ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Begin Here (1964-1966) [CD, Import]

The Zombies, 怒髪天 CD
4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
Prix : EUR 21,00 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Habituellement expédié sous 10 à 11 jours.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Boutiques Artistes Amazon

Toute la musique, streaming intégral des morceaux, photos, vidéos, biographies, discussions, et plus.
.

Produits fréquemment achetés ensemble

Begin Here (1964-1966) + Odessey & Oracle [Stereo]
Prix pour les deux : EUR 54,70

L'un de ces articles sera expédié plus tôt que l'autre.

Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Odessey & Oracle [Stereo] EUR 33,70

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (27 septembre 2004)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : CD, Import
  • Label: Repertoire
  • ASIN : B00005B0PT
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 99.488 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


1. Roadrunner
2. Summertime
3. I Can't Make Up My Mind
4. The Way I Feel Inside
5. Work'n'play
6. You've Really Got A Hold On Me
7. She's Not There
8. Sticks And Stones
9. Can't Nobody Love You
10. Woman
11. I Don't Want To Know
12. I Remember When I Loved Her
13. What More Can I Do
14. I Got My Mojo Working
15. You Make Me Feel Good
16. Leave Me Be
17. Tell Her No
18. She's Coming Home
19. I Must Move
20. Kind Of Girl
Voir les 31 titres de ce disque

Descriptions du produit

Critique

Comme presque tous les disques de rock à ce moment-là, ceci n'est pas un vrai album, mais une compilation de titres alors déjà parus en 45-tours greffés à quelques nouvelles chansons moyennes et à des reprises enregistrées à la va-vite pour faire du remplissage : une chanson forte ouvre chaque face, « She's Not There » (face A) et « Tell Her No » (face B), le reste s'écoutant d'une oreille plutôt distraite.

Toutefois, il faut garder à l'esprit que la demande pour un 33-tours des Zombies, musiciens très jeunes et qui avaient du mal à composer, venait surtout d'Amérique, territoire alors plus porté sur les albums (le disque aura en Angleterre un titre différent, Begin Here) et où le groupe avait alors un public plus conséquent. Sans la voix unique de Colin Blunstone, les reprises, très hésitantes, seraient franchement ratées, ainsi « Got My Mojo Workin' », où on voit que dans le genre british blues revival, les Rolling Stones leur sont nettement supérieurs, ou un medley soul de « You've Really Got A Hold On Me » de Smokey Robinson et « Bring It On Home To Me » de Sam Cooke tout à fait superflu, pas crédible de la part de ces jeunes gens trop polis et bien élevés qui, en plus, ont un son étrange pour l'époque : très peu de guitare, un orgue prédominant, une basse très présente... Cela fait bien sûr leur originalité mais leur vaudra une grande incompréhension de la part du public. Et il y a cette production, étique et brouillonne, ces mixages rudimentaires...

Une récente réédition chez Repertoire, riche de plusieurs titres bonus, rend davantage justice à The Zombies que son pressage original, mais mieux vaut lui préférer le CD des sessions BBC paru il y a quelques années ou plutôt l'excellente compilation The Decca Stereo Anthology, qui reprend l'intégralité de The Zombies et, en plus, présente toutes les chansons de la période Decca des Zombies avec des prises différentes et un son impeccable, remixé de mono en stéréo mais pas dénaturé pour autant.  

                                                                                                                                             Frédéric Régent

- Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

Repertoire quality Digipak Edition. 31 tracks! Delightful debut feat Colin Blunstone, with a mass of bonus tracks !

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.8 étoiles sur 5
4.8 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Leks
Format:CD
Les Zombies ont acquis au fil des années un statut de groupe culte, mais reste à mon sens despérement méconnus par rapport à la qualité de leur musique qui n'a pas à rougir face aux ténors comme les beatles ou les beach boys.

La discographie des Zombies est un peu complexe, comme beaucoup de groupes de l'époque, les albums étaient fait après les singles, et il arrive qu'il existe de nombreuses versions d'un même album. Ainsi le deuxième opus du groupe contient des morceaux du premier avec de nouveaux singles...Seul un album a un tracklisting vraiment clair, leur oeuvre la plus aboutie (et l'un des disques les plus merveilleux des sixties) Odessey and oracle.

Revenons en à nos moutons, avec ce Begin Here premier opus du groupe, Repertoire l'éditeur de cette version (31 pistes) a eu la bonne idée, de zapper l'album du milieu et de mettre les singles entre begin here et odessey en bonus des deux albums , ce qui fait qu'en ne possedant que ces deux disques on a la quasi totalité de la discographie du groupe, plutôt pas mal.

On a donc ici Begin Here avec le tracklisting de la première version (c'est à dire 14 pistes dans lesquelles ne figurent pas tell her no) suivit de 17 pistes bonus (des singles avec leurs deux faces à chaque fois et un morceau jamais publié).

Begin Here est une addition OBLIGATOIRE à toutes personnes appréciant la musique pop des sixties.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 SOUS ESTIME ET OUBLIE 7 février 2012
Par BAGRATION COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR
Format:CD
Et à tort...Un super groupe avec de vrais musicos...des chansons élaborées avec une touche de Beach Boys et une ambiance qui les faisaient reconnaître à l'oreille....S'ils avaient vécu suffisamment longtemps (un paradoxe pour des zombies !) ils auraient immanquablement rejoint toute la vague british du progressive rock où ils auraient été au niveau de King Crimson ou ELP...Dommage...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Format:CD|Achat vérifié
la bande son idéale pour (re)découvrir un groupe oublié et le london des années 60.
une production soigné, des chansons courtes a écouter en boucles
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Culte et classe. 31 janvier 2014
Par JEAN-CLAUDE TOP 100 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Album vinyle
Les Zombies ont existé et c’est tant mieux pour le rock. Non seulement, ils ont existé, mais ils ont solidement marqué de leur empreinte la scène Beat britannique de la première moitié des 60’s, terreau de la mémorable et phénoménale British Invasion venue affoler les compteurs américains sur leurs terres.

Les Zombies, même s’ils restent encore largement méconnus aujourd’hui, n’ont rien à envier aux autres formations rivales pop/rock du moment, Beatles, Animals, Kinks, les Beach Boys… On pourrait épiloguer longtemps sur les mélodies finement ciselées que ces anglais ont accumulées en nombre dans leur répertoire durant 1965 et 1966 : She’s Not There, Tell Her No, She’s Coming Home… Application type de l’adage « Nul n’est prophète en son pays », le groupe de Colin Blunstone est plus populaire hors de ses frontières qu’intra muros. La preuve, ils trustent régulièrement le haut des hits-parades amerloques.

En ce sens, leur génial Odessey & Oracle (1967), leur dernier aussi, publié après un incompréhensible et déconcertant passage à vide, tombe à point pour mettre définitivement les points sur les i, redonner un coup de lustre à leur blason et les installer, avec le recul, parmi les formations majeures du rock. Les banlieusards londoniens ne sont pas à considérer par-dessus la jambe, mais il est un fait que leurs compositions pop originales et uniques, aux harmonies psychédéliques et arrangements luxurieux, étaient un frein pour pouvoir espérer passer sur les ondes.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?