Quantité :1

Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 62,92
Livraison à EUR 0,01 sur les livres et gratuite dès EUR 25 d'achats sur tout autre article Détails
Vendu par : Fulfillment Express
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Beethoven : Sonates pour piano - Variations Eroïca Import


Prix : EUR 39,86 LIVRAISON GRATUITE Détails
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 8 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
22 neufs à partir de EUR 32,01 2 d'occasion à partir de EUR 35,52

Vous cherchez un CD de Musique Classique ?

CD Musique Classique
Retrouvez tous nos CD au sein de notre Boutique Musique Classique.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Emil Gilels

Discographie

Image de l'album de Emil Gilels

Photos

Image de Emil Gilels
Visitez la Page Artiste Emil Gilels
31 albums, Photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Beethoven : Sonates pour piano - Variations Eroïca + Beethoven : Les dernières sonates pour piano (n° 28 à 32)
Prix pour les deux : EUR 57,86

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Compositeur: Ludwig van Beethoven
  • CD (20 novembre 2006)
  • Nombre de disques: 9
  • Format : Import
  • Label: DGG (Universal)
  • ASIN : B000ICM0YY
  • Autres éditions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 73.256 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Voir tous les articles

Descriptions du produit

Le pianiste russe Emil Gilels aurait célébré son 90e anniversaire ce 26 octobre. Deutsche Grammophon lui rend hommage avec trois parutions qui retracent toute sa carrière, des touts premiers enregistrements pour Deutsche Grammophon jusqu'à la quasi intégrale des Sonates de Beethoven, qui resta inachevée après sa mort inattendue en 1985. C'était le digne héritier d'une certaine tradition russe, dans la lignée de son maître Heinrich Neuhaus. Son jeu, d'une grande sobriété, d'une grande économie de moyens, se caractérisait par un touché exceptionnellement délicat, et un sens inné du phrasé et du legato. Pianiste fl amboyant dans sa jeunesse, Gilels s'adonna à une virtuosité sans limites qu'on redécouvre dans ce double album réunissant ses premiers enregistrements, réalisés entre 1935 et 1955. Entièrement remastérisé et totalement inédit en CD, ce programme comprend de nombreux bis de concerts, la Toccata de Schumann, les Sonates de Scarlatti ainsi que des Sonates de Beethoven et Medtner. La virtuosité et la technique éclatantes qui l'avaient porté au début de sa carrière cédèrent peu à peu la place à une grande profondeur de pensée, qu'illustrent ces enregistrements des oeuvres de Mozart datant des années 70, un double album comprenant un inoubliable récital à Salzbourg (actuellement indisponible en séparé) et l'enregistrement du dernier Concerto pour piano (K. 595) ainsi que du Concerto pour deux pianos, en compagnie de sa fi lle Elena, avec le soutien de l'Orchestre philharmonique de Vienne que dirige Karl Böhm. Pianiste entièrement au service de la musique, et aussi peu médiatique que possible, ce n'est naturellement qu'en pleine maturité qu'il abordera Beethoven au disque. Hélas, la maladie va l'emporter brutalement alors que le cycle des 32 sonates, qui aurait été le couronnement d'une contribution artistique exceptionnelle, n'est pas achevé. Mais même amputé de cinq sonates, ce testament émouvant est cité en référence par la critique du monde entier. Il est aujourd'hui réédité en grand coffret à petit prix.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.9 étoiles sur 5
5 étoiles
8
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 9 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par acw sur 24 novembre 2010
Format: CD
Il suffit d'écouter le mouvement lent de la 5e sonate pour comprendre face à quoi on se trouve : un miracle de l'histoire de l'enregistrement. Une intégrale hélas inachevée, patiemment construite sur plus de dix ans, commencée en 1972 avec une Waldstein d'une noirceur, d'une force de suggestion que seul Arrau dans les années 60 peut approcher. Vingt-cinq ans après la mort du pianiste, voilà une somme qui n'a pas pris une ride, et même qui semble s'être bonifiée. Excusez-moi, mais où sont les manièrismes et les afféteries dont André Tubeuf affublait les premiers enregistrements de ces sessions ?
Gilels est ici bien au-delà de l'objectivité. Il semble respirer naturellement cette musique, offrant un sérieux, une hauteur de vue, un abattage qui nous emportent.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nicolas TOP 50 COMMENTATEURS sur 28 avril 2013
Format: CD
Avec Gulda, Serkin et Arrau, Emils Gilels fait partie de mes 4 pianistes beethoveniens préférés et ce coffret est le témoignage le plus abouti de ce pianiste dans Beethoven même si quelques sonates (dont l'opus 111!) manquent à l'appel, la mort ayant fauché Gilels avant qu'il puisse conclure ce qui demeure tout de même le couronnement de sa carrière discographique.

Qu'est ce qui fait la magie du jeu de Gilels dans Beethoven?

+ Une clarté architecturale, une précision rythmique et une qualité de toucher incroyables
+ Une absence d'alternances mécaniques temps forts / temps faibles pour produire une continuité trop rare chez la plupart des autres
+ Une différenciation et un contrôle stupéfiants: les pédales sont subtilement utilisés pour varier les timbres au lieu de créer des ambiances chopiniennes inadéquates
+ Une tension dramatique basée sur une précision chirugicale presque boulezienne qui dégage une force surnaturelle
+ Une clarté du discours et de l'intention musicale: une rhétorique parfaite
+ Une pesanteur, une frustration, une douleur, une solitude presque autiste qui s'expriment dans un lyrisme romantique aussi implacable qu'irrésistible

La grande frustration, pour l'auditeur cette fois, est l'absence de l'opus 111. Pour atténuer celle-ci, je vous conseille la version de Maurizio Pollini qui s'intègrera très bien à ce cycle.
25 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par H. PILA TOP 500 COMMENTATEURS sur 8 mars 2009
Format: CD
Les sonates de Beethoven interprétées par Gilels ont quelque chose de particulier, elle sont le prolongement du physique de l'interprète, à savoir son faciès léonin ! En effet, ces sonates sont pour moi les plus majestueuses, le geste est ample et féroce, à l'instar des rois les plus puissants. Cet ensemble de sonates fait partie des meilleurs interprétations, je les range à coté de celles d'un Gelber ou d'un Arrau.
Il faut entendre la Walstein, comment Gilels nous entraine dans une tempête, un maelström dont on ne ressort pas indemne !
Il est regrettable que Gilels n'ai pu finir cette intégrale qui aurait été, sinon La, du moins l'une des 4 références en la matière. Le jeu du russe est d'une puissance inouïe et les dernière sonates résonnent durablement et bien au delà de l'écoute...
A noter que les premières sonates souffrent peut être un peu de ce jeu par trop granitique. Un coffret indispensable à tout ceux qui considèrent comme moi les 32 sonates comme l'alpha et l'Oméga de la littérature pianistique.
il semblerait qu'il existe une autre référence de ce programme
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par DUNCANIDAHO TOP 500 COMMENTATEURS sur 13 août 2010
Format: CD Achat vérifié
Que la maladie n'ait pas permis à Emil Gilels de finir cette intégrale.
Tout est en effet ici totalement en accord avec (ce que nous supposons être) la volonté du grand compositeur.
Quand Gilels et son grand ami et compatriote Svialoslav Richter ont commencé à enregistrer les sonates de Beethoven, beaucoup se sont insurgés devant tant d'audace et de vista.
Leurs interprétations semblaient révolutionnaires par rapports à celles des Backhaus et autres Schnabel.
Maintenant on s'apercoit que cette vision, plus rude, plus virile, plus abrupte aussi a fait école.
Cependant comme pour Richter, Gilels est loin de paraitre austère, la poésie est toujours présente,(le mouvement lent de la "Hammerklavier" le lyrisme toujours sous jacent et surtout on sent (comme chez Kempff ou Serkin) un amour et un respect quasi mystique de l'oeuvre.
Gageons que là haut Emil aura pu jouer la 32ème qui manque cruellement ici.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nardis TOP 1000 COMMENTATEURS sur 16 septembre 2009
Format: CD
Inutile de tourner autour du pot. Oubliez les pisse-vinaigre dûment assermentés et corrompus à l'insu de leur plein gré. Cette quasi intégrale - hé oui, comme Molière sur scène, Gilels est mort sur son piano, tout comme Bill Evans, autre absolu génie de la baleine noire - ridiculise le qualificatif même de "référence". Elle se pose comme un monument, une pyramide pianistique, devant quoi même les plus grands virtuoses doivent s'incliner, voire même ramper à quatre pattes. Ignorez ceux qui vous parlent de jeu "brut" ou "héroïque". Beethoven est infiniment plus complexe, et Gilels vous le sert habité, hanté, construit, claqué, chanté, modulé comme personne. Ce coffret devrait en réconcilier beaucoup avec Beethoven. Quant aux fidèles, il va les éclairer sur la force, le raffinement extrême, l'intelligence et la sensibilité d'un autre génie - monsieur Emil.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?