EUR 6,10 + EUR 2,49 Livraison
En stock. Vendu par actionrecordsfr

Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 27,39
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : all-my-music-FR
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 12,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Blackwater Park Import


Prix : EUR 6,10
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par actionrecordsfr.
2 neufs à partir de EUR 6,10 1 d'occasion à partir de EUR 29,90

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Opeth

Discographie

Image de l'album de Opeth

Photos

Image de Opeth

Biographie

Devenu avec les années le projet d'un seul homme plus qu'un véritable groupe à part entière, Opeth voit le jour à Stockholm en 1990.
Guitariste et chanteur, Mikael Akerfeldt se lance sérieusement dans le death metal avec son ami David Isberg après avoir effectué ses premières armes au sein d'Eruption, une aventure ... Plus de détails sur la Page Artiste Opeth

Visitez la Page Artiste Opeth
24 albums, 68 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Blackwater Park + Damnation + Deliverance
Prix pour les trois: EUR 23,08

Ces articles sont vendus et expédiés par des vendeurs différents.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (13 mars 2001)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Music for Nation
  • ASIN : B000056H7W
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (10 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 616.148 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


1. The Leper Affinity
2. Bleak
3. Harvest
4. The Drapery Falls
5. Dirge For November
6. The Funeral Portrait
7. Patterns In The Ivy
8. Blackwater Park

Descriptions du produit

Critique

On peut clairement discerner dans la discographie du groupe suédois un avant et un après Blackwater Park. Opeth s’était fait jusque là remarquer par la communauté metal indépendante et les amateurs de death un minimum élaboré. On savait Mikael Åkerfeldt capable de faire encore mieux qu’avec Still Life, album prometteur auquel il ne manquait qu’un digne successeur plus aventureux.

 

Un disque que le leader du groupe n’a pas voulu réaliser seul. C’est dans ce but qu’il contacte Steven Wilson, âme de Porcupine Tree pour lui prêter main forte. Le résultat ira au-delà de toutes les espérances. Blackwater Park est un album à la fois sombre et éclairé, un marécage où s’enfoncent les ambiances les plus glauques et les riffs complexes soudainement relevés par de magnifiques passages mélodiques devant autant à Pink Floyd qu’à certains artistes folk. Loin des enchaînements sans logique, chaque transition s’effectue avec une élégance rare.

 

Non content de produire le disque, Wilson y joue aussi les parties de claviers et effectuera les chœurs sur deux titres. Opeth offrira pas moins de cinq titres devenus des classiques dont « Bleak » est ses allures de long single, « The Leper Affinity » et son piano minimaliste ou encore « Harvest », morceau ouvrant la voie pour un album comme Damnation qui sortira deux ans plus tard. Bien que techniquement infaillible, Blackwater Park évite la surenchère et la démonstration gratuite.

 

Opeth accouche de son chef d’œuvre et commence alors à sortir de l’ombre. Il ne fait désormais plus de death metal. Il fait du Opeth, tout simplement.

 



Guillaume Ley - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Caillasse sur 7 mars 2004
Format: CD
Opeth a atteint un sommet avec ce "Blackwater Park", 5e opus de leur discographie, et s'est depuis installé au firmament du mouvement progressif grace au talent exceptionnel de tous ses membres. Sur cet album, tout est a son apogée: musique, chant, cohésion, production.
Dans son style alambiqué qui alterne passages death tres violent et morceaux doux et presque acoustiques, Opeth montre ici toute sa qualité musicale: la guitare de Lindgren est impeccable, et s'allie a la perfection avec celle de Mika Akerfeldt pour des riffs sombres et puissants ("The Lepper Affinity"), et des passages d'une douceur touchante ("Harvest"). La basse a été mise un peu en retrait par rapport aux premiers albums, mais reste très présente et nous gratifie d'une grande diversité et d'une belle finesse de composition. La batterie, enfin, est impériale, car discrète: les guitares suffisent presque a imprimer un rythme qu'elle suit avec subtilité, usant beaucoup des cymbales pour un grand plaisir musical.
Sur le plan du chant, on est la aussi dans un registre de haute volée: Mika Akerfeldt a vraiment consolidé sa présence, et dans tous les registres: sa voix caverneuse est paradoxalement devenue plus agréable, et son chant sur les parties claires est parfois très touchant ("Bleak").
Mais ce qui fait véritablement le succès de cet album, c'est la production de Steven Wilson (Porcupine Tree): en effet, même s'il, est difficile de caractériser un "style Wilson", il est clair que la production fait toute la puissance de cet opus.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par "zoltar666" sur 14 septembre 2001
Format: CD
Encore un nouvel album conduit de main de maître de la part d'OPETH mais pouvait-il en être autrement? Mais par rapport à un "Still Life" excellent mais sans surprise, ce ciqnuième album bénéficie surtout de la participation active (production, interprétation) du leader du groupe anglais de pop/prog PORCUPINE TREE, Steven Wilson. Bien que n'allant pas aussi loin dans le domaine du rock progressif que "Morningrise" (où un titre atteignait les vingt minutes!), "Blackwater Park" (dont le titre seul est une référence à un osbcur groupe de prog des années 70) en retrouve le même esprit aventureux. C'est aussi le disque d'OPETH où l'équilibre entre la fureur et la beauté se fait le plus harmonieux, certains morceaux les plus "soft" de leur carrière y côtoyant les plus "metal" (dont l'excellent morceau-titre) que les Suédois aient écrit depuis "Orchid". Un très grand disque de dark-metal, voire de metal tout court. Chepeau bas!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par D. Vincent sur 25 juillet 2009
Format: CD Achat vérifié
"Blackwater Park" est la pierre angulaire de la discographie de Opeth.
Avec cet album, le groupe gagne en maturité, il faut dire que la venue de Steve Wilson pour la production y est pour beaucoup.
Le véritable maitre de cérémonie est Mickaël Arkenfeldt sa voix caverneuse transporte littéralement l'auditeur tout au long de cet album.
Cet opus se caractérise par les humeurs variées, au death le plus lugubre et sombre "Leper Affinity", "Dirge for November" ou "Bleak" aux morceaux doux comme "Harvest".
Les guitares sont sublimes, en passant du métal jusqu'aux ambiances acoustiques, il y a de la créativité derrière chaque note comme en témoigne les morceaux "The drapery falls" ou "Blackwater Park".
On remarquera les interventions épisodiques de Steve Wilson au piano (en particulier à la fin des morceaux) qui apporte un climat étrange pour cet album.
C'est vraiment des "Noces de Métal" que nous convie Mickaël Arkenfeldt et sa bande.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eddie sur 8 mars 2008
Format: CD
Publié en 2001, ce cinquième album parvient à densifier les atmosphères oppressantes qui font la signature sonore du groupe et à hisser un Blackwater Park plus mature que jamais à des kilomètres au-dessus du carcan Death Metal. Un véritable voyage en terre inconnue, autant symbolisé par "The Leper Affinity", titre d'ouverture de dix minutes mis en orbite par un riff tellurique et agrémenté de breaks de piano et de guitares acoustiques, que part le délicat "Harvest", la foret de riffs de "The Funeral Portrait", la noirceur du morceau-titre de douze minutes, ou encore par l'alternance irréelle de vocaux lumineux à la beauté glaciale et de growls abyssaux conférant à "The Drapery Falls" un statut de classique. Avec Blackwater Park, Opeth accède avec classe au Panthéon des formations inclassables ayant le plus marqué le monde Metal des dix dernières années.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Philippe COLIN sur 16 mars 2001
Format: CD
La carrière d'Opeth a été jonchée de joyaux métalliques et en voici un de plus ! Opeth conforte ici l'orientation nettement plus death metal entreprise sur 'Still Life'. Si Mika Akerfeldt est toujours aussi impressionnant dans ce registre caverneux (sa voix soutient sans problème la comparaison avec Glen Benton), il a aussi manifestement travaillé son chant goth qui est maintenant émaillé d'intonations fragiles ou désabusées très bien senties, un peu à la manière de Jonas Renkse (Katatonia). En ce qui concerne les compositions à proprement parler, ce sont huit formidables nouveaux morceaux, toujours aussi intelligemment structurés et pleins d'influences et d'atmosphères originales, qui composent cet album de 67 minutes. 'Blackwater Park' va plus loin dans les expérimentations que 'Still Life' ; on recherche ici la dissonance subtile, celle qui s'impose avec élégance et à-propos. Un bien bel album, donc, que ce 'Blackwater Park' ; mais comment aurait-il pu en être autrement d'Opeth ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?