Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 4,49
 
 
 
 
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Blind Faith (Remastered) [Enregistrement original remasterisé, Import]

Blind Faith CD
4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
Prix : EUR 12,00 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 30 août ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 4,49.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Blind Faith

Discographie

Image de l'album de Blind Faith

Photos

Image de Blind Faith

Biographie

Les quatre musiciens se réunissent de févrie à  mai 1969 aux studios Olympic de Londres, avec le producteur Jimmy Miller. Ils se lancent dans les longues improvisations qu'affectionnent Eric Clapton et Stevie Winwood. L'album Blind Faith sort en aout 1969 et atteint la première place des ventes aux Etats Unis.

Fulgurant

La pochette de ... Plus de détails sur la Page Artiste Blind Faith

Visitez la Page Artiste Blind Faith
7 albums, Photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Blind Faith (Remastered) + Layla And Other Assorted Love Songs + John Mayall Bluesbreakers with Eric Clapton
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (1 mars 2001)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Enregistrement original remasterisé, Import
  • Label: Sba
  • ASIN : B000059T00
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 50.051 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


1. Had To Cry Today
2. Can't Find My Way Home
3. Well All Right
4. Presence Of The Lord
5. Sea Of Joy
6. Do What You Like

Descriptions du produit

Critique

Unique album de ce quatuor de rock qui fût lancé comme le premier « supergroupe » de l’histoire et qui comprenait en effet trois des musiciens les plus en vue du moment, déjà des vétérans de la scène britannique malgré leur jeune âge : le batteur Ginger Baker et le guitariste Eric Clapton tous deux en rupture du groupe Cream, l’ami de ce dernier le multi-instrumentiste Steve Winwood, puis le bassiste et violoniste Rick Grech (débauché du groupe Family) appelé en renfort après la mise en boîte de deux chansons.

Une grande partie du public et des critiques s’attendaient à entendre un « Cream 2 » et ce ne fût pas le cas. Il a été produit par l’Américain Jimmy Miller qui venait de terminer Beggar’s Banquet pour les Rolling Stones, et qui avait produit le Spencer Davis Group où officiait Winwood, et Traffic. Très influencés comme beaucoup de leurs contemporains par l’album Music From Big Pink du Band, les musiciens perfectionnistes utilisent au mieux chacune de leurs compétences, sans aucun problème d’ego, mais prennent leur temps au grand dam de leurs managers et de leurs deux maisons de disques (l’anglaise et l’américaine), plan marketing et tournées étant déjà mis sur pied ; les séances sont d’ailleurs interrompues par un concert gratuit à Hyde Park à Londres devant 100 000 personnes, prévu à l’origine pour le lancement de l’album en fanfare. Plusieurs dizaines de prises sont en effet nécessaires pour chaque chanson.

L’album débute avec le bluesy hypnotique « Hard To Cry Today », enchaîné avec l’acoustique gracieux « Can’t Find My Way Home » de Steve Winwood lequel s’avère vite le patron du groupe. Il existe une version « électrique » de ce morceau, qui perd ainsi son charme. L’arrangement du « Well All Right » de Buddy Holly dégénère en « jam » jazzy sans rien apporter à la version originale ; Eric Clapton y délaisse pour l’occasion ses Gibson pour une Fender Telecaster couplée à l’amplificateur Leslie (avec ses haut-parleurs pivotants) utilisé d’habitude pour l’orgue électrique.

Soixante dix sept prises sont nécessaires pour venir à bout de « Presence Of The Lord » d’Eric Clapton (intitulé d’abord « Lord Protector »), sa première chanson éditée à provenir entièrement de sa plume, sans aide extérieure. Sur un tempo de ballade et un beau texte (chanté par Winwood), le tempo se dédouble soudainement avec l’entrée fracassante de son solo de guitare wah-wah amplifié encore ici par le Leslie, soutenu par un beat de batterie tout en roulements absolument irrésistible. La deuxième partie du disque est nettement moins intéressante; « Do What You Like » est une interminable improvisation jazzy signée Ginger Baker prétexte à un solo de chaque musicien, dont quatre minutes de solo de batterie. Le délicat « Sea Of Joy » aux guitares acoustiques, signé Steve Winwood (il y chante merveilleusement) semble sorti tout droit du répertoire de Traffic, et Rick Grech et son violon y brille particulièrement.

La pochette causa un scandale dans la maison de disques américaine, qui édita le disque avec une photographie anodine des musiciens. En France, la première édition parût sous une couverture blanche encore plus insignifiante. L’illustration originale reprit ses droits lors d’un nouveau pressage en 1972. Elle montrait une jeune fille pubère demi-nue tenant dans ses mains un modèle d’avion au fuselage phallique, œuvre de l’artiste Bob Seidemann (Grateful Dead, Janis Joplin), qui l’avait intitulée Blind Faith. Le groupe, alors sans nom, trouva celui-ci à son goût, bien que sa mention ne fût indiquée que sur la cellophane enveloppant le 30 cm.

L’album fût n°1 aux Etats-Unis le 20 septembre 1969 et le magazine Rolling Stone y consacra trois chroniques écrites par trois de leurs journalistes dont Lester Bangs, avec des avis différents. En plus des six titres originaux remasterisés, l’édition deluxe 2001 en contient onze autres dont cinq « jam sessions » dont quatre destinées à se « chauffer » avant l’enregistrement du matériel de l’album, d’ailleurs à peine écrit au moment d’entrer en studio.

 



Jean-Noël Ogouz - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.6 étoiles sur 5
4.6 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'état de grâce d'Eric Clapton 9 août 2006
Par Hang Ta Kong TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:CD|Achat vérifié
Enregistré alors que la carcasse de Cream est encore fumante, l'album Blind Faith est une réussite.

Le style d'Eric Clapton a changé, pour marquer la rupture avec son précédent groupe. Le changement n'en est que plus réussi. Un genre beaucoup plus acoustique, plus dépouillé, loin des torrents de guitares wah-wah du précédent trio, qui au final met énormément en valeur les compositions de ce groupe.

Un album que je recommande!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Oh my God! 13 janvier 2010
Par JEAN-CLAUDE TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Album vinyle
Orphelins de leurs ex-groupes respectifs, Traffic et Cream (premier supergroup de l'histoire du rock), Steve Winwood et Eric Clapton (God pour les intimes) fondent Blind Faith (foi aveugle) en 1968 et invitent à les rejoindre les dénommés Ginger Baker le fou furieux (ex-Cream) et l'ex-Family, Rick Grech. Un seul album (mais ô combien génial !) ponctuera leur collaboration basée sur l'impro : Blind Faith et ses six titres sorti en 1969. L'aventure de ce quatuor de rock britannique prendra fin prématurément, question d'égos surdimensionnés. La pochette de ce disque représente une pré-ado pubère, mi nue tenant entre ses mains la réplique d'un avion doté d'un fuselage évoquant un phallus (il s'est dit qu'elle était la fille de Ginger Baker, voire une groupie que la bande aurait gardée en otage). Créée par le photographe Bob Seidemann (célèbre pour ses photos de Grateful Dead et de Janis Joplin) qui lui avait donné le nom de Blind Faith, cette illustration fit scandale dans la maison de disque américaine. Elle fut interdite aux States et en France. Clapton, à cette époque, joue dans la cour du blues et du rock. Winwood, quant à lui, est plus orienté jazz, pop et funk. La réunion de ces deux monstres sacrés (et déjà des vétérans pour leur jeune âge) débouche sur un album intemporel. Pourtant la déception était de mise, à sa sortie, auprès de la presse spécialisée et des fans qui s'attendaient à un remake des Cream et de Traffic. Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Union de potes pour une terre promise 23 octobre 2011
Par ecce.om TOP 50 COMMENTATEURS
Format:CD
Clapton vient juste de reprendre son souffle après l'épisode Cream et il se dit : plus jamais ça (et surtout, plus jamais rejouer avec Ginger Baker). Mais conquis par le talent de Steve Winwood au cours de tea for three musicaux et domestiques, il se laisse faire et oublie tout ce qu'il venait de vivre.

Résultat, affolé par les réactions démesurées d'un public en manque, devant ce qu'il considère, lui, comme guère plus qu'une jam-session tranquille, il prend peur et encore une fois, envoie tout valser à l'issue d'une tournée comprenant notamment un gigantesque concert gratuit à Hyde Park.

Pourtant, il pensait bien être prévenu et appeler le groupe "Foi aveugle", montrait qu'il était conscient du statut qu'il avait acquis et qui lui pesait(eh oui, on a du mal à le croire aujourd'hui quand on le voit et entend, tricoter paresseusement en costume Armani, mais ce bonhomme était terrorisé par la ferveur qui entourait chacune de ses prestations).

Donc au final, projet avorté, mais formidable disque et surtout, surtout, c'est là que figure pour la 1ère fois, la plus belle chanson du monde (bon ok à égalité avec "A Little prayer" par Aretha, "Imagine" du Walrus ou "Allehluia" par le fils Buckley) : "Can't find my way home" avec la guitare du God et le chant aérien de Steve, bien sûr, mais aussi avec un Ginger qui montre qu'il est peut être un fou furieux, mais que même en en faisant un minimum, il "parle" plus avec ses cymbales que beaucoup de bucherons. Accessoirement, le bonhomme arrive même à rendre son solo de "Do What You Like", non seulement supportable, mais encore indispensable.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Clapton, ce dieu 17 août 2009
Par Barthel Damien TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:CD
En 1969, Eric Clapton quitte Cream, car il en à marre de voir les deux autres membres du groupe se foutre sur la gueule. Il a envie d'autre chose, et de son coté, Steve Winwood fera de même en quittant Traffic. Les deux compères se retrouvent, et se réunissent chez Clapton, dans son manoir du Surrey, pour commencer à composer. Un album du groupe américain The Band (Music From Big Pink, un disque de retour aux sources ultime) et une redécouverte de Buddy Holly et consorts donnera envie à Clapton de créer un groupe avec Winwood (un multi-instrumentiste de talent - guitare, claviers, basse - et chanteur prodigieux, ex golden boy qui, à l'époque, n'avait pas encore 20 berges). Vite rejoints par Ginger Baker, batteur de Cream, les deux génies enregistrent des jams interminables, de nuit, dans le manoir (ces jams sont présentes sur la réédition Deluxe du disque : 4 morceaux de plus de 13 minutes !). Clapton n'a peur que d'une chose avec son nouveau groupe, nommé Blind Faith : que la présence de Baker fasse croire au public qu'il a refait Cream avec Winwood à la place de Jack Bruce. En effet, les 2/3 de la Crème sont dans Blind Faith.
Ils recrutent un bassiste pour étoffer le son, et pour permettre à Winwood de se concentrer uniquement sur le chant et les claviers. Rick Grech, bassiste de Family (il est aussi un excellent violoniste, il le prouve sur Sea Of Joy) quitte son groupe en pleine tournée pour rejoindre le 'supergroupe' qui fait durcir les caleçons des journalistes et fans de rock d'Angleterre, et du monde entier par la suite.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
5.0 étoiles sur 5 un incontournable de la musique du 20 ieme siècle.
Un tournant dans la créativité de Clapton. Des compositions exceptionnelles. Une réunion "flash " mais quel éclair! Lire la suite
Publié il y a 2 jours par babychounet
5.0 étoiles sur 5 Du PLus
Blind faith ca ne se présente plus vous pensez 45 ans après ! Bon on a droit à quelques morceaux sup dans cette version Deluxe qui feront plaisir aux... Lire la suite
Publié il y a 1 mois par Jack Deadheads
4.0 étoiles sur 5 Confiance aveugle
Il fallait effectivement une "Blind Faith" en Eric Clapton et Ginger Baker au sortir de leur psychédélique expérience de 2 ans dans la géniale... Lire la suite
Publié il y a 6 mois par Pochet José
5.0 étoiles sur 5 unique album de ce groupe
Eric Clapton (The Yardbirds, Cream), Ginger Baker (Cream), Steve Winwood (Spencer Davis Group, Traffic) and Rick Grech (Family)... que du lourd, rien d'autre à ajouter!!!!!!
Publié il y a 19 mois par Philippe Soubré
2.0 étoiles sur 5 BOF
Je n'avais pas gardé un souvenir ébloui de ce super groupe issu des cendres de Cream et du Spencer Davis Group... Lire la suite
Publié le 29 mars 2012 par BAGRATION
4.0 étoiles sur 5 Un mythe un peu mité
Sur le groupe : ce sont des problèmes d'ego qui ont amenés la création de ce groupe plus "monstre sacré" de par sa composition que par l'empreinte qu'il... Lire la suite
Publié le 2 septembre 2011 par christian Barral
5.0 étoiles sur 5 Blind Faith 30th Anniversary
Après la séparation de Cream, Clapton fonde un nouveau supergroupe, Blind Faith, avec l'ancien organiste et chanteur de Traffic Steve Winwood, à qui s'ajoute... Lire la suite
Publié le 12 janvier 2011 par Carlitta Rose
5.0 étoiles sur 5 Unique !
Seul témoignage de ce super groupe, Blind Faith a été formé juste après la séparation du Cream par Eric Clapton et Steve Winwood (ex... Lire la suite
Publié le 1 juin 2008 par gégé-blues
5.0 étoiles sur 5 Blues Rock Miraculeux
Une célèbre pochettte interdite en 1969 pour le blues rock miraculeux d'un super groupe éphémère. Lire la suite
Publié le 1 septembre 2004 par O. Courtin
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?