Brassaï, le promeneur de nuit et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus


ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 7,21
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Brassaï, le promeneur de nuit sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Brassaï, le promeneur de nuit [Broché]

Serge Sanchez
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
Prix : EUR 23,30 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 8 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le jeudi 17 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 15,99  
Broché EUR 23,30  
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 7,21
Vendez Brassaï, le promeneur de nuit contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 7,21, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

13 octobre 2010 Littérature Française

Né en 1899 dans une ville de Hongrie aujourd’hui roumaine, photographe mais aussi peintre, dessinateur, sculpteur et écrivain, Brassaï fut un artiste éclectique et de son temps.
Etudiant en histoire de l’art à Budapest puis à Berlin, il s’installe à Paris au milieu des années 1920, apprend seul le français en lisant Proust, et passe des nuits entières à arpenter la capitale. Il photographie les rues, les gens, les bordels comme les chantiers, sublime les enseignes publicitaires et capture les lumières. Ami des plus grands artistes de son temps, Kandinsky, Kokoschka, Henry Miller ou Jacques Prévert, il fut aussi le portraitiste de Dali, Picasso, Matisse, Giacometti et Michaux. Alors que la photo peine à être reconnue comme un art, il réalise des clichés qui resteront à jamais les témoins d’une époque mythique : celle du Montparnasse des années 30, de la Bohème étourdissante. Photographe d’un Paris interlope et nocturne comme de la brillante société de la danse et de l’opéra, auteur d’une œuvre aujourd’hui célèbre dans le monde entier, du Japon aux Etats-Unis, Brassaï est entré dans la légende en se promenant.


« La vie de Brassaï fut une quête inlassable et tenace. Du petit soldat communiste à l’exilé hongrois des brasseries de Montparnasse, puis à l’artiste mondialement reconnu, c’est Ulysse. Mais c’est aussi Protée, un flâneur, un grimpeur, un insaisissable vagabond qui fut le poète de sa propre vie. On ne vient pas à bout des légendes. C’est ce qui fait leur étrange beauté. »

Serge Sanchez


Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Extrait

Gyula fils de Gyula

Au tournant de l'autre siècle, il y avait à Brasov, en Transylvanie, un atelier de photographie tenu par un certain Gyula Knauer, dont les initiales entrelacées ornent encore maints portraits exposés dans les vitrines du musée d'histoire de la ville. On venait chez lui aux grandes occasions, pour garder le souvenir de l'ancêtre, fixer à jamais les traits du nouveau-né. C'était quelque chose ! L'opérateur tenait du magicien de foire et du laborantin. Il vous accueillait dans l'atelier de prises de vue, avec ses décors peints de sous-bois, de charmilles, de colonnes antiques. L'énorme chambre noire à soufflet, au tréfonds de laquelle il introduisait une plaque de verre enduite au collodion, se dressait dans la lumière blanche coulant de la verrière. Une odeur acide flottait dans l'air, Knauer disparaissait sous un voile noir qui se soulevait en frémissant comme l'aile d'une chauve-souris. Sur son trépied, l'étrange appareil prenait alors l'allure fantastique d'une araignée géante croisée de cyclope. On ne bougeait plus. On faisait le mort. Au fond de son oeil à la paupière de cuivre, la rétine s'arrondissait avec un frottement mécanique tandis que dans le coeur secret de la chambre noire une larme du temps venait se coaguler sur la surface sensible.
Halász Gyula, plus tard connu sous le nom de Brassai, avait un an lorsqu'on l'emmena chez Knauer. C'était en 1900, et la première image que nous connaissions de lui le représente dans les bras de sa nourrice, une solide fille de la campagne aux cheveux tirés en arrière, vêtue comme aux jours de fête d'une robe blanche et d'un gilet brodé. Paraissant empli déjà de tout son devenir, l'enfant fixe l'objectif d'un regard à la fois perçant et réfléchi. Quels yeux déjà ! Immenses, proéminents comme ceux de sa mère, ils lui mangent le visage.
Brassai a toujours affirmé qu'il était né le neuf du neuvième mois de l'année 1899. Une telle date ressemblait à un signe. Il précisait en outre qu'il était neuf heures du soir lorsqu'il vint au monde. Ainsi voulait-il renforcer l'idée que le surgissement de sa vie avait été frappé, dès l'origine, d'un sceau mystérieux. L'honorable fée qui s'était penchée sur son berceau avait tiré de sa manche un sextuple neuf. Et pour quelle raison, sinon pour montrer que la destinée de son protégé ne serait pas soumise à la règle générale, qu'au contraire, elle s'accomplirait, distincte entre toutes, au rythme d'un chiffre dont le retour ponctuerait les événements importants de son existence ? Pourtant, si l'on se réfère aux registres de l'église romano-catholique de Brasov, c'est le 7 septembre et non le 9 qu'y est enregistrée la naissance de Gyula ! Un détail que lui-même ignorait peut-être. C'est possible. Mais ce conteur-né de Brassai avait sa manière à lui de forcer le réel sans le trahir, et il aimait agrémenter ses racontars d'inventions plaisantes, qui, pour n'être pas toujours d'une scrupuleuse exactitude, les rendaient inoubliables.

Biographie de l'auteur

Journaliste et écrivain, producteur d’émissions pour France Culture, collaborateur du Magazine Littéraire, Serge Sanchez est l’auteur chez Grasset d’une biographie de François Augiéras, le dernier primitif (2006, prix littéraire Ardua de la Ville de Bordeaux).


Détails sur le produit

  • Broché: 416 pages
  • Editeur : Grasset (13 octobre 2010)
  • Collection : Littérature Française
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 224672841X
  • ISBN-13: 978-2246728412
  • Dimensions du produit: 22 x 14 x 3,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 485.053 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

5 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.0 étoiles sur 5
4.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
4.0 étoiles sur 5 Un tourbillon de personnages et d'activités 17 novembre 2010
Par biloko
Format:Broché
J'ai dévoré ce livre!
Qui résonne d'abord comme une litanie de noms tous plus connus les uns que les autres. A en donner le tournis.
Qui semble surtout comme ne jamais arriver à fixer un personnage si complexe que toujours il nous échappe. "Né" dessinateur et peintre, que l'on voit devenir journaliste, puis (bien plus tard dans le livre) photographe, et, quand on le croit enfin rassis, dessiner encore, sculpter, écrire surtout, brillamment. Filmer aussi.
Nous offrir aussi quelques pensées fulgurantes comme celle-ci: "La beauté n'est pas l'objet de la création, elle en est la récompense."
Il me faudra donc bientôt le relire, pour y puiser quelques nouvelles perles.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?