Ajoutez à votre liste d'envies
Bach: Ach süßer Trost!
 
Agrandissez cette image
 

Bach: Ach süßer Trost!

8 octobre 2012 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD
Titre
Durée
Popularité  
30
1
4:45
30
2
1:31
30
3
2:37
30
4
1:11
30
5
3:05
30
6
1:06
30
7
4:05
30
8
0:51
30
9
2:58
30
10
1:01
30
11
4:38
30
12
0:24
30
13
2:03
30
14
4:59
30
15
0:54
30
16
5:30
30
17
1:57
30
18
5:34
30
19
1:45
30
20
5:29
30
21
1:33
30
22
3:18
30
23
0:39
30
24
3:44
30
25
1:33

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 25 septembre 2012
  • Label: Phi
  • Copyright: 2012 Outhere
  • Durée totale: 1:07:10
  • Genres:
  • ASIN: B009CNR6TY
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 25.482 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par BWV sur 7 octobre 2012
Format: CD Achat vérifié
Ce disque est en quelque sorte la version studio d'un magnifique concert au programme analogue donné à l'Eglise Saint-Roch le 25 janvier dernier, concert que Philippe Herreweghe avait dédié à la mémoire de Gustav Leonhardt, disparu quelques jours plus tôt.

Voici quatre très belles cantates, parmi lesquelles figure celle que je considère à ce jour comme la plus belle de toutes les cantates composées par Bach : BWV 105 - Herr, gehe nicht ins Gericht mit deinem Knecht (Seigneur, n'entre pas en jugement avec ton serviteur), déjà enregistrée par Philippe Herreweghe, il y a quelques années (Bach : Cantates 39, 73, 105, 107, 131): superbe (et pas chère) version.

On y trouve aussi la magnifique cantate BWV 25, découverte avec émerveillement lors de ce concert. M'étant penché sur la discographie pas si abondante de cette cantate, j'avais été déçu par la version Suzuki, brouillonne, et aux solistes Japonais un peu décevants (Bach;Cantatas Vol.13), la version Koopman, terne, malgré une excellente Lisa Larsson, pas terne, elle, dans l'aria pour soprano (J.S. Bach : Cantatas, Vol. 7).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Classic @ la Carte sur 11 avril 2013
Format: CD
Cet enregistrement des cantates dites « de Leipzig » se mérite beaucoup d’éloges du côté anglophone, notamment un « Editor’s Choice » chez Gramophone (02/2013). Jonathan Freeman-Atwood se dit ravi de l’interprétation que nous livre Herreweghe de ces cantates composées à Leipzig en 1723 (BWV25, 138, 104 et 46). Ce dernier avait déjà enregistré les cantates BWV105 et 138. C’est surtout le BWV46 qui retient l’attention du critique. « Le chant étincelant d’Hana Blažiková contribue à en faire une version mémorable ». En somme, nous avons ici « … une interprétation qui reflète tout à fait l’expérience de ses interprètes et qui est d’une grande beauté ». Sa recommandation : « À acquérir sans faute par tout amateur de Bach ».
Andrew O’Connor, chez International Record Review (03/2013) rédige une critique tout aussi élogieuse. Il écrit : « En tant qu’interprète passé maître dans l’interprétation de Bach, Herreweghe privilégie un ton intime et fait ressortir l’aspect monumental de ces œuvres, mais toujours sans exagération ». On n’aurait pu choisir meilleurs solistes (Blažiková, Guillon, Kooij) et surtout le ténor Thomas Hobbs. Une mention d’honneur va au hautboïste Marcel Ponsele, également participant à l’enregistrement de la cantate BWV105 en 1990 ! Pour O’Connor, difficile d’imaginer meilleur enregistrement de ces 4 cantates.
Chez BBC Music Magazine, George Pratt se montre un peu plus réservé dans son appréciation, n’accordant qu’une note de 4/5 à l’enregistrement. La faiblesse du disque pour lui c’est Hana Blažiková !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: CD Achat vérifié
Encore un magnifique enregistrement de Philippe Herreweghe. Clarté des voix irréprochable et un phrasé extrêmement expressif qui touche l'auditeur dans une dimension qui dépasse le simple cadre de la religion.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Herby Neubacher sur 21 octobre 2012
Format: CD Achat vérifié
Philipppe Herrweghe hatte immer schon eine eigene Lesart der Bach'schen Kantanten. Filigran und intellektuell durchdachte Interpraetationen der Kirchenmusik des Leipziger Meisters - eine Spielklasse fuer sich. Nun gelingt dem Flamen auf seiner neuesten Kantaten Einspielung auf dem eigenen Label Phi ein erneutes Kunststueck.

Drei der Kantaten des ersten Leipziger Zyklus entstanden 1723 die Herreweghe einspielt hat er schon einmal veroeffentlicht. Fragt man sich warum erneut. Die Frage eruebrigt sich wenn man diese Kantaten heute hoert. Herreweghe benutzt nur 12 Saenger inklusiv Solisten um diese Kantaten aufzufuehren. Alle handeln vom Elend und der Angst - wohl kaum ist dieses Thema filigarner und menschlicher in Musik umgesetzt worden wie in diesen Kantaten.

Und Herreweghe gelingt es alle Facetten herauszuarbeiten, die Krankheit ("Es ist nichts Gesundes an meinem Leibe" BWV 25) die Armut ("Was betruebst Du dich mein Herz" BWV 138) die Furcht vor dem Scheitern im Leben ("Herr gehe nicht ins Gericht mit deinem Knecht" BWV 105) und schliesslich die Erloesung und die Hoffnung ("Schauet doch und sehet, ob irgendein Schmerz sei" BWV 46).

Die von Bach im ersten Leipziger Kantaten Jahrgang innerhalb weniger Wochen komponierten Kantaten bilden ein Ganzes der menschlichen Furcht und Not und ihres Trostes wie Herreweghe es richtig verstanden hat und sie wie einen Zyklus menschlicher Gefuehle auffuehrt.

Das ist in der Tat eine Klasse fuer sich - es ist kaum noch wichtig fuer welche Sonntage des Kirchenjahres (Trinitatis) diese Kantaten gedacht waren - sie werden eine eigene Botschaft durch Herreweghes tief empfundene zeitlose und psychologisch spannende Interpraetation.

Bach modern und aktuell wie nie - dargestellt in der menschlichen Dimension glauebig und dennoch human gueltig auch jenseits des Glaubens. Einmalig schoen - einer der beachtlichsten Kantatenveroffentlichungen der letzten Zeit.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique