Bonnie Raitt

Top albums (Voir les 42)


Voir les 42 albums de Bonnie Raitt

Bonnie Raitt : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 335
Titre Album  

Image de Bonnie Raitt

Biographie

Bonnie Lynn Raitt est née à Burbank (Californie), le 8 novembre 1949. Elle est la fille de l'acteur et chanteur John Raitt qui s'est illustré sur les planches de Broadway. Bonnie Raitt apprend la guitare dès son plus jeune âge et fait vite preuve d'une aptitude au maniement du bottleneck. Déjà militante, Bonnie Raitt entreprend des études sur la civilisation africaine, dans le but de démontrer les méfaits engendrés par le colonialisme et ses séquelles sur le continent noir. C'est à cette époque que Bonnie Raitt rencontre Dick Waterman, figure importante du renouveau du blues dans les années ... Lire la suite

Bonnie Lynn Raitt est née à Burbank (Californie), le 8 novembre 1949. Elle est la fille de l'acteur et chanteur John Raitt qui s'est illustré sur les planches de Broadway. Bonnie Raitt apprend la guitare dès son plus jeune âge et fait vite preuve d'une aptitude au maniement du bottleneck. Déjà militante, Bonnie Raitt entreprend des études sur la civilisation africaine, dans le but de démontrer les méfaits engendrés par le colonialisme et ses séquelles sur le continent noir. C'est à cette époque que Bonnie Raitt rencontre Dick Waterman, figure importante du renouveau du blues dans les années soixante.

Elle le suit à Philadelphie (Pennsylvanie) et fait alors partie de son entourage proche. Bonnie Raitt fréquente ainsi de nombreux ténors du blues et commence à jouer dans les clubs locaux avec des grandes figures comme Howlin' Wolf ou Mississippi Fred McDowell. Sa propre réputation commence à grandir, et Bonnie Raitt est signée par Warner Bros. en 1970. Il existe à cette époque peu de femmes reconnues pour leur jeu de guitare, surtout dans le style slide qu'affectionne la pétulante rouquine. Dès Bonnie Raitt en 1971, la jeune femme fait montre d'un goût musical très sûr où elle mélange folk, blues, rock, et country, soit les quatre mamelles de l'Americana.

Avec Give It Up en 1972, Bonnie Raitt ajoute une bonne pincée de rock californien dans sa musique à la base très proche des racines. Malgré la qualité de Takin' My Time (1973), Streetlights (1974), The Glow (1979), et Green Light (1982), la carrière de Bonnie Raitt ne décolle pas et Warner Bros. commence à perdre patience. Cette désaffection du grand public n'empêche pas Bonnie Raitt d'être reconnue par ses pairs et invitée à jouer avec Jackson Browne, Warren Zevon, ou James Taylor. Finalement, Bonnie Raitt est débarquée du paquebot Warner après le médiocre Nine Lives en 1986 et trouve refuge chez Capitol.

Produit par Don Was et rassemblant une équipe où figurent David Crosby et Graham Nash aux choeurs, ainsi que Herbie Hancock au piano, Nick of Time en 1989 change totalement la donne. En adoptant un son pop rock, Bonnie Raitt se retrouve tout simplement au sommet du Billboard et Nick of Time est recouvert cinq fois de platine. Alors que Bonnie Raitt reçoit trois Grammy Awards pour Nick of Time, elle va en chercher un quatrième pour son duo avec John Lee Hooker sur « In the Mood », extrait de l'album The Healer (1990). La moisson est enclenchée et se poursuit en 1991 avec Luck of the Draw et le tube « Something to Talk About ». La période faste continue en 1994 pour Longing in Their Hearts qui coiffe à son tour les meilleures ventes américaines. 

Même si Fundamental (1998), Silver Lining (2002), et Souls Alike (2005) ne bénéficient pas d'un tel engouement, Bonnie Raitt continue à concilier succès public et blues rock teinté de pop, de folk, de country, de soul, et de reggae. Après sept ans sans nouvel album studio, Bonnie Raitt remet ça en 2012 avec Slipstream où Bill Frisell vient donner un coup de pouce. Activiste depuis toujours, Bonnie Raitt a été de tous les combats dans la lutte contre le nucléaire - participation au double album No Nukes en 1980 - l'épidémie de SIDA, où les différentes campagnes électorales aux côtés du parti Démocrate. Cette grande artiste a intégré le Rock and Roll Hall of Fame en 2000. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Bonnie Lynn Raitt est née à Burbank (Californie), le 8 novembre 1949. Elle est la fille de l'acteur et chanteur John Raitt qui s'est illustré sur les planches de Broadway. Bonnie Raitt apprend la guitare dès son plus jeune âge et fait vite preuve d'une aptitude au maniement du bottleneck. Déjà militante, Bonnie Raitt entreprend des études sur la civilisation africaine, dans le but de démontrer les méfaits engendrés par le colonialisme et ses séquelles sur le continent noir. C'est à cette époque que Bonnie Raitt rencontre Dick Waterman, figure importante du renouveau du blues dans les années soixante.

Elle le suit à Philadelphie (Pennsylvanie) et fait alors partie de son entourage proche. Bonnie Raitt fréquente ainsi de nombreux ténors du blues et commence à jouer dans les clubs locaux avec des grandes figures comme Howlin' Wolf ou Mississippi Fred McDowell. Sa propre réputation commence à grandir, et Bonnie Raitt est signée par Warner Bros. en 1970. Il existe à cette époque peu de femmes reconnues pour leur jeu de guitare, surtout dans le style slide qu'affectionne la pétulante rouquine. Dès Bonnie Raitt en 1971, la jeune femme fait montre d'un goût musical très sûr où elle mélange folk, blues, rock, et country, soit les quatre mamelles de l'Americana.

Avec Give It Up en 1972, Bonnie Raitt ajoute une bonne pincée de rock californien dans sa musique à la base très proche des racines. Malgré la qualité de Takin' My Time (1973), Streetlights (1974), The Glow (1979), et Green Light (1982), la carrière de Bonnie Raitt ne décolle pas et Warner Bros. commence à perdre patience. Cette désaffection du grand public n'empêche pas Bonnie Raitt d'être reconnue par ses pairs et invitée à jouer avec Jackson Browne, Warren Zevon, ou James Taylor. Finalement, Bonnie Raitt est débarquée du paquebot Warner après le médiocre Nine Lives en 1986 et trouve refuge chez Capitol.

Produit par Don Was et rassemblant une équipe où figurent David Crosby et Graham Nash aux choeurs, ainsi que Herbie Hancock au piano, Nick of Time en 1989 change totalement la donne. En adoptant un son pop rock, Bonnie Raitt se retrouve tout simplement au sommet du Billboard et Nick of Time est recouvert cinq fois de platine. Alors que Bonnie Raitt reçoit trois Grammy Awards pour Nick of Time, elle va en chercher un quatrième pour son duo avec John Lee Hooker sur « In the Mood », extrait de l'album The Healer (1990). La moisson est enclenchée et se poursuit en 1991 avec Luck of the Draw et le tube « Something to Talk About ». La période faste continue en 1994 pour Longing in Their Hearts qui coiffe à son tour les meilleures ventes américaines. 

Même si Fundamental (1998), Silver Lining (2002), et Souls Alike (2005) ne bénéficient pas d'un tel engouement, Bonnie Raitt continue à concilier succès public et blues rock teinté de pop, de folk, de country, de soul, et de reggae. Après sept ans sans nouvel album studio, Bonnie Raitt remet ça en 2012 avec Slipstream où Bill Frisell vient donner un coup de pouce. Activiste depuis toujours, Bonnie Raitt a été de tous les combats dans la lutte contre le nucléaire - participation au double album No Nukes en 1980 - l'épidémie de SIDA, où les différentes campagnes électorales aux côtés du parti Démocrate. Cette grande artiste a intégré le Rock and Roll Hall of Fame en 2000. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Bonnie Lynn Raitt est née à Burbank (Californie), le 8 novembre 1949. Elle est la fille de l'acteur et chanteur John Raitt qui s'est illustré sur les planches de Broadway. Bonnie Raitt apprend la guitare dès son plus jeune âge et fait vite preuve d'une aptitude au maniement du bottleneck. Déjà militante, Bonnie Raitt entreprend des études sur la civilisation africaine, dans le but de démontrer les méfaits engendrés par le colonialisme et ses séquelles sur le continent noir. C'est à cette époque que Bonnie Raitt rencontre Dick Waterman, figure importante du renouveau du blues dans les années soixante.

Elle le suit à Philadelphie (Pennsylvanie) et fait alors partie de son entourage proche. Bonnie Raitt fréquente ainsi de nombreux ténors du blues et commence à jouer dans les clubs locaux avec des grandes figures comme Howlin' Wolf ou Mississippi Fred McDowell. Sa propre réputation commence à grandir, et Bonnie Raitt est signée par Warner Bros. en 1970. Il existe à cette époque peu de femmes reconnues pour leur jeu de guitare, surtout dans le style slide qu'affectionne la pétulante rouquine. Dès Bonnie Raitt en 1971, la jeune femme fait montre d'un goût musical très sûr où elle mélange folk, blues, rock, et country, soit les quatre mamelles de l'Americana.

Avec Give It Up en 1972, Bonnie Raitt ajoute une bonne pincée de rock californien dans sa musique à la base très proche des racines. Malgré la qualité de Takin' My Time (1973), Streetlights (1974), The Glow (1979), et Green Light (1982), la carrière de Bonnie Raitt ne décolle pas et Warner Bros. commence à perdre patience. Cette désaffection du grand public n'empêche pas Bonnie Raitt d'être reconnue par ses pairs et invitée à jouer avec Jackson Browne, Warren Zevon, ou James Taylor. Finalement, Bonnie Raitt est débarquée du paquebot Warner après le médiocre Nine Lives en 1986 et trouve refuge chez Capitol.

Produit par Don Was et rassemblant une équipe où figurent David Crosby et Graham Nash aux choeurs, ainsi que Herbie Hancock au piano, Nick of Time en 1989 change totalement la donne. En adoptant un son pop rock, Bonnie Raitt se retrouve tout simplement au sommet du Billboard et Nick of Time est recouvert cinq fois de platine. Alors que Bonnie Raitt reçoit trois Grammy Awards pour Nick of Time, elle va en chercher un quatrième pour son duo avec John Lee Hooker sur « In the Mood », extrait de l'album The Healer (1990). La moisson est enclenchée et se poursuit en 1991 avec Luck of the Draw et le tube « Something to Talk About ». La période faste continue en 1994 pour Longing in Their Hearts qui coiffe à son tour les meilleures ventes américaines. 

Même si Fundamental (1998), Silver Lining (2002), et Souls Alike (2005) ne bénéficient pas d'un tel engouement, Bonnie Raitt continue à concilier succès public et blues rock teinté de pop, de folk, de country, de soul, et de reggae. Après sept ans sans nouvel album studio, Bonnie Raitt remet ça en 2012 avec Slipstream où Bill Frisell vient donner un coup de pouce. Activiste depuis toujours, Bonnie Raitt a été de tous les combats dans la lutte contre le nucléaire - participation au double album No Nukes en 1980 - l'épidémie de SIDA, où les différentes campagnes électorales aux côtés du parti Démocrate. Cette grande artiste a intégré le Rock and Roll Hall of Fame en 2000. Copyright 2014 Music Story François Alvarez


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page