undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

9
4,4 sur 5 étoiles
Black Sunday [Blu-ray] [Import anglais]
Format: Blu-rayModifier
Prix:15,47 €+2,79 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 avril 2013
Au XVIIe siècle, dans une campagne de Russie livrée aux démons et aux vampires, une sorcière et son amant sont mis à mort par le supplice du "Masque du démon", un masque qui se referme en plantant de longues pointes dans le visage du condamné. Avant de mourir, les damnés annoncent une terrible malédiction. Deux siècles plus-tard, alors que la princesse Katia ressemble trait pour trait à l'infâme sorcière, l'arrivée de deux étrangers déclenche une série d'événements surnaturels...

S'il faut garder un film sur l'apport du cinéma fantastique transalpin, c'est tout d'abord "Les Vampires" ("I Vampiri"), réalisé par Riccardo Freda en 1956 (Petit commentaire ici). Pourtant, ce chef d'œuvre du genre, qui révolutionna le mythe des suceurs de sang dans le domaine du 7° art et imposa une esthétique magistrale qui traumatisa plusieurs générations de cinéastes, doit beaucoup à un autre professionnel : Mario Bava. Ce dernier, non crédité au générique entant que tel, avait participé de très près à la réalisation du film tandis qu'il officiait de manière plus directe entant que chef opérateur et responsable des effets spéciaux... Ainsi, nombreux sont aujourd'hui ceux qui estiment que "Les Vampires" était un film de Bava.
A la base de cette pensée quasi-unique, il y a bien évidemment "Le Masque Du Démon", première réalisation officielle de Bava entant que metteur en scène et seul maitre à bord de son film. On y retrouve l'esthétique amorcée dans "Les Vampires", mais poussée à son paroxysme : l'expressionnisme allemand des années 30 fait ainsi un retour fracassant sur les écrans de cinéma, dont le noir et blanc appuyé de contrastes extrêmes transforme les images en véritables peintures achromes, somptueusement gothiques. La première moitié du film est une expérience sensuelle totale, appuyée par la musique entêtante de Roberto Nicolosi. Les images se succèdent dans une série de tableaux expressionnistes à l'esthétique gothique magistrale, donnant vie à nos cauchemars (de l'époque) dans un ballet d'ombres et de lumières d'une beauté ténébreuse, macabre et douloureusement romantique : Un carrosse qui traverse une plaine baignée de brume derrière laquelle se dresse un château sous le clair de lune, une crypte remplie de toiles d'araignées et de chandeliers baroques sous une voute de pierres poussiéreuses, un château gorgé de passages secrets et autres couloirs sous-terrains lugubres, des arbres décharnés dont la silhouette se découpe sous l'orage d'une nuit blafarde, une jeune femme au teint diaphane qui apparait soudain, tenant en laisse deux chiens comme sortis de l'enfer, devant un ciel nocturne tourmenté (peut-être le plus beau tableau -et le plus connu- parmi toutes les images du film), des morts qui sortent de leur linceul dans une pantomime rythmée par le crépitement des charnières d'un vieux cercueil... S'il vous faut voir un jour l'archétype du film gothique aux images les plus emblématiques du genre, dignes de Caspar David Friedrich, Johann Heinrich Füssli et William Blake réunis, ne cherchez pas plus loin... (Tentez un "google image" avec les mots "Maschera Del Demonio" pour vous faire une idée !)

Alors pourquoi diantre avoir mis seulement 4 étoiles ? Et bien c'est à cause de la deuxième moitié du film : Dès lors que se lève le voile des mystères de la malédiction des Vajda, l'histoire va sérieusement tourner en rond et devenir ennuyeuse. Un peu comme si les splendides tableaux de la première partie s'effaçaient peu à peu devant les rouages d'une intrigue devant nécessairement mener à une résolution attendue. De ce point de vue strictement scénaristique, le film accuse le poids de l'âge et souffre d'une narration de plus en plus ampoulée au fur et à mesure des séquences jusqu'au dénouement final. Et c'est alors que l'on prend conscience que Bava, technicien visionnaire et esthète de génie, n'était pas Riccardo Freda, qui de son côté était également scénariste (chevronné) sur tous ses films, et que "Les Vampires" doit demeurer avant tout une œuvre de ce dernier.
A bien y réfléchir, on prend également conscience que l'intérêt du film consiste davantage à brosser des tableaux qu'à raconter une histoire palpitante. Et l'on comprend bien pourquoi la suite de la carrière de Mario Bava sera dominée par des récits de plus en plus abstraits...
Pour autant, il ne faut pas bouder notre plaisir : "Le Masque Du Démon" reste une référence esthétique absolue, doublée d'un divertissement au charme merveilleusement suranné, qui révéla le somptueuse actrice Barbara Steele, l'imposant d'emblée comme la plus évidente incarnation de la beauté obscure, version 7°art. Une véritable perle noire, iconique et poétique...

Hélas, hélas, cette version DVD est très médiocre d'un point de vue technique et interactif, et elle appelle clairement une remastérisation en haute définition, agrémentée de bonus dignes de ce nom...

Après "Le Masque Du Démon", Mario Bava abandonnera les images en noir et blanc et suivra les traces de ses homologues anglo-saxon de la Hammer et de la American International Pictures (qui produisait les films de Roger Corman avec Vincent Price) et livrera plusieurs films emblématiques du fantastique des années 60, parmi lesquels Les 3 visages de la peur en 1962 (avec Boris Karlof), Le corps et le fouet en 1963 (avec Christopher Lee) et mon préféré entre tous : Opération peur en 1966. Il inventa également le genre du "Giallo" (sorte de mélange entre le thriller policier, l'horreur et l'érotisme, qui deviendra la signature du cinéaste Dario Argento) avec La Fille Qui en Savait Trop en 1963.
Dans le même genre des films gothiques italiens en noir et blanc réalisés dans les années 60, on peut également citer le très beau "Danse macabre", réalisé par Antonio Margheriti en 1964 (épuisé et introuvable), et La Crypte du vampire, une adaptation assez libre de "Carmilla" réalisée par Camillo Mastrocinque, également en 1964.
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Si vous n'attendez d'un film qu'atrocités sanglantes sur atrocités sanglantes vous ne pourrez pas apprécier '' Le masque du démon''.
Mais par contre si vous aimez les atmosphères fantastiques envoûtantes,oppressantes et emplies de poésie raffinée et allégorique
vous ne pourrez qu'admirer ce chef-d'oeuvre. Mario Bava fut un génie en tant que chef-opérateur et par sa maîtrise de la caméra
il sut donner vie à ses ardeurs fantasmatiques et nous les faire partager en faisant vibrer nos êtres par cette flamme ardente du
gothique.Egalement,magnifique mise en scène du même Bava dans de remarquables décors et le noir et blanc sied fort bien ici.
On a tout dit sur la sublime Barbara Steele qui insuffle dans ce film à la fois tout le charme d'une poésie au tendre romantisme
et la noirceur d'une épouvantable perversité d'écriture.En tant qu'actrice le film repose sur la merveilleuse,l'irremplaçable
Barbara qui nous subjugue par sa présence et sa beauté ensorcelante.
A noter le magnifique thème d'amour de la composition musicale de ce film, de ce ''songe'' flamboyant de l'onirisme ténébreux!
BAVA! ALLA GRANDE PER UNA GRAN BELLA DONNA!!!
Bonne qualité de l'image (1960!!).

Billy.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Pendant une bonne dizaine d'années (de 1960 avec « Le masque du démon » à 1973 avec « Lisa et le Diable »), Mario Bava à réalisé une série de films devenus des classiques dans des genres aussi différents que le Peplum (Hercule et les Vampires), le Giallo (La fille qui en savait trop/La baie sanglante), le western , mais surtout le fantastique gothique de qualité (Le corps et le fouet/Opération Peur). « Le masque du Démon » est son premier grand succès, inspiré d'un conte russe de Gogol, mettant en scène avec un talent technique indéniable château hanté, sorciers et sorcières, malédictions, meurtres sauvages... La très culte Barbara Steele y joue deux rôles (la sorcière/la possédée) qui l'imposeront définitivement dans l'imaginaire des amateurs de fantastique et elle apparaîtra ensuite dans de nombreux films du même genre (La chambre des tortures/la Sorcière sanglante) dans le monde entier. Comme toujours, la photo est très soignée, en particulier les éclairages et les jeux d'ombres qui donnent tout leur relief à un film par ailleurs tourné en N/B. Le DVD propose une image moyenne, sans défauts majeurs (quelques tâches, des points blancs), mais par contre les versions sonores appellent de très nettes réserves : la version anglaise est absolument à proscrire car la piste d'effets (vent, orage, cris d'animaux...) est quasiment inaudible, la musique (qui occupe une place importante dans la version originale) assourdie et même parfois carrément absente, et les dialogues (apparemment enregistrés très récemment) sans aucun relief, comme lus ou récités par des personnes n'ayant aucune connaissance du film ; la version française est beaucoup plus riche (bien que très bruitée) mais avec un décalage régulier entre les phrases et le mouvement des lèvres, ce qui crée par moment un effet comique involontaire (la personne crie, on n'entend rien, puis on entend le cri alors que la bouche est fermée) qui nuit un peu au climat du film. Comme d'habitude, pas de bonus chez cet éditeur (sauf des listes déroulantes bien fastidieuses). Une nouvelle édition respectueuse de l'oeuvre serait la bienvenue.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Oeuvre gothique phare de Mario Bava, "Le masque du démon" est un excellent film d'horreur gothique à l'ancienne, très sombre, froid et lugubre, où un simple craquement de branches, un coup de tonnerre, un hurlement de loup dans la nuit, un simple souffle de vent parviennent à vous mettre mal à l'aise... .

Les décors sont géniaux et vraiment pas rassurants (crypte, forêt sombre, châteaux, cimetière) et souvent baignés dans une brume inquiétante renforcée encore par le noir et blanc du film ... L'utilisation du décor (et sa mise en lumière) est primordiale chez Bava et participe à l'effet d'effroi. Chez lui, pas de sang qui gicle ni de membres tranchés, juste une cryptes, un château aux larges couloirs déserts ou un cimetière, noyés dans la brume, où s'égarent (physiquement et mentalement) les deux médecins.

Les effets spéciaux sont pour l'époque tout à fait excellents, lors de la réincarnation de la sorcière par exemple, ou quand son amant sort de sa tombe. Cela vaut même mieux que ce que l'on voit dans pas mal de films sorti 50 ans plus tard, c'est pour dire... On notera au passage les références au cinéma muet fantastique et à des films comme "La chute de la maison Usher" .

Même pour l'époque, on a droit à des scènes choc, voire même gore, comme, dans l'intro du film, la pose à coups de masse du masque rempli de pointes qui va venir s'enfoncer sur le visage de celle qui reviendra hanter les descendants de ses bourreaux... Sans oublier la b-o très rétro qui colle parfaitement avec le film !

Le masque du démon est un classique du cinéma d'épouvante qu'il faut absolument découvrir. Premier film de Mario Bava, il se hisse au niveau des meilleurs productions horrifiques de l'époque : celle de la Hammer.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 septembre 2006
A ceux qui ne connaissent pas Mario Bava et l'univers de ses films, voilà un petit film qui donne une bonne idée de ce qu'est "l'esprit Bava". Les séquences s'enchainent après une ouverture de film impressionnante. On pourra rire parfois de l'aspect un peu "démodé" du film quant à sa réalisation mais on pourra aussi trembler si on regarde le film seul le soir dans une maison isolée. En bref, un bon film d'épouvante à l'ancienne à la réalisation très soignée.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 18 août 2015
Le Masque du Démon demeure l'un des films préférés de Tim Burton. Il a également inspiré ce dernier pour son Sleepy Hollow. En tant que film de vampires, il se révèle fort différent de son "prédécesseur", le Cauchemar de Dracula. Plus personnel, plus latin. La musique elle-même n'est pas percutante, mais convient parfaitement au climat d'angoisse du film. L'atmosphère est remarquable et les décors gothiques à souhait. Un des sommets du cinéma gothique italien et très certainement le meilleur film de Mario Bava.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 août 2015
Le Masque du Démon est un grand classique du cinéma d'horreur des années 60's. Réalisé par Mario Bava, un maitre du genre, notamment pour les couleurs magnifiques qui donnent un "patine" particulière pour l'image, et jouée par la belle Barbara Steele, tout est parfait dans ce film à voir et à revoir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 3 août 2015
Les décors sont super, très bonne ambiance, l'intrigue est bien et les acteurs aussi. Un grand classique du genre, il y a tout ce que l'on attend de ce genre de films. A conseiller, à voir et à revoir donc.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 novembre 2007
Un bon film gothique, qui apparaît certes classique dans la trame aujourd'hui, mais qui a le mérite d'insuffler un climat macabre de toute beauté. On frôle le larmoyant, mais cela reste assez sobre, surtout pour le genre (romantisme noir oblige). Barbara Steele campe un personnage envoûtant, et les plans de Bava sont tout simplement magnifiques, confinant presque à de la peinture cinématographique. Les interprétations ne sont pas grotesques, mais on retiendra surtout le style de Bava, et l'ambiance unique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
L'Effroyable secret du docteur Hichcock
L'Effroyable secret du docteur Hichcock de Al Christianson (DVD - 2012)
EUR 17,00