undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

11
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
5
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Bat Out of Hell
Format: Mini-disqueModifier

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

9 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
« Bat out of hell » (1977)
C'est enfin en octobre 1977 que finit par sortir cet album qui va se vendre à 47 millions d'exemplaires, devenant le 4ème le plus vendu au monde après « Thriller » de Michael Jackson, « Back in black » d'AC/DC et « Dark side of the moon » de Pink Floyd !! Jamais un 1er album d'un artiste n'aura eu autant de succès !! (il se vend encore, en moyenne annuelle, 200.000 exemplaires de ce disque !!). « Bat out of hell » fait figure de superproduction au casting prestigieux. En effet, outre l'imposant Meat Loaf au chant, l'exubérant Steinman à la composition, aux narrations et aux claviers, il y a surtout l'immense (Jo Drogo ne me contredira pas) Todd Rundgren à la production et à la guitare, sorcier du son et véritable directeur artistique, qui va faire de cet album un étalon du genre. Je rappelle que nous sommes en 1977, que le rock progressif a du plomb dans l'aile et que le punk et le disco ont pris le relais dans le caeur du public. « Bat out of hell » est donc en quelque sorte un album anachronique... Rundgren et Steinman, tous deux fans de Phil Spector et de son « mur du son », ont recruté une équipe de musiciens aux petits oignons. Outre Todd, toute l'équipe d'Utopia est présente : Kasim Sulton (basse et chaeurs), Roger Powell (synthétiseurs) et John Willcox (percussions). Comme Steinman est fou de Springspeen, plusieurs membres du E Street Band figurent également sur l'album comme Roy Bittan (piano) et Max Weinberg (batterie). A noter aussi que c'est Steve Van Zant du E. Street Band qui a aidé à la signature du contrat avec Cleveland International Records (filiale d'Epic)... Remarquons la présence d'Edgar Winter (saxophone) et d'Ellen Foley (chant, chaeurs). « Bat out of hell » contient 7 morceaux, dont 3 excèdent les 8mn. La couleur de l'album est plutôt rock'n roll et on trouvera une certaine similitude avec le Bruce Springsteen (comme c'est étrange !), de « Born to run ». Mais un Springsteen qui aurait rencontré Styx et The Who pour un mariage un peu contre-nature, comme si le boss s'était lancé dans l'écriture d'un opéra-rock... Bien qu'il se soit extrêmement bien vendu, ce 1er volet n'est pas mon préféré de la trilogie. Toutefois, il contient le meilleur morceau de Meat Loaf, l'épique de 10mn « bat out of hell » (qui dans sa version originale en faisait 20mn et qu'Epic Records avait fait raccourcir). Les deux autres épiques sont « paradise of the dashboard light », une romance adolescente et sexuelle impliquant Ellen Folley en duo avec Meat Loaf, et « for crying out loud » une ballade plus traditionnelle. « you tooks the words right out of my mouth » s'ouvre par une narration en duo entre Steinman et Marcia McClain. « heaven can wait » est une belle chanson où Meat Loaf sait se rendre émouvant. « all revved up... » raconte la perte de virginité d'une jeune fille. Et « two out of three ain't bad » est une sorte d'hommage aux Eagles, revendiqué par Rundgren. « Bat out of hell » est un album typiquement américain, avec ses influences traversant le continent d'est en ouest, du nord au sud. La pochette, très heroic fantasy, est signée Richard Corben, montrant un motard chevelu aux allures de Rahan sortir de l'antre d'un cimetière, alors que trône une chauve-souris géante sur le toit d'une tombe. Les critiques ne vont pas être très bonnes, soulignant le mauvais goût et le côté grand guignolesque du projet. Il paraîtrait même que le staff d'Epic détestait l'album, expliquant pourquoi l'album était sorti sous un sous-label...
La promotion du disque va être réduite à la portion congrue, avec peu de passages radio du fait de la longueur des titres. Pourtant « Bat out of hell » va connaître un succès fracassant immédiat. Plus le temps passe et plus l'album prend de la valeur : c'est ce qu'on appelle un « classique intemporel ». C'est étonnant car personnellement, je le trouve bon, mais pas transcendant... Succès populaire... Avec le recul, tout était réuni pour que cet album connaisse le succès : des mélodies accrocheuses, la voix irrésistible de Meat Loaf, des arrangements soignés, des chaeurs classieux, une structure atypique des morceaux, le style « comédie musicale de broadway » de Steinman, le rock'n roll de Springsteen, l'aspect délirant d'Utopia... Respect !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 décembre 2011
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST DECEMBRE 1977 N° 113 Page 83
1° Album 1977 33T Réf : Epic CBS 34974
« Bat Out Of Hell », ou le chef-d'oeuvre inconnu du mois. Voici un disque fantastique, un de ces albums qui fusent au-dessus de la production courante sans que l'on s'y attende le moins du monde. Qui Est-ce Meat Loaf qui chante ici, avec une voix merveilleuse d'intensité et d'émotion, une voix qui rappelle Cat Stevens ou Paul Williams en les faisant oublier dans le même temps ? Mystère. Qui Est-ce Jim Steinman qui a composé toutes les pièces de cet album et qui se révèle être un compositeur d'une richesse de palette qui n'a d'égale que sa science des mélodies ? Autre mystère. En tout cas, ce duo sorti sans doute de l'enfer donne d'un coup de nouvelles lettres de noblesse à la chanson, cette bonne vieille chanson qui se gonfle ici d'une énergie cataclysmique pour devenir un opéra fabuleux, une épopée ni plus ni moins. Le morceau « Bat Out Of Bell » est à cet égard l'une des plus éprouvantes choses écrites cette année.
Non seulement ces deux inconnus ont un talent pas naturel, mais ils semblent en plus jouir d'un bon crédit auprès des gens en vue de la musique américaine. C'est Todd Rundgren qui a produit, enregistré et mixé cette splendeur (du grand boulot) ; c'est encore Todd Rundgren qui tient les guitares, acides et meurtrières, tandis qu'Utopia au grand complet déferle dans le background ; c'est Edgar Winter qui saxifie ; et c'est le Richard Corben qui a accouché de la magnifique pochette. Vous ne doutez plus à présent de la perfection de l'enrobage.
Le résultat de tout cela est un album qui n'a pas de style mais qui a du style. Meat Loaf et Jim Steinman revisitent avec leurs lanternes sulfureuses tous les recoins de la chanson américaine, du rock song halluciné à l'opéra-rock en passant par le boogie et la ballade avec grand orchestre, et , à chaque fois, ils paraissent réinventer le genre, Steinman par son savoir-écrire, Meat Loaf par sa sensibilité épidermique. Une fois de plus, le sorcier Rundgren a déniché la petite perle.

BESTOP DECEMBRE 1977
- 1° « Seconds Out » Genesis
- 2° « Love You Live » Rolling Stone
- 3° « Peter Gabriel » Peter Gabriel
- 4° « Hotel California » Eagles
- 5° « On Stage » Rainbow
- 6° « Heroes » David Bowie
- 7° « Live » Status Quo
- 8° « Rocks » Aerosmith
- 9° « Love Gun » Kiss
-10° « Made In Europe » Deep Purple
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Sorti en pleine époque punk, il en avait l'énergie, l'originalité, la pochette qui décoiffe, le look (" la belle et la bête"), qui devait interpeller.... Pourtant à cette période fin 70, il était de bon ton de démollir systématiquement tout ce "rock pompier et pompeux", dans lequel Meat Loaf, Queen, et quelques autres furent rapidement classés. Mais une fois de plus seuls les "vrais " musiciens résistent à l'usure des platines. Alors près de 30 ans après, verdict définitif ??? .......Acquitté !! et bon pour passer à la postérité : grand album, complètement nouveau, production extraordinaire (Jim Steinman), compositions et paroles de Maitre, voix surpuissante, mais jamais criarde, arragements et choeurs somptueux (E.Folley) dignes d'un grand opéra rock à la "Tommy". Il sera difficile pour toute une équipe de se remettre d'un tel album, et il faudra près de 20 ans pour retrouver une suite honorable ("Bat out of hell 2" disponible sur ce site, et à mon avis encore meilleur), avec comme par hasard Jim Steinman aux manettes. Dans la discothèque idéale "of course".
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Quand Jim Steiman et Meat Loaf voulurent vendre leur oeuvre à une maison de disques ils se firent jeter comme des malpropres, seul Cleveland accepta de les distribuer et bien lui en pris car cet album connu un énorme succès lors de sa sortie en 1977.
Sur une base rock très emphatique et lyrique, assez proche il est vrai au niveau des accumulations de guitares de "Born to Run" mais aussi de Bob Seger ou Chicago, Steinman a pondu une oeuvre qui peut être considéré comme un opéra rock moderne à l'intrigue dramatique et à la musique haut en couleur.
On remarquera la présence de Roy Bittan et Max Weinberg, de Todd Rundgren qui en plus de placer de superbes parties de guitares co-produit l'album et de Kasim Sultan à la basse.
Même si à le réecouter ce disque parait maintenant un peu "kitch", on ne peut résister au splendide "Bat Out Of Hell", au diabolique "You Took The Words Right Out Of My Mouth" qui malgré ses 7mns fit danser toutes les radios des States", à la superbe ballade "Heaven Can Wait", transcendé par la voix de Meat Loaf et au délirant "Paradise By The Dashboard Light" ou la frèle Ellen Foley donne la réplique à notre ténor de poids avec maestria.
Ce disque est le disque d'origine, sans les bonus qui n'apportent pas grand chose.
Un album unique, son cover "Deadringer", malgré de bons morceaux, sorti deux ans plus tard n'aura pas la classe de ce morceau d'anthologie.
Evitez les "Beat Out of Hell" II, III..., pâles copies de celui-ci, par contre penchez vous sur l'album solo du sieur Jim steiman, il est prodigieux.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 28 avril 2013
Voici un des albums les plus vendus de tous les temps, mythique dans les pays anglo-saxons, mais quasiment inconnu en France (quand on voit ce qui marche en France, faut pas s'étonner non plus...) Un disque qui a même donné deux suites (Bat Out Of Hell 2: Back Into Hell a été numéro un un peu partout dans le monde en 1993, sauf en France aussi...), et qui mérite absolument d'être découvert, écouté et réécouté. Des arrangements musicaux carrément hallucinants, de longues et belles chansons (ah, l'envolée de For Crying Out Loud, surpuissant !!), la voix magnifique de Meat Loaf, des textes parfois drôles (Paradise by the dashboard light) ou bien souvent riches. Bref, ce disque est pour moi un monument, si je ne devais garder qu'une poignée de cd, il en ferait partie, et c'est un disque que j'écoute depuis plus de 20 ans sans jamais m'en lasser. Grandiose.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 17 avril 2013
A VOS OREILLES JEUNES GENS LE ROCK N'EST PAS MORT
NUL AUTRE MUSIQUE NE SURCLASSE CET ARTISTE
DEPUIS 78 J'ACHETE LES YEUX FERMES
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Le premier opus "Bad out of hell" en 1977, avec des textes grandiloquents, des grosses orchestrations, des chansons interminables et oscillantes entre Rock et Hard-Rock. C'est tout ça Meat Loaf et c'est bon !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 8 septembre 2012
Que dire ci non qu'il faut avoir absolument cet album de grande qualité, Bat Out Of Hell et vraiment un concentré de bonheur à écouter !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 17 avril 2013
3ième album le plus vendu au monde il faut l'avoir dans sa cdthèque. Indispensable à tout les amateurs de rock!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 11 mars 2012
du tout bon pour cet album et qu'il faut avoir dans sa collection, des morceaux à écouter sans jamais se lasser
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Dead Ringer
Dead Ringer de Meat Loaf (CD - 1986)

Bat Out of Hell III
Bat Out of Hell III de Meat Loaf (CD - 2006)