4 neufs & d'occasion à partir de EUR 43,99

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à €6.99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Blind Faith [Ltd.Shm-Sacd] Son numérique, Super Audio CD, Import


Voir les offres de ces vendeurs.
3 d'occasion à partir de EUR 44,78 1 de collection à partir de EUR 43,99
boutique Noël
Offrez de la musique pour Noël !
Retrouvez toutes nos idées cadeaux au sein de notre boutique Noël CD, Vinyles et DVD Musicaux.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Blind Faith

Discographie

Image de l'album de Blind Faith

Photos

Image de Blind Faith

Biographie

Les quatre musiciens se réunissent de févrie à  mai 1969 aux studios Olympic de Londres, avec le producteur Jimmy Miller. Ils se lancent dans les longues improvisations qu'affectionnent Eric Clapton et Stevie Winwood. L'album Blind Faith sort en aout 1969 et atteint la première place des ventes aux Etats Unis.

Fulgurant

La pochette de ... Plus de détails sur la Page Artiste Blind Faith

Visitez la Page Artiste Blind Faith
7 albums, Photos, discussions, et plus.

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (31 août 2010)
  • : Requires SACD-compatible hardware
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Son numérique, Super Audio CD, Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B003OTLVAM
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 92.468 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Descriptions du produit

SUPER AUDIO CD

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Hang Ta Kong TOP 1000 COMMENTATEURS sur 9 août 2006
Format: CD Achat vérifié
Enregistré alors que la carcasse de Cream est encore fumante, l'album Blind Faith est une réussite.

Le style d'Eric Clapton a changé, pour marquer la rupture avec son précédent groupe. Le changement n'en est que plus réussi. Un genre beaucoup plus acoustique, plus dépouillé, loin des torrents de guitares wah-wah du précédent trio, qui au final met énormément en valeur les compositions de ce groupe.

Un album que je recommande!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Barthel Damien sur 17 août 2009
Format: CD
En 1969, Eric Clapton quitte Cream, car il en à marre de voir les deux autres membres du groupe se foutre sur la gueule. Il a envie d'autre chose, et de son coté, Steve Winwood fera de même en quittant Traffic. Les deux compères se retrouvent, et se réunissent chez Clapton, dans son manoir du Surrey, pour commencer à composer. Un album du groupe américain The Band (Music From Big Pink, un disque de retour aux sources ultime) et une redécouverte de Buddy Holly et consorts donnera envie à Clapton de créer un groupe avec Winwood (un multi-instrumentiste de talent - guitare, claviers, basse - et chanteur prodigieux, ex golden boy qui, à l'époque, n'avait pas encore 20 berges). Vite rejoints par Ginger Baker, batteur de Cream, les deux génies enregistrent des jams interminables, de nuit, dans le manoir (ces jams sont présentes sur la réédition Deluxe du disque : 4 morceaux de plus de 13 minutes !). Clapton n'a peur que d'une chose avec son nouveau groupe, nommé Blind Faith : que la présence de Baker fasse croire au public qu'il a refait Cream avec Winwood à la place de Jack Bruce. En effet, les 2/3 de la Crème sont dans Blind Faith.
Ils recrutent un bassiste pour étoffer le son, et pour permettre à Winwood de se concentrer uniquement sur le chant et les claviers. Rick Grech, bassiste de Family (il est aussi un excellent violoniste, il le prouve sur Sea Of Joy) quitte son groupe en pleine tournée pour rejoindre le 'supergroupe' qui fait durcir les caleçons des journalistes et fans de rock d'Angleterre, et du monde entier par la suite.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par jean-claude TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 13 janvier 2010
Format: Album vinyle
Orphelins de leurs ex-groupes respectifs, Traffic et Cream (premier supergroup de l'histoire du rock), Steve Winwood et Eric Clapton (God pour les intimes) fondent Blind Faith (foi aveugle) en 1968 et invitent à les rejoindre les dénommés Ginger Baker le fou furieux (ex-Cream) et l'ex-Family, Rick Grech. Un seul album (mais ô combien génial !) ponctuera leur collaboration basée sur l'impro : Blind Faith et ses six titres sorti en 1969. L'aventure de ce quatuor de rock britannique prendra fin prématurément, question d'égos surdimensionnés. La pochette de ce disque représente une pré-ado pubère, mi nue tenant entre ses mains la réplique d'un avion doté d'un fuselage évoquant un phallus (il s'est dit qu'elle était la fille de Ginger Baker, voire une groupie que la bande aurait gardée en otage). Créée par le photographe Bob Seidemann (célèbre pour ses photos de Grateful Dead et de Janis Joplin) qui lui avait donné le nom de Blind Faith, cette illustration fit scandale dans la maison de disque américaine. Elle fut interdite aux States et en France. Clapton, à cette époque, joue dans la cour du blues et du rock. Winwood, quant à lui, est plus orienté jazz, pop et funk. La réunion de ces deux monstres sacrés (et déjà des vétérans pour leur jeune âge) débouche sur un album intemporel. Pourtant la déception était de mise, à sa sortie, auprès de la presse spécialisée et des fans qui s'attendaient à un remake des Cream et de Traffic.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par ecce.om TOP 50 COMMENTATEURS sur 23 octobre 2011
Format: CD
Clapton vient juste de reprendre son souffle après l'épisode Cream et il se dit : plus jamais ça (et surtout, plus jamais rejouer avec Ginger Baker). Mais conquis par le talent de Steve Winwood au cours de tea for three musicaux et domestiques, il se laisse faire et oublie tout ce qu'il venait de vivre.

Résultat, affolé par les réactions démesurées d'un public en manque, devant ce qu'il considère, lui, comme guère plus qu'une jam-session tranquille, il prend peur et encore une fois, envoie tout valser à l'issue d'une tournée comprenant notamment un gigantesque concert gratuit à Hyde Park.

Pourtant, il pensait bien être prévenu et appeler le groupe "Foi aveugle", montrait qu'il était conscient du statut qu'il avait acquis et qui lui pesait(eh oui, on a du mal à le croire aujourd'hui quand on le voit et entend, tricoter paresseusement en costume Armani, mais ce bonhomme était terrorisé par la ferveur qui entourait chacune de ses prestations).

Donc au final, projet avorté, mais formidable disque et surtout, surtout, c'est là que figure pour la 1ère fois, la plus belle chanson du monde (bon ok à égalité avec "A Little prayer" par Aretha, "Imagine" du Walrus ou "Allehluia" par le fils Buckley) : "Can't find my way home" avec la guitare du God et le chant aérien de Steve, bien sûr, mais aussi avec un Ginger qui montre qu'il est peut être un fou furieux, mais que même en en faisant un minimum, il "parle" plus avec ses cymbales que beaucoup de bucherons. Accessoirement, le bonhomme arrive même à rendre son solo de "Do What You Like", non seulement supportable, mais encore indispensable.
Lire la suite ›
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?