Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.
La Belle et la Bête suivi de L'oiseau bleu
 
Agrandissez cette image
 

La Belle et la Bête suivi de L'oiseau bleu [Format Kindle]

Madame Leprince de Beaumont
4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (20 commentaires client)

Prix Kindle : EUR 4,49 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

Venue se livrer à la Bête pour sauver son père, la Belle finit par aimer le monstre qui se révèlera alors être un beau prince ensorcelé... Tout le monde connaît l'une ou l'autre des adaptations de ce célèbre conte sous forme de film ou de dessin animé. L'histoire imaginée par Madame de Beaumont est devenue mythique. Elle glorifie la "beauté intérieure" qui peut exister dans l'être le plus laid, voire terrifiant, et la valeur de ceux qui, comme la Belle, savent aller au-delà des apparences. Une histoire à vocation édifiante, donc, qui doit son succès au sujet comme à la manière dont il est traité : le merveilleux est constamment présent, et la structure du récit, avec la succession d'épreuves dont l'héroïne doit triompher, reprend celle des récits traditionnels. Un très beau texte devenu un grand classique. --Pascale Wester

Extrait

Il y avait une fois un marchand qui était extrêmement riche, avait six enfants, trois garçons et trois filles, et comme ce marchand était un homme d'esprit, il n'épargna rien pour l'éducation de ses enfants, et leur donna toutes sortes de maîtres. Ses filles étaient très belles ; mais la cadette surtout se faisait admirer, et on ne l'appelait, quand elle était petite, que la Belle Enfant ; en sorte que le nom lui en resta, ce qui donna beaucoup de jalousie à ses soeurs. Cette cadette, qui était plus belle que ses soeurs, était aussi meilleure qu'elles.
Les deux aînées avaient beaucoup d'orgueil, parce qu'elles étaient riches : elles faisaient les dames et ne voulaient pas recevoir les visites des autres filles de marchands; il leur fallait des gens de qualité pour leur compagnie. Elles allaient tous les jours au bal, à la comédie, à la promenade, et se moquaient de leur cadette, qui employait la plus grande partie de son temps à lire de bons livres. Comme on savait que ces filles étaient fort riches, plusieurs gros marchands les demandèrent en mariage; mais les deux aînées répondirent qu'elles ne se marieraient jamais, à moins qu'elles ne trouvassent un duc, ou tout au moins un comte. La Belle (car je vous ai dit que c'était le nom de la plus jeune), la Belle, dis-je, remercia bien honnêtement ceux qui voulaient l'épouser; mais elle leur dit qu'elle était trop jeune, et qu'elle souhaitait tenir compagnie à son père pendant quelques années.
Tout d'un coup le marchand perdit son bien, et il ne lui resta qu'une petite maison de campagne bien loin de la ville.
Il dit en pleurant à ses enfants qu'il fallait aller demeurer dans cette maison, et qu'en travaillant comme des paysans, ils y pourraient vivre. Ses deux filles aînées répondirent qu'elles ne voulaient pas quitter la ville, et qu'elles avaient plusieurs amants qui seraient trop heureux de les épouser, quoiqu'elles n'eussent plus de fortune.

Revue de presse

Sujet : Cadette d'un marchand ruiné, la plus belle et la plus gentille de ses filles se propose en pâture à une bête affreuse, terrée dans son château au fond de la forêt, au lieu et place de son père. Mais si la créature est physiquement d'une laideur repoussante, son coeur est bon et la captive ne peut s'empêcher de s'y attacher...

Commentaire : Le texte intégral de ce grand classique de la littérature jeunesse, devenu populaire suite à son adaptation cinématographique par Jean Cocteau. Les illustrations magnifiques, dessinées sur des papiers artisanaux créés par Francine Villeneuve, ressemblent à des tableaux anciens. Le texte, en langage soutenu, souligne les valeurs de gentillesse et de générosité et invite à ne pas s'arrêter à l'apparence dans la rencontre de l'autre. La beauté du coeur est affirmée comme première des richesses d'un être. Un superbe album qui devrait ravir bien des petites filles... -- www.choisirunlivre.com

Présentation de l'éditeur

La Belle est prisonnière d'une Bête terrible ; La princesse Rosette, menacée par une prédiction de faire le malheur de sa famille, est enfermée dans une tour ; La Belle aux Cheveux d'Or, que le roi a envoyé chercher pour l'épouser, tombe amoureuse du messager. Quant à l'Oiseau Bleu, c'est un prince métamorphosé par une fée. L'éternel combat des fées contre les sorcières.

Quatrième de couverture

Retrouvez la magie des contes traditionnels peuplés de fées, de princesses et d'animaux extraordinaires. Avec ses textes vivants et ses illustrations soignées, la collection " Contes du Temps Jadis " fait revivre les grands classiques de la littérature enfantine.

Biographie de l'auteur

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont est née à Rouen en 1711. À l'âge de quatorze ans, elle entame des études pour être enseignante et devient plus tard la préceptrice de la fille aînée de la duchesse de Lorraine. En 1748, elle se rend à Londres où elle enseigne le français aux enfants de l'aristocratie anglaise. Pour ses élèves, elle recherche et invente des contes. De retour en France en 1762, elle s'installe en Haute-Savoie et consacre son temps à l'écriture. À sa mort en 1780, elle laisse soixante-dix volumes d'écrits où les contes occupent une large place.
Marie-Catherine Le Jumel de Barneville, Comtesse
d'Aulnoy, naît à Paris en 1650. Après avoir tramé un complot contre son mari, elle s'exile en Angleterre, où quinze années durant, elle "rendra service" à la cour de Versailles. De retour à Paris en 1685, elle tient un salon savant et politique. Elle s'affirme bientôt comme une "gazettière" et rédige des ouvrages documentaires, romance les amours de personnages historiques et, en 1697, publie Contes nouveaux ou fées à la mode. Elle sera la première femme à se lancer dans ce genre. Mme d'Aulnoy meurt en 1705, à l'âge de cinquante-cinq ans.
‹  Retourner à l'aperçu du produit