Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 12 exemplaire(s) en stock.
Vendu par VTN-GmbH et expédié par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Born To Die - Édition Lim... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 6,54
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Amazon
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 6,39

Born To Die - Édition Limitée

4.4 étoiles sur 5 162 commentaires client

15 neufs à partir de EUR 6,21 7 d'occasion à partir de EUR 2,72

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Lana Del Rey


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Born To Die - Édition Limitée
  • +
  • Ultraviolence
  • +
  • Honeymoon
Prix total: EUR 20,19
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (30 janvier 2012)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Polydor
  • ASIN : B006H39514
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 162 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 5.317 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Born to die
  2. Off to the races
  3. Blue jeans
  4. Video games
  5. Diet mountain dew
  6. National anthem
  7. Dark paradise
  8. Radio
  9. Carmen
  10. Million dollar man
  11. Summertime sadness
  12. This is what makes us girls
  13. Without you
  14. Lolita
  15. Lucky ones

Descriptions du produit

Description du produit

Découverte cet été via un clip home made sur Youtube qui dépasse aujourd'hui les 15 000 000 de vues, Lana Del Rey s'est depuis révélée comme l'artiste incontournable de cette fin d'année. Avec seulement deux titres et deux clips, le sublime Video Games et le catchy Blue Jeans, elle a su mettre tout le monde à ses pieds, des plus branchés jusqu'au plus large. Aujourd'hui, son premier album est le disque le plus attendu de l'année, une attente que vient confirmer le dernier extrait que Lana a dévoilé début décembre : Born To Die, qui est également le titre de l'album.

Critique

L’émergence d’internet comme média majeur, en ce début de deuxième décennie du millénaire, a radicalement changé la donne de l’entertainment, en recouvrant de rouille abrasive le vieux concept de support de musique vendu au détail mais aussi en inventant de nouveaux paradigmes. Lana Del Rey est le premier de ces paradigmes planétaires et son irruption à l’été 2011 dans la vie des connectés a suscité une masse de commentaires inédits.

Sur la foi d’une paire de chansons autoproduites autant qu’auto clippées, la jeune new-yorkaise est devenu le sujet de conversation et le réceptacle de haine ou d’amour principal du moment. Il en reste que « Video Games » est sans conteste LA chanson de l’année 2011 (elle figure à ce rang dans nombre de classements sérieux), et qu’avant même d’avoir réellement commercialisé un album, Lana Del Rey aligne un nombre de couvertures de magazines et d’articles de journaux phénoménal, tel qu’aucun attaché de presse n’aurait osé en rêver.

De ce maelstrom incroyable, il reste une pression qu’on imagine pesante, et des casseroles de commentaires : ses lèvres trop pulpeuses pour être vraies, sa supposée aisance financière familiale (et The Stokes, alors ?), son premier album fantôme, certaines de ses prestations télévisées ou live maladroites et un torrent de critiques foncièrement machistes. Ceci posé, qu’en est-il de Born to Die à l’intitulé en miroir du Ready to Die de The Notorious B.I.G. ? Cette piste là, justement, en préambule. Auto proclamée Nancy Sinatra gangsta, Lana Del Rey ne se cache pas d’être une vraie amoureuse du hip hop, et c’est en filigrane dans tout son album, dans les rythmiques saccadées, dans ce flow quasi-rappé qu’elle ose sur « Off to the Races » ou « National Anthem » comme dans la production urbaine et chic d’Emile Haynie, l’homme derrière Kid Cudi.

Born To Die, en aboutissement de ce story telling qui a occupé le devant de la scène des derniers mois, est un film autant qu’un disque, et Lana Del Rey une actrice magnétique autant qu’une chanteuse hypnotisante. De sa pochette à ses chansons, le disque est un parfait artefact lynchien, cousin de Twin Peaks (l’Amerique fantasmée, le personnage féminin à la sensualité aussi froide qu’exacerbée...). Il y a dans la voix tour à tour mutine, profonde, grave, caressante, désincarnée de Lana Del Rey toutes les moues renfrognées de January Jones dans Mad Men, toute la sensualité perverse de Sherylin Fenn nouant dans sa bouche une queue de cerise dans un épisode de Twin Peaks. Ce côté allumeuse assumée, cette pose, ces langueurs feintes, jusqu’à ces quelques mots susurrés en français sur fond de violons à la Nelson Riddle (omniprésents) sur « Carmen », ajoutés à la paresse déterminée des tempos, à l’emphase des cordes, dessine un film idéal, sur le versant pervers d’Hollywood.

Certes, les chansons de Born to Die sont de valeur disparate, les thèmes (mort, mauvais garçons, abus de liqueurs, interrogations sur ce qui constitue la féminité...) parfois prévisibles, mais il y a dans tout cela des fissures, une candeur, une fragilité que, dans une tout autre catégorie, on avait ressenti chez Amy Winehouse. L’exact opposé d’une Lady Gaga sûre d’elle, rôdée, calculatrice, obsédée de réussite et des moyens de l’obtenir.

À l’heure où cet acte de naissance officiel déclenche déjà des torrents de missiles, il faut reconnaître dans cette pop frondeuse la divine intemporalité de Nancy Sinatra justement, ou de The Shangri-Las, qui de leurs faiblesses ont forgé leur légende. Et laisser à Lana Del Rey le soin de serrer un foulard de soie autour du marketing, et puis simplement se laisser prendre dans les filets de sa voix de fumée. - Copyright 2015 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Apparemment, cette jeune chanteuse ferait beaucoup parler d'elle. On lui reprocherait ceci ou cela, on la comparerait à celle-ci ou celle-là. Mais n'est-ce pas le "privilège" des stars (que je plains) ? Cela permet de nourrir les journaux, discussions sur internet ou ailleurs.
Peu m'importe. J'ai écouté et je suis plutôt séduit. Le reste...

Si cet album fait tant parler de lui et a attiré tant de monde à lui, c'est sans doute d'ailleurs qu'il y a quelque chose.
Une voix et des intonations assez originales, des titres aux consonances variées, une certaine sensualité qui se dégage. Et une pochette d'album qui me plait bien (couleurs, posture, attitude).
Un mélange de rétro et de moderne, une voix qui évolue dans différents registres, de la lenteur et gravité à des tonalités plus légères et enlevées.
Pour les paroles, je ne saurais en revanche juger ; je ne les écoute jamais, quelle que soit la langue utilisée. Elles seraient, dit-on apparemment l'un des points forts de l'album. A vous d'en juger.

Ensuite, bien sûr certains titres peuvent paraître meilleurs que d'autres. Mais n'est-ce pas le lot commun de la plupart des albums ? Dans l'ensemble, je trouve cette création de bonne facture. Beaucoup de titres sont véritablement séduisants. Un vrai caractère se dégage. Bref, de mon point de vue un bel album, très agréable à l'écoute. Le reste, comme je le disais...
4 commentaires 6 sur 6 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Malgré tout ce qu'on peut entendre ou lire sur la donzelle il faut manifestement s'incliner devant cet album qui, à l'écoute en "aveugle", sans a priori, charme d'entrée et reste gravé dans un coin de sa tête.
La voix sensuelle qui sait être grave ou "teenager" se marie très bien avec tous les styles abordés : néo-rétro 50th jusqu'au trip hop version Portishead voire Goldfrapp.
Après, il est vrai que la différence avec le premier album (quasi disparu depuis) laisse pantois de tant de transformation (réussie) et que sur scène Lana n'est pas très intéressante mais bon... pour le premier point cela montre qu'elle a sut évoluer, s'entourer, absorber l'air du temps et concernant le deuxième point et ses prestations live perso je trouve que c'est un mauvais procès car on écoutera plus cette fille "à la maison" que dans des salles de concerts et d'autre part j'ai toujours plaisir à prendre l'exemple de Gérard Manset considéré comme l'un des tous meilleurs de la chanson française qui n'a jamais fait de live !
Bref, à écouter d'urgence en oubliant tous les préjugés colportés à mon avis plus par jalousie/envie qu'autre chose.
Amicalement
Remarque sur ce commentaire 47 sur 52 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Steve le 6 février 2013
Format: CD
Je ne vais pas répéter ce qui a déjà été dit et mieux dit certainement. Comme la plupart d'entre nous, j'ai acheté l'album pour deux ou titres phares, mais je ne m'attendais pas à ce que tout l'album soit du même niveau. Souvent, on achète un album et sorti des titres diffusés sur les médias, le reste de l'album est plutôt moyen, voire médiocre. Avec Born To Die, Lana Del Rey a tapé fort, s'il y a des titres que je trouve moins bien, je n'en trouve aucun mauvais. Les titres "Radio" ou "Million Dollar Man" sont tout simplement des pépites.

Bref l'album tourne en boucle, sur le Mac, sur l'iPhone, dans la voiture, il ne me quitte plus. Je l'ai même acheté à ma Môman =).
1 commentaire 4 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Stan FREDO TOP 500 COMMENTATEURS le 5 mars 2013
Format: CD
Une fois que la hype s'est refroidie, et si l'on veut bien mettre de côté l'inexplicable obstination de la demoiselle à se donner le visage de Daisy Duck, il reste l'écoute de ce CD proposé sous une pochette cartonnée ("vinyl replica") et doté de trois titres supplémentaires.
Les musiques (quasi uniquement des ballades pop mid tempo), les paroles (fournies dans le livret sanguinolent), la production sont de qualité. Même pour les 3 chansons en bonus.
Oui, sur la longueur (60 minutes d'écoute), on peut ressentir négativement une certaine uniformité de la tonalité du disque, malgré tel rythme vaguement hip hop et tel rap ici ou là. Volontiers monocorde, Lana n'est pas Tina (Turner). Mais, si l'on veut bien aussi accepter l'incommensurable ambition de la jeune fille, il faut admettre que ce disque est à la hauteur du buzz et qu'il passera l'épreuve du temps.
2 commentaires 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
25 commentaires déjà sur la belle, plus ou moins positifs. Je comprends que le personne puisse énerver, entre son côté de petite fille capricieuse (annulation de la promo en France suite à une question d'un journaliste qui, c'est sûr, ne "l'aimait pas"!), ses attitudes maniérées, son visage de poupée remodelé, bref, ce côté entièrement fabriqué et pensé (regarder Lana avant Lana, c'est à dire Lizzie Grant, et vous comprendrez). Ensuite, la belle se dit gangsta girl, avec côté Nancy Sinatra. Bon, le père de Lana n'est pas un truand mais homme d'affaires (quoique...) et il allonge les dollars pour la promo de sa fille, et Lana me semble plus la "girl next door" des Américains que la gangsta, même si ses chansons tournent souvent autour de l'alcool... Je ne soutiens pas non plus la comparaison avec Amy Winehouse, vraie gangsta pour le coup. Non, Lana est une poupée de porcelaine, dont la voix est aussi charmeuse que sa moue boudeuse.
Mais... Cet album, que Lana agace ou pas, est très bon. La voix est incroyablement sensuelle, monte, descend, s'enroule sur des mélopées en tous genres, voix grave pour passer en une seconde à une voix de Lolita. C'est un album osé, qui détonne sur ce qu'on entend habituellement à la radio.
Les 3 chansons qui ont fait sa gloire (Born to die, Video games, Blue jeans) ont ce côté David Lynch dont certains ont parlé, mix de voix, de sons, de "cris", un côté retro-soul. Ça, c'est la marque de fabrique de la chanteuse, qu'on retrouvera sur d'autres titres comme Dark paradise, Smmertime sadness... Mais on a aussi quasiment du trip hop avec Off the races, lancinant.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 33 sur 39 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?