Ajoutez à votre liste d'envies
Bartók: Concerto for Orchestra; Dance Suite; The Miraculous Mandarin
 
Agrandissez cette image
 

Bartók: Concerto for Orchestra; Dance Suite; The Miraculous Mandarin

17 septembre 2001 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD
Titre
Durée
Popularité  
30
1
9:25
30
2
6:50
30
3
6:33
30
4
4:16
30
5
9:22
30
6
3:34
30
7
2:14
30
8
2:49
30
9
2:36
30
10
0:59
30
11
3:58
30
12
17:45

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 9 avril 2001
  • Date de sortie: 9 avril 2001
  • Label: Universal Music Division Classics Jazz
  • Copyright: (C) 2001 Decca Music Group Limited
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:10:21
  • Genres:
  • ASIN: B002TMJZP8
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 101.887 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mélomaniac 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS sur 11 mai 2008
Format: CD
Au Conservatoire de Budapest, Georg Solti (1912-1997) eut notamment pour professeur... Bela Bartok !
Ses tous premiers microsillons avec le London Philharmonic pour Decca incluaient déjà les œuvres de son compatriote ("Musique pour cordes, percussion et célesta" en avril 1955, "Suite de danses" en novembre 1952...) qu'il réenregistrera quatre décennies plus tard avec le Symphonique de Chicago.
Nous entendons ici les célèbres versions intermédiairement gravées avec le London Symphony au milieu des années 1960, qui demeurent d'inexpugnables classiques de la discographie bartokienne.

Clarté de la mise en place instrumentale, goût du contraste dynamique (écoutez les coups de boutoir dans le volet central de l'Elégie...), direction mordante (les trombones de l'Intermezzo) : cette lecture du "Concerto pour orchestre" résume les ingrédients stylistiques du maestro hongrois.
Un peu moins poétique que la précédente mouture de 1952, l'interprétation de la "Suite de danses" exacerbe le modernisme grinçant et les couleurs crues de cette partition qui puise dans le folklore d'Europe orientale : la farouche véhémence de l'orchestre anglais (les cuivres fulminants du finale !) montre à quel point sa baguette savait galvaniser ses pupitres, tout en veillant impérieusement à la netteté rythmique.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique