Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Dvd Overstocks UK Ajouter au panier
EUR 11,92
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Blonde On Blonde [Enregistrement original remasterisé]

Bob Dylan CD
4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (22 commentaires client)
Prix : EUR 7,00 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mercredi 3 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bob Dylan

Discographie

Image de l'album de Bob Dylan

Photos

Image de Bob Dylan

Biographie

Bob Dylan, de son vrai nom Robert Allen Zimmerman, est né le 24 mai 1941 à Duluth (Minnesota). Adolescent, il trompe son ennui par l'initiation au piano et à l'harmonica, et dans la découverte des chanteurs de blues et de country, notamment Hank Williams. Il devient fan d'Elvis Presley et joue dans les Jokers, puis les Golden Chords, et s'approprie ... Plus de détails sur la Page Artiste Bob Dylan

Visitez la Page Artiste Bob Dylan
393 albums, 24 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Blonde On Blonde + Highway 61 Revisited + The Freewheelin' Bob Dylan
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (1 janvier 2003)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Enregistrement original remasterisé
  • Label: Columbia
  • ASIN : B0001M0KES
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Mini-disque  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (22 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 622 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Disque 1 piste 1
2. Disque 1 piste 2
3. Disque 1 piste 3
4. Disque 1 piste 4
5. Disque 1 piste 5
6. Disque 1 piste 6
7. Disque 1 piste 7
8. Disque 1 piste 8
9. Disque 1 piste 9
10. Disque 1 piste 10
11. Disque 1 piste 11
12. Disque 1 piste 12
13. Disque 1 piste 13
14. Disque 1 piste 14
15. Rainy day women #12 & 35
16. Pledging my time
17. Visions of johanna
18. One of us must know (sooner or later)
19. I want you
20. Stuck inside of mobile with the memphis blues again
Voir les 28 titres de ce disque

Descriptions du produit

Critique

Premier double album de l’histoire du rock, Blonde On Blonde , qui paraît en mai 1966 représente pour son auteur (qui ne prend même pas la peine d’indiquer ni son nom ni le titre de son disque sur la pochette) l ‘aboutissement de sa période rock enclenchée depuis Bringing It All Back Home . La genèse de l’album fut assez mouvementée. Tout d’abord, Bob Dylan est épuisé par le nombre de concerts effectués (plus de quatre par semaine) avec le groupe  électrique canadien les Hawks, et une tournée mondiale après Highway 61 Revisited. L’accueil y est souvent tendu, avec des huées régulières à la suite de son orientation « rock » qui déconcerte une partie de ses fans. « Judas! » lui lance un spectateur en Angleterre.

Un seul morceau est enregistré lors des premières sessions à New York avec les Hawks entre octobre 65 et janvier 66.  Le producteur Bob Johnston suggère alors d’utiliser les studios de CBS à Nashville, persuadé que leur ambiance décontractée et paisible et la disponibilité de leurs musiciens permettront à Bob Dylan de libérer sa créativité. La suggestion scandalise le manager Albert Grossman et le PDG de Columbia. Pourtant Bob Dylan décide finalement de suivre ce conseil avisé. Du groupe les Hawks, il retient le guitariste Robbie Robertson dont il admire le style si précis et Al Kooper le génial organiste improvisé de Highway 61 Revisited. 

Le résultat est un sommet étourdissant dépassant de très loin le niveau des standards dylaniens.

Comme l’affirme à a posteriori Al Kooper, le poète branché Bob Dylan mixé aux musiciens tous-terrains de Nashville a donné lieu à une alchimie explosive. La formule rock de Highway 61 Revisited  qui sonnait si « garage » est abandonnée au profit d’un son plus raffiné et recherché. Excepté « Visions Of Johanna », tous les textes sont des brouillons écrits durant les tournées que Dylan achèvera en studio.

« Rainy Day Women #12 & 35 », le premier morceau, est un hymne déjanté, rigolard et jouissif à la défonce. L’ambiance façon « procession de la Nouvelle Orleans » est due à l’enregistrement en direct du parking du studio. Bob Dylan renonce à son projet initial d’enrôler la fanfare de l’Armée du Salut par crainte d’une prestation trop guindée et disciplinée et retient finalement l’équipe de Nashville avec l’obligation de « jouer le plus mal possible ». Objectif atteint avec cette fanfare bancale et déglinguée qui colle parfaitement au thème de la chanson ; « Everybody must get stoned ». Malgré la censure, le morceau deviendra en 45 tours l’un des plus gros hits de Bob Dylan.

L’album se partage entre blues éblouissants et ballades romantiques débordantes de sensualité. Les quatre blues sauvages et furieux « Pledging My Time », « Leopard Skin Pill Box Hat », le plus « New Orleans » « Temporary Like Achilles », et « Obviously 5 Believers » teinté lui de rhythm’n’blues sont de vrais morceaux de bravoure, en particulier grâce à la guitare de Robbie Robertson, adepte du style électrique  de Chicago défendu par Muddy Waters et Howlin’ Wolf.

Les autres titres sont des chansons d’amour (souvent de ruptures) rompant avec l’aspect dénonciateur des précédents disques. « Visions Of Johanna », dont c’est la troisième version, est une  composition étrange (sans refrain) baignant dans un climat nébuleux et sensuel. Le narrateur déambule dans un Manhattan nocturne, univers absurde partagé entre deux femmes la très charnelle et directe Louise et la plus inaccessible et abstraite  Johanna. Mais ces « visions » ne sont peut-être qu’un idéal féminin rassurant dans la grande confusion que véhiculent les textes. La plus pop « I Want You », que Bob Dylan composa en cinq minutes, est la plus accrocheuse du disque : elle atteint le top 20 à sa sortie en 1966. Dans cette mélodie pétillante, on retrouve les personnages loufoques habituels à l ‘univers de Dylan « fossoyeurs coupables, politicien ivre  et enfant danseur en costume chinois ». Le refrain obsédant et sensuel « I want you » évoque la difficulté du narrateur d’accéder à l’être aimé coincé dans un cartoon angoissant. Ses refrains… le musicien est passé maître en la matière et celui de la chanson suivante est mémorable : « Oh, Mama, can this really be the end/To be stuck inside of Mobile/With the Memphis Blues again ».

L’éblouissante ballade « Just Like A Woman » avec son texte cruel et sa mélodie hypnotique reçut un accueil glacial du mouvement féministe naissant. Le titre ne fait pas dans la nuance mais au fil de la chanson une ou plusieurs femmes seraient brocardées et pas la gent féminine dans son entier. Les soupçons se sont portés sur Joan Baez mais c’est le top-model Edie Sedgwick qui semble visée. Elle faisait partie de la Factory d’Andy Warhol et espérait que sa relation avec Dylan la ferait percer dans la musique.

Mais la pièce maîtresse de l’album est incontestablement « Sad Eyed Lady Of The Lowlands » ode à sa femme Sara Lowndes qui, fait exceptionnel pour un album de rock, occupe toute une face des deux disques vinyle. Durant les onze minutes de cette déclaration d’amour (que Dylan considère comme sa meilleure chanson, écrite au fameux Chelsea Hotel comme il le chantera dans « Sara » neuf ans plus tard), il dessine par des images symbolistes la figure d’une femme idéalisée. C’est une femme d’une autre galaxie, forte et discrète que Bob Dylan nous dépeint avec une foule d’images obscures qui échappent à toute analyse. Le morceau fut enregistré tard dans la nuit ce qui renforce son impression lancinante.

C’est par cette sublime ballade que se ferme ce qu’on peut légitimement considérer comme le plus bel album de Bob Dylan. Il clôt une période où en deux ans le plus grand poète du Rock âgé seulement de vingt cinq ans aura transformé à jamais l’univers du genre plaçant la barre si haut que le petit monde du rock s’est demandé à l’époque s’il pourra égaler ce chef d’oeuvre. Mais le destin le rendra invisible pendant les deux années suivantes ; deux mois après sa sortie, Bob Dylan est victime près de Woodstock d’un grave accident de moto qui manque de le tuer.





François Bellion - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

JEWEL CASE European pressing of the (2003) REMASTERED EDITION. Landmark 1966 double album on 1 CD - one of his best ever !

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.9 étoiles sur 5
4.9 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
19 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre reconnu 3 novembre 2003
Par dufeu
Format:CD
Que Dylan fut (soit?) un génie de la musique est une idée qui ne choquera personne aujourd'hui. En 1966, à l'heure où le jeune protest-singer livre le premier double album de l'histoire du rock, on commence seulement à le comprendre. Ou peut-être à le craindre. Dylan avait habitué son public à des ballades acoustiques, parfois sur fond de discours politiques plus ou moins explicites (Blowind in the wind, Masters of war, Oxford Town...) Tout change ici, la forme comme le fond. L'entrée en matière (Rainy Day Women...), bien qu'elle soit la chanson la moins engageante de l'album annonce clairement la couleur, même si c'est avec l'habituelle ironie du Zim. "Everybody must get stoned", place à l'électricité, à l'orchestration, au déchaînement sonore. Blonde on Blonde doit effectivement être entendu comme une invitation. Invitation à une nouvelle expérience musicale certainement, pour les fans du Dylan de l'époque, mais aussi invitation, relayée à l'échelle des chansons, à une certaine légèreté sensuelle ou érotique (Visions of Johanna), non dénuée de poésie et de profondeur évidemment (I want you), ni de mélancolie (Just like a Woman). Le disque traverse, dans une parfaite harmonie de style et de ton, les explosions dylanesques les plus énergiquement orchestrées (One of us must know, Stuck inside the mobile... Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
23 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Yannis51
Format:CD
"Blonde on Blonde" est le dernier des grands albums de Dylan dans les années soixante.
Arrivé à la suite de "Highway 61 Revisited", c'est aussi le seul à ne pas représenter un vrai virage ou une progression artistique. Il ne compte aucune chanson aussi importante culturellement que Blowin in The Wind ou "Like A Rolling Stone.
Et pourtant « Blonde On Blonde » accumule les perles, arrache les larmes (I Want You, Just Like A Woman), excite les hanches (Absolutely Sweet Marie) et trouble les neurones (Visions Of Johanna, Rainy Day Women Nos 12 & 36)...
Mais Il n'est remarquable, en fait et surtout, que parce qu'il est le meilleur.
"Blonde on Blonde" est une somme. C'est l'ultime, on pourrait même dire parfait, album Dylanien. . Monument absolu des sixties et du rock en général, historique premier double album, « Blonde On Blonde » est une sorte d'Everest qu'on attaque par tous les versants sans jamais parvenir à en faire le tour.
"Blonde on blonde " est unanimement reçu à sa sortie comme l'un des plus grands chef-d'oeuvres de l'histoire du rock, un jugement qui n'a guère perdu de sa justesse durant les 38 années qui suivirent.
Quelques semaines plus tard, Dylan se plante royalement en moto dans une ligne droite. Bien que sans réelle conséquence physique, l'accident lui apparaît comme un châtiment pour ses excès et son succès. Dylan cesse alors d'être une célébrité publique, et se terre dans son repaire familial pour une longue période...
Il faudra attendre près de 10 ans pour retrouver un album de la trempe de Blonde on blonde avec le séminal Blood on the tracks.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dylan on Dylan 26 janvier 2014
Format:Album vinyle
Blonde on blonde est l'album le plus impressionnant de Bob Dylan non seulement par la forme , un double , le premier de l'histoire du rock , mais aussi par sa teneur hautement poétique , surréaliste et émotionnelle ... c'est aussi un aboutissement , l'adieu définitif ( ? ) aux sécheresses musicales de ses débuts qui firent pourtant sa gloire .
Il lui aura fallu trois albums ( le bringing , presque raté , le highway , superbe mais un peu raide , et le blonde ... ) pour convaincre à tout jamais ses fans un peu bornés qu'il avait raison de les "trahir" , besoin de leur faire tant de mal .
Ceci est leur récompense : du Dylan et encore plus de Dylan !
En 66 , pour Bob Dylan il se passe plein de choses souvent contradictoires : des concerts historiques mais contestés , des femmes de collection ( des "baby blue" ) rencontrées un peu partout à New York , en France , en Angleterre , des vraies passions vécues dans le confort de sa grande maison de Woodstock et la vie de bohème à l'hôtel ( le Chelsea ) et puis un "divorce" , un mariage , de nouveaux musiciens ( The Hawks , futurs Band ... ) des anciens ( Kooper ) des routiniers ( ceux de Nashville ) ... de quoi devenir fou ...
Mais Dylan est courageux et il n'est pas question de sombrer , comme tant d'autres . Et il a la chance, inestimable , de vivre dans un pays qui pourrait tout aussi bien s'appeler Nashville . Un pays dans lequel quand on fait de la musique et pratiquement rien d'autre , on peut toujours s'en sortir ... faut juste qu'il calte avant qu'un accident n'arrive ...
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
3.0 étoiles sur 5 Un tournant dans la carrière de Dylan
A l'écoute de ce disque, hormis l'excellent "Rainy day women", on constate un tournant dans la carrière de Dylan; ce CD dépouillé, double LP de... Lire la suite
Publié il y a 2 mois par PASCAL GROS
5.0 étoiles sur 5 Cascade de flashs
Flirtant avec deux héroïnes (l’une est Sara, dont il est amoureux, et l’autre…) et digérant les huées qu’il reçoit tous les soirs sur scène (voir LIVE... Lire la suite
Publié il y a 6 mois par Dr. Rock
5.0 étoiles sur 5 "l'Album" ultime !
Même les Stones, lors du "Redland bust" écoutaient en boucle "Everybody must get stoned". Toutes les chansons sont absolument fabuleuses. Lire la suite
Publié il y a 14 mois par SINGER-GASSNER
5.0 étoiles sur 5 DOUBLE PIECE MAÎTRESSE DE FOLK ROCK BLUES !!!
Vous avez devant vos yeux tout simplement le plus grand opus de folf/rock/blues de l'histoire de la musique. Lire la suite
Publié il y a 21 mois par PHILIPP
5.0 étoiles sur 5 Dylan sur le toit du monde
"Blonde on blonde" est sans aucun doute le disque le plus important de Bob Dylan en tant que phénomène générationnel. Lire la suite
Publié le 4 juillet 2011 par philb
5.0 étoiles sur 5 Idéal absolu
Attention Dylan nous refait un coup de maitre. Après le somptueux highway 61 revisited, il crée encore une atmosphère indescriptible et innegalee a ce jour. Lire la suite
Publié le 23 décembre 2010 par TUELOUP
5.0 étoiles sur 5 Raide défoncé le Bob mais remarquable
Blonde on Blonde est le premier double album de l'histoire du rock. Sorti en mai 1966, il recense les chefs d'aeuvre d'un poète nommé Dylan qui tourne aux... Lire la suite
Publié le 7 janvier 2010 par JEAN-CLAUDE
5.0 étoiles sur 5 rapide mais petit bémol
Rapide c'est bien merci mais aucune indication sur le fait que la boite du disque était en carton. Lire la suite
Publié le 3 août 2009 par Marcel Dupuis
5.0 étoiles sur 5 dylan au sommet
Tellement de superlatifs ont ete cites pour cet album qu'il est difficile d'ajouter quelque chose de concret en plus,je suis d'accord avec la plupart des internautes et des... Lire la suite
Publié le 14 mai 2009 par bluesy guy
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur de Dylan
S'il n'y avait qu'un seul album à acheter de Bob Dylan, ce serait celui-ci, tout simplement.
Tout est dit.
Publié le 17 septembre 2008 par arnaudw
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?