undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Soldes cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles7
3,4 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:9,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 août 2003
Produit par Nile Rodgers, Black Tie White Noise est le sans aucun doute le fils spirituel de Young Americans e Let's Dance. C'est aussi un album dans lequel plane un air techno-industriel qui n'est pas sans rappeler la phase berlinoise (Pallas Athena). Il y flirte egalement un air jazzy (participation du trompetiste Lester Bowie - Looking for Lester) et un soupçon de nu-jazz (deja!)
Lors de sa sortie en 1993, ce CD est plutot passe inaperçu, malgre l'excellent clip de Jump They Say. Cette nouvelle edition, agrementee d'un CD de remix et d'un DVD (making of) est indispensable pour redecouvrir un album de Bowie qui, s'il n'est pas un de ses disques essentiels, reste un bon album a redecouvrir.
0Commentaire16 sur 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"Black Tie White Noise" (sorti en 1993) est l'album de la renaissance créative pour David Bowie, même si on peut dire qu'il s'inscrit dans la continuité de ses trois albums des années 80 (si on fait l'impasse sur la parenthèse Tin Machine), placé comme eux sous le signe de la danse; mais là, on a affaire à une bien plus grande richesse musicale conjuguée à une inspiration également supérieure. L'album, extrêmement rythmé, dynamique, sans la moindre baisse de régime à l'exception des ballades "Don't Let Me Down & Down" et "The Wedding Song" - reprise chantée du premier morceau -, montre très clairement ses influences jazz, hip-hop et soul - en particulier sur des titres comme "I Feel Free", "Jump They Say" ou "Black Tie White Noise", ainsi que sur les instrumentaux "The Wedding" et "Song For Lester" -, bariolé de lignes de trompette (Lester Bowie) et de saxophone (David Bowie) et habillé de la voix chaude de Bowie, souvent accompagné de choeurs à l'âme noire voire carrément gospel comme sur la reprise de Morrissey "I Know It's Gonna Happen Someday"; ce clin d'oeil en forme d'hommage montre que Bowie peut aussi faire preuve d'humour et d'auto-dérision (cette chanson de l'ex-leader des Smiths était déjà le pastiche de "It Ain't Easy", qui terminait la première face de "Ziggy Stardust").
De nombreux invités participent à cet album assez fastueux, parmi lesquels les habitués des albums du caméléon superstar, Mike Garson (au piano sur "Looking For Lester"), Reeves Gabrels (à la guitare sur "You've Been Around"), Mick Ronson (à la guitare sur "I Feel Free"). Lester Bowie est quant à lui présent sur presque tous les titres de cet album qui n'est pas sans évoquer le "African Night Flight" de "Lodger" ou le "Golden Years" de "Station To Station", sans parler du très soul "Young Americans" sorti presque vingt ans plus tôt... Comme quoi, on peut être un génie multiforme, miroir de toutes les époques traversées et créateur constamment aux avant-postes tout à la fois, et avoir de la suite dans les idées. Un génie humain en somme.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 5 avril 2005
C'est une habitude avec Bowie : à part sa trilogie berlinoise (Lodger / Heroes / Low) on peut dire que chaque album est vraiment différent du reste. Alors coupons court tout de suite à tout commentaire : non, il n'y a pas de Hunky Dory, de Ziggy ou meme de Let's Dance dans cet album. Bowie est un caméléon, et si aux débuts des années 1990 il s'intéressait à la musique de Prodigy, il faut croire qu'il a encore sauté une étape dans ce superbe album, parfaitement maitrisé et d'une rare élégance. Pas de riffs ravageurs ici, mais des airs épurés débordants de chaleur. Un très bel album, peut-etre son meilleur de la décennie.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2004
Beaucoup de plaisir à réecouter cet album totalement sous-estimé.Un Bowie loin de son registre habituel lorgnant vers la musique Black du début des 90's.ça tourne grave, ça groove grave, bref c'est tres jouissif !! Les fans absolus seront déroutés mais notre Thin white duke excelle malgrés tout...
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2007
Apres une pose (trop longue) Bowie reviens ou on ne l'attends pas (comme d'habitude). Ce disque sans etre le plus magistral de Bowie est plus qu'interessant et pose les premices de nouvelles inspirations voir le magistral Heathen. On peut le qualifier de tres jazz rock. Pour cela Bowie est aide par Lester Bowie trompettiste du Art Ensemble Of Chigago. Tous les musiciens sont remarquables, la voix de Bowie comme toujours merveilleuse. Quelques compositions peuvent paraitre un peu faibles, mais cela depend des gouts de chacun. Anecdote les photos de la pochette interieure sont de Peter Gabriel (dommage que cette collaboration ne soit pas musicale)
0Commentaire5 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2004
Mais qu'est devenu le Bowie que j'adorais, celui de « Ziggy stardust » et dans une moindre mesure de « Let's dance » et « China girl » ? Envolé ! Vous me direz un artiste doit évoluer pour ne pas se répéter. Je répondrai certes, mais ici l'artiste est méconnaissable : une voix plus que discrète, des boîtes à rythme glaciales et un manque de mélodie criant. Un disque froid à mourir ! Seule la reprise de Morrissey « I know it's gonna happen someday » paraît presque humaine. Grosse déception !
11 commentaire2 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 septembre 2005
Pour ce disque Bowie, comme pour Let's Dance, s'est adjoint les services de Niles Rogers. Qui est Niles Rogers ? C'est l'une des 2 têtes pensantes du groupe Chic à qui l'on doit tant d'excellents morceaux entre funk et disco. Non ce disque est tout sauf glacial : c'est un vibrant hommage à la musique black, au funk, à la soul et aussi au disco avant que cela ne devienne un musique purement commerciale. La voix de Bowie est certes en retrait mais pourquoi pas un disque entièrement instrumental, un de ces jours ?
0Commentaire0 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,00 €
6,99 €