undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles9
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 octobre 2015
Retrouvez cet article en intégralité et en images sur le blog Bruce Lit ( brucetringale.com), le rendez vous des amoureux des Comics Mangas Bd.
Cet article portera sur l’animé Beck. Il s’agit de l’adaptation du manga éponyme écrit et dessiné par Harold Sakuishi. L’animé comporte 26 épisodes édités chez Kaze vidéo. Ceci correspond au x 12 premiers tomes du manga. L’édition DVD est assez sympathique avec un livret de présentation des personnages et la VF reussie. Toutefois, je ne saurais que conseiller la VO pour ceux qui découvriraient la série.

Beck suit au Japon de nos jours, le parcours de Yukio Tanaka, un adolescent de 14 ans. Frêle, timide, maladroit et peu sûr de lui, Tanaka sympathise avec Ryuzuke un jeune marginal qui souhaite monter un groupe de rock.
Tanaka, au fil de nombreuses mésaventures initiatiques va se découvrir un amour pour la musique binaire, apprendre la guitare en saignant sur les frettes et dispose d’une voix exceptionnelle (enfin pour la série)… Oh ! Tanaka est gentil mais peu agaçant à la longue…On croit même rêver lorsqu’il se retrouve au lit avec sa copine et préfère gratter sa guitare…Mais les premiers épisodes sont souvent émouvants malgré une naïveté embarrassante.
Le scepticisme de votre serviteur étaient donc à un niveau élevé pour les deux premiers épisodes : un héros gentil, très gentil, un générique Punk FM façon Sum 41, des personnages qui ne jurent que par les Red Hot Against The Machine (comme références du rock ultime, on repassera) et une intrigue plus que décompressée, voilà matière à titiller rocker et amateur de mangas.
Et une belle enfilade de clichés naifs et gentillets à l’épreuve du monde supposé impitoyable du Rock. Parce que le rock façon Beck est décaféiné garanti sans sexe, vomi, overdose et MST. Enfin des dessins volontairement simplifiés par rapport au matériel original.

Et pourtant, Beck parvient à faire fondre le coeur de rocker une fois que ces conventions sont acceptées. Tanaka part littéralement de zéro : invisible aux yeux de ses camarades, impopulaire, il se rend compte qu’il passe à côté de sa vie. La découverte du rock va l’électrifier aussi sûrement qu’un ampli Marshall. Il incarne la gentillesse authentique, celle encore ancrée dans l’enfance et piégé dans le corps d’un adulte. Loin des clichés des rockers californiens tatoués et à la libido suintante (les Red Hot Chili Machin justement….), Tanaka est un freluquet, l’éternel perdant avec qui personne ne veut traîner.

Les années collège sont décrites avec beaucoup de sensibilité: les petits boulots étudiants pour financer son rêve, la compétition entre mâles autour de la piscine, les premiers émois amoureux, le nécessaire dépassement de la timidité dans un monde impitoyable, Beck propose tout cela avec un véritable certificat d’authenticité.

La série explore sans ambages un sujet courageux et peu évoqué, celui du racket dont notre ami est victime. La maltraitance que Tanaka subit n’est pas un prétexte pour faire venir un grand copain balèze qui viendrait protéger notre jeune héros. La moitié de la série est au contraire centrée sur la loi du silence, la souffrance muette de Tanaka et la transformation de l’univers scolaire en un lieu d’oppression sans que les adultes y voient quoique ce soit. Dans ces moments, Beck est une formidable série adolescente où le spectateur a envie de retrouver des personnages auquel il s’est attaché.

Pourtant au milieu de la série, c’est la dégringolade : une histoire de mafia qui menace de mort le guitariste aucun suspense, une intrigue qui se délite et la disparition du commentaire social qui faisait le charme des 10 premiers épisodes. On perd totalement de vue, 90% du casting et surtout l’animation est de plus en plus à la traîne.
Non seulement, les concerts sont saccadés mais on jurerait que les producteurs ne disposent pas d’assez d’images pour compléter leurs séquences…C’est ainsi que l’on peut parfois avoir un plan de 30 secondes sur une rue déserte ou -véridique !- une longue minute avec la caméra coincée sur la lune sans que rien ne se passe…

Dans sa deuxième partie, Beck évoque tous les travers d’Olive et Tom; à l’instar de la série de la 5 où il fallait une dizaine d’épisode à Olivier pour passer la surface de réparation, notre ami chante une chanson des Beatles (I’ve Got a Feeling) sur deux épisodes. Tout ceci ne serait pas si grave si la fin de l’animé n’était pas totalement bâclée, aussi gracieuse qu’une corde pétée en plein solo.

Beck est l’archétype de la licence qui fonctionne pendant des trentaines de volumes en ayant déjà tout dit à son premier quart. L’attachement aux personnages permet de se faire avoir en attendant le déclic qui ne viendra jamais. Les codes du Shonen ne fonctionnent pas forcément en mettant en scène un gentil gars à l’âme pure qui aime le rock, jamais frustré ou révolté, ce qui est normalement le propre du rock.
Une série sympathique qui après un début brillant s’embourbe comme le pire du rock progressif dans des prolongations frimeuses sans aucun intérêt. Voila qui achèvera d’en faire une histoire en do mineur….
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2014
Très bonne adaptation du manga éponyme.
Si vous restez sur votre fin une fois tous les épisodes visionnés, je vous conseille vivement de lire la version papier, qui continue l'histoire de notre ami Koyuki une fois le concert de BECK au Grateful Sound terminé.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2015
L'animé du manga. Le studio d'animation a parfaitement réussi l'adaptation pour cette histoire basé sur le rock.
Un bémol, l'animé ne va pas jusqu'à la fin de l'histoire du manga et ne sera probablement jamais terminé.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2015
un des meilleurs manga

une histoire genial
une bande son au top du top

bref je conseil ce manga !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2012
Beck est un animé qui m'est chère car il y a un univers rock avec pas mal de bon morceaux, basé sur la vie d'un adolescent qui découvre la musique et grandit à grâce au rock juste qu'a rejoindre un groupe qui l'amènera très loin.
Si vous aimez le rock et les animés, allez-y les yeux fermés.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mai 2013
J'ai reçu le coffret aujourd'hui alors que je viens d'avoir un mail d'amazon comme quoi il vient juste d'être expédié, j'ai pas trop compris... Mais bon je vais pas m'en plaindre vu que je l'ai plus tôt que je ne le pensais vu les dates d'estimation. Et j'suis contente il était encore emballé donc pas abîmé! Je les ai déjà vu mais c'est justement parce qu'il est bien que j'ai prit le coffret, je vais pouvoir les regarder encore et encore!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 12 novembre 2011
Une série très bien adaptée, puisque les chansons de Beat Crusaders déchirent !
" Full Moon Sway " notamment.

Le héros est touchant par sa timidité, son manque d'initiative, sa façon de s'entraîner d'arrache pied pour être chanteur guitariste et ses efforts désespérés pour plaire à sa belle brune.
Les épisodes de fins sont très touchants au cours du plus grand concert de Beck car il montre les liens d'amitié qui sous tendent le groupe de musique. Ils montrent combien il faut se tenir les coudes ! Et combien d'efforts il faut fournir pour atteindre ses objectifs.

Une belle lecon de vie.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2013
une super serie sur un groupe de musique rock pour les amateurs de rock des annees 70 meme si le chanteur du groupe chante du rap mets sa va changer a decouvrir
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2011
Comme dans beaucoup de manga, c'est une sorte de parcours initiatique.
On suit la progression d'un ado, de son apprentissage de la guitare à sa percée sur la scène. Autour de celà il y a des petites histoires, un peu de suspens et un peu de sentiments, mais qui ne sont pas très poussées.
J'ai beaucoup aimé l'histoire et la qualité du dessin et de l'animation.
Je regrette juste que ce soit trop court (26 épisodes).
La fin est ouverte et m'a laissé sur ma faim, peut-être y aura-t-il une suite ? (on peut toujours espérer lol).
22 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

44,95 €