte fondateur de l’empire romain et avis de décès de la dynastie des Lagides en Egypte. Bref, un moment essentiel de l’antiquité méditerranéenne. C’est ce qui justifie le texte réalisé par Pierre Cosme, centré sur le contexte géopolitique de la bataille, sur les méandres de la politique et des règles du pouvoir qui prévalaient à Rome à l’époqu et sur le contexte des opérations militaires qui précèdèrent Actium et ses conséquences. Bon ok, nous avons les histoires d’Antoine et de Cléopâtre, les relations entre beaux-frères de Marc-Antoine et Octave, l’ombre du grand César…

Si l’ouvrage reste bien intéressant pour cela, il faut noter qu’on reste sur sa faim en ce qui concerne l’art de la guerre navale des Romains et la bataille en elle même. Un comble aux vues du titre de la collection !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché
Pierre Cosme, professeur d'histoire ancienne à l'université de Rouen, est un spécialiste de l'armée romaine. Dans ce volume de la collection L'histoire en batailles, il invite à s'interroger, à travers Actium, sur le concept de bataille décisive et sur une histoire écrite par les vainqueurs -ici Octavien bientôt devenu Auguste. Le tout en évitant la téléologie ou l'uchronie. Il cherche aussi à cerner quand Cléopâtre et Marc-Antoine ont perdu la bataille d'Actium.

Au moment de la bataille, César a déjà été assassiné depuis plus de dix ans. Le triumvirat entre Lépide, Octavien et Marc-Antoine se réduit en fait à un duumvirat des deux derniers. Marc-Antoine voit son prestige diminuer après ses campagnes désastreuses contre les Parthes ; Octavien ne se prive pas de s'en servir pour sa propagande, à Rome, où tout se joue. D'ailleurs Marc-Antoine célèbre son triomphe à Alexandrie en 34, reconnaît Césarion et fait de Cléopâtre sa reine.

La situation se tend entre les deux personnages en 33. Octave remodèle déjà le paysage urbain de Rome alors qu'Antoine s'inspire de plus en plus du cérémonial des Lagides et, derrière, d'Alexandre le Grand. En janvier-février 32, les débats sont houleux au Sénat entre partisans d'Antoine et d'Octavien.

De nombreux sénateurs rejoignent alors Marc-Antoine à Ephèse ; ce dernier dispose de forces importantes et d'une flotte conséquente. Mais comme les sénateurs, cette armée est hétérogène dans sa composition.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Semper Victor COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS sur 5 juillet 2014
Format: Broché
« Auguste, maître du monde », de Pierre Cosme raconte, avec une rare clarté, sa victoire navale décisive sur Marc-Antoine et Cléopâtre et ses conséquences.

Cet essai, qui veut éviter tout autant l’uchronie (tout était possible) que la téléologie (tout était écrit) pour expliquer le dénouement de la bataille d’Actium, met l’accent sur la chronologie précise des événements et des manœuvres militaires, ainsi que sur l’évolution du rapport de force entre les deux camps rivaux. L’auteur analyse également la manière dont Cléopâtre a servi d’alibi très utile à Octavien pour justifier sa guerre contre Marc-Antoine. Ce dernier a sans doute laissé passer ses plus grandes chances de victoires en ne débarquant pas en Italie, pour finalement être pris à son propre piège dans le golfe d’Ambracie, sans profiter de la profondeur stratégique que lui procurait l’alliance avec le royaume lagide d’Egypte.

Très agréable à lire, le livre de Pierre Cosme propose une analyse très intéressante, à défaut d’être originale, de l’acte de naissance de l’Empire romain.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché Achat vérifié
je l'ai acheté parce que l'époque m'intéresse mais j'ai été très désagréablement surpris et je me suis senti victime d'une escroquerie !
C'est cher pour si peu de pages et un contenu aussi pauvre, ok raconter la bataille d'Actium d'accord, et ses conséquences importantes pour la suite de l'empire romain.
Mais cela avait été déjà fait par l'auteur dans sa biographie d'Auguste.
C'est un livre qui se lit rapidement qui n'apporte pas grand chose et qui analyse peu les conséquences de la défaite de Marc Antoine notamment. C'est écrit en gros caractères , qu'a donc voulu faire l'auteur? cela mériterait au plus de faire partie d'un chapitre sur l'histoire romaine et encore avec plus d'analyses.
éventuellement à acheter mais en occasion et pas trop cher !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?