Ajoutez à votre liste d'envies
Bach: Musical Offering
 
Agrandissez cette image
 

Bach: Musical Offering

22 mai 1995 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD
Titre
Durée
Popularité  
30
1
6:28
30
2
1:06
30
3
1:16
30
4
0:49
30
5
1:02
30
6
1:46
30
7
3:07
30
8
2:32
30
9
6:49
30
10
1:25
30
11
2:13
30
12
6:11
30
13
5:27
30
14
3:20
30
15
2:51
30
16
2:47

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 18 avril 1994
  • Date de sortie: 18 avril 1994
  • Label: deutsche harmonia mundi
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 49:09
  • Genres:
  • ASIN: B00ERJ8X9A
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)

Commentaires en ligne 

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

Par Philomèle TOP 50 COMMENTATEURS sur 13 août 2012
Format: CD
L'"Offrande musicale" au roi Frédéric II de Prusse fait partie des oeuvres expérimentales de la fin de la vie de Bach, mais contrairement à "L'Art de la fugue", où le génie transcende l'artisan, l'incontestable réussite formelle de l'"Offrande" ne fait jamais oublier qu'il s'agit d'un exercice – certes le plus difficile qui soit : le contrepoint canonique –, donc avant tout d'un exploit technique et d'une démonstration de science musicale. Car à l'opposé des "Variations Goldberg", il s'agit ici de strictes variations sur un même thème, sous la forme de deux ricercar, dix canons, et une sonate en trio, dont la variété de l'instrumentation (clavecin, violon, flûte et viole de gambe) ne compense pas l'aspect un peu scolairement systématique. Il n'est pas jusqu'à la superbe sonate en trio dont la beauté, tout en voulant séduire par son aspect « galant » (qui fait penser au fils de Bach, Carl-Philipp-Emanuel), ne paraisse étonnamment froide. Cette froideur serait-elle à attribuer en partie aux interprètes, à savoir toute la famille Kuijken, plus Robert Köhnen au clavecin (et non Gustav Leonhardt, comme l'indique fautivement la notice d'Amazon) ? Difficile à dire : il faudrait comparer avec d'autres versions. En tous cas la prise de son de Nicholas Parker pour DHM est naturelle et précise.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique