Bad Company

Les clients ont également acheté des articles de

Free
Deep Purple
Asia
Blue Öyster Cult
John Mayall
The Faces
Rory Gallagher
Foreigner

Top albums (Voir les 44)


Voir les 44 albums de Bad Company

Bad Company : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 245
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Bad Company

Dernier Tweet

officialbadco

Thank you all for your support this summer. Until we meet again... #BadCo2014


Biographie

En 1972, le groupe anglais Free commence à donner des signes de faiblesse, après avoir enflammé le monde entier de son rock dépouillé et violent. La cheville ouvrière de cette belle machine, Paul Rodgers et Simon Kirke, décident d'«achever la bête» et de monter avec Boz Burrell et surtout Mick Ralphs (ex-guitariste de Mott The Hoople) une nouvelle association : Bad Company.

L'espace de deux albums essentiels, Bad Company en 1973 et Straight Shooter en 1974, ce grand groupe de hard rock/boogie va inscrire son nom dans l'histoire. Rouleau compresseur. La recette est simple (et directement ... Lire la suite

En 1972, le groupe anglais Free commence à donner des signes de faiblesse, après avoir enflammé le monde entier de son rock dépouillé et violent. La cheville ouvrière de cette belle machine, Paul Rodgers et Simon Kirke, décident d'«achever la bête» et de monter avec Boz Burrell et surtout Mick Ralphs (ex-guitariste de Mott The Hoople) une nouvelle association : Bad Company.

L'espace de deux albums essentiels, Bad Company en 1973 et Straight Shooter en 1974, ce grand groupe de hard rock/boogie va inscrire son nom dans l'histoire. Rouleau compresseur. La recette est simple (et directement inspirée de Free) : sur une pesante rythmique, la voix rocailleuse de Paul Rodgers (sans doute une des plus belles du genre) balance un blues lourd et gras d'une terrible efficacité.

Dès le premier album, en 1973, le succès est immédiat. Managé par Peter Grant (homme de main de Led Zeppelin), Bad Company s'impose comme une machine bien huilée capable de chavirer les plus grands stades américains. Durant toute la deuxième partie des années 70, Bad Company va s'embarquer dans d'interminables tournées, qui auront petit à petit raison du groupe.

En 1984, Rough Diamonds (dernier disque à peu près correct) sonne le chant du cygne. De come-back en re-formations, le groupe traînera jusqu'en 1986 les fantômes d'un âge d'or de brève durée, mais d'une formidable intensité.

En 2002 le groupe retrouve le goût de la scène et se reforme le temps d'un album en public Merchants of Cool.

Copyright 2014 Music Story Music Story

En 1972, le groupe anglais Free commence à donner des signes de faiblesse, après avoir enflammé le monde entier de son rock dépouillé et violent. La cheville ouvrière de cette belle machine, Paul Rodgers et Simon Kirke, décident d'«achever la bête» et de monter avec Boz Burrell et surtout Mick Ralphs (ex-guitariste de Mott The Hoople) une nouvelle association : Bad Company.

L'espace de deux albums essentiels, Bad Company en 1973 et Straight Shooter en 1974, ce grand groupe de hard rock/boogie va inscrire son nom dans l'histoire. Rouleau compresseur. La recette est simple (et directement inspirée de Free) : sur une pesante rythmique, la voix rocailleuse de Paul Rodgers (sans doute une des plus belles du genre) balance un blues lourd et gras d'une terrible efficacité.

Dès le premier album, en 1973, le succès est immédiat. Managé par Peter Grant (homme de main de Led Zeppelin), Bad Company s'impose comme une machine bien huilée capable de chavirer les plus grands stades américains. Durant toute la deuxième partie des années 70, Bad Company va s'embarquer dans d'interminables tournées, qui auront petit à petit raison du groupe.

En 1984, Rough Diamonds (dernier disque à peu près correct) sonne le chant du cygne. De come-back en re-formations, le groupe traînera jusqu'en 1986 les fantômes d'un âge d'or de brève durée, mais d'une formidable intensité.

En 2002 le groupe retrouve le goût de la scène et se reforme le temps d'un album en public Merchants of Cool.

Copyright 2014 Music Story Music Story

En 1972, le groupe anglais Free commence à donner des signes de faiblesse, après avoir enflammé le monde entier de son rock dépouillé et violent. La cheville ouvrière de cette belle machine, Paul Rodgers et Simon Kirke, décident d'«achever la bête» et de monter avec Boz Burrell et surtout Mick Ralphs (ex-guitariste de Mott The Hoople) une nouvelle association : Bad Company.

L'espace de deux albums essentiels, Bad Company en 1973 et Straight Shooter en 1974, ce grand groupe de hard rock/boogie va inscrire son nom dans l'histoire. Rouleau compresseur. La recette est simple (et directement inspirée de Free) : sur une pesante rythmique, la voix rocailleuse de Paul Rodgers (sans doute une des plus belles du genre) balance un blues lourd et gras d'une terrible efficacité.

Dès le premier album, en 1973, le succès est immédiat. Managé par Peter Grant (homme de main de Led Zeppelin), Bad Company s'impose comme une machine bien huilée capable de chavirer les plus grands stades américains. Durant toute la deuxième partie des années 70, Bad Company va s'embarquer dans d'interminables tournées, qui auront petit à petit raison du groupe.

En 1984, Rough Diamonds (dernier disque à peu près correct) sonne le chant du cygne. De come-back en re-formations, le groupe traînera jusqu'en 1986 les fantômes d'un âge d'or de brève durée, mais d'une formidable intensité.

En 2002 le groupe retrouve le goût de la scène et se reforme le temps d'un album en public Merchants of Cool.

Copyright 2014 Music Story Music Story


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page