Appli Amazon


Plus d'options
Beethoven: Fidelio
 
Agrandissez cette image
 

Beethoven: Fidelio

1 juillet 2000 | Format : MP3

EUR 21,19 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre Artiste
Durée
Popularité  
30
1
6:59
30
2
4:53
30
3
0:13
30
4
4:04
30
5
1:09
30
6
4:38
30
7
0:18
30
8
2:53
30
9
2:20
30
10
2:32
30
11
1:48
30
12
2:49
30
13
2:19
30
14
0:53
30
15
3:38
30
16
0:34
30
17
5:25
30
18
2:10
30
19
6:07
30
20
0:45
30
21
3:01
30
22
4:17
30
23
5:30
30
24
0:46
30
25
1:56
30
26
4:19
Disc 2
30
1
3:32
30
2
2:15
30
3
2:34
30
4
2:31
30
5
1:58
30
6
4:54
30
7
2:37
30
8
6:48
30
9
0:47
30
10
3:49
30
11
0:21
30
12
1:27
30
13
3:12
30
14
2:23
30
15
1:40
30
16
2:27
30
17
0:56
30
18
2:54
30
19
4:27
30
20
14:38
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 15 août 2000
  • Date de sortie: 1 juillet 2000
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Warner Classics
  • Copyright: (C) 2000 EMI Records Ltd.
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 2:22:26
  • Genres:
  • ASIN: B0023BNBPU
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 210.053 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par B. Paul le 13 mars 2014
Format: Téléchargement MP3 Achat vérifié
Oeuvre peu souvent représentée, mais encore imprégnée des opéras de Mozart. Cet enregistrement est très beau et s'écoute avec émotion
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par earthlingonfire TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 29 décembre 2010
Format: CD
Le nom de Karl Böhm continue d'évoquer ceux de Strauss et Mozart, mais c'est peut-être chez Wagner et Beethoven que le chef autrichien était le plus naturel. Le voici à son sommet (fin des années 60) à la tête de l'orchestre qu'il connaissait le mieux (avec le Philharmonique de Vienne), la Staatskapelle de Dresde, qui a été mieux enregsitrée mais qui est déjà un immense plaisir en soi. Dresde, Beethoven : Böhm est à la maison, il faudra se lever tôt pour lui faire de la concurrence.
Böhm ne semble guère soucieux de trancher l'éternel débat sur le genre de Fidelio. Plutôt que de chercher une réponse globale et définitive, il semble chercher la meilleure solution pour chaque moment. La carrure d'ensemble qu'il donne à l'ouvrage pencherait vers la musique pure, tout comme la puissance symphonique de sa direction. Et comment le lui reprocher ? Comment ne pas entendre le quatuor "Mir ist so wunderbar" comme un extrait d'oratorio ou les airs de Leonore et de Florestan comme des arias de concert ?
D'un autre côté, en chef "moderne" au sens mahlérien du terme, il insère Leonore III avant le Finale, ajout dont la justification est avant tout théâtrale, retardant la résolution pour donner un peu de tension à un ouvrage qui en manque singulièrement, où les conflits sont résolus avant de s'incarner.
La distribution est un peu inégale, mais globalement excellente. Les seconds rôles Peter Schreier (Jaquino) et Edith Mathis (Marzelline) sont parfaitement en situation post-mozartienne, surtout à Dresde, ainsi que Theo Adam, Pizarro violent, au regard noir, à défaut du timbre.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Coriolan le 1 décembre 2013
Format: CD Achat vérifié
Il faut d'abord préciser que l'on a affaire à un document : cette représentation n'est pas intégrale, seules 70 minutes de musique ont été enregistrées ce soir là. Il manque "Abscheulicher, wo eilst Du hin" ou le choeur des prisonniers par exemple. On retrouve cependant les finales de chaque acte dans leur intégralité. Les raisons de ces manques sont expliquées dans un remarquable livre bilingue (allemand / anglais), imprimé sur papier glacé, comportant de nombreuses photos et excellemment documenté.

Cette représentation est historique puisqu'il s'agit de la soirée de réouverture de la Grande Salle du Théâtre d'Etat de Dresde en 1948. Comme pour la réouverture de la Wiener Staatsoper en 1955 (soirée publiée par Orfeo) l’œuvre à l'affiche est Fidelio.

La direction de Keilberth est comme souvent assez peu typée, mais cela reste remarquablement équilibrée, et surtout très efficace sur le plan dramatique. Il est servi par un orchestre exceptionnel, et par chance la captation est superlative : une présence des graves extrêmement rare dans les enregistrements de cette époque, des timbres respectés et un niveau de détail satisfaisant, le son ne manque pas de relief. Les bandes d'origine étaient probablement excellentes, et le remastering est exemplaire.

La distribution permet de découvrir le superbe Pizarro de Josef Herrmann, associé au Rocco de Gottlob Frick.
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique