Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 11,99
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Narration Audible Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de la narration Audible pour ce livre Kindle.
En savoir plus

Bleus horizons Format Kindle

3.5 étoiles sur 5 8 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Format Kindle, 7 février 2013
EUR 11,99

Longueur : 217 pages Composition améliorée: Activé

Ponts de mai 2016 Promo Ponts de mai 2016


Descriptions du produit

Revue de presse

Après le révolutionnaire Hérault de Séchelles (C'était tous les jours tempête) et le capitaine Étienne Beudant (L'Écuyer mirobolant), Jérôme Garcin poursuit, avec le poète Jean de La Ville de Mirmont, tué au combat en 1914, à l'âge de vingt-huit ans, son roman historique des vies exemplaires et brisées.

Présentation de l'éditeur

'Le 8 septembre 1914, Jean reçut sa feuille de route. Il la baisa, la caressa, la respira. Il pleura aussi, mais de joie en lisant et relisant sa convocation. Car il était attendu, deux jours plus tard, à la caserne de Libourne où il partit avec cette ferveur que mettent les pèlerins à rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle, cette naïveté des enfants qui rentrent chez eux après des vacances en colonie. Le garçon que je rencontrai pour la première fois était heureux et si plein d'idéal qu'on l'eût dit inconscient du danger. Il ressemblait plus à un chevalier des croisades qu'à un soldat et attribuait à la protection de Dieu son invincibilité. Pourtant, il n'avait plus que deux mois à vivre. C'est quoi, deux mois? Huit semaines, soixante jours, une broutille, un coup de vent, le temps d'un soupir, une éternité.'

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 566 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 217 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (7 février 2013)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00BAUJ0VO
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5 8 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°162.769 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
Dès les premières pages, l'auteur m'a séduit par son style. Il met beaucoup d'âme et de sensibilité dans ses textes et son écriture coule en vous comme une eau qui désaltère. Ce fut un bonheur que ces pages d'introduction !!! quelle verve !
Hélas, le sujet devient vite lassant, car même si l'on veut comprendre l'intime fraternité qui lie deux frères de tranchées, l'un mort, l'autre blessé et survivant, on a du mal à saisir cet acharnement à vouloir faire reconnaître et éditer l'oeuvre posthume que Louis dédie à son ami resté au Chemin des Dames. Toute sa vie il ne fera que ça. Veiller à la mémoire du mort, recueillir des témoignages, des écrits, sonner aux portes des éditeurs pour faire éclater la gloire de ce jeune poëte resté au front et dont le talent lui semblait si prometteur.
Certes les pages de fin font apparaître que cette quête était une excuse pour tenter de supporter les souvenirs d'horreur. Mais il n'en reste pas moins que je n'ai pas su adhérer.
J'ai eu un véritable coup de coeur pour la forme, le style, mais un recul pour le fond. Dommage !
Peut-être lire de lui autre chose....
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par CAHLIREV TOP 500 COMMENTATEURS le 1 août 2015
Format: Poche
Jean de la Ville de Miremont, jeune poète patriote de 28ans part pour la grande guerre en septembre 14, deux mois plus tard il est tué sur le front tout proche du chemin des dames .
Son compagnon de tranchée, Louis Gemon revenu sain et sauf des combats n'aura alors de cesse de réhabiliter la mémoire et l'œuvre de son ami trop tôt disparu, sacrifiant jusqu'à son existence et comme poussé par un devoir de mémoire, inlassablement il parcourt alors la France à la recherche de ceux qui l'on connu, au fils des pages on croise alors tantôt l'écrivain François Mauriac, l'éditeur Bernard Grasset ou le compositeurs Gabriel Fauré jusqu'à la chute finale surprenante en 1942
Un roman plaisant et sensible avec pour toile de fond la guerre et l'après guerre avec ses traumatismes et ses blessures à jamais refermées redonne pour un instant vie à cet écrivain au destin prometteur brisé dans la fleur de l'âge et resté méconnu contrairement à des Charles Peguy, Louis Pergaud ou Alain Fournier dont le souvenir lui persiste .
1 commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par jean-marie lambert TOP 500 COMMENTATEURS le 14 février 2013
Format: Broché
Bleus horizons:couleur des capotes de Jean de La Ville de Mirmont et de son ami Louis Gémont,qui entreprend d'écrire le mémorial de son ami poète mort au Chemin des Dames;c'est aussi l'image de l'avenir qu'ils se voulaient et qui,pour l'un,prendra la forme de la mort au combat et pour l'autre d'un dévouement obsessionnel pour l'oeuvre de l'ami auquel il a survécu avec difficulté;il ne trouvera la paix et la mort que par la vengeance.
"Bleus horizons" est à la fois un livre sur l'exclusivité de la passion( Jean et sa mère,sa mère et Jean,Louis et Jean),et une réflexion sur le mystère et le pouvoir de la littérature (Louis n'est nommé qu'à la fin,quand il sort du rôle de "narrateur" pour assumer son isolement);les textes du jeune poëte "assassiné" ("l horizon chimérique")sont fort bien utilisés par Jérôme Garcin,qui nous donne ici l'un de ses plus beaux livres,écrit avec l'élégance simple des grands lettrés.
2 commentaires 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Bibliophilette TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 1 mars 2013
Format: Broché
Jérôme Garcin écrit avec son âme et avec une rare, très rare sensibilité. C'est pour cela que ses livres, quel que soit le sujet, touchent le lecteur et résonnent en lui très longtemps. Jérôme Garcin aime ses personnages. Il les met en avant, les magnifie, les éclaire. Ainsi en est-il de Jean de la Ville de Mirmont, écrivain et poète, né à Bordeaux le 2 décembre 1886, mort pour la France au front de Verneuil, sur le Chemin des Dames, le 28 novembre 1914 que J. Garcin nous fait découvrir ou redécouvrir dans ce roman plein de pudeur et de délicatesse, qui mêle subtilement réel et imaginaire.
Mais "Bleus horizons" n'est pas seulement le portrait d'un jeune écrivain, c'est aussi l'occasion de s'interroger sur l'extraordinaire étrangeté du cours de la vie, sur les rêves de jeunesse et ce qu'ils deviennent "Nous avons dit adieu à nos rêves avant même de les réaliser.", sur l'amitié, sur le courage, sur la mémoire "Ils ont perdu en même temps le sommeil, l'appétit, le sourire et le goût des choses banales. Mais pas la mémoire, qu'ils réinventent et enjolivent pour en supporter le poids.", sur le temps qui se fige brutalement pour ceux fauchés en pleine force de l'âge ou au contraire qui s'étire indéfiniment. "[...], il n'avait plus que deux mois à vivre. C'est quoi deux mois ? Huit semaines, soixante jours, une broutille, un coup de vent, le temps d'un soupir, une éternité." "La mort détruit, mais la vie dégrade."
Un roman qui pendant un instant nous transporte ailleurs, dans d'autres temps, d'autres lieux, et nous enchante. N'est-ce-pas précisément ce que l'on attend de la littérature ?
2 commentaires 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique