Quantité :1

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,09

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Bach: "Actus Tragicus" - Cantates BWV 4, 12, 106 & 196


Prix : EUR 19,99 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
15 neufs à partir de EUR 12,91 2 d'occasion à partir de EUR 17,55

Vous cherchez un CD de Musique Classique ?

CD Musique Classique
Retrouvez tous nos CD au sein de notre Boutique Musique Classique.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Bach: "Actus Tragicus" - Cantates BWV 4, 12, 106 & 196 + Bach Cantatas, Vol. 14: New York
Prix pour les deux : EUR 43,99

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (10 mars 2000)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Harmonia Mundi Classique
  • ASIN : B00004R7PX
  • Autres versions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 38.229 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Christ lag in todesbanden, bwv 4: 1. sinfonia - Cantus Cölln
2. Christ lag in todesbanden, bwv 4: 2. versus I: "christ lag in todes banden" - Cantus Cölln
3. Christ lag in todesbanden, bwv 4: 3. versus II: "den tod niemand zwingen kunnt" - Konrad Junghänel
4. Christ lag in todesbanden, bwv 4: 4. versus III: "jesus christus, gottes sohn" - Cantus Cölln
5. Christ lag in todesbanden, bwv 4: 5. versus IV: "es war ein wunderlicher krieg" - Cantus Cölln
6. Christ lag in todesbanden, bwv 4: 6. versus V: "hier ist das rechte osterlamm" - Konrad Junghänel
7. Christ lag in todesbanden, bwv 4: 7. versus VI: "so feiern wir das hohe fest" - Cantus Cölln
8. Christ lag in todesbanden, bwv 4: 8. versus VII: "wir essen und leben wohl" - Konrad Junghänel
9. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" ("actus tragicus"), bwv 106: 1. sonatina - Konrad Junghänel
10. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" ("actus tragicus"), bwv 106: 2a. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" - Konrad Junghänel
11. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" ("actus tragicus"), bwv 106: 2b. "ach, herr, lehre uns bedenken" - Cantus Cölln
12. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" ("actus tragicus"), bwv 106: 2c. "bestelle dein haus!" - Cantus Cölln
13. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" ("actus tragicus"), bwv 106: 2D. "es ist der alte bund" - Cantus Cölln
14. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" ("actus tragicus"), bwv 106: 3a. "in deine hände befehl ich meinen geist" - Cantus Cölln
15. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" ("actus tragicus"), bwv 106: 3b. "heute wirst du mit mir im paradies sein" - Konrad Junghänel
16. "gottes zeit ist die allerbeste zeit" ("actus tragicus"), bwv 106: 4. "glorie, lob, ehr und herrlichkeit" - Konrad Junghänel
17. "der herr denket an uns", bwv 196: 1. sinfonia - Konrad Junghänel
18. "der herr denket an uns", bwv 196: 2. coro "der herr denket an uns" - Konrad Junghänel
19. "der herr denket an uns", bwv 196: 3. aria "er segnet, die den herrn fürchten" - Konrad Junghänel
20. "der herr denket an uns", bwv 196: 4. duetto "der herr segne euch je mehr und mehr" - Konrad Junghänel
Voir les 28 titres de ce disque

Descriptions du produit

Description du produit

L'héritage musical de Jean-Sébastien Bach. Si les quelques oeuvres vocales religieuses du jeune Bach qui nous sont parvenues nous introduisent dans un monde esthétique profondément marqué par la tradition musicale riche et variée de l'Allemagne centrale, une réforme stylistique venue d'Italie dans les années 1710/20 conduisit Bach et ses contemporains à tourner le dos à cette tradition. Et pourtant, tout le génie créateur du futur cantor est déjà là, comme en témoignent par exemple la célèbre cantate Actus tragicus (considérée à juste titre comme le sommet de la cantate "ancienne") ou les extraordinaires accents plaintifs de Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen. Car c'est précisément en s'inscrivant dans les conventions stylistiques et esthétiques du passé que Bach parvient ici à les dépasser, à les transcender même !

Amazon.fr

Superbe disque que celui que proposent le Cantus Cölln et Konrad Junghaenel. Les Cantates BWV 4, 12, 106 et 196 de Jean-Sébastien Bach appartiennent toutes à la période de jeunesse du compositeur. Une première étape vers la maîtrise totale du genre de la cantate auquel le Cantor de Leipzig allait donner ses lettres de noblesse. Écrites dans un style allemand, celles-ci cultivent un aspect contemplatif que le style italien, qui allait bientôt être dominant, gommera par la suite au profit d'une plus-value dramatique incontestable. À n'en pas douter, l'interprétation réfléchie et pondérée de Cantus Cölln correspond parfaitement à l'esprit de ces cantates de jeunesse. --Pierre Guillaume

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 5 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

23 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par "lebaudtristan" le 16 septembre 2002
Format: CD
Bach à un chanteur par partie, voila une nouvelle mode appliquée aux grandes oeuvres du cantor (messe en si, passions)le résultat a souvent été navrant manque d'ampleur de souffle ,interprétations bonsai en somme. Ici le cantus colln applique cette règle somme toute discutable à des cantates de jeunesse de Bach, et surprise...le résultat est tout simplement fabuleux,aucune grande voix ici, aucune emphase dans ces cantates essentiellement funèbres qui à bien des égards évoquent buxtehude ou tellemann. L'ensemble restitue avec une grande économie de moyens et un engagement certain le pouvoir de fascination unique de ces oeuvres au dépouillement tout protestant. Un disque splendide a tous égards servi par une prise de son excellente
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Patrick Gdt TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE le 22 décembre 2010
Format: CD
Les cantates de Bach sont une forme de religion, et la découverte de cet album très particulier offre une lecture novatrice et salutaire d'une oeuvre très connue.
Le choix de Konrad Junghänel est celui d'une voix par registre ce qui ferait craindre un rétrécissement de la partie chorale. Bien au contraire, le résultat est stupéfiant de lucidité. Les voix se fertilisent mutuellement sans s'anihiler, et leur mise en perspective réciproque engendre un équilibre et une harmonie empreinte de vertu. La partie orchestrale est très soignée et équilibrée.
Un seul regret, les tempos parfois déroutants car peut être un peu trop rapides pour établir le traditionnel recueillement associé à ces oeuvres. On en prendra pour exemple le choeur, 2ème pièce de la BWV 106, trop proche d'une forme d'allégresse mal venue dans une cantate funèbre, ou la BWV 196 pris dans une sorte d'urgence sans rapport avec le mystère de la réssurection célébré à Pâques. De ce point de vue la comparaison avec Koopman ou Harnoncourt objective l'écart trop important causé par cet étrange choix de tempos rapides chez Junghänel.
Au delà de cette petite remarque négatives, une prise de son fabuleuse, avec le juste assez de réverbération lié à l'enregistrement en une église.
Au final, une très bonne surprise, et une nouvelle lecture très dynamisante (et dynamique). Un CD à ranger en bonne place dans son étagère Bach.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pèire Cotó TOP 50 COMMENTATEURS le 9 août 2010
Format: CD
Quand ce disque a paru, il a fait une forte impression. Les théories de Rifkin (un chanteur pour chaque type de voix dans le choeur, soit au total un choeur de 4 personnes), expérimentées avec peu de compétence par leur auteur, ont trouvé avec le Cantus Cölln et Conrad Junghänel une illustration autrement convaincante. Plus encore que les voix, la partie orchestrale est passionnante, particulièrement vive, gracieuse et éclatante, comme en témoignent entre autres les flûtes en folie de l'Actus Tragicus.

Le point commun des cantates présentées ici est d'avoir été composées pendant la jeunesse de Jean-Sébastien Bach, entre 1707 et 1714, avant les évolutions de style qu'on trouve dans ses oeuvres de maturité, BWV 12 faisant néanmoins transition. Mais changement de la mode ne signifie pas forcément progrès musical et ces oeuvres archaïsantes sont de grandes réussites. Le titre général "Actus Tragicus" est emprunté au surnom de la cantate BWV 106, parmi les plus grandes. De fait, seule la BWV 196, cantate de mariage, n'a pas de tonalité funèbre, les autres sont liées à l'évocation du Christ mort (BWV 4), à une sépulture (106), à une atmosphère triste et angoissée (12, peut-être la plus dépressive de toutes les cantates, même si l'espérance l'illumine comme il convient, mais sans rompre tout à fait l'austérité du discours).

Quatre cantates en 70 minutes : cela témoigne de la générosité de l'éditeur, mais aussi de la rapidité de l'interprétation.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par rolandjuno60 le 21 février 2014
Format: CD Achat vérifié
Dangereux pour le compte en banque de son acheteur, s'entend. Il est tellement stupéfiant de beauté qu'on se retrouve quelques mois après avec une pile d'un mètre de haut de cantates de Bach chez soi. Mais on s'approche rarement du niveau de pureté atteints ici, dans l'écriture (prodigieuse compte tenu de l'âge de Bach et de la quantité industrielle de cantates écrites tout au long de son existence) comme dans l'interprétation du Cantus Cölln, ici à son sommet (rechercher également chez Harmonia Mundi leurs cantates de Buxtehude, tout aussi hallucinantes). Côté technique, le CD passe facilement pour un SACD de bonne facture - richesse de timbres, scène sonore et finesse harmonique au rendez-vous. Une merveille, une claque, un indispensable, quel que soit le niveau de maîtrise de ce genre de musique qu'on pense posséder.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?