undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

17
3,6 sur 5 étoiles
Beaux seins, belles fesses : Les enfants de la famille Shangguan
Format: BrochéModifier
Prix:10,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

32 sur 32 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 mai 2007
900 pages de culture, d'amusement, d'histoire qui défilent sous vos yeux aussi rapidement qu'une petite nouvelle.

Un formidable récit épique retraçant toute l'histoire de la République Populaire de Chine à travers Jintong entouré de ses 8 soeurs, seul "homme" de la famille abreuvé au sein maternel tout au long de sa vie.

En plus, c'est drôle, c'est unique, c'est du jamais lu. Indispensable pour qui veut prendre du plaisir en découvrant l'Histoire Récente de cette Chine.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
19 sur 20 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 janvier 2006
Tentée pas le bandeau placé sur le livre et affichant qu'il s'agissait du "Cent ans de solitude chinois", je n'ai pas été décue. A travers son anti-heros, Jintong obsédé par les seins des femmes, et sa famille non moins "excentrique", c'est tout une période de la Chine communiste que l'on voit se dessiner en filigramme.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 novembre 2013
« Beaux seins, belles fesses », tout un programme, non ?

Qu’on ne s’y trompe pourtant pas, le roman fleuve de l’écrivain chinois Mo Yan n’est pas livre érotique ou tout autre ouvrage de ce genre (comme l’a cru fort innocemment mon compagnon en regardant mes mails par-dessus mon épaule ; ça lui apprendra, tiens…). Cette immense saga familiale débute en 1938 dans la bourgade de Dalan avec la naissance du petit Shangguan Jintong, une naissance qui se place d’emblée sous le signe du chaos et de la malchance, puisqu’elle a lieu au moment exact où les troupes japonaises envahissent son canton natal. Neuvième enfant d’une fratrie de huit filles, Jintong répond aux vœux ardents de sa mère et de son père – qui n’en profitera pas puisqu’il sera l’une des premières victimes à tomber sous les coups des « diables japonais » à leur entrée dans Dalan.

Hélas, le petit Jintong ne se révélera guère à la hauteur des attentes familiales : pleutre, geignard, dépourvu de volonté et d’intelligence, maladivement obsédé par le sein maternel qu’il tétera jusqu’à un âge avancé, il s’avère incapable de subvenir à ses besoins et, à plus forte raison, à ceux de la fratrie Shangguan dont il est devenu le chef de famille. Restent ses huit sœurs et son indomptable mère, neuf femmes au fort caractère et à la volonté bien trempée, à défaut de posséder beaucoup de jugeote. Car si, chez les Shangguan, les hommes sont des mauviettes, les femmes quant à elles ont de qui tenir ! Pourvues de beaux seins et de belles fesses, comme le dit si bien le titre du roman, c’est elles qui sont le cœur et l’âme de la famille Shangguan et lutteront pour lui permettre de surnager malgré les innombrables bouleversements que traversera la Chine de 1938 à nos jours : invasion japonaise, guerre mondiale, révolution culturelle, multiples réformes économique foireuses, etc.

A la première lecture de « Beaux seins, belles fesses » de Mo Yan, on ne s’étonne pas de l’accueil glacial qu’il a reçu en Chine à sa sortie en 1995. A travers les nombreux aléas de la vie du pauvre Jintong et surtout de celles de ses sœurs, le romancier chinois trace un portrait au vitriol de la Chine contemporaine. Avec humour noir, verve et un sens certain de l’absurde, il rentre allègrement dans le lard de l’Histoire officielle et nous embarque dans une aventure aux multiples rebondissements, où les larmes et le rire se côtoient régulièrement. Jamais condescendant ou méprisant, il rend aussi délicatement hommage à une certaine partie de la population chinoise, celle qui souffre et peine quels que soient les régimes qui la dominent, mais parvient toujours à survivre malgré les privations et les injustices dont elle est abreuvée. Si les malheurs du personnage principal, véritable mollusque, prêtent plus à rire qu’à pleurer, le personnage de sa mère nous touche bien davantage : petite femme au courage discret et à la détermination sans limites, prête à tous les sacrifices pour permettre à son innombrable couvée (qui ne tardera pas à s’enrichir d’une flopée de beaux-fils encombrants et de petits enfants…) de subsister.

Grinçant et cocasse à la fois, « Beaux seins, belles fesses » est un roman satirique d’une grande richesse. Malgré sa taille impressionnante et parfois quelques longueurs, il se lit très facilement et s’avère un excellent moyen de découvrir plaisamment l’Histoire de la Chine contemporaine.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 juillet 2014
J'aime bien attraper un livre dans la pile (de ceux qui attendent d'être lus) sans même jeter un oeil à la 4ème de couv'. J'ai choisi celui-ci sur la base du titre et du visage souriant de la couverture, inculte que je suis je ne connaissais pas l'auteur. "Parfait pour entamer l'été" me dis-je naïvement.
Le premier chapitre m'a vite remise à ma place, mais sans me faire décrocher, bien au contraire. J'ai plongé avec tous les personnages, grands oncles, petites belles-filles, déesses animalières, grandes soeurs et infâmes belles-mères, et bien sûr le petit frère. Moi qui ne suis pas habituée à la littérature chinoise, j'avoue avoir connu au début un peu de confusion avec l'exotisme des noms des personnages, mais ça n'a pas duré, l'auteur les dépeignant si bien qu'ils sont aisément reconnaissables.
Le coeur bien accroché devant la violence de la réalité dépeinte, j'ai parcouru l'histoire et l'Histoire avec compassion et admiration de ces personnages et de ce peuple face aux événements successifs, qu'ils soient célèbres ou intimes.
La finesse de l'écriture arrive à tout faire passer, même le pire, ce qui n'empêchera pas les larmes de couler par endroit. Ce livre m'a instruite et émue au plus haut point.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
29 sur 34 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 mars 2006
Mo Yan nous propose de suivre la destinée de Jintong - Enfant d'Or - et de sa grande famille. Meurtris par l'histoire de la Chine - traversée de part en part par les guerres et les changements de pouvoir, de gouvernement, et de hiérarchie sociale - la tribu des « Shagguan » doit lutter pour survivre, garder sa dignité et protéger le seul descendant mâle : notre fameux héro.

Héro, vraiment ? Nous connaissions déjà les « Anti-Héros » à l'Européenne tel Bel-Ami ou Hernani, mais ceux-ci gardaient un certains charme ou une fougue suffisante pour se faire aimer du lecteur.

Jintong est un « obsédé surdoué », qui profite bien souvent de la force ou de la puissance de son entourage.

Et Mo Yan parvient à me faire détester son personnage principal ! Entouré de figures emblématiques, merveilleuses, fortes, énigmatiques... Ce bâtard maigrichon est la seule ombre au tableau, pourtant somptueux, d'une Chine en pleine mutation.

L'écriture est subtile, empreint de la culture asiatique de l'auteur, qui, par ailleurs réussit à nous transmettre sa vision de son pays, mais aussi son recul par rapport à la civilisation dans la quelle il a grandi.

Au fil de l'ouvrage, on comprend à quel point la politique d'un pays peut influencer le quotidien de ses habitants. Combien il est important, pour survivre, d'être « du bon côtés » de ma puissance. Combien il est important, pour lutter, d'être assez nombreux « de l'autre côté » du pouvoir. Et surtout, combien il est important de comprendre que la puissance et le pouvoir peuvent être renversés facilement et remettre en question toutes les prises de position antérieures.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 mars 2013
C'est après la lecture de "la dure loi du Karma" une autre facette de la description de la vie post-révolutionnaire dans la Chine profonde.
Mais je l'ai bien moins apprécié que le premier que j'ai lu de Mo Yan. Et ce sont quand même deux pavés de près de 1.000 pages!
Encore plus romancé et avec parfois des raccourcis là où je n'en souhaitais pas!
Mais je ne regrette pas ma lecture par rapport à d'autres textes.
Les chinois sont en définitive si nombreux qu'on peut faire des ravages dans la population à cause des hommes ou des éléments qu'il en restera toujours autant et que ceux qui resteront deviendront de ce fait des légendes protégés par le Destin.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 2 mai 2014
Beaux seins, belles fesses est un livre beaucoup plus dur à lire que ce à quoi on s'attend, vu le titre ! Ce roman fleuve, pleins de drames, d'atrocités mais aussi de truculence et d'humour parcourt l'histoire de la Chine tout au long du XXème siècle.
C'est un livre très intéressant, très original, mais déconcertant, à lire à petites doses (à condition de noter les noms de personnages et leurs liens pour s'y retrouver d'une fois sur l'autre).
Un livre à ne pas manquer !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 juin 2015
Un panorama foisonnant de la Chine du XX* siècle. L'exotisme jouant, cela est fascinant. Que n'a subi le peuple, et avec quelle patience!
On finit par les horreurs communistes, horreurs comportementales, horreurs physiques. Et qui se terminent par quoi: injustice toujours, corruptions, arrogances et abus de droit!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 26 juin 2015
Si vous aimez la littérature réaliste et si vous voulez mieux comprendre l'évolution de la Chine moderne, lisez ce roman truculent qui vous fera entrer dans le quotidien de la vie en Chine. Une fresque superbe qui, par moments, m'a fait penser que Yan Mo pouvait être considérer comme le Shakespeare chinois.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 mars 2013
Au regard des critiques élogieuses, je suis clairement passée à côté de "Beaux seins, belles fesses". Pourtant férue de sagas exotiques (j'ai adooooooré "Brothers" de Yu Hua), j'attendais beaucoup (trop?) de ce roman du Prix Nobel de Littérature. Les cent premières pages m'ont d'ailleurs conquise. Le décor est planté, permettant au lecteur de se familiariser avec la famille de Jintong et les habitants du village. Les scènes ne manquent pas de truculence, les conversations prêtent à sourire. Oui mais... les longueurs s'enchaînent, et surtout, les personnages se succèdent dans la plus grande confusion. Impossible pour moi de les différencier et donc d'en suivre l'évolution. En outre, la mysticité de certains passages a dérouté la fervente pragmatique que je suis. Il aurait peut-être fallu davantage de concentration pour apprécier cette lecture mais je craignais (sans doute à raison) que le plaisir s'évanouisse devant trop d'efforts. Alors, tant pis.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
La dure loi du karma
La dure loi du karma de Yan Mo (Poche - 9 septembre 2010)
EUR 10,00

Grenouilles
Grenouilles de Yan Mo (Broché - 4 octobre 2012)
EUR 8,30

Le clan du sorgho rouge
Le clan du sorgho rouge de Yan Mo (Broché - 18 septembre 2014)
EUR 23,50